Essayer la présence et la conversation scientifique par zoom – autour du livre « Le métier à penser »

Quelques mots à l’occasion d’une rencontre avec les auteur.es de l’ouvrage collectif  « Le métier à penser – Tisser des textes avec Baudouin Jurdant » (en open access : https://www.archivescontemporaines.com/books/9782813003706).

Cette première rencontre (le 1er avril 2021) a été faite par zoom, après deux annulations consécutives de l’évènement organisé en présentiel, et sera suivie d’une rencontre ouverte à tout.es en présentiel, dès que possible.

« Je vais enchaîner sur la question de la présence. Parce qu’une des propositions que nous souhaitions vous faire aujourd’hui avec Joëlle Le Marec c’est un peu un prolongement de ce que nous avons retrouvé dans vos gestes et inspiré par les lectures et l’efficace des textes de Baudouin Jurdant : il s’agit d’arriver aujourd’hui avec cette intention-là d’activer, de re-susciter ce qui nous importe et ce qui reste encore vivant dans nos pratiques de recherche et qui parfois reste très fragile. Et que parfois il faut presque réanimer je dirais, à la fois dans nos pratiques de recherche et d’enseignement. Et cette question de la présence c’est une question qui me travaille beaucoup et qui finalement, en relisant pour aujourd’hui l’ouvrage, les textes de Baudouin et vos textes, il y a cette inspiration-là du souffle, que l’on retrouve chez David Abram, qui me parle beaucoup, ce dedans-dehors de nos actions, cette rupture aussi que Joëlle tu as formulée, entre des savoirs scientifiques que l’on questionne, au contact desquels on est, qui nous font quelque chose, sur nos corps et sur nos dualismes au sens large, et qui pourtant ne réveillent pas la totalité des mouvements que l’on aimerait porter dans nos enquêtes, dans nos conversations et dans nos modes de relation au monde, dans un cadre institutionnel. Et c’est comment réactiver tout ce qui fait partie, à la fois de nous et du monde, et que l’on considère comme d’importance, à entretenir, dans une forme d’art de l’entretien (converser et conserver), de la conversation, de la régénération, que l’on aurait envie de réussir à récréer ici dans cet espace de zoom, qui pourtant a priori n’est pas du tout construit pour ce type de démarche.

C’est peut-être cela qui est pour moi l’expérience la plus forte de ce que nous faisons aujourd’hui dans ce tissage, cette trame que l’on est en train de tisser : construire un endroit où l’on peut se dire à quoi nous tenons. A quoi l’on tient et ce qui nous fait tenir. En tout cas ce qui nous fait ne pas tomber à l’horizontal, comme nous aurions tant de raisons de le faire en cette période, par les différentes attaques à nos importances et à nos attachements.

Donc c’est reconstruire un tissu, reconstruire une trame, c’est aussi l’objet du titre de cet ouvrage collectif, et puis engager une conversation qui ne soit pas un re-positionnement de nos postures préalables, mais bien une mise en vulnérabilité, comme tu le disais Joëlle, c’est à dire d’embrasser l’idée de la vulnérabilité comme une force épistémologique – quelque chose, que pour avoir eu la chance d’échanger avec Joëlle et Igor dans le laboratoire C2So à Lyon, de nombreuses fois, et puis avec Philippe aussi à l’époque, et puis avec Baudouin bien sûr, et bien c’est quelque chose que je retrouve dans le Gersulp. Ce sont des expériences qui sont fondatrices dans la vie d’une chercheuse je dirais, ce sont des expériences où il est possible de poser des questions, où il est possible de penser au contact des autres, de penser avec le monde aussi et avec ce qui nous traverse, y compris corporellement, et nous n’avons pas les mots pour le désigner. Dans son texte, Mathieu Quet revenait sur cette précarité sémiotique. Je pense aussi aux injustices épistémiques, aux épistémicides, à tout un tas de questions que l’on formule aujourd’hui autrement, puisque bien sûr les temps changent et les époques sont différentes.

Je pense aussi à la précarité de nos espaces collectifs. Les cabanes bien sûr. Peut-être que ce que nous tissons aujourd’hui ouvrira d’autres fils à renforcer par la suite. Nous souhaitons que l’ouvrage ne soit pas une fin, mais une envie nourrie et re-nourrie de converser, et donc de réussir à se tenir quelque part, de savoir où est-ce que l’on habite et que ce soit habitable collectivement.

Donc voilà c’est un peu l’idée d’aujourd’hui : habiter ensemble la proposition, peut-être se déprotéger si nous y arrivons malgré les dispositifs, se déprotéger dans ce que l’on met en échange, pour ne pas rejouer un rapport aux sciences, ou à l’académisme, ou à l’institution, qui n’est pas l’objet aujourd’hui. C’est pour cela que je me base dans un arbre, pour dire que je suis ailleurs, et être présent.e en étant ailleurs, qu’est-ce que cela veut dire ? Comment peut-on être présent.es à un ailleurs dans le cœur même de nos pratiques ? Je crois que les unes et les autres vous avez tou.tes montré dans vos textes que vous réactivez justement des possibles dont nous manquons. Joëlle a parlé d’idéal, de rêves : voilà, nous réactivons sans arrêt une certaine idée de la recherche à laquelle nous tenons, de l’enquête et du rapport au savoir que nous refusons de voir s’éteindre et dont nous réanimons régulièrement les braises et les lucioles, chacun.e là où nous nous trouvons, autant que possible.

Et donc être au contact aujourd’hui les unes avec les autres, cela réactive aussi, réanime, régénère et donc je voulais aussi dire mon plaisir d’être avec vous, avec une présence qui est celle que l’on a, pour une conversation qui peut être aussi très riche. Et qui nous fera du bien, avant, pendant et sûrement par la suite. Donc merci beaucoup d’être là et pour ce qui va se passer maintenant. »


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search