Enquêter dans les interstices – Trouver une autre manière d’écrire, de dire, de parler

« They are the children of compost, always striving to make kin with others »

Matériellement, je n’ai pas le temps dédié, ni ne suis payée pour ce travail1.

Alors pourquoi j’enquête encore ? – parce que quelque chose de vital se joue.

« Aujourd’hui de quelles techniques de reprise avons-nous besoin en fonction de quel type de déchirure, d’accroc, d’usure, de démaillage ? Comment faire des reprises suffisamment solides pour qu’elles puissent servir de nouvelle trame ? », par Adrienne

Faire de la recherche, être en-quête non pas pour produire mais vers une transformation – soi, avec les autres, dans le (néo)monde #Conversations #Agencements #MondesDesirables.

Et comprendre-formuler que mon sujet d’enquête-fil conducteur ce sont les relations, les modes relationnels, le « rapport à » des dispositifs et à d’autres êtres, les manières d’exister « au contact de », « en lien avec », les façons de se relier, de faire alliance #JoiePolitique.

Écrire pour donner corps à l’enquête et au sens – « que nous est-il arrivé ? » – et se relier au monde différemment – « qu’allons-nous faire de ce que l’on a fait de nous ? ».

Trouver la justesse dans le geste, pour faire sentir et percevoir quelque chose qui sans cela n’est pas juste : sans « ça » (et qu’est-ce que ce « ça » ?) nous passons à côté. Nous passons à côté de l’autre, à côté de ce qui importe, de ce qui est vivant dans une situation, de ce que cela nous a fait dans le corps, les émotions provoquées, le sens qui émerge, cette sorte de fulgurance du sens quand le tissage est juste.

Comment trouver un langage pour raconter ? #Conte #racontage #AudelaDuTémoignage

Les savoirs du corps, la question des sensations, des émotions qui nous traversent quand nous sommes en terrain de recherche, dans nos enquêtes, qu’en faisons-nous en fait ? Comment en faire quelque chose ? Comment partager cette forme de connaissance ?

L’écriture académique ne le permet pas entièrement. Cela suppose de questionner l’écriture dans les sciences. Comment donner de la place à cette part entière d’intelligibilité que je considère comme un savoir à prendre au sérieux ?

L’auto-ethnographie, les conférences gesticulées, la fabulation, les formats audio, etc. autant de lieux d’expérimentations pour faire se rejoindre l’intelligible qui passe par l’intellect et ce que nous apprenons à connaître grâce à ce qui nous traverse dans le sensible.

– sans parler encore de ce monde imaginal – vers lequel Marc Jahjah à la générosité de nous ouvrir la porte, de l’imagination active dont la portée herméneutique est d’une puissance qui nous transforme, transforme nos espaces relationnels. La recherche de la forme juste devient pour moi l’enjeu majeur de l’enquête et prend le temps dont elle a besoin #SlowScience.

Nous sommes nombreux.ses je crois avec ces interrogations, des gestes semblables et différents à la fois, dans nos situations et alliances respectives, manquent les lieux de tissage de nos expériences, pour que l’écho devienne trame de soutien.

« Nous devrons continuer les recherches, mais nous devrons les mener en artistes. » – Vinciane Despret, Autobiographie d’un poulpe

La joie d’être en-quête – Enquêter avec d’autres êtres

  1. je suis PRAG à l’Université, donc mon métier est d’enseigner, 384h équivalent TD par an. La recherche, l’enquête se loge dans les interstices, c’est-à-dire dans le temps personnel. Je considère dès lors qu’il s’agit d’une recherche indépendante []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search