Journal d’écriture de l’autre livre – Métafragment #2

Un métafragment est une tentative d’agencement de fragment encore plus petits.

Difficile de commencer, de se tourner vers la masse de matière qui pourrait être racontée, ne pas céder à l’illusion de l’exhaustivité, accepter l’infini de ce qui pourrait être dit, et voir que tout est choix, ne pas toujours maîtriser. L’accepter et se laisser dériver. Attraper un bout et puis l’autre, voir ce que cela donne à penser, ce que l’agencement propose comme sens et comme idées, comment les co-présences nous ramènent à ce qui a été vécu, à ce qui a été esquissé il y a 10 ans et aujourd’hui, comme la matière parle à travers nous, depuis là où nous sommes situés aujourd’hui.

J’entends les pas de mon fils, O., qui se lève, tout ensommeillé. Il s’installe entre mes genoux et l’écran. Et me raconte son rêve.

Je cherche dans ma bibliothèque tous les carnets reliés de près ou de loin à mon enquête. Je les extrais, les regroupe.

J’ouvre un carnet vert clair à spirales intitulés au marqueur « Autre thèse », il se présente comme le carnet d’écriture de l’autre thèse mais n’est pas très étoffé.

Février 2021, je prends le fil, les fragments et je laisse la forme advenir.
A partir de tous les morceaux qu’il s’agit de remembrer-remember.

Et je pense ici au travail de Donna Haraway. J’ai noté juste après : « le capitalisme comme expérience corporelle », qui me fais faire un lien vers les ouvrages sur le travail vivant de Christophe Dejours et vers le texte « Le déchaînement du monde » de François Cusset. L’atmosphère comme manière de penser. Celle de ces notes est imprégnée du contexte de la LPPR. Sur un post-it rose, volant il y a écrit « à Marc, son écriture libère la mienne ».

Depuis ces notes que je retrouve, je me relie à nouveau à mon envie de fabuler à partir de ce qui importe. Les gestes de Vinciane Despret – dans les pas de Sophie Calle – ceux d’Isabelle Stengers et Didier Debaise, d’Emilie Hache, Benedikte Zitouni et Donna Haraway m’inspirent beaucoup : comment partir de la juste question de ce qui importe aux êtres en présence dans l’enquête, comment faire alliance avec ces importances ?

J’ai pensé un temps reprendre mes entretiens à l’aune de ces attentions. Car formulées ainsi, elles ne me feront pas considérer les mêmes dynamiques que celles que je regardais à l’époque, focalisée que j’étais sur une analyse des normes et valeurs dans les discours des doctorant.es en biologie et non plus précisément sur ce qui les fait agir, sur les êtres agissants ou lignes agissantes. Poser autrement les termes de nos questions nous fait raconter, fabuler autrement, trouver des récit pour sentir, faire sens, faire alliance avec les êtres que nous rencontrons. Ce geste relationnel du sentir-penser si puissant chez Arturo Escobar.

Je cherche à trouver une forme de récit qui permet aux lecteur.ices de faire alliance avec un monde différent du leur. Et cela passe par cette manière de poser les questions, ce qu’adresse comme question épistémologique majeure Vinciane Despret dans Etre bête quand elle nous apprend à être attentives à la manière dont nos questions de scientifiques peuvent être absurdes pour les concerné.es. Quand elle nous propose de nous mettre à l’écoute d’autres manières de poser les questions, qui feraient d’abord sens en relation avec les personnes et les êtres que nous rencontrons.

Ce n’est pas ce que j’ai fait quand je suis arrivée sur le terrain de ma thèse, à la rencontre des doctorantes et des doctorants en biologie. Je suis arrivée avec mes questions, je leur ai demandé de me raconter leur expérience vécue, au quotidien, de leur pratique de recherche, et j’ai essayé ensuite de trouver des « cadres d’analyse » qui assureraient le statut « scientifique » de mon travail. Qu’il puisse tenir face aux critiques d’un jury de thèse, face aux cadres théoriques qui seraient alors incarnés dans le jury. Mais au fond, ce sont les importances des doctorant.es et doctorants, celles qui fondent le sens de leur engagement qui m’intéressait alors : pourquoi se sentent-iels à leur place, pourquoi cela fait-il sens pour elleux – alors que ça n’en faisait plus pour moi ? Quelles sont les motivations, les horizons d’attente auxquels cette pratique répond pour elleux et auxquelles elle échoue pour moi ?

O. me demande du blanc correcteur et du ruban adhésif. Il me dit « tu ne vas pas écrire ça quand même ! ».



Citer ce billet
Mélodie Faury (2022, 26 avril). Journal d’écriture de l’autre livre – Métafragment #2. L'Infusoir. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qclm

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search