Il est temps de planter un arbre, et de l’enchevêtrer

la forme courte sera celle du confinement, dans les interstices

L’effet du confinement, de toutes ces voix qui s’imposent dans les espaces de communication – qui prennent toute la place, l’espace, le temps qu’il nous faut pour chercher d’autres voix, des expériences au contact, des cris étouffés par les haut-parleurs des tribunes de ceux qui parlent des mondes à venir, des seuls mondes qu’ils peuvent imaginer – leur monde à venir – et dont je sais que je ne fais pas partie – ne ferais jamais partie étant donné la place où ils m’assignent – , et dont je ne désire pas faire partie, parce qu’il reproduit les violences ordinaires, les oppressions, les échelles de valeur insupportable des vies, des morts, des corps et des métiers – celles qui sautent collectivement aux yeux – sauf de ceux qui les gardent encore obturés encore – et qui dans le temps »d’avant » tramaient déjà nos espaces collectifs, nos prises de paroles et de notre société – celles qui n’en finiront pas de les tramer si l’on ne cherche pas à construire d’autres textures, par nos petites résistances non monumentales (Marianne Hirsch, 2014).

Comment ne pas se battre pour occuper une position d’autorité dans la prise de parole, quant à celui ou celle qui déclamera ce qui sera le monde d’après, de maintenant, obturant certains mondes réels par déficit de considération – mais pour tisser les possibles ensemble ?

Qui choisit-on d’écouter et d’entendre ? Comment se mettre en contact avec la multitudes de vécus, comment s’y relier ?

Il ne s’agit pas de crier plus fort, ni d’essayer de jouer à ce jeu de l’autorité des discours qui possèdent le pouvoir des tribunes, des relais sur les médias princiaux principaux

Reclaim : « se réapproprier non pas une position d’autorité (…) mais la capacité de sortir de l’impuissance de résister à ce qui a fabriqué l’impuissance »

Isabelle Stengers, dans « Médecins et sorciers » avec Tobie Nathan , Editions La découverte, 1995

Ecouter les voix de celles et ceux qui sont au contact – les chercher, les chercher encore-, penser-sentir ou au moins prendre avec soi1 (comprendere). 

Quels sont les agencements que nous désirons2 ? Quel monde voulons-nous3 ? Un monde qui aurait d’autres valeurs que sa propre survie4 ?

Où choisit-on de se situer ? Avec quoi se relier, à partir de quelle(s) vulnérabilité(s) ?

la vulnérabilité comme « espace d’interconnexion face à des histoires enchevêtrées », Marianne Hirsch, 2014

Qu’allons-nous faire de la trame de nos expériences vécues ? Comment allons-nous ouvrir des futurs désirables ? Comment allons tisser ensemble ? Comment allons-nous faire mémoire et tisser les voix multiples ? Comment allons-nous mobiliser les mémoires ?

« Comment (…) faire du « nous » qui lutte non ce qui est réuni par un savoir enfin véridique, mais ce qui tisse et s’enchevêtre à mesure que se discernent les interdépendances entre raisons de résister. »

Isabelle Stengers, Réactiver le sens commun, Editions La découverte, 2020

Il est temps de planter un arbre. Et de l’enchevêtrer, racines et branches.

animation de mirta kupferminc découverte grâce à Marianne Hirsh.

  1. avec Virginie Linhart, La vie après, Seuil, 2012 []
  2. avec Marc Jahjah avec Gilles Deleuze []
  3. avec  Starhawk []
  4. avec Norman Ajari []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search