Si tu m’accueilles, j’ai un monde entier à partager

Enregistrement audio (décembre 2021)

Je déplie ici le geste que j’ai tenté ce matin dans le cadre de la table-ronde plénière de l’évènement Science & You 2021

Présentation

Je devais vous parler aujourd’hui de mon travail de recherche portant sur Ma thèse en 180s, publié dans la revue Questions de communication, en novembre 2021.

Avec un titre mystérieux, voire cryptique, que je ne chercherais pas à élucider mais plutôt à faire sentir.

Car j’ai choisi de procéder par énigmes, bout de phrases qui resurgiront peut-être plus tard, dans les situations de médiation que vous habiterez.

Je vais vous parler de ce que m’a donné à penser Ma thèse en 180s, mais par un détour, sous une autre forme que celle de l’article ou de la conférence magistrale, à partir de la situation dans laquelle nous sommes, ici, collectivement, et en mobilisant ce qu’elle me donne à penser – pour penser ensemble, peut-être, plus largement, les possibles et ce qui nous tient dans nos pratiques de médiation.

Aujourd’hui je vais donc prendre un risque, en ne collant pas tout à fait au dispositif. Une sorte de pas de côté. Un geste.

Et justement hier soir, dans le Centre Pompidou de Metz, j’ai été arrêté par ce texte, au rez-de-chaussée :

Sois dans le geste

Celui de ta langue

Celui de tes mains

Celui de ta posture au monde

Habite-le, vis-le, et respire

Laisse venir les silences, les arrêts, les suspensions et les apnées

Et tu verras se conter ton récit

Bintou Dembélé.

François Roustang, lui aussi, nous dit qu’il suffit d’un geste pour réagencer nos relations aux autres, aux mondes.

Je vous propose donc de commencer par un silence pour considérer la situation dans laquelle nous nous retrouvons ensemble : vous et nous. Pour y atterrir consciemment et tester ce qu’un silence de quelque secondes peut créer là où il n’est pas prévu. Peut-être juste le temps de prendre place autrement dans vos sièges, de vous asseoir d’une autre manière dans vos fauteuils.

Et je mettrai ce silence en résonance avec la manière dont Camille Jacqueline alors doctorante, a pris la parole dans MT 180s en 2017.

J’aimerais le temps de cette intervention dénaturaliser un instant nos modes de communication scientifique. Pour les penser, en marchant sur un fil, car je suis moi-même prise dans ce dispositif.

Et j’ai même besoin de lire ce que j’ai écrit pour ne pas perdre un fil qui a bien du mal – je dois le dire – à résister au dispositif. Et de fait je n’ai pas eu le temps d’aller au bout du geste lors de mon intervention du 19 novembre 2021.

Je délaisse depuis quelques temps ces modes de communication frontaux : une personne sur scène s’adresse à une salle plongée dans le noir – ils m’en paraissent d’autant plus étranges, quant au mode relationnel qu’ils activent et quant à ce qu’ils attendent de la parole délivrée. L’occasion peut-être de rendre étrange le familier. Ils me paraissent plus proches de la performance que de la conversation dont je cherche les espaces pour mettre les sciences en tissage avec d’autres savoirs.

Saurons-nous construire avec nos mots une cabane, au sens de Marielle Macé, dans ce monumental Centre de Congrès ?

C’est un peu la même question, à partir d’une sensation similaire, qui a fait effraction au moment du passage forcé à l’enseignement en tout distanciel en 2020 : où sont passés la rencontre et la conversation qui fondaient le sens et la joie de ma pratique d’enseignement, que perdons-nous sans le dire, sans parfois-même réussir à le nommer, et qui pourtant nous importe ?

Isabelle Stengers à propos d’une conférence donnée récemment à Strasbourg disait combien une conférence reste toujours étrange : le conférencier ou la conférencière est la seule à prendre la parole, à prendre toute la place, sans savoir où elle se trouve.

Comment dès lors entrer en relation ?

Je pourrais encore reformuler :

où prendre (la) parole, où prendre (la) parole, depuis quel lieu, quand je vous parle ?

Baudouin Jurdant parle de la parole sans père, il y a aussi je crois des paroles sans terre (et je pense ici au travail de David Abram).

Est-ce possible de ne pas parler d’un ailleurs de la situation ? A partir d’un texte déjà tout écrit, d’une communication déjà plusieurs fois éprouvée, d’un discours à dérouler et bien maîtrisé ?

Comment, dans un tel dispositif – telle que celui d’une table-ronde plénière, sur une scène immense, ne pas se protéger ?

Que sommes-nous sensés incarnés ? A partir de quoi créons-nous nos renforts et nos protections ? A partir de La Science ? De nos supports de présentation ? De nos notes, de notre autorité d’universitaire, de sachant, de nos résultats scientifiques objectifs ?

Pourrait-on seulement prendre place dans un tel dispositif ou dans nos pratiques de médiation à partir de notre ignorance à l’avance de ce qui pourrait s’y passer ? Comme se préparer sans verrouiller tous les espaces pour que la situation reste ouverte à l’imprévu, à la rencontre, à l’inattendu ?

Est-ce seulement possible ? Et si oui, à quelles conditions ?

Pouvons-nous habiter l’inconfort de la perte de maîtrise, voire une forme de vulnérabilité, qui parfois cependant est la seule à permettre à la conversation de pouvoir trouver sa place ?

Comment se préparer à la rencontre sans pour autant s’hyper-protéger derrière une figure, ce que l’on pourrait appeler une persona ?

Quelles modes de relation peut-on dès lors envisager depuis nos protections multiples ?

Comment vient-on, comment se présente-ton, comment et d’où parle-t-on, au nom de quoi ?

Est-ce que nous lisons, est-ce que nous improvisons, est-ce que nous nous laissons traverser par ce qui advient en situation, et si oui à partir de quelles voix incorporées ?

Quel rapport me direz-vous entre ces considérations et « les bénéfices de la médiation scientifique pour les chercheurs et les médiateurs ? »

J’y viens.

Nous nous présentons dans la situation de prise de parole, à partir d’un discours pré-construit, préparé – car il ne s’agit pas de ne rien préparer puisque les conditions de la rencontre sont toujours à soigner : et j’en profite pour remercier l’ensemble des organisatrices et organisateurs de ce colloque, qui ont rendu possible ces rencontres avec beaucoup de soin.

Une fois que nous avons tout bien préparé donc, arrivons-nous en situation de médiation à nous déprotéger au moment venu : pour être là ? « Tout simplement » là.

C’est en fait le plus difficile. La question de la présence. Car il est tentant d’être partout à la fois dans chacune des salles où il se passe quelque chose, avec toutes ces sessions en parallèle, dans le foisonnement de tout ce qui se trouve à notre portée.

Être là. Pas dans l’instant d’avant, ni d’après. Comment être présente à la situation ?

Comment prenons-nous place dans la situation de communication, et à partir de quoi ?

Et d’abord, pourquoi sommes-nous là ?

Pour en être…

Pour augmenter un capital symbolique…

Pour répondre à la demande de notre institution de la représenter…

Parce que nous avons été invité.e…

Pour accomplir une mission de transmission de connaissances…

Pour la rencontre…

Autres possibles encore :

Pour proposer une brèche, un seuil de questionnement vers d’autres modes relationnels possibles, de savoirs possibles et certains modes d’intelligibilité – certaines formes de médiation scientifique et culturelle tentent précisément d’explorer ces possibles-là. Ces médiations qui se pensent comme terres d’accueil pour nos publics. Comme espaces de retour à un commun. A une manière de faire sens en commun.

Sentir l’atmosphère, les êtres en présence

Les reconnaître et les accueillir

Il y a dans l’air actuel, dans les discours, dans la manière de formuler nos questions, quelque chose qui n’engage pas à désirer la rencontre dans la médiation scientifique, qui n’invite pas à l’écoute de ce qui cherche à se dire, mais qui incite plutôt au combat, à la lutte (contre l’obscurantisme, les théories du complot, les fake news,…) à une défense de la rationalité scientifique face à ce que l’on considère, rapidement souvent, comme de l’irrationalité. Car penser l’autre d’emblée comme irrationnel, c’est aussi manquer d’imagination – ou de recul socio-historique.

Le mode relationnel ainsi envisagé pose d’emblée question. Il me paraît une impasse, voire propice au mépris, et en tout cas à la méprise.

Ce n’est pourtant pas ce que la médiation cherche, en tant qu’espace entre ; ni là où elle trouve son sens – lorsque j’entends les témoignages des médiateurs et médiatrices qui ont tant à cœur de prendre soin de la relation aux publics, de l’échange, des conditions de l’accueil.

Dans les paroles de médiatrices et de médiateurs, dans ce qui fondent le sens que nous donnons pourtant encore à nos métiers, il y a bien la joie et l’art de la rencontre, l’échange, le lien, la relation. Ce dont il s’agit encore de prendre soin. Et ce dont parfois, pourtant, nous manquons : pour des questions de dispositif, de commande et parfois des questions conjoncturelles comme la crise Covid que nous venons de traverser.

Le dilemme qui nous est posé est bien délicat. Il demande du tact, celui de la médiation. La science construit la valeurs de ses connaissances en rompant avec le sens commun : comment y revenir pour faire société ensemble, autrement que par le haut, par le surplomb de ce que l’on pense si bien savoir ?

Laissons-nous troubler encore, peut-être, par quelques énigmes

comme autant des voix entremêlées, parfois dissonantes, pour essayer d’habiter un seuil entre le dedans et le dehors de nos habitudes communicationnelles.

Je tente d’initier un geste, un mouvement, pour tenter de sortir du pli comme dirait Vinciane Despret, ses mots en résonance avec ceux de Gilles Deleuze.

Créer une forme de confusion et de risque, d’insécurité…

Et s’il ne se passait rien lorsque nous sommes en situation de médiation ?

Et si la rencontre n’avait pas lieu ? Et si nous n’arrivions pas à trouver un langage commun ?

Prendre le risque, c’est aussi prendre le risque qu’il se passe quelque chose.

Ne pas dominer la situation avec nos êtres scientifiques, nos arsenaux mais se rendre sensible à la manière dont les questions importent pour les autres, chercher encore, et même – peut-être surtout – quand c’est si difficile, à faire sens en commun.

Et, si, dans cette exposition de la parole de nos actions de médiation avait lieu l’hésitation, voire la chute, qu’adviendrait-il du rapport aux sciences, aux savoirs, aux sachant.es ?

Quel rapport me direz-vous avec « les bénéfices de la médiation scientifique pour les chercheurs et les médiateurs ? »

Tout dépend, je dirais, de la manière dont nous nous rendons présent.es à la situation.

Qui parle à travers nous ? La Science, l’institution, nos vécus, nos savoirs objectifs ? Un peu tout cela parfois.

Avec quoi donnons-nous l’occasion à l’autre de se relier ?

Sommes-nous présent.es à la situation ou constituons-nous un passage vers un ailleurs de la situation ? Avec lequel dès lors il n’est pas possible de se relier directement, sans notre intermédiaire.

Quels signes semons-nous pour la co-construction de sens ?

L’effet de la rencontre dépendra de la possibilité – que nous aurons réussi ou non à activer – de l’accueil d’autres importances que les nôtres. Cet accueil transforme. Parfois profondément. Nos trames changent dans la conversation avec autrui. Nos rapports aux questions, aux sujets, au monde. A nous-mêmes aussi.

Et la réflexivité ?

Ma réflexion se situe dans le geste d’enquête consistant à chercher comment rendre collectivement ce monde habitable aux plus d’êtres possibles, comment appartenir au monde plutôt que partir du principe que celui-ci nous appartient – et qui passe par la question : quelle place et rôle pour les sciences dans ce geste ? Pour quelles sciences, selon quelles épistémologies, quelles ontologies ?

La médiation scientifique, comme terre d’accueil pourrait devenir pour les chercheur.es et les médiateur.ices un lieu où l’on cherche à habiter le monde avec les sciences, en les tissant avec d’autres attachements en présence.

Cela demande que nous interrogions ensemble nos modes relationnels, nos modes communicationnels dans ce qu’ils permettent, entretiennent et dans ce qu’ils empêchent.

Je pars du fait que nous faisons partie du monde et que nos récits scientifiques activent des possibles et en effacent d’autres, autrement dit qu’ils ont un effet sur le monde quant aux réels (et aux rêves) qu’ils activent et à ceux qu’ils silencient (parfois malgré ou sous couvert d’objectivité), et même quant aux injustices épistémiques qu’ils rejouent ou instaurent.

Dans cette recherche d’une capacité de réponse à ce que nous vivons, ce que nous traversons et ce qui nous traverse en cette période dense et mouvementée, je nous inviterai collectivement à prendre soin et à continuer sans cesse de chercher – et même à célébrer – ce qui nous donne de la joie dans nos métiers de médiation, précieuse boussole dans des temps incertains, car c’est là que s’activent la puissance d’agir et agencements désirables – comme nous le disent Deleuze, Spinoza ou encore carla bergmann et Nick Montgomery.

Là où se trouve la joie de nos métiers, nous trouverons la puissance d’agir qui nous est si précieuse et donne de la vitalité aux relations que nous tissons.

Merci pour votre écoute.



Citer ce billet
Mélodie Faury (2021, 19 novembre). Si tu m’accueilles, j’ai un monde entier à partager. L'Infusoir. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qclj

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search