Les mémos vocaux de L. – matériaux pour fabuler

J’écoute et transcris les mémos vocaux de L., enregistrés pendant sa thèse. Inspirée par l’autoethnographie – merci Marc pour toutes ces inspirations-pépites que tu partages ! -, et à la recherche de la juste forme,  j’invente L., prenant le récit comme méthode et comme relation, pour aller vers la fabulation de la thèse de L.

 » Le récit est donc une méthode, un moyen d’accès aux choses, une manière de convoquer des êtres, de faire proliférer le « et, et, et, et » propre à la pratique d’une dynamique rhizomatique de connexions entre ontologies et espaces/temps hétérogènes. 

(…) Le récit, en mettant la pensée à l’épreuve du sensible, excite et aide la réflexion à se nuancer, à prendre de la distance, à recharger les mots d’autres longitudes et latitudes.

(…) Le récit met donc en relation, et propose d’autres accordages affectifs. Il permet aussi la convocation, invocation des voix composant non pas le peuple manquant comme dirait Deleuze, mais un peuple des temps présents, passés et à construire. »

Vanessa Kohner, thèse, 2018.

L. comme être imaginal, personnage de fiction autorisant la fabulation.

« Ainsi, en contrée deleuzienne, les puissances du récit sont des puissances de fabulation. Le flagrant délit de légender, de délirer le monde, de le délier pour un autre art de la mise en lien (en récit) où se voit mis en ombres et lumières ce paquet de lignes qui nous fabrique et que nous fabriquons, est aussi un processus pour atteindre des visions et fabriquer des géants à partir de ce que l’on aurait pu reléguer dans l’insignifiance ou l’anecdotique. », 

Vanessa Kohner, thèse, 2018.

J’écoute les entretiens de L. avec P., Li., D., E., Q., Lu., S, F., L., A. et Ph,

pour fabuler l’expérience de thèse de P., Li., D., E., Q., Lu., S, F., L., A. et Ph, si possible avec elles et eux – négociant le sens pour faire narration commune, jardinant les importances. Je cherche les conditions de la co-fabulation.

Je tisse ensemble les fabulations, ce qui importe pour les êtres en présence (comment en prendre soin ?) – et pour les êtres convoqués – pour voir, peut-être, émerger des trames d’un monde commun possible, ou en tout cas l’appel à des mondes possibles, désirés et insistants sous formes d’agencements.

Sentir-penser

« Fabuler, raconter autrement, n’est pas rompre avec la « réalité » mais chercher à rendre perceptible, à faire penser et sentir des aspects de cette réalité qui, usuellement, sont pris comme accessoire ».,

Isabelle Stengers, La vierge et le neutrino, p. 169

« Mon but est de coucher sur le papier ce que je vois et ce que je ressens de la manière la meilleure et la plus simple »

Ernest Hemingway

Mais chaque chose en son temps.

« Être attentif à une chose, c’est la considérer lentement, longuement, sans aucun préjugé, c’est donc lui permettre de présenter tous ses visages, de se montrer ou de se cacher, et donc d’advenir sous des formes qui lui étaient prohibées par l’habitude ou la peur. »

François Roustang, La fin de la plainte

Enregistrements de L. en marchant (on entend le bruit des pas sur le sol)

En cours de transcription – pas après pas – dans les interstices du temps qui reste

19 octobre 2011

En lien avec le texte pour Limoges, un truc qui me paraît important c’est le fait de prendre au sérieux les problématiques d’autrui, à la fois sur le plan méthodologique et sur le plan conceptuel, prendre au sérieux la perspective d’autrui, en référence à ce que J. m’avait dit un jour.

Et par rapport à la séance sur la responsabilité, de faire appel à un troisième regard, de proposer à une troisième personne de donner sa perspective sur cette question. Voilà.

30 novembre 2011

Où est-ce que je veux aller avec la question des valeurs dans ma thèse. En gros, où est-ce que je veux aller avec la partie II ?

Donc en fait… il faudrait que je sache un peu… me contraindre pour ne pas faire n’importe quoi.

Ce que je pensais faire, c’est d’une part, parcourir la question des valeurs dans la science telle qu’elle a été déjà pas mal travaillée, je veux quand même parler de Bensaude-Vincent, de Merton, de Pestre et d’autres… de Morin avec l’éthique de la connaissance, de Max Weber, et du lien à la démocratie. Et donc d’essayer d’éclaircir tout ça…

Pour ensuite dire que ce qui m’intéresse moi c’est la question des valeurs pour les chercheur.es. Et essayer d’analyser – alors c’est là qu’il faut que je me dote de choses assez précises dans le texte – la façon dont sont mobilisées les valeurs. Est-ce qu’il s’agit de parler de la pratique, est-ce qu’il s’agit de parler de soi ? Est-ce qu’il s’agit de parler des résultats, et de la communauté ?

En fait reprendre les différents entendements de « science » et essayer de voir quand est-ce qu’iels parlent de valeurs.

Et de quels types de valeurs ? Alors il faudra vraiment que je remette ça en question, j’ai une grosse question là-dessus que je n’ai toujours pas résolue… voilà. Donc en gros c’est parler de la relation science et valeurs, valeurs et faits, valeurs épistémiques, valeurs de société, valeurs individuelles – essayer de voir quel type de typologie je prends, et ensuite aller voir précisément à l’intérieur des entretiens, comment cela s’articule.

23 juin 2011

En fait ce ne sont pas toutes les façons possibles de tirer du contenu d’un terrain qui m’intéressent. Mais toutes les façons possibles d’y entrer, tous les regards qui sont possibles de porter dessus, pour rendre compte de la complexité de mon objet de recherche (…). Donc c’est vraiment essayer de se décentrer à plusieurs niveaux (…) pour rendre compte des multiples dimensions d’un objet de recherche.

(…) Du coup c’est vrai que ça ne va pas forcément avec le fait de rentrer dans le méga-détail ou au moins pas dans un premier temps. Dans un premier temps je tourne autour de mon objet, j’essaye de voir par où y entrer.

(…) C’est ce que j’essaye de faire avec ma thèse, c’est sûrement incomplet, il y a sûrement d’autres dimensions à ajouter pour donner une idée du sens et je pense que je les trouverai au fur et à mesure de mon travail de recherche, mais c’est une première base…

L. tourne au sujet de son « objet » de recherche, ne se met pas encore en relation, en contact. Reste dans la métaphore de la vision.

17 février 2012

« une force intérieure qui la propulse de l’extérieur »

expectancy – « expectation » (« attente dont la réalisation est déjà entamée » ; « son attente s’appuie sur un avenir qui est déjà présent » chez F. Roustang) ; désir et agencements chez G. Deleuze ; puissance et mondes désirables chez Starhawk

#hypnographie


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search