La science comme bien commun ? Quand j’ai rêvé (encore un peu) d’avoir du temps de travail pour la recherche

Enjeux sciences-société, de la co-construction, de la mise en circulation et de la mise en débat des connaissances scientifiques dans le contexte numérique de la science ouverte

Cette année, encouragée par le laboratoire auquel je suis associée et par mes proches, j’ai fait le bilan de 14 ans de recherche, dont 3 ans et demi rémunérés. Et j’ai raconté ce que j’ai fait jusqu’à aujourd’hui, et ce que je pourrais (aurais pu faire) si j’en avais les moyens dans le cadre d’un travail de recherche rémunéré (je suis actuellement PRAG – mon temps de recherche se fait en plus d’un temps plein d’enseignement, autrement dit bénévolement. Je cherche sans cesse les conditions matérielles pour continuer à faire de la recherche).

J’avais tenté un projet institutionnel, après celui hors cadre de l’année précédente : “Vers une philosophie des sciences, du commun et de la joie politique”

Me voici donc à la bifurcation.

L’enquête, les gestes continuent, nos formes n’attendent pas l’institution.

Résumé

A quelles conditions relationnelles, politiques, économiques et techniques la science peut-elle être considérée comme un bien commun dans le contexte numérique et sciences-société actuelle ? Quelles sont les modes relationnels activés par les dispositifs de conversation interdisciplinaire et de médiation des connaissances scientifiques ? Comment se confrontent différents types de constructions de la réalité à travers les formes du discours, et comment sont activés des rapports de légitimité liés au pouvoir de dire quelque chose de vrai sur le monde ? Dans quelle mesure les dispositifs de communication à propos de sciences permettent-ils la cohabitation de différents modes d’existence ou en privilégient-il certains par rapport à d’autres ? 

Issue d’un double cursus en biologie moléculaire et cellulaire et en sciences de l’information et de la communication / STS (science and technology studies), je considère la rencontre interdisciplinaire, interprofessionnelle ou sciences-société comme une occasion de penser comment faire commun et de le réaliser. Ces rencontres sont des espaces possibles et habitables, pour développer des recherches et co-construire des connaissances considérées comme des biens communs, à partir de problématiques élaborées collectivement – par la diplomatie et des manières de se relier, en tout non-innocence et par le tissages des différents types de savoirs – avec le souci et le soin, autant que possible, de ne pas rejouer d’injustices épistémiques – dans différentes situations de rencontres et d’engagements science-société – notamment de médiation scientifique, de communication dans les pratiques de recherche, en particulier entre les disciplines, de controverses sciences-société ou encore de recherches participatives.

Les fils conducteurs de mes travaux de recherche sont les suivants : les pratiques de communication dans les pratiques de recherche ; les enjeux du dialogue interdisciplinaire en sciences et dans le cadre des relations science-société ; les sciences participatives et les enjeux de la co-construction des savoirs ; les relations sciences-société dans le contexte de la science ouverte – enjeux des dispositifs numériques dans la construction des savoirs et d’un rapport aux savoirs chez les publics ; la réflexivité dans les pratiques de communication scientifique et de co-construction des savoirs. Mon travail se base sur une méthodologie issue de l’ethnosémiotique – inspirée de l’ethnométhodologie et de la sémiotique de Peirce, et de l’anthropologie de laboratoire. : je développe un travail de terrain à partir de corpus de discours oraux et écrits, d’une attention pour les activités pratiques, les situations de communication, et le mouvement réflexif des acteurs de la science dans leurs discours – en tant que sujets d’étude empirique ; en accordant aux activités ordinaires de la vie quotidienne de la recherche une écoute toute particulière.

Ma recherche consiste à élaborer des manières d’être au contact et de comprendre la manière dont les individus donnent sens et en même temps accomplissent leurs actions de tous les jours, comment ils la racontent à partir de leur expérience vécue. Je poursuis cette méthode en gardant à l’esprit deux objectifs méthodologiques : continuer d’inscrire ma recherche dans une réflexion sur les conditions de possibilité du dialogue interdisciplinaire, sur les enjeux de la circulation des savoirs à partir d’une science pensée comme un bien commun et dans un dialogue avec les recherches en anthropologie et en philosophie portant sur les enjeux ontologiques et épistémologiques des sciences modernes.

Axes du projet de recherche :  

Axe 1 – Les pratiques de communication dans les pratiques de recherche  

Axe 2 – Enjeux du dialogue interdisciplinaire en sciences et dans le cadre des relations science-société

Axe 3 – Les sciences participatives et les enjeux de la co-construction des savoirs  

Axe 4 – Les relations sciences-société dans le contexte de la science ouverte  

Axe 5 – Communication scientifique et réflexivité  




Citer ce billet
Mélodie Faury (2022, 27 mai). La science comme bien commun ? Quand j’ai rêvé (encore un peu) d’avoir du temps de travail pour la recherche. L'Infusoir. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qcmc

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search