Mémos vocaux – Retrouver les fragments, les agencer pas à pas

Autoethnographie de la thèse (suite)
J’écoute et transcris les mémos vocaux enregistrés pendant ma thèse. Inspirée par l’autoethnographie – merci Marc pour toutes ces inspirations-pépites que tu partages ! -, et à la recherche de la juste forme.
Le carnet de recherche comme le lieu des écritures intermédiaires.

19 octobre 2011

En lien avec le texte pour Limoges, un truc qui me paraît important c’est le fait de prendre au sérieux les problématiques d’autrui, à la fois sur le plan méthodologique et sur le plan conceptuel, prendre au sérieux la perspective d’autrui, en référence à ce que Joëlle m’avait dit un jour.

Et par rapport à la séance sur la responsabilité, de faire appel à un troisième regard, de proposer à une troisième personne de donner sa perspective sur cette question. Voilà.

30 novembre 2011

Où est-ce que je veux aller avec la question des valeurs dans ma thèse. En gros, où est-ce que je veux aller avec la partie II ?

Donc en fait… il faudrait que je sache un peu… me contraindre pour ne pas faire n’importe quoi.

Ce que je pensais faire, c’est d’une part, parcourir la question des valeurs dans la science telle qu’elle a été déjà pas mal travaillée, je veux quand même parler de Bensaude-Vincent, de Merton, de Pestre et d’autres… de Morin avec l’éthique de la connaissance, de Max Weber, et du lien à la démocratie. Et donc d’essayer d’éclaircir tout ça…

Pour ensuite dire que ce qui m’intéresse moi c’est la question des valeurs pour les chercheur.es. Et essayer d’analyser – alors c’est là qu’il faut que je me dote de choses assez précises dans le texte – la façon dont sont mobilisées les valeurs. Est-ce qu’il s’agit de parler de la pratique, est-ce qu’il s’agit de parler de soi ? Est-ce qu’il s’agit de parler des résultats, et de la communauté ?

En fait reprendre les différents entendements de « science » et essayer de voir quand est-ce qu’iels parlent de valeurs.

Et de quels types de valeurs ? Alors il faudra vraiment que je remette ça en question, j’ai une grosse question là-dessus que je n’ai toujours pas résolue… voilà. Donc en gros c’est parler de la relation science et valeurs, valeurs et faits, valeurs épistémiques, valeurs de société, valeurs individuelles – essayer de voir quel type de typologie je prends, et ensuite aller voir précisément à l’intérieur des entretiens, comment cela s’articule.

23 juin 2011

En fait ce ne sont pas toutes les façons possibles de tirer du contenu d’un terrain qui m’intéressent. Mais toutes les façons possibles d’y entrer, tous les regards qui sont possibles de porter dessus, pour rendre compte de la complexité de mon objet de recherche (…). Donc c’est vraiment essayer de se décentrer à plusieurs niveaux (…) pour rendre compte des multiples dimensions d’un objet de recherche.

(…) Du coup c’est vrai que ça ne va pas forcément avec le fait de rentrer dans le méga-détail ou au moins pas dans un premier temps. Dans un premier temps je tourne autour de mon objet, j’essaye de voir par où y entrer.

(…) C’est ce que j’essaye de faire avec ma thèse, c’est sûrement incomplet, il y a sûrement d’autres dimensions à ajouter pour donner une idée du sens et je pense que je les trouverai au fur et à mesure de mon travail de recherche, mais c’est une première base…

tourne au sujet de son « objet » de recherche, ne se met pas encore en relation, en contact. Reste dans la métaphore de la vision.

15 février 2012

Par rapport à ma troisième partie, mon itinéraire III. Ce que je veux essayer de mettre en évidence dans cet itinéraire, c’est à la fois la réflexivité du chercheur – donc là je peux partir de tout ce qui se sera dit dans les Espaces réflexifs, pour dire ce qu’est pour moi la réflexivité. Ensuite voir dans quelle mesure, elle est à l’épreuve, dans sa dimension orale, dans quelle mesure elle intervient dans la relation entre enquêteur et enquêté. Et troisièmement, elle intervient dans la définition nécessaire, la prise en compte de la perspective depuis laquelle on parle, chez l’enquêté lui-même. 

Donc commencer par le mouvement que j’initie chez moi, avec cette dimension orale, comprendre ce qui se passe dans la relation, avec tout le travail fait dans Trajectoire et Témoignage, la dimension heuristique intégrée avec la dimension développée par mon intervention, et enfin cette réflexivité chez l’enquêté… (…) conclure : dans quelle mesure j’imagine que cette réflexivité peut participer au rapport identitaire et culturel. Et là aussi réintégrer des réflexions qui ont eu lieu dans la Villa réflexive.

15 février 2012

dans la partie sur les valeurs, j’aurais tout un chapitre, tout un passage à faire sur la métaphysique des disciplines, les valeurs épistémiques, les valeurs sociales, etc… je peux reprendre ce que j’ai écrit à partir de Bernadette Bensaude-Vincent notamment, et un aspect idéologie, engagement : ce que je définis comme un discours engagé et politique, par rapport à un discours idéologique. Le lien que je fais avec la partie 3 sur la réflexivité, et après faire un topo sur éthique de la connaissance versus éthique de la responsabilité, par rapport à Morin et Weber, de l’illustrer avec des exemples très précis dans les entretiens, et un autre qui serait éthique de la conviction, éthique des résultats. Et finir là-dessus. Et en même temps, ensuite, faire un topo sur les parcours de chercheurs, sur l’incertitude comme valeur. (…) et comme définissant aussi les logiques d’un parcours. Et là je pourrais mettre les gersulpiens. Joëlle m’avait parlé de la thématique du choix dans les parcours, et ça je peux l’intégrer soit au niveau des valeurs soit de la réflexivité, quand on conçoit, prend conscience, qu’il y a un choix possible.

16 février 2012

si je reprends des discours de doctorants, en fait je pense que ma thèse c’est de dire que plus… on pense, on assume la subjectivité, plus on tend vers l’objectivité, c’est-à-dire, plus on situe le discours, plus on peut faire en sorte que celui-ci soit objectif. Cela demande de redéfinir le terme d’Objectivité, parce que du coup ce n’est pas l’objectivité au sens ce qui exclue tout autre valeur. C’est l’objectivité au sens de ce qui objectivement permet d’élaborer telle discours, dans tel contexte, avec tel instrument, tel méthode. Donc c’est rendre compte du processus de production du discours sur la réalité, que ce soit des conditions de production en fait, contextualiser un discours sur la réalité. Et c’est donc du coup, dans la mesure du possible, de définir l’origine méthodologique, théorique, conceptuelle, instrumentée, etc. du discours sur la réalité. Plus on le situe, plus il devient scientifique parce que partageable et en rendant possible un regard critique de l’autre à son sujet. Et du coup, il me semble que c’est valable pour n’importe quelle science. Mais que justement le discours interdisciplinaire est impossible, si l’on vit dans l’illusion que l’objectivité existe. Parce que… et là je peux détailler les différents niveaux. Parce que – premier niveau-, cela veut dire que l’on considère comme objective la manière, la seule manière de faire d’une discipline comme pouvant donner lieu à l’objectivité. Ce qui empêche en soi, en termes de raisonnement, la remise en question de ce qui constitue ce regard disciplinaire, parce que ce n’est pas parce que l’on interroge la notion de “biais” que l’on situe le discours. Par exemple, les doctorants, les étudiants, quand ils parlent des limites d’une étude, ils ont en tête la reproductibilité d’une expérience. Ce n’est pas sur un nombre assez grand d’échantillons, ce sont des critères quantitatifs qui interviennent. Alors que… ça c’est le premier niveau : si l’on part de l’idée que l’objectivité existe alors cela empêche de prendre en compte ce qui empêche d’y arriver justement. Et si l’on considère que l’objectivité est la valeur qui exclue toutes les autres valeurs… Je dirais plutôt que l’objectivité est la situation où se croisent plusieurs regards : c’est la complexité mais c’est aussi une situation où les valeurs qui amènent à l’élaboration d’un discours, que ce soient les valeurs de la disciplines, les valeurs inhérentes à la direction prise par la recherche, dans le cadre de son financement, etc. (à détailler par ailleurs) et bien si on le considère comme un processus, c’est plus la situation contextualisée, qui définit l’origine du discours scientifique et qui explicite les valeurs qui président à sa mise en place.

Parce que la technique est une valeur… je pense que plus l’on situe la chose, plus on contextualise, plus on le rend partageable, plus on ouvre les implicites, plus on tend vers l’objectivité parce que le dialogue entre différents regards devient possible. Un dialogue dans lequel les regards sont partageables, compréhensibles, “appréhendables” les uns par les autres.

Et si la science doit être la construction d’une connaissance objective sur le monde, c’est l’inverse d’une connaissance orientée par un seul regard. Puisque… en l’occurrence, l’orientation, c’est toujours l’orientation vers quelque chose, donc qui prône quelque chose (je peux redéfinir la notion de valeur) et donc qui contient de manière inhérente une valeur dans sa construction.

reste dans la vision…

16 février 2012

Mais elle est où la production de connaissance ?

Qui dit production, dit évaluation de cette production, dit qu’est-ce que c’est que produire ? Déjà doit-on produire ? Mais qu’est ce que c’est que produire ? C’est quand chacun évalue l’autre à l’aune de ses propres critères, sans prendre en compte la perspective selon laquelle l’autre parle. Cela ne veut pas dire que nous sommes relativistes (…) ce que cela veut simplement dire c’est qu’il y a une certaine violence à plaquer sur l’autre ses propres critères. Dans le dialogue interdisciplinaire, c’est bien ce qui ressort. Par exemple ce que nous avons discuté avec les doctorants l’autre jour, c’était la difficulté à accepter le jugement de valeur d’une discipline vers l’autre, en termes de connaissances produites. Pourquoi ce que produirait la sociologie serait moins valable, selon quels critères de scientificité ? Comment peut-on estimer – et d’autant plus la plupart du temps, sans en connaître les modes de fonctionnement -, que les autres disciplines (et donc sans en comprendre profondément ce qui en fait la spécificité et l’intérêt) sont moins valables que la sienne ? Derrière, il y a une vision positiviste de la science et une conception de l’objectivité qui est une conception incompatible avec la place du chercheur là-dedans… il faut que je réarticule avec la séance du labo Junior de l’autre jour. Nous ne sommes pas en train de dire que l’objectivité n’existe pas et qu’elle n’est pas désirable. Si, c’est ce vers quoi l’on cherche à tendre en tant que scientifique, mais si l’objectivité est la valeur qui exclue toutes les autres valeurs cela pose problème : cela paraît impossible à atteindre effectivement. Je veux bien un objectif de la science qui est d’atteindre l’objectivité, mais en tant que processus dans le sens duquel je vais, mais je ne veux pas avoir l’impression que c’est impossible ! Pour moi c’est une illusion de penser que c’est possible, surtout lorsque l’on voit la pratique quotidienne de la recherche. Si on se place à l’échelle de la science d’un point de vue historique et épistémologique, on peut tendre vers plus d’objectivité (recul sur les choses, temporalité différente) mais si on le considère au niveau de la pratique quotidienne de la recherche, pour moi il y a un risque idéologique : si l’on dit que la science fait de l’objectivité et non pas qu’elle essaye de tendre vers (sans y parvenir jamais effectivement), on ne peut pas nier la prégnance des valeurs. Disons que c’est un horizon à atteindre. Et pour moi une différence fondamentale, car sinon cela veut dire que les scientifiques ont l’impression qu’ils peuvent être objectifs à titre individuel, et du coup on s’éloigne d’autant plus de l’objectivité. C’est un paradoxe en fait.

Il me semble du coup que si tu penses que l’objectivité est un fait, tu t’en éloignes. Et tu vas plus vers un discours qui est de l’ordre des valeurs non explicitées. Alors que si tu vois l’objectivité comme un idéal à atteindre, alors tu vas d’autant plus faire des choses pour t’en approcher. Soit tu la considères comme déjà acquise, soit tu la considères comme toujours à construire et [comme un horizon] dont on peut toujours plus se rapprocher.

Le paradoxe de l’objectivité.

16 février 2012

L’évaluation comme tout jugement se fait selon des critères, selon ce qui est posé comme étant désirable, donc selon des valeurs. Donc du coup, on ne peut pas faire croire à l’évaluation objective. C’est-à-dire qu’il n’est pas possible d’évaluer objectivement. Puisque nous orientons ce qu’il s’agit d’évaluer vers quelque chose [que l’on fait ainsi importer].

en lien avec le billet écrit en février 2012 par Baudouin Jurdant dans la Villa réflexive

16 février 2012

ce que j’appelle l’objectivation brutale est l’objectivation qui n’est qu’un jugement de valeur :”tu es comme ça”, “tu es ça parce que tu penses ça”… Comment cela peut-il être objectif ? Comment accepter une formule définitive comme “tu dis cela, mais en fait tu penses cela ?”

17 février 2012

« une force intérieure qui la propulse de l’extérieur »

expectancy – « expectation » (« attente dont la réalisation est déjà entamée » ; « son attente s’appuie sur un avenir qui est déjà présent » chez F. Roustang) ; désir et agencements chez G. Deleuze ; puissance et mondes désirables chez Starhawk

#hypnographie

29 février 2012

La violence de celui qui te dit qui tu es. “Tu es… un menteur”. “Tu es…” ce n’est pas possible de dire qui tu es. “Tu es… un imposteur”. Tu es uniquement ce que je voudrais que tu sois, ou uniquement ce que j’ai pris l’habitude que tu sois. “Tu es… un biologiste”. “Tu es un… artiste”. “Tu es… mon frère”. “Tu es… mon miroir.” A la fois la douceur et à la fois la violence. La douceur quand ce que l’autre dit que nous sommes nous renvoie à ce qu’il voit en nous, et qui nous flatte. Quand ce que l’autre dit de ce que nous sommes fait écho à ce que l’on tend à être, ce que l’on souhaite être. Quand ce que l’autre dit de ce que nous sommes rencontre ce que nous voulons, espérons être. “Tu es”.

29 février 2012

Violence supérieure au “tu es”, le “tu n’es que”, qui réduit l’être à une de ses portions. Et qui n’envisage pas le hors-champ, ce que nous n’avons pas vu que l’autre pouvait aussi être.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search