Retrouver son nom, décoloniser son esprit

Merci à Léna Dormeau, Yosra Ghliss, Marc Jahjah et Maxime de l’aide qu’iels m’offrent par leur présence, leur tact et leurs mots, pour retrouver mon nom et mon langage.

« Il déposa l’oiseau près de l’âtre, à la chaleur du feu, et lui offrit de l’eau. Mais le faucon refusa de boire. Ogion se mit alors à formuler un sort, avec beaucoup de calme et de douceur, tisant la toile de magie bien plus avec ses mains qu’avec ses mots. Puis, une fois le sortilège entièrement tissé, il dit doucement : « Ged », sans regarder le faucon près du foyer. Il attendit quelques minutes, puis, se retournant, il se redressa et s’approcha du jeune homme qui se tenait près du feu, tremblant et le regard vague.
Après avoir retiré de ses épaules la cape princière souillée, Ogion le conduisit vers l’alcôve où jadis dormait son apprenti, et le fit s’allonger sur la couche. Puis il murmura un charme de sommeil et le laissa. Il ne lui avait pas dit un mot, sachant qu’en ce moment Ged n’avait pas en lui une once de parole humaine.
Comme tous les enfants, Ogion, quand il était jeune, avait trouvé bien plaisant de prendre, par l’art de la magie, toutes les formes qu’il voulait, homme, bête, arbre ou nuage, et de s’amuser à devenir mille êtres et mille choses. Mais une fois devenu mage, il avait compris que ce jeu avait un prix : le risque de perdre sa propre identité, de ne jamais retrouver la vraie. Plus un homme conserve longtemps une forme qui n’est pas la sienne, plus le danger qu’il court est grand. Il n’est pas un jeune apprenti sorcier qui n’apprenne l’histoire du mage Bordget de Wey, qui avait grand plaisir à prendre la forme d’un ours et le fit de plus en plus souvent. Un jour, l’ours finit par grandir en lui, supplantant l’homme ; et il devint un ours, tua son propre enfant, et fut ensuite traqué puis abattu. Et nul ne sait combien, parmi les dauphins qui sautent dans les eaux de la Mer du Centre, étaient autrefois des hommes, des hommes sages, qui ont oublié leur sagesse et leur nom dans les joies de la mer sans cesse en mouvement. »

Extrait de Terremer, Ursula Le Guin, 2018 (1993), traduit de l’anglais par Jean Bailhache, Isabelle Delord-Philipp, Pierre-Paul Durastanti, Patrick Dusoulier, Sébastien Guillot, Philippe R. Hupp et Françoise Maillet, par Le Livre de Poche, p. 185-187

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.