Parler les frises – Journal de l’autre livre – Transcription mémos vocaux #2

Parler les frises – l’oral comme un scotch reliant les fragments entre eux – remplir les espaces manquants

J’ouvre mes fichiers, je erre un peu et je retombe sur cette transcription intitulée « Autre_thèse_Transcription frises parlées ». A partir de cette frise :

« Je vais parler de l’autre thèse, essayer de comprendre mon projet d’écriture, sachant que j’ai tout devant moi – matériellement, j’ai aussi la chance d’avoir un financement. Il n’est plus temps de tergiverser : j’ai tout devant, avec moi, tout est là. Trouver une forme d’écriture. Je commence par « parler mes frises » avant de les écrire (ou de les re-parler).

Le « je » du passé deviendra elle. Puisque j’entretiens une conversation épistémologique entre ces deux moments de mon enquête, ce choix d’écriture donne corps à cette conversation.

Début de la transcription du mémo vocal – 1/

“En 2008, elle commence sa thèse sur « qu’est-ce que signifie être biologiste ? », sachant que la manière dont la question du sens se pose pour elle à l’époque n’est plus du tout la même que pour moi aujourd’hui. A l’époque, la question qu’elle se pose – depuis là où elle est – concerne ce qui fonde la décision de continuer ou d’arrêter un parcours professionnel suite à des études en Master de biologie moléculaire et cellulaire. Elle a fait ce master avec les camarades de promotion qu’elle rencontre en entretien ensuite, mais que elle l’avait quitté, tandis qu’elleux continuent leur trajectoire de biologistes. Dans son cas, il y avait une rupture difficile à expliciter : pourquoi rompt-elle alors avec un parcours ? Pourquoi bifurque-t-elle ?


Cette question de la bifurcation, elle ne se pose pas pour tous les doctorant.es qu’elle rencontre, certain.es continuent parce qu’« il faut tenir » ce qui a été engagé, parfois à partir de loyautés familiales, non réinterrogées, de chemins tracés que l’on suit. Le fait de « continuer » est tissé d’engagements : quand iels ont investi un certain nombre d’années dans des études données, iels font ce qui est prévu pour la suite, ne se posent souvent même pas la question, ne voient pas la possibilité qu’il puisse en être autrement et qu’iels pourrait partir. La question de rester ou partir ne se pose pas pour tout le monde. Elle, elle est déloyale, ou prise dans des conflits de loyautés, déjà.

Dans le contexte 2010, sortant de la biologie pour aller en sciences de l’information et de la communication, elle développe une approche pour laquelle il a fallu qu’elle s’outille fortement sur le plan épistémologique. Elle a besoin de justifier que sa démarche de recherche a une valeur, de la légitimer (pour elle et au regard des autres) face à des méthodes et des paradigmes dominants, quantitativistes, imprégnée par exemple de la notion de biais qu’elle hérite de la biologie moléculaire, ainsi que d’un tas de conceptions et de constructions épistémiques qu’elle a fait siennes. Et elle arrive en sciences humaines et sociales. Dans un premier temps, il faut qu’elle outille sa manière de poser ses questions et de rentrer en contact avec son terrain.


L’intérêt pour le contact avec – plutôt que l’accès à – une réalité qui n’est pas la sienne et dont les doctorant.es en biologie témoignent. La manière de créer les conditions du témoignage et le statut de ce témoignage l’occupent et préoccupent. C’est ainsi qu’elle en travaille la question de la réflexivité dans la rencontre avec un.e autre que soi-même.
La rencontre avec un.e autre que soi-même se pose aussi à sa propre échelle, en termes de posture de chercheuse : elle navigue entre une identité qu’elle (dé)laisse (« biologiste moléculaire ») et une identité qu’elle tente de rejoindre (“doctorante en sciences humaines et sociales”). Ces deux parts dialoguent, se frottent, s’opposent parfois. Une posture de biologiste moléculaire qu’elle est en train de quitter, pas complètement, et qu’elle essaye de remettre en question, de remettre sur l’ouvrage, pour endosser pas à pas une autre scientificité, et tenter de la vivre profondément : celle de l’enquête et de la recherche en sciences humaines et sociales dans le domaine des STS.


C’est ainsi qu’elle questionnent les « mêmes », les autres-mêmes, les autres-semblables pour voir en quoi iels sont autres. C’est cette multitude qui se joue dans le rapport entre enquêtrice et enquêté.es – dont elle a appris l’art avec Joëlle Le Marec. Elle l’explore dans le travail autour de la connivence et les rires, ce qui fait que l’enquêtrice et l’enquêtée se sentent les mêmes, avant que de nouvelles incompréhensions et distances ne se créent pendant l’entretien, faisant l’étrangeté de la relation mais aussi de la vie professionnelle que mènent et dont témoignaient les doctorant.es qu’elle rencontre. Nous nous connaissons sans nous connaître.

Il faudrait que j’esquisse le contexte dans lequel elle fait ce travail : nous sommes en 2010, la biologie répond déjà à des logiques capitalistes et productivistes très fortes, le publish or perish est très marqué, peut-être même plus que dans d’autres disciplines. Ce qui me paraît flagrant, sans que je ne le théorise plus loin, c’est à quel point l’ordinaire, le quotidien vécu des doctorant.es (traduit-trahit j’allais dire) rend compte de cet environnement construit par les politiques de recherche, de ce dispositif, ce milieu structurant de la pratique de la recherche, de l’obtention de résultats, de la production de données et d’articles, dans le plus infra : c’est-à-dire dans le vécu, au jour le jour, des enquêté.es. Ce rapport me frappe entre politique de la recherche, régime de construction des savoirs et micro/infra, quotidien, intime presque de la pratique de recherche dans les laboratoires, celle qui ne se voit pas, celle qui ne se perçoit pas. Ce qui la manière dont les langages, les esprits et les corps sont traversés par des politiques, des milieux dans lesquels ils baignent. Je pense à présent ces questions avec Stengers, Pignarre, Guattari et Deleuze. Et notamment à partir de la sorcellerie capitaliste et des pratiques de désenvoutement (Pignarre et Stengers, 2007).

Nous étions dans cette atmosphère. Elle a alors l’impression qu’il faudrait qu’elle relie ce avec quoi elle entre en contact sur le terrain avec l’historicité des politiques de la recherche. J’ai pu creuser la question depuis, grâce au travail de Rémi Barré, de Dominique Pestre ou encore de Christophe Bonneuil qui mettent les régimes de savoirs en perspective. Depuis stratégie de Lisbonne (lancée en 2000), l’Europe se lance dans l’économie de marché de la connaissance et pense la pratique de recherche comme une pratique de production de savoirs en tant que capitaux. Les doctorant.es le vivent implicitement mais très matériellement par leur corps, leurs gestes, leurs priorités conditionnées, l’expriment dans leurs langages, dans l’infraordinaire du quotidien des laboratoires”.

(…)

Dans son travail de thèse, elle touche à la question des normes mobilisées dans les discours : ce qu’il « faut » faire, ce que l’on « doit » faire, ce que je reformulerais aujourd’hui comme des « alternatives infernales » (Stengers et Pignarre, 2007) : nous n’avons pas le choix, c’est comme ça, « il faut bien ». Ainsi se matérialisent en pratique, en acte et en discours, les politiques de recherche et les nécessités de publier : il faut « avancer », il faut « s’adapter » (Stiegler), iels ne peuvent pas s’arrêter de maniper, de publier, s’iels jouent bien le jeu qui leur est proposé. Des choix sont parfois faits par les doctorant.es, qui génèrent des résistances, qui explicitent des assignations : iels sont remis.es à leur place.

« Bah parce que, notamment UneTelle, jeune chercheuse CNRS, il s’avère que sa, enfin sa stagiaire principale, celle qu’elle suit depuis le plus longtemps, donc qui est en médecine, a très peu de temps de présence au labo, donc concrètement ses manips avancent pas, du moins pas énormément. Et donc elle, elle a les dents longues et elle veut publier au moins trois trucs par an, et elle a besoin de résultats. Donc elle a engagé, parce que celle qui est à l’origine de ça, non pas un, non pas deux, non pas trois, mais quatre stagiaires, pour avoir des résultats. Vraiment dans l’optique « chair à paillasse », c’est vraiment ça. Donc… donc voilà, c’est ça, c’est qu’elle a besoin de résultats, et… sa thésarde ne lui permet pas de lui en fournir assez, donc elle cherche un moyen détourné d’en avoir. » Axelle, 15 février 2010.

Lorsque l’ordre des êtres et des choses est explicité et/ou réinstauré, la relation avec le directeur ou la directrice de thèse est convoquée dans les discours des doctorant.es sur leur pratique vécue de la recherche. Elle (la doctorante que j’étais alors) n’a pas encore les mots ni les cadres épistémiques pour analyser ces relations : les doctorant.es vivent des expériences de subalternisation ou des conversations quasi de pair à pair avec leur direction de thèse, selon l’organisation du laboratoire, la politique relationnelle non explicite qui anime le collectif, les matrices de dominations qui s’y déploient, les répartitions des rôles et des tâches entre doctorant.es, post-doctorant.es, technicien.nes, ingénieur.es, chercheur.es titulaires.

Aujourd’hui, je questionne ces relations systémiques avec une autre approche épistémique et moins de naïveté politique, une plus grande connaissance de l’organisation des collectifs, et depuis un autre vécu. Je vois, j’entends, je sens autrement ce qui est raconté.

Reprendre la thèse à dix ans de distance correspond à un changement de cadre d’analyse et de la nature du contact avec un terrain, à partir du vécu : à l’époque j’étais en contact direct avec une réalité que j’avais moi-même éprouvée dans les laboratoires, expérience qui m’avait permis d’accéder ensuite aux lieux de vie professionnelle de mes collègues et anciens camarades (leurs laboratoires) pour mener des entretiens, au cours desquels iels me confiaient une parole qui était une parole amie, différente d’une parole de surface, de représentation, de mythologie de la recherche – que l’on peut souvent entendre quand la science se donne à voir. Les doctorant.es sortent de leur persona de « scientifique » quand iels parlent à une paire – encore identifiée comme telle il y a 10 ans. Iels me parle depuis leur vécu quotidien situé, pas “au nom de la Science” (Maillot, Stengers).

En 10 ans, il y a eu des transformations épistémiques majeurs dans mon rapport aux sciences et plus spécifiquement aux sciences humaines et sociales. Le contexte politique et matériel de nos – et de mes – pratiques d’enquête a lui aussi beaucoup changé.
Reprendre le travail de thèse à dix ans de distance, c’est à la fois la reprendre depuis un ailleurs, en même temps que depuis un contexte politique qui a renforcé des tendances que nous apercevions déjà en 2010 : les transformations et les événements que nous vivons politiquement en recherche proviennent d’une transformation longue et ancrée – et pas si silencieuse que cela (pour faire écho au texte de François Jullien) des politiques de recherche.

Mon expérience vécue depuis la thèse, jalonné de harcèlement moral, d’abus de pouvoir, d’assignations en tant que femme à l’université, de précarité des conditions matérielles pour faire de la recherche – pas de temps de travail dédié, enquêtes reléguées sur le temps personnel lui aussi bien occupé par la vie domestique et familiale – le travail domestique invisibilisé) et de remise en question plus globale de la neutralité et de l’objectivité de la recherche (Brière, Lieutenant-Gosselin et Piron, 2019), m’amène à me demander à nouveau : comment faire de la recherche sur la recherche, une fois que ce changement épistémologique est mis en mouvement, ancré dans la critique radicale des sciences (standpoint epistemology), et fondé sur un vécu qui résiste au point de vue de nulle part ?


Ce mouvement critique a trouvé ses prémisses dans le travail collectif sur les réflexivités et s’élance beaucoup plus loin : la réflexivité ne suffit pas.

 



Citer ce billet
Mélodie Faury (2022, 10 mai). Parler les frises – Journal de l’autre livre – Transcription mémos vocaux #2. L'Infusoir. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qcm1

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search