Cet ouvrage expérimental naît d’un inconfort épistémologique – Les esquisses #1

Cet ouvrage expérimental naît d’un inconfort épistémologique. Pendant ma thèse, j’ai conceptualisé à partir de mon terrain. C’est-à–dire, plus simplement, que j’ai rencontré des témoins, doctorantes et doctorants, qui m’ont confié leur expérience. Et j’ai construit mon objet de recherche à partir des sujets consentants de ma recherche. Elles et ils se racontaient en me faisant confiance quant à ce qui serait fait de leur témoignage. Elles et ils savaient que j’étais moi-même en train de construire mon expérience de thèse, notamment dans les moments d’entretiens que je vivais avec eux. Elles et ils avaient parfois juste besoin de parler, d’en parler.


L’inconfort provient a posteriori quant à la place que j’ai finalement donnée aux « enquêté.e.s » dans le manuscrit de ma thèse. En faisant de la sorte, j’ai tendu la construction de mon propos vers un propos normé, selon les critères de légitimation et les attendus du travail de thèse, tels que je les projetais. Mais en faisant ainsi, j’ai le sentiment de ne pas leur avoir suffisamment laissé la parole.


J’aimerais redonner la place aux témoignages confiés. C’est donc l’expérience de la thèse qui m’intéresse tout particulièrement dans ce livre : en premier lieu, celle des doctorant .e.s que j’ai rencontré.e.s, qui m’ont accordé de leur temps, et qui ont accordé leur parole à la situation d’enquête que je leur proposais. Cette parole, qui, via l’espace de la recherche, a lieu d’être.


Je mets aussi leur expérience en dialogue la mienne. Leurs témoignages et le mien. Moi comme une autre doctorante. Une doctorante parmi d’autres, avec une parole et un regard situés.

Dans les deux cas, j’initie un mouvement réflexif : avec un passage par l’oral pour elles et eux lors du témoignage, sur lequel j’opère une transcription, non sans perte ; et ancré dans l’écrit pour mon témoignage. Ce sera aussi un écrit « oralisé », comme peut l’être l’écrit du blog (ou « carnet de recherche ») dans lequel le sujet pensant et parlant, en l’occurrence « moi »/ « je » se donne / s’offre / s’arrache une place. Un écrit dans lequel le sujet ne se retire pas, comme savent si bien le faire nos écritures scientifiques qui font semblant de « parler toute seule », sans sujet.


Je me situe résolument dans une épistémologie du standpoint et du lien, refusant toute épistémologie positiviste et tout violence objectivante dans une recherche où il s’agit de prendre soin de la parole de l’autre. Si je la refuse, je n’en suis pas pour autant « à l’abri », en tension avec nos scientificités classiques occidentales, visant à l’objectivité et à la dissolution du sujet. Il me faut donc réinventer profondément ma manière de faire savoir et rester en perpétuelle vigilance sur la posture de chercheuse que j’endosse, en tension permanente avec les attendus des formes épistémologiques positivistes dominantes. Je choisis résolument de me mettre en « je » dans mon terrain et dans les relations que j’y établis.


C’est dans ce sens que je cherche à re-susciter ma thèse, au sens de Vinciane Despret et Isabelle Stengers pour prolonger le geste de la transformation épistémologique que je n’avais fait qu’amorcer à l’époque de mes quatre années de doctorat, en passant de la biologie moléculaire aux sciences de l’information et de la communication.


Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search