Catégorie : Billets thématiques

Conférence dé-tricotée « Sentir-Penser »

J’ai tenté un geste début février, grâce à l’espace précieux ouvert par Yosra Ghliss et Axelle Cressens dans le cadre du Séminaire GRASS qu’elles portent à Montpellier ( > infos sur Efigies), et en...

Écouter la voix portée, ressentir son ancrage

Dans le texte que je choisis de commenter ici, Baudouin Jurdant nous amène à voir, entendre et sentir ce que l’écriture fait aux sciences et aux individus en sciences. Ces réflexions dépassent largement la question des sciences comme pratiques, comme acteurs ou institutions, et nous ramènent à la relation intime que la pensée entretient avec les mots, le langage, l’écriture et l’oral, selon une dimension historique qui nous accompagne dans le questionnement de nos fondements culturels et scientifiques.

Sentir-penser et habiter le trouble épistémologique

Bribes « Ce que je vais vous raconter ne se chuchote pas. Ne se hurle pas. Un liquide froid glisse entre mes mains. Je le réchauffe avec mes mots, avec ma voix. Je le réveille....

« Ma thèse en 180 secondes » : parler avec sa voix propre ? #4

Billet précédent >> Billet #3 – « Faire bonne figure et prêter son corps à la science” Série de billets issue de mon intervention lors du colloque « Identités du chercheur et narrations en SHS » (juin...

« Ma thèse en 180 secondes » : faire bonne figure et prêter son corps à la science #3

Billet précédent >> “Billet #2 – « Ce qu’il importe de dire et comment le dire” Série de billets issue de mon intervention lors du colloque « Identités du chercheur et narrations en SHS » (juin 2019,...

« Ma thèse en 180 secondes » : Ce qu’il importe de dire et comment le dire #2

Billet précédent >> « Billet #1 – Les enjeux d’un dispositif de médiation scientifique » Série de billets issue de mon intervention lors du colloque « Identités du chercheur et narrations en SHS » (juin 2019, Nancy), organisé...

« Ma thèse en 180 secondes » : les enjeux d’un dispositif de médiation scientifique #1

Que font les doctorant.es quand elles et ils parlent dans le dispositif « Ma thèse en 180 secondes » ? Parlent-iels de science, de recherche, d’eux-mêmes ? Que partagent-iels, et que construisent-iels dans les dispositifs de médiation qui leur sont proposés ? L’existence de ces lieux d’expression individuelle, situés et publics, fait-elle émerger des manières différentes de parler la science ? Parler « à la première personne » suffit-il à parler depuis sa propre perspective et avec sa propre voix ?