L’alter-thèse – Les esquisses successives de l’autre livre #2

Projet pour les Editions des archives contemporaines – novembre 2017 – doc travail MF

L’autre livre – Projet

L’alter-thèse ou le parcours d’une pensée en cours d’élaboration 

Mots clés

STS ; SIC ; espace mental de la recherche ; l’expérience de la pratique de laboratoire ; parole dans l’institution ; construction d’une identité de chercheur ; rapport identitaire et culturel aux sciences ; la réflexivité à l’épreuve du terrain ; discours et construction d’identités ; formes d’engagement ; conflit de normes et de valeurs ; sens de la pratique ; espaces de réflexivité

Note d’intention

L’approche multiple que je développe place la réflexivité, en tant que mouvement, au centre de la démarche de recherche en STS mais également au centre de l’action signifiante dans l’institution. La réflexivité ainsi mise en œuvre n’est pas une interrogation qui tournerait en vain sur elle-même. Elle constitue au contraire une manière fertile de construire le regard et aboutit à l’obtention de résultats concrets et à l’engagement politique individuel et collectif, pour la réappropriation institutionnelle et la resignification de la réalité des acteurs.

Je construis et explicite finalement la posture de chercheur, mais plus largement d’acteur institutionnel réflexif, autour de la parole et de l’idée de mouvement réflexif.

Cette idée est centrale, d’une part dans ma conception de la scientificité des discours produits sur la recherche par les STS et les sciences de l’information et de la communication, et me permet d’autre part de développer l’impact de la réflexivité pour l’action, au sein de l’institution, et en lien avec le sens des acteurs qui investissent leur pratique.

En tant que chercheuse, la réflexivité me paraît indissociable de l’objectif de construction de connaissances scientifiques. En tant qu’actrice institutionnelle, elle me paraît indissociable de l’action.

Je devais initialement partir de ma thèse, comme un objet à modeler pour en faire un livre. A partir d’un terrain, traversé et retraversé, à partir de rencontres dont j’avais tiré des questionnements, des remises en question, l’élaboration de ma question de recherche.

Un objet délaissé, comme un instantané, il y a 5 ans.

Après avoir retourné cent fois l’idée dans mon esprit et envisagé, pesé et mesuré l’élan qu’il me fallait pour y revenir, j’ai compris que le chemin arrière m’était impossible. J’ai alors demandé à Joëlle Le Marec si je pouvais écrire ‘’un autre livre’’.

Je la remercie pour sa confiance si précieuse, pour la conversation in-finie, pour l’attention aux gestes fragiles, qui font que je m’engage sur un chemin dont je ne sais rien.

Chère Joëlle,

Voici ma proposition de projet un peu décalé par rapport à l’idée initiale.
Je te propose de faire un livre non pas issu de ma thèse mais qui rend compte de tout le processus arborescent de construction de “l’objet thèse”, c’est à dire de la pratique de doctorante, les implicites, les à-côtés, qui ont abouti à l’objet “manuscrit” en tant que résultat.

Un ouvrage réflexif donc sur une pratique de recherche située dans un parcours, le mien, mais qui appellera “l’objet thèse” régulièrement, comme “produit” visible” ou “attendu académique”.

Une forme d’alter-thèse ou l’autre manuscrit de la thèse.
Je reste disponible pour échanger avec toi sur cette idée, en tout cas elle m’enthousiasme et m’inspire !

Bien à toi,

Mélodie



Citer ce billet
Mélodie Faury (2022, 17 mai). L’alter-thèse – Les esquisses successives de l’autre livre #2. L'Infusoir. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qcm7

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search