Tenter de m’entendre encore penser – Journal d’écriture de l’autre livre – Métafragment #4

Un métafragment est une tentative d’agencement de fragment encore plus petits.

Tout le corps compacté, tendu, les tempes qui battent. Plein de mots tournent dans ma tête, impossible de les écrire, de les mettre sur le papier, mon corps hurle. Sur le point de bascule du résultat des élections, je ne réussis à rien commencer.
Les mots qui ne sortent pas restent coincés dans mon corps : tension, mal de tête, dos bloqué, jambe douloureuse. J’écris pour que le papier accueille et remette en circulation ce que mon corps ne métabolise plus.
Je peux avoir des jours plein d’élans, d’envies et d’idées et le lendemain, le corps plein de douleurs, la colonne vertébrale en miettes. Je vis avec les conséquences de chaque visios pendant des heures et des heures qui suivent : je ne mets plus la caméra, ne m’efforce plus d’entrer dans le cadre, je refuse de devoir sans cesse récupérer. Une après-midi en l’air pour 2 heures de visio-conférence.
J’essaye finalement d’écrire un peu et comme toujours les interruptions « pour info il y a des petits pois au congélateur ». Écrire dans les interstices n’est possible qu’en assumant ces interruptions permanentes, en ne regrettant pas trop ce qui était sur le point de prendre forme et qui une fois de plus échappe, en accueillant la forme qui viendra quand même, bien loin de toute anticipation et tout contrôle. Écrire par petits morceaux en faisant confiance au processus, sans trop s’engloutir dans la frustration de tout ce qui ne trouvera pas d’espace, pas de lieu.
J’ai acheté un casque antibruit. La seule façon de garder momentanément un espace à soi sans avoir besoin de déployer les grandes manœuvres (isolement dans une pièce, demande de non interruption, installation du matériel, regroupement et nomadisme des carnets, stylos, ordinateurs). Écrire là où les autres sont aussi, et cette phrase qui devient une habitude « attends deux minutes, j’arrive, je suis à toi », « mais Maman c’est drôle quand tu dis ça parce que tu es déjà là ». A la maison, j’essaye d’apprivoiser d’écrire dans le bruit de fond permanent, de ne jamais pouvoir longtemps rester focalisée. Et je mets mon casque antibruit. Tenter de m’entendre encore penser.
 

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search