La multitude des formes qui ne verront pas le jour – Journal d’écriture de l’autre livre – Métafragment #8

Cette fois je m’attable. Je viens de coucher les enfants, racontée l’histoire. J’ai commencé à partager mes bouts de journal d’écriture sur les réseaux, je ne sais pas si c’est une bonne idée pour garder le mouvement vivant. L’intégration d’yeux extérieurs sur mes gestes a souvent été paralysant – les yeux qui réduisent-, et en même temps je « risque » les résonances, dont je ne voudrais pour autant pas dépendre pour continuer à déployer ce qui semble m’importer. Mais le sens que nous élaborons peut-il avoir lieu ailleurs qu’en relation et en conversation ?
 
Je tweete : « Si tu sens que ton geste est juste, tiens le jusqu’au bout – un jour quelque part nous résonnerons » et Pattie O’green me relaie en commentant « Trust the ripple, comme on dit. »
 
Je continue d’être impressionnée par la masse à traverser, que j’ai déjà l’impression d’avoir racontée par morceaux plusieurs fois, en différents endroits, sans que rien ne soit lisiblement articulé quelque part, déposé pour continuer le chemin. Peut-être oui, qu’il faut que je la dépose toute cette matière. En tout cas que j’évoque son existence, son hétérogénéité, sa densité, la joie relationnelle qu’elle contient. Voilà, je témoigne de la joie de l’enquête, de son infinité. Et aussi de la multitudes des formes qui ne verront pas le jour, qui resteront imaginées, rêvées, envisagées, écartées.
 
 
Ajouter > Citation Kate Zambreno sur les collections
 
Quand je partage ce que j’écris, je suis reprise malgré moi par des matrices de publication, de valeurs, des enjeux me rattrapent que je cherche à quitter, comme des sirènes qui chantent encore à mon oreille. Celles de la reconnaissance, celle des lieux que je n’atteindrai jamais – sans que ne se pose jamais, pourtant, la question de la solidité du désir-, celle des postures que je regarde derrière le plexiglas, que j’ai tenté de jouer à un moment, mais dont les costumes me grattaient trop.
 
Quand je partage ce que j’écris, je vois les dispositifs qui me tournent autour, tentent de me recapturer et de me faire perdre à nouveau le sens de mon geste.
Ce geste que je redéploie à nouveau au début de chaque page vierge. Comme un ruban relancé infiniment pour voir de nouvelles formes se déployer au sol. Cette image me reste d’une lecture de Stefen J. Gould de l’époque au j’étais biologiste, dans un de ses livres sur l’évolution.
 
Je suis appelée à l’étage.
 
 
 
 
 


Citer ce billet
Mélodie Faury (2022, 3 mai). La multitude des formes qui ne verront pas le jour – Journal d’écriture de l’autre livre – Métafragment #8. L'Infusoir. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qclu

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search