La recherche comme métiers : sens et attachements, de l’individuel au collectif

J’ai parlé d’interdépendance, d’attachements, d’ontologie relationnelle et des communs à des biologistes Une forme de passerelle entre SHS et biologie, ouverte par des chercheurs interpelés par l’Anthropocène : quelles pratiques de recherches pour demain ?

Hier, j’ai été invitée par le laboratoire LBBE (Laboratoire de Biométrie et Biologie Évolutive), dans le cadre de leur séminaire réflexif, organisé par Vincent Dabin et Eric Tannier, et suite à la lecture de mon projet intitulé « Vers une philosophie des sciences, du commun et de la joie politique« .

Je partage ici quelques éléments de contexte, ma présentation et l’enregistrement de ce séminaire, pour d’éventuels autres tissages.

Contexte

Le LBBE dans l’anthropocène, une réflexion collective sur l’avenir de notre recherche
 
La politique scientifique d’un laboratoire repose sur sa capacité à envisager l’avenir à plus ou moins long terme. Nous avons l’habitude de nous projeter à brèves échéances, rarement au-delà de 5 ans, tant il est vrai qu’il est difficile de prévoir les développements d’une discipline scientifique à beaucoup plus long terme. Cependant, comme scientifiques nous ne pouvons ignorer les grands changements en cours, politiques, technologiques, climatiques, écologiques, et les répercussions qu’ils auront sur nos pratiques et nos objets de recherche. Ainsi, par exemple, la fréquence des voyages en avions associés à nos activités de recherche est de plus en plus présentée comme insoutenable à moyen terme. Il n’est pas difficile de voir qu’une réduction de nos déplacements, qu’elle soit volontaire ou contrainte par nos institutions, modifierait en profondeur nos pratiques, voire nos directions de recherche. L’anthropisation galopante et la dégradation des milieux ou la réduction dramatique de la biodiversité pose la question même de la durabilité de certains de nos objets d’étude et de l’émergence de nouvelles questions concernant bien entendu l’écologie, l’évolution et la santé. 
 
Le laboratoire souhaite donc organiser une réflexion collective sur le devenir des pratiques et des objets de la recherche scientifique sur les prochaines années. Ce travail se déroulera sur toute l’année 2020 :
 
Dans un premier temps, des chercheur.ses ou des personnalités seront invité.e.s dans le cadre de séminaires afin d’apporter des données et des éléments de réflexion pertinents pour engager une étude de prospective à long terme dans plusieurs domaines (énergie, santé, biodiversité…). 
 
Dans un deuxième temps, l’objectif serait d’engager une reflexion générale, impliquant tous les personnels du laboratoire afin de penser le futur de la recherche scientifique et celui du laboratoire dans l’anthropocène. Les modalités de cette réflexion collective seront définies plus précisément le moment venu.

Enregistrement disponible sur le site du LBBE

Support de l’intervention

 


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search