L’espace de l’entretien comme un espace co-construit – Toi, Quentin – 1ère partie

L’espace de l’entretien comme un espace co-construit

J’ai choisi une nouvelle forme pour partager mes entretiens, pour ré-écrire à partir de la transcription : je raconte l’entretien à la personne enquêtée. Je lui raconte son récit. Je continue d’habiter la relation, la voix qui parle change mais l’espace où elle se déploie tente de rester un espace commun. Je TE raconte, comment je T’ai entendu.e.

Remonter dans les voix du passé pour apprendre comment témoigner du / au présent – trouver une manière de raconter qui sonne le plus juste possible.  

Fabuler les entretiens de recherche pour chercher une justesse qui raconte la rencontre. S’allier à la parole de l’autre sans l’en déposséder ni la faire sienne.
Ne pas s’effacer ni recouvrir.
Être présent.es.
Marcher sur un fil.  

L’espace de l’entretien comme un espace co-construit, de la pensée tissée. Écrire et revenir à la voix, dire qu’il y eut quelque part conversation, l’ouvrir un peu plus grand. De l’entretien à la transcription en revenant au récit d’une rencontre. Toi qui m’a parlé ce jour-là.   Comment rendre compte de la densité et de l’émotion d’une parole sans la faire entendre directement ? Sans briser l’accord initial d’anonymat qui a rendu la parole possible ? Car nos empreintes, nos identités sont aussi vocales.   Comment prendre soin d’une parole confiée dans son épaisseur et sa texture ? Sans l’aplatir ni l’objectiver. Avec tact. Sans se prétendre « réceptrice neutre » de ce qui est dit. Situer la parole et tout autant l’écoute.  

Garde-t-on des traces de la manière dont la personne rencontrée nous a parlé, et celles de l’état dans lequel nous étions lorsque nous l’avons écoutée ?  

De quoi témoigne-t-on au-delà des mots transcrits ?

Peut-on réduire l’entretien à une pratique informative (non à mon sens) ?

Qui rencontre qui ?

Où se situent les points de contact, de rencontre dans l’entretien ?

Fait-on alliance avec la parole de l’autre et jusqu’où ?

—-

Dans mon bureau

Tu ouvres ton agenda et tu me racontes, le quotidien de ta recherche doctorale. Au fil des notes que tu as prises dans ton agenda, sur plusieurs semaines, et que tu me commentes.

Je te demande de reprendre dans l’ordre et de m’expliquer ce dont parlent tes notes. Tu me précises que tu as noté tous les contacts que tu as pendant ta journée, mais uniquement ce qui concerne le travail, pas les pauses café, pas les discussions informelles dans le couloir genre « Qu’est-ce que tu as fait ce week-end ? », ou d’autres trucs comme ça. Parce que ça, comme on est dans un labo, me dis-tu, à l’inverse de ma situation plus à distance de mes collègues, toi tu es dans le labo, tu vois des gens. Donc tu arrives le matin, voilà, le lundi vous vous demandez ce que vous avez fait le week-end, donc il y a forcément plein de temps comme ça où tu vois des gens. Tu n’es jamais tout seul. Ça c’est pour le contexte. Tout ça, tu ne l’as pas noté, parce que c’est impossible parce que tu n’arrêtes pas, et tu ris. C’est un peu comme dans une classe, quand tu es dans une classe, tu ne vas pas noter à chaque fois que tu demandes à quelqu’un un mouchoir, ou que tu interagis. Donc, tout ce que tu as marqué là, concerne exclusivement le boulot. A chaque fois, tu as précisé si tu as contacté les gens par mail ou si tu les voyais en entretien, en face à face. Ce n’est pas forcément toi qui a l’initiative, des fois ce sont des gens qui viennent te voir, c’est plus ou moins prévu. Des fois, ça arrive que des gens viennent te voir un peu à l’improviste, mais c’est plus rare. Tu as aussi noté les trucs du genre les réunions de travail, celles qui sont formelles, imposées. Nous en reparlerons, il y a par exemple les réunions d’équipe le mardi, où tout le labo se réunit. Ce genre de trucs.

Qu’as-tu fait le lundi ? Tu as envoyé apparemment pas mal de mails pour les responsables de la prépa agreg, notamment à N., parce que tu préparais le sujet avec lui. Et ensuite, un mail à T., pour obtenir des plantes, du matériel pour le TP en question. Elle est chercheuse à Paris, elle bosse sur le modèle que tu voulais présenter en TP, tu es allé chercher des plantes à Paris, et tu l’avais contactée par mail avant pour lui demander. Tu allais à Paris, ou plutôt en Bretagne, en revenant tu es passé à Paris chercher les plantes. Ça tombait bien. Le mail, c’était pour préparer ta venue à Paris, s’arranger, lui demander les plantes, qu’elle les prépare. Tu ne la connais pas. Quand tu as fait ta biblio tu as vu « Oh chercheur à Orsay », et tu l’as contactée. Tu lui as dit « est-ce que vous auriez », c’était des silènes parasitées et pas parasitées par un champignon, « est-ce que vous auriez des silènes et notamment parasitées, parce que moi j’ai pas de moyen de », normalement tu peux en trouver assez facilement dans la nature comme ça, mais comme moi tu n’as pas de bagnole, et il faut aller en campagne autour de Lyon. En plus tu n’avais pas beaucoup de temps, parce que c’était les longs week-ends de Mai, tu étais barré tout le temps, tu ris. Tu n’avais pas trop le temps d’aller chercher des trucs comme ça pendant tes week-ends, et comme tu passais par Paris, dans tes week-ends, tu t’es dis, « oh ben c’est trop pratique si je peux en ramener ». Et donc tu l’as contactée, elle t’a dit « Oh oui pas de problème ! ». Elle a dit oui tout de suite et donc tu es allé la voir la semaine suivante.
Et M., que je connais aussi, c’était pour la partie reconnaissance du TP où il faut préparer tous les échantillons, machin. Vous vous êtes vous plusieurs fois dans la semaine, vous n’arrêtiez pas.
Il fallait les trouver les plantes, une vingtaine d’échantillons. Il faut aller voir dans les collections, et si tu ne trouves pas dans les collections, que tu veux du matériel vrai, tu vas lui demander, faire ta liste. Lui demander, « est-ce que tu crois que c’est possible de faire ça ? », « non je pense pas », « oui ce serait bien ». Voilà.
V. C’est une technicienne du labo, ingénieure du labo, elle est quoi ? Tu ne sais jamais : elle est ingénieure d’étude ou assistante ingénieure ? Tu ne sais plus, enfin bref. En tout cas, elle est dans votre équipe cette année, et elle bosse pas mal. A la base, elle ne devait pas bosser avec toi parce qu’elle a été recrutée par T., ton directeur de thèse, sur un autre projet, et dès qu’elle a du temps, en gros, qu’elle arrive à se ménager un peu de temps, par rapport à son autre projet, et bien elle te donne des coups de main sur ta thèse. Donc souvent c’est pour faire des manips techniques. Elle est très forte en biologie moléculaire. Donc elle va te faire des clonages, des machins. Donc là justement c’était une réunion, tu sais plus ce que vous vous êtes dit, mais en gros vous vous êtes échangé des trucs. Enfin, elle te dit ce qu’elle fait, et toi tu lui dis « ça c’est bien », « ça tu laisses tomber », « tu devrais faire ça ». Vous avez un dialogue permanent en fait sur les manips en cours.

C’est toujours hyper informel, c’est un peu ta façon de travailler aussi, mais comme vous vous voyez en permanence dans le labo, elle te dit « ah tiens, j’ai fini ta manip là », ou « j’aurais besoin »… Des fois, c’est toi qui doit lui passer du matériel « j’aurais besoin que tu me passe ça », « d’accord », ou bien « j’ai fait telle manip, ça n’a pas marché, il faut qu’on en discute », « d’accord, cet aprem à deux heure, j’ai un trou », voilà, dès que vous avez un trou, vous vous voyez.

Le mode de fonctionnement du laboratoire, c’est que tous les techniciens tournent – il doit y avoir sept techniciens, et tu crois que c’est valable aussi pour les assistants ingénieurs. En fait, ils tournent. En gros, ils sont sept ou huit, et il y a six équipes. Et ils tournent en permanence entre les équipes. Donc ils restent un an dans les équipes et après ils tournent. C’est un système qui a été mis en place pour deux raisons. Ils n’ont pas tous les mêmes compétences. Certains sont super forts en biologie moléculaire, d’autres super forts en biochimie, d’autres super forts en hybridation in situ, histochimie, et du coup tu sais que si tu l’as dans ton équipe tu peux lui demander. Tu sais que cette année-là, si tu as des manips, si tu sais que t’as quelqu’un qui est super fort en hybridation in situ et bien, c’est l’occasion ou jamais de placer toutes tes manips d’hybridation in situ, voilà.
Si tu veux faire de la bioch’ cette année-là, tu peux toujours la faire toi-même et demander des conseils à la personne, ils ne sont pas… C’est-à-dire, tu as quand même le droit de discuter avec elles, elles bossent pour le labo. Tu sais que tu auras du mal à le mettre à plein temps sur une manip que toi tu fais, parce qu’elles travaillent déjà pour une autre équipe. Mais après elles peuvent toujours te donner des conseils, t’épauler, si elles te disent « la semaine prochaine je fais une manip », tu te débrouilles pour faire ta manip en même temps qu’eux font la leur. Alors que quand ils sont dans ton équipe tu peux carrément dire « fais-moi la manip » et voilà. Tu ris.
Ça a été mis en place dans votre labo (c’est variable vraiment suivant les labos), pour deux raisons. La version politiquement correcte c’est justement que les différents ingénieurs ou différents techniciens ont différentes compétences, et donc les labos peuvent avoir… Avant c’était par plateformes. Donc tu avais une plateforme biochimie, et tout le monde pouvait faire de la biochimie. Mais en pratique c’était difficile parce que des fois tu as quatre ou cinq personnes qui veulent faire une manip en même temps. Ça fait des plannings de fou. En plus, du coup pour les personnes, pour les techniciens, quand tu bosses en plateforme tu n’es vraiment qu’une main. Parce que tu fais juste la manip d’une personne, et puis tu ne sais pas ce qu’il y a eu avant, tu ne sais pas ce qu’il y a eu après. Alors que là, le but c’est vraiment de leur donner une manip cohérente du début à la fin, et qu’ils ne soient pas des mains, mais aussi un cerveau, qu’ils s’intéressent au sujet, ils s’impliquent, voilà. Là, ça leur permet de comprendre le sujet, tu leur expliques « alors moi mon sujet de thèse c’est ça », par exemple, «  je voudrais répondre à telle question, donc j’ai mis en place tel protocole, voilà pourquoi j’ai besoin de faire telle manip ». Et ils comprennent pourquoi on leur demande de faire les choses, c’est plus valorisant, ils sont plus… Et même pour toi c’est plus intéressant de demander quelque chose à quelqu’un dans ces conditions.

Je me demande si cette manière de tourner, ce mode de fonctionnement, est une demande de leur part. Et tu me réponds que c’est la version officielle et politiquement correcte, parce que officieusement… certains chefs d’équipe disent « tel technicien, il n’est pas très bon, en gros je ne le veux pas ». Parce qu’une autre manière serait que chaque technicien soit affecté à une équipe et point barre. Il y a des techniciens qui sont très bons et d’autres qui sont un peu moins bons. Évidemment, tout le monde voudrait les bons techniciens et les moins bons techniciens… des fois, ce n’est même pas qu’ils sont moins bons. Par exemple, il y en a un qui est un célibataire endurci, hyper compétent, qui fait des horaires de fou. Bien sûr, lui est plus… il abat plus de boulot que la mère de famille qui dit à cinq heure et demi « désolée, je rentre chez moi, j’ai fait mes 8 heures de boulot ». Et du coup, comme les chefs d’équipe sont boulot-boulot, ils préféraient avoir les stakhanovistes de la pipette plutôt que les gens qui ont une vie à côté. Ça c’est la version moins glorieuse du truc, qui fait qu’il y a une rotation.

Après les techniciens, quand on leur demande, ils souffrent pas mal du fait de tourner, et ils aimeraient bien qu’on tourne peut-être tous les deux ans parce que justement, même si en un an tu as le temps de comprendre un sujet, t’investir dedans etcétéra, comme ils n’arrêtent pas de changer et que vous avez tous quand même des thématiques différentes, ils passent du coq à l’âne. Et même si en un an, ils s’investissent plus dans un sujet, que s’ils étaient sur une plate-forme par exemple, et bien cela reste difficile d’intégrer toutes les données, de se faire au modèle, au système d’étude. Donc eux aimeraient peut-être bien élargir la période de rotation. Mais là pareil, les chefs d’équipe veulent que ça reste en un an. Parce que, par exemple, quand tu as un thésard – une thèse c’est trois ans -, s’il fait trois ans, c’est deux ans et demi de manips et au moins il peut voir trois techniciens différents. Alors que si tu tournes tous les deux ans, ton thésard ne verra qu’un technicien. Donc si tu tombes les deux ans où c’est un technicien, soit qui n’est pas compétent sur un domaine qui est super important pour ton thésard, soit qui n’est pas le stakhanoviste mais plutôt la personne qui fait des horaires normaux, c’est plus dommageable pour le thésard. Donc ils disaient « ben non, il faut tourner ».

Toi, tu penses qu’on ferait mieux de faire un peu comme ils veulent. Parce qu’au final, tu penses que s’ils tournent, enfin tu penses qu’un technicien est en général d’autant plus efficace qu’il est bien intégré dans une équipe, et qu’il est investi dans son sujet. Souvent, quand tu tournes tous les ans, tu lui demandes de faire que des trucs qu’il sait super bien faire, tu ne peux pas trop lui demander autre chose parce que sinon ça demande de le former là-dessus, et puis quand il va se barrer au bout d’un an tu perds le savoir. Les équipes ne font pas trop de mise au point, elles ne s’aventurent pas trop dans des domaines… « ça on pourrait tester, on n’a jamais fait au labo, personne n’a mis le protocole en place, on pourrait essayer de le mettre en place ». Non, tu ne fais pas trop d’innovation technologique de protocole, alors que si on avait des personnels sur une plus grosse période, vous pourriez mettre ça en place. Après c’est variable, il y a même certains techniciens, qui sont dans une équipe et qui ne se plaisent pas trop parce qu’ils n’aiment pas le chef, tu as toujours des… Au bout d’un an, ils en ont déjà marre. Donc des fois aussi c’est bien de changer. Tu es pour le principe de rotation, tu trouves que c’est vraiment bien. Ensuite, pour la période, c’est vraiment à voir avec les techniciens. Tu penses qu’un ou deux ans, vu les échelles de recherche, on n’est pas à ça près quoi.
V. c’est différent, elle est en CDD, employée sur un projet, une bourse qu’a eue T.. Elle n’est que pour votre équipe uniquement, elle bosse essentiellement sur le projet de T., et en plus maintenant sur ta thèse.



Citer ce billet
Mélodie Faury (2022, 30 avril). L’espace de l’entretien comme un espace co-construit – Toi, Quentin – 1ère partie. L'Infusoir. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qclq

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search