A chaque occasion dire que l’on ne veut pas ce monde-là

Le collectif Lucioles propose une déclaration d’une minute avant chaque intervention publique (enseignements, conférences, radio, etc.) pour remettre sur le tapis ce qui est sans cesse remis dessous, pour rappeler qu’on ne veut pas de ce monde-là.

Que chacune et chacun soit libre de l’utiliser ou de faire quelque chose de similaire avec un texte un peu différent, dans ce cas on peut partager, se rendre témoin de ce qu’on dit et fait.

Voici la déclaration :

Nous avons décidé, avec d’autres collègues universitaires, que lors de chaque cours, à chaque prise de parole publique, nous prendrions quelques secondes pour faire une déclaration.

Nous ne pouvons en effet nous contenter d’exercer nos activités scientifiques et pédagogiques habituelles sans dénoncer le scandale de la destruction des services publics, en particulier ceux de l’enseignement, de la recherche scientifique et de la santé, et leur assujettissement au marché.

Nous constatons chaque jour l’inaction écologique, la précarisation généralisée, les reculs de la démocratie dans le pays et au sein de chaque organisation.

Une société qui méprise les savoirs et sa jeunesse, qui affame les populations les plus fragiles, et qui pénalise les solidarités est en route vers la barbarie.

Les médias grand public et nos institutions s’obstinent à faire oublier ce contexte pour entretenir l’illusion d’un fonctionnement normal de notre démocratie. Mais nous devons affirmer sans relâche le refus d’une société inégalitaire, brutale, et insoutenable au plan environnemental, et nous vous invitons à faire de même partout et à chaque fois que vous le pouvez.

 

Au sujet du collectif Lucioles

 « Nous partons d’un rapport à notre quotidien défini comme le fragment du réel auquel nous avons un accès sensible et continu, et que nous partageons avec un certain nombre de personnes qui sont dans notre proximité.  Bien sûr ce quotidien comporte des éléments qui renvoient à d’autres échelles de vie que le présent vécu ici et maintenant.  Mais ces éléments (notamment des textes et des témoins matériels, des institutions, des langages, etc.) ne sont jamais pris comme saisis comme attestant d’une réalité supérieure à celle que nous vivons au quotidien, laquelle serait insignifiante ou dérisoire, mais comme des objets qui apparaissent dans ce quotidien, le traversent, l’irriguent, l’altèrent, en constituent l’épaisseur extraordinairement complexe et irréductiblement poétique. »

1er numéro de la revue « Lucioles », 2015 – en pdf

2ème numéro de la revue « Lucioles », 2019 – en pdf

Face au vent from Clémentine R on Vimeo.

Née en 2015, « Lucioles » est une revue gra­tuite, des­tinée à rendre plus habi­tables et plus sorores et fra­ter­nels, pour celles et ceux qui y vivent au quo­ti­dien, les uni­ver­si­tés et les éta­blis­se­ments de recherche et d’enseignement supérieur.

Nous, enseignant.es-chercheur.es, doc­to­rant.es, gra­phiste, ingé­nieur.es, sala­rié.es titu­laires ou per­son­nels pré­caires de l’université, acteur.rice.s cultu­rels et créa­teur.rice.s liés au monde de la recherche avons déci­dé de nous expri­mer : qu’est ce qui au jour le jour, nous éloigne les uns des autres ? Qu’est ce qui nous aliène ? Com­ment nous dire les choses direc­te­ment ? Com­ment récu­pé­rer nos capa­ci­tés à nous cri­ti­quer, à nous com­prendre ? Com­ment agir ensemble, sans le filtre de pro­cé­dures qui nous éloignent tou­jours plus des pos­si­bi­li­tés de créer quo­ti­dien­ne­ment, nos formes de tra­vail, nos manières de régler des pro­blèmes ensemble ? Com­ment récu­pé­rer des marges de liberté dans nos manières d’habiter des ins­ti­tu­tions des­ti­nées à for­mer des jeunes gens à être des per­son­na­li­tés auto­nomes, des­ti­nées à pro­duire un savoir à dis­cu­ter et par­ta­ger entre tous, des­ti­nées à expé­ri­men­ter des manières de réflé­chir, de tra­vailler ensemble, de vivre ensembles ?

Le pre­mier numéro com­porte des textes qui expriment ce qui est vécu au quo­ti­dien dans une uni­ver­sité par des cher­cheurs et des per­son­nels admi­nis­tra­tifs, jeunes et moins jeunes. Nous inter­pe­lons, nous inter­ro­geons, nous por­tons des témoi­gnages. Nous sou­hai­tons enga­ger des dia­logues avec ceux qui sont nos inter­lo­cu­teurs quo­ti­diens, dont nous ne connais­sons pas for­cé­ment les contraintes et les pro­jets, notam­ment les per­son­nels admi­nis­tra­tifs et tech­niques. Notre ambi­tion à ce stade est de les rejoindre, sur la base d’une cri­tique et d’une ouver­ture mutuelle sérieuse (et non sur la base d’illusions ou de mani­fes­ta­tions de bonne volonté de façade et sans portée).

Nous appe­lons nos lec­teurs à nous contac­ter par collectif.lucioles@gmail.fr pour dis­cu­ter, pour écrire ou pour s’exprimer sous d’autres formes, pour répondre, pour inter­pe­ler à leur tour, s’ils acceptent le pro­jet qui est le sui­vant : habi­ter notre ins­ti­tu­tion ensemble, plus libre­ment et plus fra­ter­nel­le­ment. Le col­lec­tif a décidé, pour le moment, de ne pas affi­cher la liste de ses membres pour rendre plus éga­li­taires et plus col­lec­ti­ve­ment assu­mées les prises de parole sin­gu­lières. Mais chaque membre peut reven­di­quer ce qu’il a écrit en son nom propre comme il veut et où il veut.

« Le titre du collectif est inspiré de l’ouvrage « Survivance des lucioles » de Georges Didi-Huberman. Il y évoque le désespoir qui a été celui de Pasolini à la fin de sa vie, quand il décrit la disparition des lucioles dont la danse nocturne l’avait littéralement enchanté à 20 ans. Les lucioles qui disparaissent sont pour Pasolini une métaphore de la fin d’une humanité irradiée par le désir, la liberté, la danse avec l’autre. Les lucioles sont tuées par la pollution comme l’humanité est détruite dans une Italie post-faciste envahie par une modernité mortifère, qui anéantit des expériences de vie, les canalise, les industrialise de façon grotesque au bénéfice du marché. Didi-Huberman conteste le pessimisme désespéré de Pasolini, qui est celui de nombreux intellectuels critiques aujourd’hui. Mais il ne faut pas regarder directement sous la lumière aveuglante des projecteurs là où il nous est sans cesse proposé de nous tourner. Il ne faut pas nous laisser déposséder de ce à quoi nous prêtons attention. Il faut garder pour cela l’agilité de mouvements et d’attention qui ont été celles du jeune poète. Les lucioles continuent de danser, sans trêve. Il suffit de regarder dans la pénombre, les interstices, les endroits non éclairés par les phares des technologies du pouvoir et de l’attention. »


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28 septembre 2020

    […] À propos du collectif Lucioles […]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search