Une forme pour remembrer – Journal d’écriture de l’autre livre – Métafragment #7

La recherche d’une forme pour l’écriture ressemble à ce que décrit François Roustang, dans “La fin de la plainte”. En le lisant, j’ai noté et partagé sur Instagram – car c’est souvent là que j’arrive encore à écrire par fragments, entre les activités quotidiennes, dans les interstices – que je peux dire la même chose de l’écriture, de la recherche de formes pour se dire, se remembrer, prendre corps, se remettre en mouvement :
 
« À la recherche d’une forme capable de changer en une totalité vivante un corps, dont les membres étaient épars. (…) Le thérapeute, en tant que et dans la mesure où il est lui-même animé par la vie, va dessiner, grâce à l’accord dans lequel il est entré, la figure de demain susceptible de faire accéder l’interlocuteur à l’unité de son corps propre.
Que signifie être vivant ? Qu’est-ce que cette forme à transmettre ? Un vivant est un corps organisé par une forme qu ile projette comme corps dans un environnement auquel il doit s’adapter. »
 
L’écriture par morceaux se prêtent aux interfaces numériques. Quand j’avais un peu plus de temps consécutif – pendant la thèse – je cousais les fragments entre eux par des billets de blog, sans comprendre sur l’instant l’élaboration nécessaire que ce geste représentait pour agencer les fils emmêlés. A présent que je suis dans un plein temps d’enseignement, sans temps de recherche et que je suis maman, mon écriture est encore plus morcelée, et c’est le temps de la couture qui me manque. Alors j’investis d’autres formes, celle de l’écriture-image a trouvé sa place ces dernières années : le geste esquissé se trace fragment après fragment, il se donne à voir en même temps que je le conscientise par la distance lié au partage public, et l’effet réflexif de l’apparition des morceaux les uns à côté des autres, qui fait émerger de nouvelles idées, liens, formes. C’est le même processus d’émergence réflexive que je cherche avec le logiciel Obsidian.
 
Et finalement je retrouve ce geste qui consiste à étaler tous les morceaux devant soi, à les déplacer, changer leur voisinage, leur environnement, voir comment « ils parlent » selon à quoi on les relit. C’est le geste des frises étalées dans le couloir, mais que l’on tient dans sa poche à chaque instant du jour (entre la machine à étendre et le repas à préparer, entre le cours avec les L1 et la prochaine réunion sur le projet IDEX).
 
Photographier des bouts de livre, des annotations, des bouts de réels qui inspirent des idées relève du même geste : comme des pierres de retour au chemin fugace emprunté par la pensée, qui ne cesse à tout moment de faire des liens entre les signes, qu’il est ensuite impossible de retrouver dans toute sa vivacité lorsque l’on s’attable devant son carnet ou son ordinateur pour raconter. La saisie dans l’instant tente de rendre possible cette reviviscence.

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search