L’écriture, la thèse et la pensée – Les esquisses #5

novembre 2017

Think we must

J’ai été frappée par la démarche des ‘’faiseuses d’histoires’’1, démarche collective initiée par Vinciane Despret et Isabelle Stengers, qui ont lancé, après Virginia Woolf, un cri auprès de femmes ‘’pour qui penser n’est pas un moyen mais un enjeu en tant que tel’’.

J’ai l’impression d’une prétention à me sentir concernée par ce cri, mais je rejoue sûrement dès lors tout le rapport aux sciences dont j’hérite en tant que femme, en tant que transfuge de la biologie aux sciences humaines, en tant que mise en mouvement par la philosophie et plus particulièrement la pensée en philosophie, mais pas ‘’vraie philosophe’’. En tant que… autre chose que ce mouvement qui me porte et que je n’arrive pas bien à caser dans les catégories que le monde académique, ou que le monde tout court, propose.

‘’La pensée comme enjeu, c’est ce que toutes deux nous avons reçu de la philosophie. Nous l’avons reçu comme un cadeau, un cadeau exigeant, non comme un droit ou un privilège.’’ V. Despret et I. Stengers.

Je repense souvent à l’enseignante d’allemand au Lycée qui m’avait un jour lancé, méprisante et énervée : ‘’arrêtez de penser, ça vous fatigue’’.

J’ai le sentiment d’avoir un jour pensé, et depuis ne plus pouvoir m’en passer, ou au prix d’un profond mal-être. Je vous épargnerai ici, pour cette fois, les détails intimes des effets de la privation de la pensée… mais j’essayerai en tout cas d’en mesurer, ailleurs, les effets sur l’action et sur les quelques terrains que j’ai explorés.

‘’Re-connaître, c’est alors re-susciter, c’est-à-dire reprendre une histoire, la nôtre, sur un mode différent, comme si elle donnait des éléments chaque fois particuliers, et donc partageables, à une question que nous n’avions pas posée jusque-là, ou alors autrement.’’ V. Despret et I. Stengers, 2011, op. cit. p. 60

Plutôt que de retravailler ma thèse comme objet, je vais donc la re-suciter comme expérience, comme étape de mon parcours universitaire, la prendre à revers dans un quatrième itinéraire qui mobilisera mon propre rapport identitaire et culturel aux sciences2, – qu’il faudra sûrement désigner autrement – , mais aussi tous les terrains qui n’y apparaissent pas, et

‘’S’est imposée l’idée de le proposer à d’autres femmes, et donc d’en faire une question ‘’de terrain’’, non seulement le ‘’terrain où on pense’’ mais aussi le ‘’terrain qui nous fait penser’’.’’ V. Despret et I. Stengers, 2011, op. cit.

Je vais donc écrire un premier livre, qui donnera accès au processus de la thèse et ouvrira sur l’envie, si ce n’est la réalisation immédiate, de tout un tas d’autres livres. Dont le statut délibéré, non revendiqué ni déclaré, mais à construire, sera celui de construire la subjectivité la plus située et outillée possible pour développer une recherche scientifique consciente, réflexive et relationnelle.

« Les chercheurs et les écrivains ont souvent la tentation de se défaire de leurs liens, voire de les trancher – ce qui est évidemment une illusion. Tel chercheur n’osera pas dire d’où il vient, d’où il parle et ce qui le motive ; tel écrivain affirmera qu’il s’est fait tout seul, qu’il ne doit rien à personne (à part Dante et Shakespeare). J’ai voulu adopter la démarche opposée, qui consiste à accepter ses liens, non par servitude volontaire, mais parce qu’ils peuvent être considérés comme une source d’inspiration, une force. Pour qui refuse l’illusion narcissique de l’auto-engendrement, du génie inné ou de la science infuse, ces liens sont des adjuvants qui permettent de savoir qui nous a engendrés, donc d’où nous venons et qui nous sommes.

Encore faut-il le dire au sein du texte, et non dans ses innombrables à-côtés. », Y. Jablonka, 20173

 

L’écriture et la pensée

L’écriture et l’élaboration d’une pensée et d’une méthode à partir d’un parcours et d’un terrain

Tout au long de mes années de thèse, et à partir de la moitié de la seconde année de doctorat, j’ai écrit sur des carnets de recherche en ligne, l’Infusoir (carnet personnel), les Espaces réflexifs et Enquête sur l’homme vivant (carnets collectifs)4. Cette écriture a joué un rôle fondamental dans l’élaboration de ‘’l’objet manuscrit de thèse’’.

Je me suis débattue pendant quasiment tout la durée de ma recherche doctorale avec la représentation du travail que je devais produire. Quel était l’attendu, la forme culturelle dans laquelle il fallait que je m’inscrive, pour que le jury de ma thèse considère que j’avais rempli les conditions de réussite, de ce rite de passage, à l’aune des normes collectives de la recherche, que constitue l’écriture du manuscrit et la soutenance de thèse ? Que faire de cette autre forme d’écriture, sur le carnet de recherche, qui m’était et m’est toujours nécessaire, que nous ne rendons pas visible, nous autres chercheurs, dans les publications académiques classiques ? A-t-elle raison d’être au-delà de sa raison d’être ? Et qui définit sa légitimité ?

Les chercheuses et les chercheurs qui en ressentent le besoin et la nécessité, au-delà du contrat rempli de donner à leurs pairs ce qu’ils attendent d’eux, condition sine qua none pour ne pas être mis à la marge de la communauté scientifique ? reformuler

Cette reconnaissance mutuelle par le besoin d’une forme d’écriture réflexive reformuler a été fondamentale dans ma sérénité à produire les attendus académiques.

Des auteur.e.s, installé.e.s, nous autorisent, nous, jeunes chercheuses et chercheurs débutants qui n’existons à nos débuts que par la nécessaire reconnaissance de nos pairs, et même de nos aîné.e.s. Si nous ne sommes pas d’abord reconnu.e.s, nous n’intégrons pas le collectif. Si nous n’intégrons pas le collectif et ses normes, nous ne pouvons rien lui proposer.

J’ai le souvenir de l’un de mes « ainés » m’affirmant qu’il fallait que je passe thèse d’abord ma soutenance de thèse, l’exercice ou l’examen de la thèse avant de penser… (« passe ta thèse d’abord ! ») : passer sa thèse consistait pour lui visiblement d’abord  en un travail de révérence et de restitution de la lecture et de l’articulation de la pensée des autres. Mais pas de sa pensée à soi. La place du sens, de pourquoi nous pensons, de ce que nous portons en tant que sujet dans un objet de recherche, de ce que nous voulons apporter (ie l’engagement que nous avons) serait dès lors secondaire dans l’exercice de la thèse qui reviendrait plutôt à montrer patte blanche dans le milieu dans lequel nous souhaitons nous intégrer. Je n’ai pas investi l’espace de la thèse de cette manière. Notamment grâce à l’accompagnement de ma directrice, Joëlle Le Marec, qui m’a offert un espace différent pour déployer. Mon espace mental de la recherche5 était différent. J’ai eu l’immense chance d’être reconnue par une directrice de thèse qui porte la démarche réflexive au cœur de son travail, et qui met sa réflexion au service de ce qui fait sens (engagement, sens scientifique et sens politique) avant d’être au service du champ dont elle relève (agir plutôt qu’appartenir).

La recherche académique est structurée de telle sorte que l’appartenance est nécessaire, et de telle sorte que le hors-champ n’est pas viable à long terme, selon les critères d’évaluation en vigueur, et que les recherches aux interfaces entre disciplines ne bénéficient pas des soutiens et des structurations nécessaire à l’intégration :  aux postes, aux sections CNU et à toutes ces catégories, qui posent des cadres autant qu’elles excluent le hors cadre.

Ainsi, c’est spontanément et collectivement que nous nous sommes donné des espaces pour partager cette écriture, manquant justement d’espaces légitimes dans nos pratiques quotidiennes de chercheurs.



Citer ce billet
Mélodie Faury (2022, 19 mai). L’écriture, la thèse et la pensée – Les esquisses #5. L'Infusoir. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qcma

  1. Les faiseuses d’histoires. Que font les femmes à la pensée ? Vinciane DESPRET, Isabelle STENGERS. Editions La découverte : 2011 []
  2. référence à la structuration du manuscrit de thèse en itinéraires et à l’un des principaux concept qui j’y ai forgé []
  3. Ivan Jablonka, «  L’historicité de l’historien ou la place des morts », Sociétés & Représentations 2017/1 (N°43), p.83-98 []
  4. infusoir.hypotheses.org, reflexivites.hypotheses.org et ehvi.hypotheses.org. []
  5. concept forgé dans ma thèse []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search