Écriture des seuils – Journal d’écriture de l’autre livre – Métafragment #11

 
Ces derniers jours j’ai partagé les fragments en ligne, pour essayer de garder le contact avec le texte, malgré l’omniprésence du travail la journée – j’enchaîne réunions et enseignements. Partager des posts me permet de relire, les publier de les lire à distance de voir toutes les fautes non identifiées dans l’écriture en flux. La seule que je puisse faire jaillir dans les espaces intermédiaires. Les temps d’écriture que j’investis est marginal : après les obligations professionnelles, après les obligations familiales. Je le mets dans les entre-deux : entre deux réunions, entre deux déplacements, entre les repas du soir et le sommeil.
 
Je constate que la mise en ligne au fur et à mesure me permet bien de garder le contact avec ce que j’essaye d’écrire avec un minimum de continuité, cela me permet d’arrêter d’attendre que s’ouvre un temps fantasmé qui serait plein et ininterrompu – il n’existera jamais, si ce n’est une semaine ou deux par an que j’arrive à organiser en les anticipant très en amont. Quand elles ne disparaissent pas au dernier moment avec toutes les précarités organisationnelles : en ce moment les cas contact Covid et les Covid confirmé. Je pense avoir une semaine libre, je m’y projette et au dernier moment elle saute.
 
La publication par morceau et au fil de l’eau a la dynamique du geste en train de se déployer, de ce qui se cherche, se ressasse, s’essaye dans sa vulnérabilité. J’expose les fautes, les incertitudes, les tâtonnements, les redites, et cette vulnérabilité du geste, trouve ainsi sa place matérielle – entre l’écriture pour soi et l’écriture mise au monde pour se dire à soi qu’il est possible qu’elle existe. Pour le voir matériellement.
 
Le geste de l’exposition pourtant – dans la mesure où ces écritures sont intermédiaires – reste fragile. Je m’aperçois que le sens du geste arrive toujours sur une crête quand je publie. La publication en ligne (que ce soit au fur et à mesure ou après finalisation) fait risquer de voir le sens du geste remplacé par les réactions extérieures.
Mon geste importe. Importera-t-il à d’autres ? Pourquoi cela devrait-il être une question ? Comme les réseaux et leur mode de partage font-il pour faire importer les importances des regards extérieurs avant les nôtres ?
Je connais ce risque de glissement et je ne tomberai pas dans la brèche. Garder serrer contre soi la vitalité du geste, malgré l’épreuve des yeux que l’on invite soi-même dans les espaces déprotégés. Prendre le risque relationnel, prendre le risque de la résonance.
 
Prendre le risque aussi que le rythme du partage ne soit pas celui de la lecture ni de la conversation. Publier en ligne sans attendre d’être lue, parce que l’effet matériel et réflexif est une ressource pour l’écriture, et que la conversation inattendue une belle surprise.
 
 


Citer ce billet
Mélodie Faury (2022, 5 mai). Écriture des seuils – Journal d’écriture de l’autre livre – Métafragment #11. L'Infusoir. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qclx

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search