Scotcher les morceaux – Journal d’écriture de l’autre livre – Métafragment #5

Trouver des formes d’écriture et de pensée adaptées à mon mode d’existence
Et pas l’inverse
 
J’ouvre mon ordinateur, le dossier « Autre thèse », celui où j’ai rangé tous les fragments, que j’ai passé des heures et des heures à réunir, disséminés qu’ils étaient un peu partout. Là ils sont rassemblés, mais ils ne parlent pas encore les uns avec les autres. Ma souris hésite sur l’ensemble des sous-dossiers, l’impression qu’il faudra plonger dans l’un d’entre eux « vraiment » pour commencer à donner de l’articulation, du sens à ces regroupements. Et pourtant je pourrais ne faire que réunir les morceaux qui se présentent, sans enjeu d’exhaustivité, sans référentiel absolu de ce que je devrais faire pour que cela ait de la valeur. Faire confiance au processus et à la forme qui en émergera.
J’ouvre le dossier « Frises ». Quelques photos de mes collages de fragments justement, que j’avais effectuées lors de mon épuisement professionnel de novembre-décembre 2020 (je les date tellement ils sont nombreux). La nécessité que j’avais ressentie alors de devoir « recoller les morceaux », face à l’engloutissement, à l’absurde, au trop fragmenté. Retrouver une manière d’agencer, de faire récits entre les bouts de pensée et de travail, pour que le geste commence à devenir lisible, pour qu’il puisse un jour être partagé, peut-être. J’ai la chance alors de participer au workshop de Clio Simon, Rendre visibles les digressions du monde. Elle me permet de converser et de parler de mes chemins pour se retrouver, retrouver le fil de la pensée, trouver de nouvelles (tr)âmes.
Ces frises se construisent à partir de la matière accumulée, elle permettent aux livres, aux notes, aux idées, aux piles à lire, de dialoguer entre elle, de se parler, elles permettent à une armature de sens de faire surface, donnent peut-être une sensation transitoire de cohérence de sol sur lequel se tenir.
J’ai déplier 6 ou 7 frises cet automne-là. Mon couloir en était rempli. Et alors les fragments n’étaient plus une accumulation mais des récits qui chuchotaient à mon oreille qu’ils savaient où ils vont, qu’ils savent ce qu’ils ont à dire.
J’ai démêlé les gestes, scotché tous les morceaux, enroulé les frises et puis je me suis reposée.

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search