Dire avant de se défaire – Le journal de l’autre livre – Métafragment #14

Déposer les enfants à l’école et atterrir au bureau. Ici mon esprit ne vogue pas de la même manière, je suis rappelée de manière matérielle par mes cours, mes engagements professionnels, c’est un entourage différent.
 
Dans cette pièce, les documents lié à “l’autre livre” changent de forme. Il s’agit plutôt d’amas d’archives brutes de la thèse, qui appuyait mes analyses de l’époque, mais aussi de schémas, d’ébauches de plans, de verbatims d’entretiens, d’articles imprimés et annotés. Sont entassés aussi les carnets de terrain.
 
Je sens que le geste que j’entreprends consiste aussi à les parcourir une dernière fois avant de m’en défaire.
 
Je repense depuis hier à la forme narrative en « tu » que j’avais tentée, pour laquelle j’avais même commencé un podcast, lieu complémentaire de l’enquête, pour essayer de sentir ce que cette forme pourrait bien activer, pour dire l’entretien à l’écrit ou à l’oral. Une manière de percevoir et d’habiter encore un peu la relation, une manière d’aller contre l’évidence d’un détachement avec des « matériaux » : considérer au contraire que la forme narrative nous parle aussi de la relation entre les personnages et la narratrice, que les formes préalablement choisies, au regard des normes et des habitudes, me faisait violence quant au mode relationnel que je tentais d’entretenir avec les êtres et leurs importances.
 
Lien vers les réflexions associées sur l’Infusoir
 
 


Citer ce billet
Mélodie Faury (2022, 8 mai). Dire avant de se défaire – Le journal de l’autre livre – Métafragment #14. L'Infusoir. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qcm0

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search