La soutenance de thèse – Archive orale – 17 septembre 2012

Et après la soutenance ? Que nous arrive-t-il ?

Que devient la recherche menée ?

Que devient le manuscrit ?

Qu’y avons-nous finalement raconté ?

Dans les interstices de mon temps personnel, j’écris l’autre livre de la thèse, je fouille dans toutes sortes d’archives associées à cette époque. Trouver une autre manière de faire récit d’une expérience de recherche. Faire récit, oui mais pour dire quoi ? Ce qui ne pouvait se dire dans le manuscrit. Hors normes. Boucler la boucle. Raconter ce qu’il y avait entre les lignes du manuscrit.

Je suis retombée sur un enregistrement de mon oral de soutenance. Je l’ai réécouté pour la première fois depuis 2012, une manière de retrouver, un peu, le contact avec les questions vivantes qui m’animaient alors, et de sentir leurs changements de formes au fil de l’expérience vécue, des transformations institutionnelles et de la découverte de nouvelles épistémologies.

Archive orale – 17 septembre 2012

Transcription

« Mesdames et Messieurs les membres du jury,

Monsieur le Président du Jury,

Mesdames et Messieurs,

J’ai le grand plaisir aujourd’hui de vous présenter mon travail de thèse effectué pendant quatre années, en sciences de l’information et de la communication, sous la direction de Joëlle Le Marec. Comme l’a présenté Monsieur le Président du Jury, ce travail s’intitule « Parcours de chercheurs – De la pratique de recherche à un discours sur la science : quel rapport identitaire et culturel aux sciences ? »

Et aujourd’hui, j’ai choisi de vous présenter l’origine des questionnements de recherche, qui ont amené à ce travail de thèse, les résultats obtenus, ainsi que les perspectives ouvertes par mon travail.

Une question à l’origine de ce travail était une question que l’on pourrait formuler sous cette forme-ci , qui est : « que signifie être scientifique ? ».

Cette question me vient d’un parcours effectué en biologie moléculaire et cellulaire et de l’expérience vécue de la pratique de recherche en laboratoire en biologie moléculaire et cellulaire, après une formation dans cette même discipline.

Autour de cette question, se précisait l’intérêt pour la communauté des biologistes et les pratiques de communication qui structurent la pratique de recherche en biologie expérimentale, avec l’hypothèse sous-jacente que ces pratiques de communication structureraient une identité de chercheur en biologie expérimentale, et en particulier en biologie moléculaire et cellulaire.

C’est donc bien un parcours, de la biologie moléculaire et cellulaire aux sciences de l’information et de la communication, qui m’amène à vous présenter aujourd’hui ce travail de recherche. Avec, disons, une intention que j’ai formulée a posteriori en septembre 2011, de venir en sciences humaines pour construire un questionnement scientifique, pour y trouver un espace de réflexivité que je qualifiais alors de salvateur, et pour prendre – à partir de mes expériences personnelles – des questionnements de recherche, et les transformer par un travail de thèse.

Pour reformuler encore les questionnements qui se sont formulés petit à petit dans mon travail de thèse, je me demandais : comment vient-on aux sciences, pourquoi y reste-t-on et pourquoi les quitte-t-on ?

Et en particulier, je m’intéressais donc aux parcours – qui est devenu après une origine de questionnement, un thème central dans mon manuscrit de thèse – et tout particulièrement à : qu’est-ce qui fait que l’on vient aux sciences ? les initiations d’un parcours, comment est-ce qu’on éprouve la science au quotidien ? l’expérience vécue de la pratique de recherche, éventuellement comment est-ce qu’on éprouve des décalages entre un imaginaire de la recherche – une image projetée sur ce que serait la pratique de recherche, et l’expérience vécue. Et éventuellement, suite à l’épreuve de ce décalage, est-ce que l’on quitte les sciences ? donc des inflexions de parcours, définitivement, ou provisoirement. Et de manière transversale, comment est-ce que l’on parle des sciences, dans les différents espaces, avec un intérêt porté, particulièrement, au discours de vulgarisation scientifique et à la médiation scientifique, même s’ils ne sont pas présents, explicitement, dans mon travail de recherche.

Les thèmes se distinguent donc dès lors qui sont :

  • L’expérience vécue de la pratique de recherche et l’élaboration d’un discours sur son expérience vécue ;
  • La construction identitaire au cours du parcours ;
  • Et les choix et les inflexions qui vont venir jalonner un parcours ;
  • Et bien sûr, de manière assez centrale, le sens que l’on donne aussi à ce parcours et quand on le met notamment en discours.

Ma thèse s’inscrit dans un cadre de référence qui est multiple, qui développe une approche communicationnelle propre aux sciences de l’information et de la communication et qui s’inscrit également dans les études de sciences ou STS (science and technology studies) avec aussi une influence forte des recherches sur la vulgarisation et la médiation scientifiques.

Ma thèse s’est formalisée, a pris forme dans différents espaces, qui sont des espaces de recherche, parfois disciplinaires, parfois multidisciplinaires, et notamment le C2SO, donc le laboratoire du Centre Norbert Elias « Communication, Culture et Société », le laboratoire Junior interdisciplinaire « Enquête sur l’homme vivant », des espaces numériques de recherche et notamment des carnets de recherche individuels et collectifs, notamment sur la plateforme Hypotheses et le questionnement de ma recherche a aussi trouvé aussi sa maturation en quelque sorte, dans le cadre des enseignements donnés dans le Master Biosciences avec Ioan Negrutiu, en première année de Biologie. Des enseignements sciences et société.

J’ai développé plusieurs terrains dans le cadre de cette thèse, qui étaient constitués principalement d’entretiens et de questionnaires. D’entretiens sous la forme de commentaires de relevés de communication par des doctorants en biologie expérimentale, qui explicitaient et donc commentaient toutes les pratiques dans lesquelles ils avaient été pris la semaine précédent l’entretien. Des entretiens de type choix forcés, où les doctorants étaient forcés de se positionner entre deux propositions de discours sur la science et sur la pratique de recherche. Des entretiens de type de récits de vie qui ont été menés auprès d’anciens chercheurs en sciences expérimentales, qui étaient passés par les STS pendant un temps plus ou moins long. Et puis le questionnaire ouvert, ponctuel, distribué auprès de chercheurs dans différentes disciplines.

Donc principalement, les doctorants que j’ai pu rencontrer dans le cadre de ma thèse sont des doctorants en biologie expérimentale, formés à la biologie moléculaire et cellulaire à l’ENS de Lyon, des chercheurs du GERSULP – Groupe d’Etude et de Recherche sur la science de l’Université Louis Pasteur -, des étudiants en Master Biosciences première année, ainsi que des chercheurs en biologie expérimentale que nous avons rencontrés avec Joëlle Le Marec et Igor Babou, dans le cadre d’un projet AFSSET.

Ma thèse présente plusieurs objectifs. En premier lieu la construction d’un objet de recherche, qui est donc le rapport identitaire et culturel aux sciences, détaillé dans les différents itinéraires. Et que j’exprime, enfin que je formule à ce niveau, comme un rapport exprimé à l’expérience de la pratique, plus ou moins à distance de cette pratique, c’est-à-dire au moment de l’entretien, on parle d’une pratique plus ou moins proche et en tout cas par laquelle on est passé.

Un rapport qui est actualisé en situation de communication que constitue l’entretien, dans un discours sur la recherche et sur la science, et en relation avec un enquêteur qui éprouve un intérêt pour le discours en question.

Ma thèse vise aussi un objectif de construction d’une démarche de recherche. Puisque comme je le précisais tout à l’heure, elle s’effectue dans le cadre d’un parcours et d’une transition disciplinaire également, et notamment avec toute une réflexion sur le statut et le rôle de la réflexivité pour le chercheur. Pour le chercheur qui effectue, donc moi-même, ce travail de recherche, mais également pour les chercheurs que j’ai pu rencontrer en cours d’entretien.

Et bien sûr ma thèse à une visée d’élaboration de connaissances, sur l’objet construit, donc sur le rapport identitaire et culturel, avec un rendu, disons, de ces connaissances en même temps que de la démarche qui amène à l’élaboration de ces connaissances.

Le rapport identitaire et culturel aux sciences que je présente dans mon travail de thèse est donc structuré à différents niveaux. Et correspond, pour le dire simplement, à la manière dont sont mobilisés les discours par les chercheurs pour donner du sens à leur expérience vécue de la pratique de recherche.

Il a été formalisé dans mon travail sous la forme d’un espace mental de la recherche, auquel je reviendrai juste après, sous la forme de mobilisation de normes et de valeurs dans les discours, sur la place de la réflexivité et l’actualisation du rapport à la pratique de recherche  – également dans les discours. Et cette actualisation, de ce rapport identitaire et culturel aux sciences, se fait en situation d’entretien, en relation avec un chercheur enquêteur, à distance de la pratique et par l’oralisation.

J’ai présenté donc mon travail et les différentes analyse qui m’ont amenée à construire mon objet de recherche sous la forme de trois itinéraires, toujours le thème du parcours.

Un premier itinéraire où je m’intéresse plus particulièrement à la place des pratiques de communication dans les pratiques de recherche, de doctorants en biologie expérimentale.

Un deuxième itinéraire où la construction de cette idée de rapport identitaire et culturel, passe par l’analyse de la mobilisation de normes et de valeurs dans les discours.

Et enfin, par la place de la réflexivité et de l’oralité en situation de communication, avec notamment un intérêt pour le positionnement des chercheurs vis-à-vis leurs propres discours au moment de leur pratique, des chercheurs vis-à-vis de leur pratique éprouvée, et j’ajoute dès lors dès ce niveau-là, la réflexivité même du chercheur qui effectue la recherche, donc moi-même.

Le premier itinéraire donc, vise à analyser les pratiques de communication des doctorants, à partir de relevés de pratiques dans des agendas, de manière classique, ou sur feuille de papier, au choix du doctorant enquêté. Et donc le doctorant vient commenter ses pratiques de communication relevée pendant l’entretien, ce qui engage une relation avec l’enquêteur. Cette analyse m’a permis de mettre en évidence un certain nombre de pratiques de communications qui viennent structurer fortement le quotidien des doctorants, et amènent des informations détaillées sur ce qui constitue ce quotidien – qui encore mal connu – des doctorants en biologie expérimentale. Notamment cela m’a permis de mettre en évidence, l’importance (structurante) de la communication, des collaborations, de la lecture de la bibliographie, des congrès, des colloques, des réunions d’équipe, non seulement pour structurer un quotidien, mais également pour construire une idée de ce qui constitue la recherche. Et de se construire un espace mental de la recherche.

Cet espace mental de la recherche, je le définis de la manière suivante : c’est pour moi un espace physique et symbolique, que le chercheur ou le doctorant peut investir à partir de ce qu’il imagine qu’est ou que doit être la recherche, et qui s’éprouve en regard de ce qu’il vit au quotidien, et du statut également accordé au doctorant dans le laboratoire de thèse, et j’insiste à ce niveau-là sur l’importance de la relation entre directeur de thèse et doctorant.

Cet espace mental de la recherche est constitué de concentrations, de polarités, de limites, de contrastes et de limitations, notamment. Et je formule ça d’une autre manière en disant qu’il est en tension entre un espace attribué, dans le laboratoire au doctorant, et un espace à conquérir par le doctorant, entre une forme d’idéalisme et une forme de réalisme de ce que doit être ou est la recherche, et puis une articulation entre un espace de description au moment de l’entretien, et un espace de justification. Les pratiques de communication mobilisées ne sont jamais mobilisées uniquement pour elles-mêmes mais toujours pour dire quelque chose de l’expérience de la pratique.

Par exemple, on voit apparaître les thèmes du « temps perdu » dans les pratiques de recherche, les pratiques qui sont considérées comme étant légitimes ou non, de ce qui constitue le « cœur de métier », ou encore de ce qu’il « faudrait faire » pour être un bon chercheur.

Un exemple avec Éléonore montre bien que, dans certains cas, ce ne sont pas les mêmes – enfin, les exemples pris dans ma thèse et notamment celui d’Éléonore ont montré que l’espace mental se structure de manière différente selon les doctorants. Éléonore va structurer son espace mental de la recherche sur les expériences, par exemple. D’autres étudiants sont plutôt organisés autour de l’idée du sujet de recherche et des lectures bibliographiques correspondantes, ou encore sur les collaborations. Et donc l’espace mental se structure différemment. Un exemple ici graphique, qui est en fait un exemple de schéma effectué par un étudiant en Master Biosciences, montre bien les tensions, les noyaux, les missions identifiées de ce que doit faire un chercheur au quotidien et l’articulation, l’organisation complexe et très différente d’un étudiant à l’autre, de l’espace mental.

Dans l’itinéraire II, le rapport identitaire et culturel aux sciences est abordé sous l’aspect des normes et des valeurs exprimées dans les discours. Intérêt qui a émergé directement du terrain, en voyant la place importante que les normes et les valeurs prenaient dans les discours recueillis en entretien.

J’ai donc commencé par analyser les normes et les valeurs exprimées, et ce qui m’a permis de mettre en valeur et en évidence que certaines normes, certaines valeurs étaient systématiquement prônées ou dénigrées par les doctorants. Notamment les exemples qui sont précisés ici. Et rapidement que les doctorants, encore une fois, ne sont pas dans la description mais se positionnent vis-à-vis de ce qu’ils disent, pour dire quelque chose de la pratique de recherche, et donc j’ai analysé leur rapport aux normes et aux valeurs, et notamment les registres de l’obligation, de l’évidence, de la possibilité, qui expriment des normes et des valeurs sous-jacentes.

J’ai enfin porté un intérêt particulier également – dans la situation de communication qu’est l’entretien et dans la relation établie avec l’enquêteur -, aux manières dont sont mobilisées les normes et les valeurs, notamment aux émotions qui les accompagnent, aux silences, aux rires, aux agacements, etc., qui pouvaient être très présents pendant l’entretien.

Enfin, l’itinéraire III vient compléter le troisième niveau de mon objet de recherche, donc le rapport identitaire et culturel aux sciences, avec une étude de la relation chercheur-enquêteur / chercheur-enquêté.  

Cette relation est dynamique dans l’entretien, se construit autour de connivences ou au contraire de distinctions entre un chercheur, jeune chercheur, doctorant qui vient faire de la recherche sur le quotidien d’autres doctorants, avec une expérience vécue de la pratique similaire, et en tout cas une formation commune. D’où ces connivences présentes ici par exemple.

Ou à l’inverse, une opposition entre la chercheuse ou future chercheuse en sciences humaines et sociales que je représentais, face à quelqu’un qui incarnait plutôt les sciences exactes et expérimentales. Mais la relation chercheur-chercheur, bien qu’il y ait un enquêteur et un enquêté, s’inverse ponctuellement aussi dans l’entretien, et il est parfois difficile de comprendre qui questionne qui, et l’entretien est loin d’être simplement un recueil de données.

Mon travail de recherche m’a permis de construire et d’articuler, comme je viens de vous le présenter, le rapport identitaire et culturel aux sciences. Il m’a permis également de me construire des outils d’analyse des pratiques de communication dans les pratiques de recherche ; pour étudier la mobilisation de normes et de valeurs dans les discours, pour étudier, pour commencer en tout cas à étudier, la réflexivité et les impensés des discours avec ces registres des évidences, par exemples, que je vous précisais tout à l’heure ; pour étudier également, et commencer à initier un questionnement fort sur la place de la réflexivité dans les pratiques de recherche, j’y reviendrai en ouverture.

Et il m’a permis également de pouvoir tester ces outils d’analyses et mes hypothèses construites sur de nouveaux terrains, et notamment avec un intérêt pour les discours de chercheurs sur leur métier, sur le sens qu’ils donnent à leur pratique. Que ce soit en entretien ou dans d’autres contextes comme ceux de la vulgarisation et de la médiation scientifique.

Un autre intérêt pour analyser les normes et les valeurs des discours sur la science et sur la recherche, et enfin un intérêt aussi fort pour l’interdisciplinarité et les registres de scientificité, mobilisés dans un tels contextes interdisciplinaires.

Ma thèse, on le voit, a mis en évidence l’intérêt, je crois, des situations d’hyper-proximité chercheur-chercheur, dans les types de discours qui ont été construits en entretien par les enquêtés. A ce niveau-là, elle apporte quelque chose au champ STS, dans le sens où elle se positionne, disons, à l’inverse des situations d’étranger en laboratoire comme certaines études en anthropologie de laboratoire, et au contraire profite et explore au maximum cette situation de doctorante face à un doctorant, chercheur face à un chercheur.

Et de manière cohérente, l’approche compréhensive est une approche qui amène aussi certaines informations pour le champ STS, et notamment redonne un focus fort sur le sens que les acteurs donnent à leur pratique, sur les valeurs mobilisées dans les discours sur la science et sur la recherche, avec des enjeux d’intercompréhension fort dans le champ des relations entre sciences et société, qui peut être formulé simplement sous la forme « d’où parlent les acteurs ? », mais qui pour moi semble un intérêt et un enjeu très fort pour le dialogue entre sciences et société – comprendre d’où l’on parle et quels sont les enjeux -, les valeurs mobilisées, le sens que chacun donne aux situations de rencontre et de dialogue. Également, de la même manière, les perspectives mobilisées et croisées en dialogue interdisciplinaire, et donc de manière générale, l’intercompréhension entre une diversité de points de vue, de valeurs et de sens.

Mon travail de recherche met également au centre la question du chercheur pris dans la situation qu’il étudie, qui est une question qui est très présente actuellement dans un certain nombre de disciplines – notamment en anthropologie, en sociologie, ou encore même en histoire ou en géographie -, et qui est en fait, la place de la subjectivité, du « je », la posture du chercheur et la question de la scientificité du savoir produit dès lors que l’on redonne une place au subjectif et que l’on n’est pas dans une idée objective absolument.

Mais pour le champ des STS, le travail que j’ai effectué, pose la question et met au centre plus particulièrement – se surajoute déjà à cette question du rapport entre enquêteur et enquêté -, le rapport entre chercheur et chercheur au sein de l’entretien. Et notamment le rapport entre sciences exactes et expérimentales et sciences humaines et sociales : avec un doctorant qui questionne un autre doctorant sur sa pratique de recherche. Ou dans le cas des entretiens avec les anciens chercheurs du GERSULP, avec un doctorant qui vient de sortir des sciences exactes et expérimentales, qui rencontre un autre chercheur qui a fait la même chose au cours de son parcours.

Ce qui m’amène, avec ces situations d’hyper-proximité et de réflexivité à questionner la place de la réflexivité que je donne actuellement et que j’essaye de réfléchir suite à ce travail dans les pratiques de recherche : quel est le statut de la réflexivité dans les pratiques de recherche ? Que ce soit en sciences exactes et expérimentales, en sciences humaines et sociales, ou même en STS.

Et on pourrait même aller plus loin, si je pousse la réflexion qui m’a amenée à partir des sciences exactes et expérimentales pour aller en STS, je pourrais me poser aujourd’hui la question du rapport identitaire et culturel aux sciences des chercheurs en STS.

Donc, si je re-détaille les différents niveaux de cet objet de recherche :

  • Les pratiques de recherche qui composent les STS ;
  • La mobilisation de normes et de valeurs dans les discours ;
  • La réflexivité dans les démarches et les discours de ces chercheurs ;
  • Et également le lien à l’engagement et au désir de scientificité du champ STS, assumé pour les STS, mais aussi peut-être pour les sciences humaines et sociales, ou même encore pour les sciences exactes et expérimentales.

J’en viens à la question d’ouverture de mon travail de recherche, qui est celle-ci :

Qui pense les pratiques de recherche ? Pour quoi faire ? Avec qui ?

Et aujourd’hui et hier comment pense-t-on les pratiques de recherche ?

Les pense-t-on de manière individuelle ou de manière collective ?

Comment articule-t-on les différents niveaux ?

Et notamment, la place de l’entre-soi, de la discipline et aussi de la société : quelle place donne-t-on au grand public, à la société, aux acteurs de la société civile – enfin toutes les dénominations que l’on peut donner – dans cette activité de penser la recherche, comment met-on en place un mouvement réflexif dans les pratiques de recherche ?

Et quand le chercheur est-il à même, est-il capable – le chercheur au sens le plus large du terme, quelle que soit la discipline – de penser sa pratique de recherche.

J’en viens donc à l’idée d’espaces de réflexivités, qui pour moi devient important de plus en plus, et qui rejoint cette idée d’espace de réflexivité salvateur que j’avais formulée il y a quelques mois. Dans le cadre de mon travail, et de ma formation auparavant, j’ai eu la chance d’investir et de formuler des questions dans certains espaces de réflexivité qui ont été constitués notamment par les cours d’éthique que j’ai suivis en tant qu’étudiante ; dans certaines situations de médiation scientifique ou de médiation science-société ; au C2SO, donc le laboratoire de Joëlle Le Marec ; dans des situations d’enseignements ; au laboratoire  interdisciplinaire « Enquête sur l’homme vivant » ; dans des situations que je nomme « à travers champ », c’est-à-dire interdisciplinaire, où il s’agit de sortir de sa perspective évidente pour essayer de mieux la comprendre ; et dans des espaces numériques de recherche.

Se pose la question des espaces de réflexivité possibles pour les biologistes, et d’une manière plus générale pour les sciences exactes et expérimentales. Et il me semble que ce que montre mon travail c’est que les entretiens eux-mêmes sont des espaces de réflexivité pour les enquêtés. Et la mise en discours, la communication scientifique, comme l’a montré déjà Baudouin Jurdant, mais encore les cours sciences-société que nous donnons au Master Biosciences, et de manière générale les espaces interdisciplinaires, peuvent constituer des espaces de réflexivité.

Qu’en est-il pour les sciences de l’information et de la communication et pour les STS ? Cela reste une question ouverte.

Mais je pense que l’un des enjeux importants à ce niveau-là, c’est celui de la place de l’individu dans le processus de construction de la connaissance, y compris en sciences exactes et expérimentales.

Et je vous donne un exemple, celui de Lisa, qui s’efface totalement dans la construction du savoir, qu’elle soit là ou pas, le résultat ne va pas changer – quel que soit la manière dont on le fait, cela ne changera pas. Et il est notable de constater que Lisa n’a pas eu d’entretien où elle racontait ses pratiques quotidienne de recherche, donc l’effacement de l’individu a été possible aussi par l’absence de discours préalable sur sa place dans le processus de recherche.

Donc je finirai là-dessus, sur les enjeux de ces espaces de réflexivité :

Qui prend en charge la réflexivité, de manière individuelle et collective ?

Comment assume-t-on aussi les effets de la réflexivité et l’incertitude qu’elle amène ? Et notamment aussi l’esprit critique qu’elle peut injecter dans le fonctionnement institutionnel ?

Quelle relation peut-on envisager, dans ces espaces de réflexivité, entre disciplines – au niveau sciences-société, mais également les STS avec leurs propres pratiques et d’autres champs ?

Et enfin, un enjeu en termes d’éthique et de co-responsabilité – puisque je pense que c’est sous couvert, avec la réflexivité plutôt, qu’on arrivera à identifier les choix quotidiens que l’on fait tous dans la recherche, dans nos pratiques de chercheurs.

Je vous remercie de votre attention, je souhaite encore remercier les membres du jury d’avoir accepté de juger cette thèse et de croiser leurs regards sur elle, et toutes les personnes qui de près ou de loin ont accompagné mes réflexions au cours de mon parcours, et bien sûr Joëlle Le Marec, pour l’espace de réflexion et de réflexivité qu’elle m’a ouvert en m’acceptant sous sa direction.Je vous remercie pour votre attention.

Se rendre compte, presque 10 ans plus tard, que presque tout était déjà là, en germes.

Et voir combien il s’agissait alors d’endosser l' »étoffe de chercheur », avant d’enfin réussir à se penser comme chercheuSE.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search