Journal d’écriture de l’autre livre – Métafragment #1

Pour ne pas rester figée, sidérée, pour garder une capacité de réponse, une puissance d’agir – à la recherche de nouvelles formes d’écritures

Un métafragment est une tentative d’agencement de fragments encore plus petits que lui.

Je me fraye un passage le matin, quand tout le monde dort, vers mon ordinateur.
C’est samedi, un temps s’ouvre, très court, interstitiel comme toujours, pour écrire un peu, ou plutôt agencer tous les fragments d’écriture accumulés. Car depuis que j’ai lu Dérives de Kate Zambereno, dans un moment de congés où j’ai un peu pu revenir à moi, j’ai de nouveau l’impression que l’Autre livre est possible. Cette écriture qui semble toujours m’échapper.

Je tente donc la composition entre tous les fragments, les esquisses de gestes accumulés depuis 10 ans, tenter de donner corps par le texte au mouvement de l’enquête, à ses questions, à ses difficultés matérielles et épistémologiques.
Et l’une des embûches est celle de l’écriture : que peut seulement l’écriture pour rendre compte des chemins de la pensée, des liens qui se tissent entre « terrain », lectures, multiplicités des formes que nous tentons pour partager une expérience vécue.

Je reprends mes carnets, piles de notes éparses pour aller au plus près de l’infraordinaire de l’enquête. Et il me semble d’une certaine manière que je sors de l’académie par la littérature. Que la matérialité de mes conditions d’existence vient libérer soudain la forme. Je n’ai plus d’enjeu à publier, je veux dire, pas d’enjeu de capitalisation dans un milieu professionnel dans lequel je n’ai plus ni prétention ni envie d’entrer.
L’envie de ce livre si elle me tiens, c’est parce que quelque chose insiste à se dire, à tenter de trouver sa forme, que j’ai échoué à mon sens à partager dans un « manuscrit de thèse » : le vivant de l’enquête, l’élan des liens que l’on tisse, la densité relationnelle avec les êtres qui peuplent nos envies de savoirs.

Et puis l’amitié et la conversation m’amène à persister dans mes gestes, qui se tentent entre deux enseignements en tant que PRAG, ou en soirée quand il me reste encore un peu d’énergie après l’intense vie de famille, et parfois les week-ends, rarement, si j’ai la disponibilité d’esprit. Quoi qu’il en soit sur du temps interstitiel puisque je ne suis plus sensée faire de la recherche n’ayant aucun temps institutionnel pour cela.
J’écarte le temps pour donner de l’espace à ces gestes qui constitue la part vivante de mes pensées, je ne peux même plus les qualifier de « recherche », je ne cherche plus à qualifier ce que j’essaye.
Tout ce que je sais c’est que dans cet infraordinaire de la pensée, quelque chose importe que je ne me laisserai pas confisquer. Dérives me laisse penser que des formes permettent d’activer ce mouvement du présent intense de l’élaboration, de la déambulation dans le monde comme dans une infinité de signes que nous agençons pour faire sens, pour faire récit. L’écriture par fragments évoquée à plusieurs reprises par Kate Zambreno me parle beaucoup, c’est ainsi que j’écris finalement sans cesse, tout petit bout par tout petit bout. Que je tente de saisir ce qui me traverse, si possible en situations, avant que les pensées ne s’évaporent. Que je me mets à l’écoute de ce que j’ai à me dire, de ce que les êtres et les choses, les relations me donnent à penser fugacement : dictaphone, notes sur un bout de papier, sur le téléphone, éventuellement dans un carnet – quand déjà je m’installe un peu plus pour écrire tout en « officialisant » que j’écris, etc.
Au fil de mon indisponibilité pour des tâches dans lesquelles je pourrais me plonger dans la durée, c’est-à-dire environ pendant 8 mois de l’année, je ne cesse d’écrire sans m’en rendre compte, je me démultiplie et je me fragmente dans touts ces bouts de gestes. Les assembler, les agencer, les réagencer, leur donner forme, faire émerger la forme de leur multiplicité et des liens qui émergent, c’est un méta-geste que je n’ai le temps de faire que l’été, ou lors d’épuisement professionnel qui me forcent à m’arrêter : je me reconstitue alors et cela passe par le rangement, le tri, la composition – je recolle, rescotche les morceaux entre eux. Je me remembre. Ainsi je reprends pied dans un récit possible du trop plein qui me traverse.



Citer ce billet
Mélodie Faury (2022, 25 avril). Journal d’écriture de l’autre livre – Métafragment #1. L'Infusoir. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qcll

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search