L’espace de l’entretien comme un espace co-construit – Histoire d’une rencontre #podcast

J’ai choisi une nouvelle forme pour partager mes entretiens, pour ré-écrire à partir de la transcription : je raconte l’entretien à la personne enquêtée. Je lui raconte son récit. Je continue d’habiter la relation, la voix qui parle change mais l’espace où elle se déploie tente de rester un espace commun. Je TE raconte, comment je T’ai entendu.e.
 

« Ma voix dans les traces de la tienne » https://infusoir.hypotheses.org/8589 

 
Remonter dans les voix du passé pour apprendre comment témoigner du / au présent – trouver une manière de raconter qui sonne le plus juste possible.
 
Fabuler les entretiens de recherche pour chercher une justesse qui raconte la rencontre.
S’allier à la parole de l’autre sans l’en déposséder ni la faire sienne.
Ne pas s’effacer ni recouvrir.
Être présent.es.
Marcher sur un fil.
 
L’espace de l’entretien comme un espace co-construit, de la pensée tissée. Écrire et revenir à la voix, dire qu’il y eut quelque part conversation, l’ouvrir un peu plus grand. De l’entretien à la transcription en revenant au récit d’une rencontre. Toi qui m’a parlé ce jour-là.
 
Comment rendre compte de la densité et de l’émotion d’une parole sans la faire entendre directement ? Sans briser l’accord initial d’anonymat qui a rendu la parole possible ? Car nos empreintes, nos identités sont aussi vocales.
 
Comment prendre soin d’une parole confiée dans son épaisseur et sa texture ? Sans l’aplatir ni l’objectiver. Avec tact. Sans se prétendre « réceptrice neutre » de ce qui est dit. Situer la parole et tout autant l’écoute.
 
Garde-t-on des traces de la manière dont la personne rencontrée nous a parlé, et celles de l’état dans lequel nous étions lorsque nous l’avons écoutée ?
 
De quoi témoigne-t-on au-delà des mots transcrits ? Peut-on réduire l’entretien à une pratique informative (non à mon sens) ? Qui rencontre qui ? Où se situent les points de contact, de rencontre dans l’entretien ? Fait-on alliance avec la parole de l’autre et jusqu’où ?

Premiers épisodes

Toi, Leila

« Je m’appelle Mélodie et je vous raconte ma rencontre avec Leila, dans une période de reprise de mes recherches où je m’interrogeais sur notre rapport – en tant que femmes – à la prise de parole, à la manière de trouver une voix différente, une voix propre.
Leila a accepté de se prêter au portrait-parole, sous couvert d’anonymat, de me confier comment elle vit avec la parole. Je partage avec vous ce que j’ai entendu« 
 

L’épisode intégral est disponible (51 min)

 
 
Ainsi qu’une version en série de 7 à 15 min (5 épisodes) :
 

Part. 1 (10 min) -« Ne plus avoir les mots »

 

Part. 2 (11 min) -« La peur de se retrouver seules nous empêche de parler »

  ;

Part. 3 (8 min) -« Parler pour créer qq chose »

 

Part. 4 (9 min)-  « Sentir qu’un truc vital se joue »

Part. 5 (15 min) – Les secrets, ne pas dire, c’est ton espace  

 

Toi, Amandine

Amandine a une voix. Elle est une voix de la radio. Elle existe par sa voix. Mais l’antenne locale va fermer. Amandine me raconte ce que signifie pour elle ce mode d’existence dans le monde. Et de le perdre. Je partage avec vous ce que j’ai entendu .
Amandine est animatrice radio, elle me parle de sa voix, de la relation avec sa voix Amandine a des yeux directs qui traversent, elle parle de tout simplement et dit les choses comme elles sont, ne se met pas en avant, parle de ce qui lui arrive avec simplicité.
Une femme directe, sans artifice. Tout au long de l’entretien, elle caresse la table machinalement, comme pour la lisser, ou la débarrasser du superflu. Nous sommes les deux seules à parler à voix hautes dans ce café.
 
Toi, Amandine L’entretien avec toi Amandine m’a fait réfléchir à la différence entre la voix, l’utilisation de la voix, le fait de parler, le fait de dire. Quand on est interprète, on prête sa voix, pour porter la parole d’un autre, en disant avec.

Et c’est ce que tu fais Amandine dans ton métier à la radio. Chez toi Amandine, ce qui est très fort c’est cette idée de pouvoir exister par la voix, par ta présence dans les ondes, dans la vie des gens, dans notre environnement des gens.
u as cette sensation de pouvoir exister de cette manière. Et tu dis en même temps que tu te caches derrière ta voix. T’effacer derrière ta voix, et en même temps parler pour qu’on t’entende. Comme un masque.
 

Part.1 (12 min) Exister par sa voix

« tu te rends compte qu’il y a quand même des gens qui t’écoutent. Il y a quand même des gens qui peuvent être sensibles… à ton timbre de voix (…) d’un coup, tu existes quand même, mais par ta voix. »
 

Part 2 (11 min) La voix comme un masque

« bien sûr, tu existes (…) on sent que tu es là, tu fais partie de notre environnement, de notre vie. (…) Sans que ce soit forcément très matériel. Ça passe par la voix. »
« quand FIP va s’arrêter tu ne sais pas comment tu vas le vivre. Sincèrement et profondément, est-ce que tu vas te sentir comme… comme si on t’avait débranchée. »
 
 

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search