Le hors-cadre du manuscrit de thèse – Les esquisses #4

Février 2018

Repartir du manuscrit de thèse et du hors-cadre

Commençons là où nous en étions : un manuscrit de thèse, écrit, imprimé. Une thèse soutenue, le manuscrit défendu est mis en ligne après avis du jury et corrections.
Et ensuite ? Si la logique de partage prime sur la logique de publication (Merzeau, 2015), et si je choisis de ne pas laisser les indicateurs d’évaluation guider ma pratique, que vais-je faire maintenant ?
Pendant 5 ans, la publication de ma thèse est restée en suspens. Pour de multiples raisons – le manque de temps principalement, mais aussi l’indisponibilité – et en particulier car je ne trouvais pas le sens de cette publication, malgré la chaleureuse proposition de Joëlle Le Marec. Pourquoi publier puisque je ne m’engageais pas alors dans un poste de recherche mais dans un poste de direction de structure à la Maison pour la science et que, selon la logique de partage décrite par Louise Merzeau, j’avais déjà fait le nécessaire en déposant ma thèse dans les archives ouvertes, au lendemain de la soutenance. La “valeur ajoutée” de la publication papier n’était pas évidente.

Et puis, à force de laisser trotter l’idée, elle s’est transformée, en même temps que mes projets. Revenir à l’engagement pour les sciences ouvertes, les liens entre sciences et sociétés, à l’expérimentation dans les formes d’écritures numériques et dans l’exploration de leurs relations avec les écrits légitimes ou légitimés, pour les légitimer en retour, m’a amenée à considérer l’ouvrage papier dans un continuum, dans un processus d’élaboration d’un savoir ouvert, réflexif, en lien avec un intérêt pour les pratiques de communication dans les pratiques de recherche, tout autant en tant que chercheuse en activité, qu’en tant que chercheuse en sciences de l’information et de la communication intéressée par ces pratiques.
Ainsi, j’ai choisi de considérer le processus d’élaboration du manuscrit comme digne d’intérêt. Et de décaler le regard. Je vais partager les écrits autour du manuscrits – le hors cadre, les écrits ordinaires (Lefebvre, 2013) et libres (Deseilligny, 2013) des carnets de recherche qui ont accompagné l’écriture du manuscrit de thèse.
Je passe du numérique au papier, convaincue que tout se nourrit de tout, que la forme ne prime pas sur le geste, mais le contient ou l’élance, et que la réflexion qui s’élabore pendant une thèse déborde les cadres dans lesquels elle s’inscrit et se trace. Ainsi, en reprenant notamment les écrits des carnets l’Infusoir et peut-être certains écrits dans les Espaces réflexifs, je vais essayer de rendre compte de l’expérience vécue de ma pratique de thèse, ayant donné comme principal résultat identifiable, le manuscrit, et donnant naissance dans un geste prolongé à l’autre manuscrit, l’autre livre de la thèse.

Pour parler de mon expérience vécue, je choisis, dans une mise en abîme qui m’intéresse tout autant qu’elle m’amuse, de structurer cet ouvrage par les pratiques de communication. Comme un retour sur soi à partir de l’exercice tenté sur d’autres, les doctorants en biologie expérimentale, dans le cadre posé par ma thèse intitulée « Parcours de chercheurs – De la pratique de recherche à un discours sur la science : quel rapport identitaire et culturel aux sciences ? ».
Je repars donc à la recherche des traces, des gestes élaborés pendant la thèse, afin de l’augmenter, dans une perspective auto-ethnographique. Dans le passage à l’écrit papier, je vais essayer de rendre compte de l’importance de l’espace numérique numérique comme lieu d’élaboration : j’écrivais pendant ma thèse dans les carnets de recherche sans y penser – prolongement d’un geste – mais pour mieux penser, comme un espace réflexif interrelié que l’on s’ouvre pour soi et pour être en conversation avec les autres tout en même temps (Dacos et Mounier, 2010).
Il s’agit aussi de brouiller les cartes de nos systèmes tacites et de valeurs : si le livre papier “vaut mieux” que le manuscrit de thèse, que “vaut” un livre papier qui ne livre pas le contenu du manuscrit – les résultats – mais qui raconte son élaboration ? J’y vois là encore l’une des dimensions de notre rapport culturel aux sciences, ou plus particulièrement de la publication dans les sciences.
L’écriture que je suis en train de dérouler s’accompagne d’une réflexion sur le geste même de publier sa thèse. Ce que j’ai commencé avec Caroline Muller, Stéphanie Despret et Marc Jahjah dans le carnet en ligne l’Infusoir1. Il s’agit en fin de compte d’inter-relier les espaces de pensée et d’écritures pour densifier leur sens et les rendre plus intelligibles, non pas de manière linéaire mais de manière complexe. C’est cette manière d’inter-relier les gestes et les réflexions que j’ai envie d’appeler la recherche augmentée. Ce n’est pas simplement technique. Le geste même d’inter-relier les espaces et les écrits nous amène à re-penser ce qui fonde nos pratique.
Oui mais pour aller vers où ? Vers le sens de nos actions professionnelles. En cela, je suis convaincue de la puissance réflexive du numérique pour nos pratiques de chercheur.e.s. A partir du moment où l’on ne réduit pas les espaces numériques à des outils de communication et de marketing de soi, mais où on les habitent comme des lieux précieux qui résistent, potentiellement réflexifs, tournés vers la conversation et tenant compte, dans l’écriture et par l’exposition publique, de la lecture possible par un autre (pair ou « grand public »).

Ce mouvement d’inscription du numérique au papier souhaite s’associer d’un mouvement inverse ou complémentaire, vers une structuration numérique du manuscrit de thèse, en ligne. Je souhaite donc en même temps reprendre mon texte pour l’inter-relier et y rendre perceptible le processus de construction, au sein même de l’écriture numérique,  : au contact d’autres pensées, par la lecture de sources (idéalement disponible en ligne pour le lecteur « en un clic », en open access), par des allers-retours hypertextuels entre les parties de la thèse (qui n’ont pas été écrits de manière linéaire), par un tissage avec les carnets de recherche ayant permis l’élaboration de la pensée, etc.



Citer ce billet
Mélodie Faury (2022, 18 mai). Le hors-cadre du manuscrit de thèse – Les esquisses #4. L'Infusoir. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qcm9

  1. infusoir.hypotheses.org/4854 et infusoir.hypotheses.org/4919 []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search