Archives de catégorie : Annonces

Annonces d’évènements et réflexions associées

Vidéos en ligne – Colloque « Chemins d’accès » Quelle(s) médiation(s) pour les sciences ?

Présentation de la journée

Les jeunes générations sont confrontées, peut-être plus que les générations précédentes, à des questions scientifiques émergentes qui peuvent avoir des impacts directs sur la vie sociale. Manipulation génétique dans les secteurs de l’alimentation ou de la vie, interventions sur le plan de l’environnement, etc. Le rôle de la médiation scientifique est déterminant pour permettre à ces jeunes adultes de faire face à des masses de connaissances complexes, de s’en rendre intelligibles les enjeux, et de les mettre en situation de délibérer. Comment faire ?
Cette 12e édition des Chemins d’accès interroge les modalités de médiation de la culture scientifique et technique en regard des enjeux sociaux d’éducation et de citoyenneté.Enregistrements des interventions

source : http://classes.bnf.fr/rendezvous/actes/12/colloque12.htm

 2 décembre 2014
 Le programme de la journée

Ouverture par Bruno Racine, président de la BnF
 voir la vidéo

Ethique, sciences et société
Conférence par Jean-Claude Ameisen, médecin biologiste, président du Comité consultatif national d’éthique
 voir la vidéo

La médiation scientifique et la mission citoyenne de la science dans le champ de la médiation culturelle
Table-ronde animée par Lydia Ben Ytzhak, journaliste scientifique, France Culture, avec Mélodie Faury, directrice de la Maison pour la Science en Alsace et Joëlle Le Marec, Université Paris-Diderot, Sciences de l’information et de la communication, Sébastien Minchin, directeur du Muséum d’Histoire Naturelle de Rouen, Michel Cabaret, directeur de l’Espace des Sciences, CCSTI, Champs Libres de Rennes et David-Jonathan Benrubi, directeur de la Médiathèque d’agglomération de Cambrai (MAC).
 voir la vidéo

Mettre la science hors d’elle
Conférence par Jean-Marc Lévy-Leblond, physicien, professeur émérite de l’Université de Nice, directeur des collections scientifiques aux Éditions du Seuil et de la revue Alliage.
 voir la vidéo
L’art de la rencontre
Table-ronde animée par Anna Alter, journaliste scientifique, avec Frédéric Feu, scénographe, muséographe, membre du Centre de l’Imaginaire Scientifique et Technique du Cœur d’Hérault, Lionel Maillot, créateur de l’Experimentarium, Université de Bourgogne, coordinateur de la Nuit Européenne des chercheurs, Frédéric Tournier, enseignant chercheur, Université Paris-Diderot, Lettres, Arts, Cinéma et Jean-François Peyret, metteur en scène, auteur.
 voir la vidéo
Enjeux sociaux et éducation populaire
Conférence de clôture par Olivier Las Vergnas, Université de Lille 1, Secrétaire Général du Réseau international des Cités des métiers, président de l’Association française d’astronomie.
 voir la vidéo

Parution – Redéfinir l’individu à partir de sa trajectoire. Hasard, déterminismes et rencontres

artoff190Ouvrage collectif – Editions MatériologiquesCollection « Sciences & philosophie »

Auteurs : Jean-Jacques Kupiec, Michel Morange, François Pépin, Julie Henry, Philippe Huneman, Guillaume Lecointre, Giuseppe Longo , Livio Riboli-Sasco, Stéphanie Bardy, Marcello Buiatti, Serge Duperret, Barthélemy Durrive, Pascal Sévérac , Ariel Suhamy

Sous la direction de Barthélemy Durrive & Julie Henry

De nombreuses disciplines s’intéressent à l’individu sans que l’individualité fasse l’objet d’une science dédiée. Et pour cause : le défi de connaître les réalités individuelles se pose à chaque fois de façon spécifique au biologiste, au sociologue, au philosophe, au praticien. Comment rendre compte dans son propre cadre disciplinaire de ce qui se joue à l’échelle et à la temporalité individuelles, sans pour autant réduire la singularité et le devenir des êtres auxquels on a affaire à une essence anhistorique, un système de dispositions, un concours de circonstances ou un programme génétique ?

Si la variété de ces problématiques exclut une approche transversale, elle en appelle d’autant plus une démarche comparative : comment nos différentes disciplines font-elles pour dépasser un point de vue fixiste et réducteur niant la réalité des trajectoires de vie singulières  ? Entre historicité, émergence, trajectoires et rencontres, nos pratiques de recherche développent des modes d’explicitation permettant de sortir de l’opposition binaire entre déterminisme et hasard où l’individualité est la première perdue.

Cet ouvrage interdisciplinaire est une invitation à croiser les perspectives sur la notion d’individu, les difficultés qu’elle pose et l’inventivité méthodologique dont elle est l’occasion. Il vise à esquisser une définition de l’individu au prisme de ses trajectoires (biologiques, existentielles, sociales, éthiques) déterminées par des rencontres qui sont toujours en partie imprévisibles.

Agrégé de philosophie, Barthélemy Durrive est doctorant à l’ENS de Lyon et l’université Lyon I sur l’épistémologie historique de la physiologie du travail.

Julie Henry est postdoctorante en éthique et philosophie dans le projet ANR Anthropos (ENS de Lyon, IHPC-UMR 5037) et directrice de programme au Collège international de philosophie.

Quelle(s) médiation(s) pour les sciences ? – 2 décembre à la BNF, Paris

Le texte de ma présentation en ligne ici

Les jeunes générations sont confrontées, peut-être plus que les générations précédentes, à des questions scientifiques émergentes qui peuvent avoir des impacts directs sur la vie sociale.

Capture d’écran 2014-11-18 à 12.48.03

Manipulation génétique dans les secteurs de l’alimentation ou de la vie, interventions sur le plan de l’environnement, etc. Le rôle de la médiation scientifique est déterminant pour permettre à ces jeunes adultes de faire face à des masses de connaissances complexes, de s’en rendre intelligibles les enjeux, et de les mettre en situation de délibérer. Comment faire ? Cette 12e édition des Chemins d’accès interrogera les modalités de médiation de la culture scientifique et technique en regard des enjeux sociaux d’éducation et de citoyenneté.

Mardi 2 décembre 2014
BnF, site François-Mitterrand
9h-17h30
entrée libre sur réservation au 01 53 79 49 49

Programme de la journée (pdf)

La culture scientifique et technique contribue à la réflexion des publics sur les sciences.  C’est elle qui sensibilise les citoyens aux enjeux liés aux progrès scientifiques et techniques. Pour diffuser cette culture scientifique, le choix du sensible, de l’émotion, de l’imaginaire ou du jeu est souvent privilégié, par les médiateurs, dans la transmission des connaissances. Comment éviter les pièges de l’érudition savante comme ceux de la vulgarisation simpliste ? C’est en regard des enjeux sociaux d’éducation et de citoyenneté que cette 12ème édition des Chemins d’accès interrogera les modalités de médiation de la culture scientifique et technique.

Les jeunes générations sont confrontées, peut-être plus que les générations précédentes, à des questions scientifiques émergentes qui peuvent avoir des impacts directs sur la vie sociale. Manipulation génétique dans les secteurs de l’alimentation ou de la vie, interventions sur le plan de l’environnement  etc. Le rôle de la médiation scientifique est déterminant pour permettre à ces jeunes adultes de faire face à des masses de connaissances complexes, de s’en rendre intelligibles les enjeux, et de les mettre en situation de délibérer. Comment faire ?  Les situations sont contrastées : le théâtre met depuis longtemps la science en scène, l’imaginaire scientifique nourrit le travail des artistes et des écrivains, de nombreux musées travaillent sur l’invention et la diffusion des sciences, tandis qu’en bibliothèque, on peut craindre que la CST ne reste souvent le parent pauvre de la valorisation des collections, et ce malgré les nombreuses initiatives qui foisonnent :  projets d’éducation à l’environnement, événements liés aux sciences participatives, rencontres entre chercheurs et publics, expositions et expériences pédagogiques innovantes…

Cette journée de réflexion devrait permettre de dégager l’importance toute particulière d’une transmission des sciences empreinte de transversalité  disciplinaire et inscrite dans le débat citoyen.

————————————————————————————————————————–

9h accueil

9h30 ouverture par Bruno Racine, président de la BnF

9h45 – 10h30  Ethique, sciences et société – Conférence par Jean-Claude AMEISEN, médecin biologiste, président du Comité consultatif national d’éthique

—–

10h30 – 12h30 La médiation scientifique et la mission citoyenne de la science dans le champ de la médiation culturelle

Table ronde

Mélodie Faury, directrice de la Maison pour la Science en Alsace et Joëlle Le Marec, professeur en sciences de l’information et de la communication

Sébastien Minchin, directeur du Muséum d’Histoire Naturelle de Rouen

Michel Cabaret, directeur de l’Espace des Sciences, Champs Libres de Renness, CCSTI

David-Jonathan Benrubi, directeur de la Médiathèque d’agglomération de Cambrai.

————————————————–

14h – 14h45  Mettre la science hors d’elle

Conférence par Jean-Marc LEVY – LEBLOND, physicien, professeur émérite de l’université de Nice, directeur des collections scientifiques au Seuil et de la revue Alliage

—–

14h45 – 16h45  L’art de la rencontre

Table ronde

Frédéric Feu,  scénographe et muséographe, membre du CIST – Centre de l’Imaginaire Scientifique et Technique de l’Hérault,

Lionel Maillot, créateur de l’Experimentarium , Université de Bourgogne, coordinateur de la Nuit européenne des chercheurs,

Frédéric Tournier, enseignant chercheur, Université Paris-Diderot, Lettres, Arts, Cinéma

Jean-François Peyret, auteur et metteur en scène.

16h45 – 17h15  Enjeux sociaux et éducation populaire

Conférence par Olivier Las Vergnas, professeur à Lille 1, Secrétaire général du Réseau international des Cités des métiers. Président de l’Association française d’astronomie. Fondateur de la Cité des Métiers et de la Cité de la Santé à Universciences.

Informations
Lorène Karayan : 01 53 79 42 74 – lorene.karayan@bnf.fr

Annonce – Parution de l’ouvrage collectif « Analyse de pratiques et réflexivité »

Issu du colloque “Réflexivité en contextes de diversité : un carrefour des sciences humaines ?”

Parution chez « L’Harmattan »

Quatrième de couverture

9782343003481r

ANALYSE DE PRATIQUES ET REFLEXIVITÉ

Regards sur la formation, la recherche et l’ intervention socio-éducative
Jacques Béziat
Sous la direction de Jacques Béziat
Savoir et formation
EDUCATION TRAVAIL SOCIAL

Les auteurs nous parlent de compétences réflexives qui se travaillent, se développent, de manière consciente ou immergée, toujours en relation avec le vécu, l’expérience, l’autre. Cette relation à soi-même et aux autres est ancrée dans le dialogue. Un des effets de ce type de démarche est de dépasser nos propres résistances, nos stéréotypes, dans un effort compréhensif d’écoute et d’attention. La réflexivité est un instrument de mise en récit, de partage, d’interprétation de l’expérience et d’adaptation aux terrains.

Deux contributions :

Durrive, B., Faury, M. et Henry, J., Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre – Publication prévue : début 2012. En ligne sur HAL

Le Marec, J. et Faury, M., Communication et réflexivité dans l’enquête par des chercheurs sur des chercheurs – Publication prévue : début 2012. En ligne sur HAL

Ecrits, ailleurs #1

Billets (co-)écrits dans d’autres espaces numériques, entre janvier et février 2012

Calbérac, Yann et Faury, Mélodie (6 février 2012) “Parcours de la réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/440

Faury, Mélodie (6 janvier 2012) “[Rires] Enquêteur-enquêté : une relation pleine d’éclats”, Mélodie Faury pour L’infusoir. Vases communicants de janvier 2012 La pensée du discours [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://penseedudiscours.hypotheses.org/7952

Faury, Mélodie (1 février 2012) “Indéterminée”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/303

Faury, Mélodie (2 février 2012) “Annoncés”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/385

Faury, Mélodie (7 février 2012) “Réflexivisée”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/549

Faury, Mélodie (9 février 2012) “Infusions de réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/589

Faury, Mélodie (10 février 2012) “Des regards qui se croisent… numériquement”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/614

Faury, Mélodie (12 février 2012) “ Qu’est-ce que la réflexivité ?”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/703

Faury, Mélodie (17 février 2012) “Mais où est la production de connaissances ?”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/716

Faury, Mélodie (18 février 2012) “Interdisciplinarité : la réflexivité par soi et par l’autre – (Durrive, Faury et Henry)”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/956

Faury, Mélodie (19 février 2012) “Matières de février”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/987

Faury, Mélodie (24 février 2012) “Faire de la recherche sur la recherche : la réflexivité dans l’enquête – (Le Marec et Faury)”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/981

Faury, Mélodie et Giraud, Frédérique (13 février 2012) “Le carnet de thèse”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/641

Jean-Marc Levy-Leblond. (Auto)critique de la science. Paris : Seuil, 1973 – Version numérique à télécharger

Annonce initialement publiée sur le portail science-societe.fr

L’ouvrage « (Auto)Critique de la science », coordonné par Alain Jaubert et Jean-Marc Levy-Leblond a été numérisé, avec l’autorisation de l’éditeur et de l’auteur, à l’ENS de Lyon, par Amaury Delarge (pour le travail de numérisation), Igor Babou (traitement graphique des pages et mise en ligne). Cette  numérisation s’inscrit dans les travaux de l’équipe « Communication, Culture et Société » (Centre Norbert Elias) pilotée à l’époque de la numérisation par Joëlle Le Marec.

Ce livre prend place en 1973 dans la collection « Science ouverte » aux Editions du Seuil et peut maintenant être téléchargé sur le lien suivant (attention, le téléchargement peut être un peu long, l’ouvrage étant volumineux : 384 pages) :

http://science-societe.fr/autocritique-de-la-science/

Une présentation de cette ouvrage a été rédigée par Mathieu Quet, et est disponible à la même adresse.

Colloque « Science & Société » : 27 mai 2011 (Lyon)

Repris du site science-societe.fr

Télécharger le programme (pdf)

9 h 00 – 9h 30 : Accueil (Président de Lyon 1, Maire de Villeurbanne,  sous réserve)

9 h 30 – 11 h 00 : Science et Société à Lyon et en France

  • 9 h 30 – 10 h 00 – Pierre Clément : 1971-1986 : « Science et Société » à Lyon 1.
  • 10 h 00 – 10 h 30 – Jean-Marc Lévy-Leblond Autocritique de l’autocritique de la Science
  • 10 h 30 – 11 h 00 – Joëlle Le Marec – Le renouveau des recherches et actions dans le domaine STS.

11 h 00 -11 h 15 : pause café

Continuer la lecture de Colloque « Science & Société » : 27 mai 2011 (Lyon)

Journée d’échange d’expériences « Médiation culturelle des sciences sur le Web », le 15 mars 2011

Dans le cadre de mes missions au service Science & Société de l’Université de Lyon, je co-organise le 15 Mars, à Lyon une journée de rencontre et de réflexions autour de la Médiation culturelle des sciences sur le web, dont les Interacteurs (représentés par Antoine Blanchard et Nicolas Loubet) sont partenaires.

Programme_détaillé de la journée

 

Pourquoi une entrée par le Web ?

Le Web 2.0 (dans son sens pris depuis 2004) est une « plate-forme avec l’idée d’une migration des applications de l’ordinateur de l’utilisateur vers le Web. Cette migration porte aussi sur les applications de création, de traitement et d’éditorialisation de contenus qui permet d’en faire un processus partagé. »

Il y a dès lors rupture avec « la logique unidirectionnelle de la distribution classique de contenus, de l’émetteur au récepteur. Tout le monde étant sur un pied d’égalité, tout un chacun peut produire et diffuser les contenus qu’il crée. » (Réf : L’édition électronique, Marin Dacos & Pierre Mounier, Ed. La Découverte, 2010 ; p89).

Des questions se posent alors en termes de médiation et de relation que l’on établit avec les publics dès que l’on décide de mettre en place un dispositif participatif, sur le web en particulier.

Ces questions recroisent plus largement celles qui se posent dans la médiation culturelle des sciences utilisant le numérique.

  • Quels sont mes objectifs en développant / en utilisant tel outil de médiation numérique ?
  • Quels sont les publics ciblés ?
  • Quels rôles sont attribués à ces publics par le dispositif mis en œuvre? Quel type de relation est instaurée ? Tout le monde est-il vraiment sur un pied d’égalité ou distingue-t-on différents rôles par exemple

Continuer la lecture de Journée d’échange d’expériences « Médiation culturelle des sciences sur le Web », le 15 mars 2011

Deux sites sur les questions science-société

Deux sites, que bien sûr je vous incite fortement à consulter, proposent, pour l’un des ressources sur les problématiques science-société et pour l’autre un espace de discussion sur ces questions, à destination des chercheurs et des acteurs de terrain.

Un portail « Science et Société »

science-societe.fr

Ce site fut présenté lors de la Journée d’étude « Édition et diffusion des études de sciences » (ENS Lyon, 9 février 2011).

Présentation trouvée sur le site :

« Ce site est un lieu de ressources, d’échanges et de réflexions entre chercheurs et acteurs de terrain autour du thème des relations entre sciences et société.

Continuer la lecture de Deux sites sur les questions science-société

Colloque « Réflexivité en contextes de diversité : un carrefour des sciences humaines ? »

Pré-programme du colloque

Limoges, 1er et 2 décembre 2010

www.flsh.unilim.fr

Argument


Ce colloque invite à confronter les conceptions, regards et pratiques autour de la notion de réflexivité : réflexivité comme posture, paradigme de recherche, vecteur de création, ou encore comme moyen d’action ; réflexivité du chercheur, du décideur, de l’acteur social… ; réflexivité et pratiques connexes : introspection, auto(socio)analyse, exploration du rapport à l’autre, herméneutique, interprétation… ; conséquences épistémologiques des pratiques de recherche réflexives…

Selon qu’elle est utilisée par Giddens, Schön, Bourdieu, Gadamer, Kaufmann, Ricoeur, Garfinkel, Genette ou Bakhtine, pour ne citer qu’eux, la notion de « réflexivité » connaît une gamme sémantique large et renvoie à des approches diverses : constructivistes, herméneutiques, compréhensives, ethno-méthodologiques, cliniques, expérientielles, socio-analytiques… entre autres.

Tour à tour travaillée au départ de l’anthropologie, de la sociologie, de la psychologie, de la linguistique, des sciences de l’éducation et de la formation, de la didactique, de la littérature, de la philosophie, ou encore de l’histoire, elle peut être envisagée comme constituant une notion carrefour des sciences humaines et sociales, interrogeant, en particulier dans une perspective qualitative, l’interprétation, la compréhension, l’écriture, le rapport construit au monde, à l’expérience, à l’histoire, aux normes, à la diversité, et plus globalement les processus d’interaction entre la pensée et l’action.

Un objectif majeur du colloque est la rencontre de différentes disciplines scientifiques et pratiques professionnelles autour des conceptions, modalités de mise en œuvre et d’évaluation de la réflexivité, mais aussi sur les questions politiques et éthiques que posent ces pratiques, les déplacements, retournements, voire les paradoxes, que suscitent les postures réflexives, tant dans les recherches que dans les pratiques professionnelles. L’ambition du colloque est d’engager le dialogue interdisciplinaire nécessaire à l’exploration de l’interaction entre recherche/pratique dans une perspective d’ouverture interculturelle et internationale.

L’enjeu est de rendre visibles, de confronter, et de soutenir des démarches dont la rigueur propre ne relève pas d’un modèle positiviste, du fait des exigences d’intelligibilité de leurs objets propres. Peut-on penser la réflexivité comme un concept commun ? Y a-t-il des lieux de rencontre et des lignes de divergence ? C’est en réalité en allant sur chaque terrain d’étude que l’on propose de travailler, à partir des expériences singulières et concrètes où l’on nomme une réflexivité : ainsi les communications pourront-elles aussi bien interroger les expériences diverses, que les méthodes et les épistémologies élaborées pour en rendre compte, ou les variations d’interprétation du concept même.

les axes suivants seront développés :
1 – Postures et interprétations
2 – Altérité et diversité
3 – Évaluation et éthique
4 – Histoire et identités
5 – Intervention sociale et éducative
6 – Expérience et transformation

Avec le soutien des universités et des acteurs régionaux de Touraine et du Limousin, le colloque s’articulera, de façon originale, autour d’une pluralité de lieux et de temps (journée d’étude à Tours en juillet et colloque à Limoges en décembre), alternant sessions plénières, ateliers et tables rondes.


COMITE D’ORGANISATION


Jacques Béziat, Aude Bretegnier, Hélène Amrit, Laurence Cornu, Noël Denoyel, Patricia Alonso, Vincent Enrico

Contact : jacques.beziat@unilim.fr

Service recherche : Danièle Bierne – daniele.bierne@unilim.fr


COMITE SCIENTIFIQUE


Abdoullah Cisse (Université de Bambey)
Andrée Tabouret Keller (GEPE, université Marc Bloch, Strasbourg)
Aude Bretegnier (DYNADIV, Université de Tours)
Catherine Guillaumin (DYNADIV, Université de Tours)
Claude Filteau (DYNADIV, Université de Limoges)
Claudine Moïse (ICTT, Université d’Avignon)
Emmanuelle Huver (DYNADIV, Université de Tours)
Gilles Monceau (CIIRCEFT, Université de Paris 8)
Guy Tchibozo (DYNADIV, Université de Limoges)
Hélène Amrit (DYNADIV, Université de Limoges)
Jacques Béziat (DYNADIV, Université de Limoges)
Jacques Wallet (CIVIIC, université de Rouen)
Jean-Elie Larrieux (CREFI, Université Notre-Dame d’Haïti)
Jean-François Marchat (DYNADIV, Université de Limoges)
Laurence Cornu (DYNADIV, Université de Tours)
Monica Heller (CREFO, Université de Toronto)
N’Galasso Mwatha (LAPRIL/CELFA, Université de Bordeaux 3)
Noël Denoyel (DYNADIV, Université de Tours)
Patricia Alonso (DYNADIV, Université de Limoges)
Patricia Lambert (ICAR, INRP, Lyon)
Ramon Marti Solano (DYNADIV, Université de Limoges)

Forum territorial de la Culture Scientifique et Technique

Hier s’est tenu dans les locaux de la Cité des Sciences le Forum territorial de la CST, avec au centre de cette rencontre les divers questionnements et craintes liés à la mise en place d’Universcience, qui se définit comme le nouvel opérateur de la CST à l’échelle du territoire national. Beaucoup de questions donc, que se pose l’ensemble des acteurs présents (plusieurs centaines), et les nombreux autres en régions.

En voici le programme : programme forum territorial 28092010

Un suivi des discussions est disponible sur Twitter, grâce au « live-twitt » de  l’équipe de Knowtex (accessible grâce au hashtag #forumCST), et il semblait être question d’une retranscription de cette journée.

Précédant l’évènement, l’AMCSTI (Association des Musées et Centres de Science pour le développement de la CSTI) publiait son livre blanc « Pour une nouvelle gouvernance de la culture scientifique, technique et industrielle en France », téléchargeable en ligne.

Vous pouvez trouver différentes discussions sur ce qui se joue actuellement en matière de CST, sur le web, notamment avec le blog Making Science Public, tenu par Laurent Chicoineau, Directeur du Centre de Culture Scientifique Technique et Industrielle (CCSTI) de Grenoble – La Casemate, et sur le blog Sciences et Démocratie, qui organise actuellement et sur trois mois un débat sur « les problématiques liées à l’activité de vulgarisation et à son rôle dans la société ».

Certains points discutés au cours de cette journée feront l’objet de réflexion sur ce blog d’ici peu de temps. A suivre donc !

Dr. Jekyll ou Mr. Hyde – La figure du scientifique et sa construction entre auto-représentation et perception du public

Forum jeunes chercheurs ouvert au public, Lausanne, 9 septembre 2010

Plus d’informations

Extrait des aspects qui y seront développés :

« 1.  Le terme de scientifique est relativement récent et ne s’est imposé que dans le courant du 19ème siècle. Quelle est son histoire ? Comment notre perception du scientifique change-t-elle avec les mu­tations successives que connaissent les appellations qui le désignent au fil du temps ?

2. Quelles sont les sources de la construction de la figure du scientifique ? Au-delà des documents textuels (autobiographies, préface d’ouvrages clés, correspondances, biographies, éloges, entrées de dictionnaire ou d’encyclopédie, etc.) nous aimerions aussi inclure les sources visuelles (portraits, médaillons, sculptures, films, etc.). Ces sources comportent-elles une fonction propre, une rhétorique particulière, des thèmes narratifs, des leitmotivs, des mythes de référence ou des conventions de repré­sentation picturale ?

3. Dans quelle mesure la perception des scientifiques par eux-mêmes est-elle conforme ou contraire avec celle élaborée par un public externe ?

4. Quelles relations entretiennent les diverses représentations du scientifique avec le contexte historique d’où il émerge? Peut-on discerner des moments clés dans l’évolution de l’identité scienti­fique ? […]

5. Enfin, quelles sont les rapports qu’entretiennent les représentations du scientifique et la science même ? Comment la perception du scientifique par lui-même et par les autres influence-t-elle les prati­ques de la science ? L’imagerie identitaire déployée a-t-elle quelque chose à dire sur les objectifs de la science ? […] »

Ce Forum jeunes chercheurs est organisé par la SSHMSN (Société Suisse d’Histoire de la Médecine et des Sciences Naturelles), qui a comme objectif de favoriser l’essor en Suisse de l’histoire de la médecine et des sciences naturelles. Fondée en 1921, cette société est membre de l’Académie suisse des sciences naturelles.

Pour plus de détail, vous pouvez aussi consulter l’appel à communication.

Manifeste Révoluscience – Pour une médiation scientifique auto-critique, responsable et émancipatrice

Aux acteurs de la science et de sa communication
Lancement du Manifeste Révoluscience – www.revoluscience.eu

Madame, Monsieur,

Si l’impact de la communication publique de la science sur les relations entre science et société ne fait guère débat, moins consensuelle est l’idée selon laquelle il arrive qu’elle attise les conflits qu’elle prétend résoudre, creuse le fossé qu’elle se donne pour mission de combler, voire entretienne une vision de la science idéalisée, dogmatique ou impérialiste.

Qui plus est, à un moment où la recherche publique et la culture scientifique reçoivent indépendamment l’injonction de se restructurer, le risque est grand de voir la médiation scientifique instrumentalisée par une idéologie du progrès scientiste et technophile, et de la voir perdre sa dimension culturelle au profit d’une simple mission d’information et de légitimation des politiques de recherche à venir.

C’est pourquoi il a semblé nécessaire à un groupe d’associations de réfléchir aux fondements d’une médiation scientifique qui puisse être à la fois autocritique, responsable et émancipatrice, pour ses destinataires comme pour ses acteurs.

Réunies au sein du Collectif Révoluscience, elles lancent aujourd’hui un manifeste destiné à interroger les discours, les pratiques, les finalités, voire les principes mêmes de ce grand ensemble d’actions menées en France sous l’étendard de la culture scientifique.

Chaque lundi et durant tout l’été, une nouvelle série de propositions sera diffusée sur le site du manifeste : www.revoluscience.eu

Il vous y sera proposé de : 1/ soutenir l’initiative du collectif Révoluscience, 2/ commenter les propositions du manifeste et 3/ contribuer en ligne à son enrichissement en vue de l’élaboration d’une version définitive et officielle qui sera validée par un colloque au cours de l’année 2011.

Les quatre propositions de la rubrique Objectifs et pratiques sont déjà en ligne ; nous vous invitons à les découvrir et à diffuser ce message à vos contacts.

Dans cette perspective et espérant pouvoir compter sur votre collaboration, nous vous souhaitons un bel été et vous adressons nos plus sincères salutations.

Le Collectif Révoluscience.

Les controverses scientifiques pour comprendre la recherche ?

L’étude des contro­ver­ses scien­ti­fi­ques, au cœur des pra­ti­ques des cher­cheurs, permet de com­pren­dre com­ment la science fonc­tionne, les jeux d’acteurs qu’elle met en mou­ve­ment. Ne sépa­rant pas les contex­tes de pro­duc­tion des conte­nus et savoirs scien­ti­fi­ques qui émergent dans la recher­che scien­ti­fi­que, elle apporte une vision com­plète de ce que signi­fie « faire de la science ».

Les contro­ver­ses scien­ti­fi­ques sont ainsi une entrée pri­vi­lé­giée pour tout scien­ti­fi­que sou­hai­tant pren­dre du recul et mieux com­pren­dre les tenants et abou­tis­sants de sa propre pra­ti­que.

Retrouver les enregistrements des conférences :

Introduction au cycle de conférence, Pablo Jensen, directeur de recherche au CNRS et dirige l’Institut rhônalpin des systèmes complexes (IXXI)

Pourquoi s’intéresser aux controverses scientifiques ?, Baudouin Jurdant, professeur en Sciences de l’information et de la communication, université Paris Diderot

La controverse OGM, Christophe Bonneuil,spécialiste de l’histoire de la biologie et des questions sciences-société, professeur à l’EHESS

Les controverses éthiques au coeur des controverses scientifiques, Anne Cambon-Thomsen, directrice d’une équipe multidisciplinaire éthique – génétique à Toulouse

Que nous apprend l’analyse des controverses scientifiques? Un point de vue sociologique, Cyril Lemieux,Socioloque (Institut Marcel Mauss, EHESS)

Cycle de conférence transdisciplinaire organisé à l’ENS de Lyon avec le laboratoire C2So (Culture, Communication & Société) et le groupe Traces, en 2009-2010

Organisées avec l’aide de Pablo Jensen et Nicolas Chéron.