Journal d’écriture de l’autre livre – Métafragment #3

Un métafragment est une tentative d’agencement de fragment encore plus petits.

Quand je m’installe pour un temps indéfini, dont je pressens d’avance qu’il sera interrompu rapidement, sans savoir de combien de minutes je dispose, je n’arrive à m’installer dans rien. Je préfère finalement écrire dans les interstices sans avoir l’impression que j’écris. Plutôt que cette frustration de ne jamais pouvoir plonger dans une réflexion longue.

Alors je vogue de petit instant en petit instant en essayant de n’attendre rien d’aucun d’entre eux. Et ensuite je m’aperçois que je ne fais qu’écrire. Il suffit que je ne me dise pas que j’écris pour le faire. Me manque “juste” le temps de rendre l’écriture lisible, le geste perceptible. Si je m’en tiens aux fragments, instagram, twitter, encore avant le blog – quand j’avais le temps des méta-fragments -, si je m’en tiens aux fragments donc comme unités de sens, plus de frustration : c’est une adaptation à mon mode de vie, les fragments font signe les uns, d’abord juxtaposés aux autres et finissent par esquisser de nouvelles trames en se reliant, en composant un ensemble.

Si je veux partager le geste avec les signes, cela devient plus compliqué. Parfois ce sont les autres qui prennent le soin de l’écoute, du suivi du geste sur la durée, qui l’aide à faire émerger : les ami.es. Parfois je me dis que j’aimerais avoir plus le temps d’accompagner les signes d’un récit sur le, les gestes. Mais la matérialité de mon existence me ramène aux fragments, aux interruptions. Ici, je tente de raconter, de dire ce que j’esquisse, fragments par fragments. Sans m’empêcher de revenir pourtant à la forme de la juxtaposition recousue de fragments bruts, car sinon je m’arrête. Si je vise l’intégration, si je bannis toute trace de scotch alors je ne suis plus en mesure de rien écrire.

J’écris en coutures apparentes, voire même en coutures en cours ou en coutures qui ne seront jamais faites : seulement envisagées comme possibles.

Dans le carnet vert à spirales, il y a d’autres bouts de pensées et d’écriture.

Je m’y dis qu’il faudrait pouvoir trouver une autre relation à nos sujets de connaissance – et non plus objets, et que la fabulation permet d’accueillir ce qui nous touche, de faire alliance autrement, d’habiter autrement la relation à nos questions de recherche.

Je me demande si je dois conduire de nouveaux entretiens par rapport à ceux menés au cours de ma thèse, j’aimerais ne plus parler seule des êtres rencontrés, de leurs mondes et importance (“matter of care”), mais plutôt co-construire la fabulation avec elles et eux, faire voix ensemble.Je me dis que je pourrais fouiller les matériaux de mes recherches, les prendre comme amorces pour activer les possibles.

Je cherche des fictions à partir des mêmes signes, qui proposeraient de nouvelles trames, des manières de dire ce qui importe, à l’intersection, dans la relation, à partir d’un nouveau langage.

Quand je me demande avec quoi faire alliance, je pense aux êtres imaginaux que nous invoquons avec Marc Jahjah Pro, à ces être qui nous font agir et converser, à ces alliances que l’on tisse – êtres et forces qui nous animent, nous capturent parfois, nous mettent en actions, en gestes, en parole.

Essayer de trouver le lieu de la relation possible avec ce qui nous agit, entrer en conversation. Quels sont les êtres de ces histoires ?

Je passe rapidement en revue toutes mes notes sur la reprise d’un travail de thèse, tout ce que je pourrais faire que je n’ai pas fait à l’époque, tout ce qui a changé en moi depuis, tout ce que j’aborderais autrement, trop de possibles, ça me noie un peu. Tant d’envies, si peu de temps, toujours pas de poste de recherche.

Une idée tenace revient, celle de mêler dans le récit deux temporalités ensemble. J’ai d’autres notes récentes qui reviennent sur cette idée. Sans déterminisme, tisser les lignes qui disent que les prémisses du futur sont déjà présents, raconter les possibles, les bifurcations. Et une question latente, toujours : dans quels récits les doctorantes et les doctorants que j’ai rencontrés il y a 10 ans se reconnaîtraient ? À l’époque et aujourd’hui ? Comment puis-je raconter si l’idée qu’iels s’y reconnaissent d’une manière ou d’une autre m’importe ?

« C’est toi, mais ce n’est plus tout à fait toi non plus »

Pour trouver la manière juste de faire récit – aujourd’hui, depuis là où je suis aujourd’hui et depuis là où iels sont – je joue avec l’idée de me laisser traverser par des images en écoutant les entretiens. Reprendre l’état qui mène à l’hypnographie : que ce qui importe retisse par lui-même une trame de sens qui soit juste, laisser les agencements advenir.

« Ta forme sait où elle va ».

Je dis un jour à Marc : « pour la co-fabulation, la méthode ce sera explicitement l’hypnose – les phrases, images, sensations qui traversent. Et le rêve. »

C’est ce que je fais dans une autre enquête, liée aux lignées familiales, mais cela peut-il s’activer pour mon enquête liées aux doctorantes et doctorants en biologie expérimentale ?

Est-ce d’ailleurs la juste manière de la désigner cette enquête ? De quoi s’agit-il ?

« Qu’est-ce que signifie être biologiste ? ». Pour elles, eux, mais aussi pour moi. A l’époque et aujourd’hui.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search