Florence Piron, décembre 2017

texte écrit en décembre 2017

Florence arrive presqu’en courant, en traversant le carrefour de Port-Royal.

Je la vois et je me souviens avec force de ce qu’elle porte avec elle. La mémoire que nous n’avons pas de temps à perdre pour vivre pleinement. En regardant en face les autres et soi. Commencer à aimer toutes les failles. Pour vivre en plein dans ses propres chaussure, pas à côté.

Florence vient de prendre des photos à l’Observatoire pour Léonie. Elle a les joues roses et un sourire en permanence accroché au visage.

La voir si vive me rappelle que la gestion m’a tuée, par trop de concessions à la vie. J’ai joué au sacrifice, à la stratégie, perdue dans mon illusion, perdant le souffle.

Florence pose tranquillement toutes les forces et les gravités de son existence, là dans le café. Pas une seule lamentation, la vie droit devant, elle m’entraîne à m’autoriser à faire de même.

Merci.



Citer ce billet
Mélodie Faury (2021, 10 août). Florence Piron, décembre 2017. L'Infusoir. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qclc

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search