Archives de catégorie : Terrains

Dire et écrire les relations d’enquête – Co-intervention avec Joëlle Le Marec dans le cadre du séminaire « Le Chaos des écritures »

Contexte et recontextualisation dynamique

Hier après-midi, je suis intervenue avec Joëlle Le Marec dans le séminaire Le Chaos des écritures. Enjeux politiques, sociaux et cognitifs des écritures contemporaines, qui existe depuis septembre 2009.

« Le séminaire aborde les modes d’écriture dans leur diversité (savantes, littéraires, artistiques, politiques, quotidiennes, etc.) et sur la longue durée. Il privilégie le croisement des perspectives, et s’attache à les renouveler au regard des mutations culturelles et anthropologiques induites par la grande conversion numérique et les transformations économico-politiques en cours. La thématique générale est déclinée en plusieurs journées d’étude annuelles, qui se font écho à travers des sous-thèmes fédérateurs  pluriannuels : l’oralité, le dialogue et la polyphonie, la réflexivité, l’émancipation, les relations entre science et littérature, l’ancien et le nouveau de l’invention de l’écriture au numérique.

Ce cycle de journées d’étude maintient une tradition de liberté formelle, de dialogisme et d’indisciplinarité, qui hérite de séminaires d’abord tenus à l’Université Pasteur de Strasbourg, à l’ENS de Lyon et à l’Université Rennes 2. Au croisement des études sur la littérature, sur les sciences, et sur l’information et la communication, il réunit des doctorants et chercheurs de toutes les disciplines, venant de plusieurs régions de France et de l’étranger. Le séminaire est dirigé par Baudouin Jurdant, Joëlle Le Marec, Laurent Loty et Emmanuel Souchier, dans le cadre du Centre d’Étude de la Langue et de la Littérature Françaises des 17e et 18e siècles (CELLF 17-18e, Université Paris Sorbonne et CNRS), du Centre d’Étude et de Recherche Interdisciplinaire de l’UFR Lettres, Arts et Cinéma (CERILAC, Université Paris-Diderot) et du Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication (GRIPIC, Centre d’Études Littéraires et Scientifiques Appliquées, CELSA, Université Paris Sorbonne). »

Le titre de notre intervention commune est le suivant : « Dire et écrire les relations d’enquête », dans une séance intitulée plus largement « Cultiver l’enquête »

« Il s’agira dans cette journée de détailler ensemble des aspects souvent peu traités de l’enquête, et qui relient le désir de scientificité non pas à la technicité des méthodes, mais à une conscience réflexive et poétique précise, partagée, discutée, des évènements  et des objets qu’elle crée. »

Notre présentation s’ancre dans l’expérience commune d’un terrain de recherche qui avait mené à la co-écriture de l’article « Communication et réflexivité dans l’enquête par des chercheurs sur des chercheurs » (Le Marec et Faury, 2012).

Le texte qui suit ne reprend pas l’intervention d’hier mais correspond aux réflexions qui ont préparées cette intervention. La mise en dialogue avec Joëlle Le Marec, au moment même de l’intervention nous a amené à construire un dire qui s’éloigne de et s’articule avec l’écrire qui suit ici.

Je remercie les organisateurs de ce séminaire de m’avoir invitée et pour la richesse de échanges. J’ai particulièrement apprécié de pouvoir à cette occasion reprendre le fil de mes réflexions de recherche. La mise en dialogue y est pour beaucoup.

« La lecture des ouvrages méthodologiques m’avait finalement assez mal préparée à ce que l’expérience de l’entretien me réservait… une relation humaine, une situation vivante (Raoul, 2002) qu’il serait vain de chercher à maîtriser par une « chasse au biais »130. Ainsi, j’ai décidé de me rendre le plus perméable possible, pendant l’entretien, à ce qui s’y passe. De lâcher prise pendant, l’attention en éveil, pour mieux ré-explorer la densité de l’entretien ensuite, au moment de l’analyse et de la prise de distance. Pour être entièrement dans la situation, j’ai même finalement pris le parti risqué de me passer de prise de notes, afin d’être totalement disponible, y compris corporellement, à ce que me disant mon interlocuteur. Tout reposait donc sur l’enregistrement et sur la mémoire que je garderai131 de l’expérience vécue de l’entretien, en espérant que la technique ne me fasse pas faux bond. » (Thèse de doctorat M. Faury, p. 204)

La préparation de cette intervention me donne l’occasion de replonger dans mon manuscrit de thèse, mais surtout dans l’expérience du terrain pendant mes années de doctorat, de sa mise en mot, de sa mise en inter-subjectivité.

Depuis ma soutenance, mi-septembre dernier, mes nouvelles activités professionnelles m’ont considérablement éloignée de ce vécu et de ces réflexions.

Avec Joëlle Le Marec, nous avions souligné, dans notre texte commun, et dans le cas particulier de ma thèse, l’importance de l’effet de la distance à l’expérience partagée par l’enquêté, au moment de l’entretien, sur le rapport au terrain du chercheur-enquêteur et aux personnes qu’il y rencontre (de la proximité à l’hyper-proximité en ce qui concerne mon travail de recherche sur la recherche).

« Des situations d’hyper-proximité – Ma posture de chercheur a fortement structuré les situations d’entretien dans lesquelles je me suis engagée, en particulier avec les doctorants en biologie, anciens camarades de promotion et/ou actuels amis. J’ai utilisé cette proximité, en la questionnant toujours, dans la mesure où la relation enquêteur-enquêté structure la dynamique d’entretien, et que la dynamique de création d’implicite et d’explicite fait partie de mon objet de recherche. » (Thèse de doctorat M. Faury, p. 296)

Et je me repose aujourd’hui de manière d’autant plus prégnante la question :

Que signifie revenir, et que faire d’un retour à l’expérience de terrain lorsque nous sommes très à distance de celui-ci ?

De quoi partir, sur quoi s’appuyer, à partir de quoi se souvenir de ce qui nous avait marqué, frappé à l’époque et dont le sens partageable s’est peut-être construit a posteriori, lors de la mise en discours, lors du dire ou de l’écrire ?

Le sens lui, éprouvé, de la situation d’enquête, n’a pas attendu les mots pour attirer notre attention : comment garder des traces de l’épreuve du terrain ? Le carnet de terrain, le dictaphone, le carnet de recherche, les mails, autant de mise en mots, oraux ou écrits qui nous permettent de rester au plus proche de ce que nous avons vécu dans l’enquête, et autant que possible d’y revenir.

Tout ce préambule pour dire finalement ceci : aujourd’hui je suis en effet très à distance de l’expérience du terrain, des espaces d’inter-subjectivité qui l’ont accompagnée1, et de sa mise en écriture, que vais-je pouvoir vous en dire2 ? Vais-je en effet pouvoir y revenir ? Et si oui, comment ? Quelle actualisation de l’expérience, le dire (lors du séminaire) et l’écrire (dans ce carnet de recherche) vont-ils susciter ?

Re-lire à distance, la situation d’entretien transcrite, nous dit souvent beaucoup aussi de ce que l’on attendait de la situation au moment où on l’a vécue, des hypothèses que l’on faisait à l’époque, de la méconnaissance parfois des spécificités du terrain que l’on amorce, du vécu des acteurs, du sens des mots qu’ils emploient et que l’on n’a pas nécessairement perçu sur le moment.

Présentation du terrain qui constitue la base de l’écriture et de l’intervention

« Les entretiens portent sur les pratiques quotidiennes de la recherche et sur la manière dont les enquêtés vivent leur condition de chercheur. Nous repérons les modalités de construction d’un discours sur ce que signifie faire de la recherche, sur la position de chacun dans des collectifs scientifiques (l’équipe, le projet, la discipline, la filiation) et sur la confrontation entre pratiques et principes.

Les entretiens sont menés auprès de doctorants en biologie expérimentale, de chercheurs à différentes étapes de leur carrière et de chercheurs ayant migré des sciences de la nature vers les sciences sociales. Un même protocole est utilisé, consistant pour les enquêtés à commenter le relevé quotidien systématique des situations de communication vécues cours d’une semaine de travail. » (Le Marec et Faury, 2012)

Dire et écrire les relations d’enquête – Dire l’enquête

L’enquête, le terrain, on commence à les dire, aux autres et à soi, au moment où on les prépare. Puis dans la prise de contact avec l’enquêté, lorsqu’il s’agit de lui présenter les raisons pour lesquelles on souhaiterait le rencontrer : dans les mails, par téléphone, lors du démarrage de l’entretien…

« Je viens pour que tu m’expliques »

« pour que vous me racontiez »

« tout m’intéresse », « ce que tu veux »

« on peut commencer à ce moment là »

Lors de mes enquêtes, je ne précise pas nécessairement le contexte général de la recherche, mais ce que j’attends de la situation d’enquête particulière à laquelle je souhaite que mon interlocuteur participe.

NB : j’utilise souvent « enquête » pour parler de l’ensemble des entretiens que j’ai mené, mais c’est un sens restreint de ce terme – et « situation d’enquête » pour un entretien particulier.

Le contrat de départ, ainsi établi, plus ou moins explicitement ou implicitement, de la relation d’enquête permet à chacun, enquêteur et enquêté, de s’installer dans ce qu’il projette de la situation de communication qu’il accepte en s’y rendant présent. Avec des hiatus éventuels, qui seront levés par des ajustements tout au long de l’entretien.

Relation enquêteur-enquêté en ajustement

Considérer qu’il y aurait à dire de la relation d’enquête n’est pas anodin. On considère dès lors l’enquêteur partie prenante de la relation d’enquête, et non à distance de celle-ci. On reconnaît qu’il y aurait dans les manières de dire et les manières de se dire, de l’enquêté et de l’enquêteur, des traces de la façon dont chacun vit l’expérience d’entretien, en tant que situation de communication, reconnue comme forme culturelle (Le Marec, 2002).

C’est accepter également cette nécessaire part manquante de l’interprétation par l’enquêté de la situation d’enquête (Le Marec, 2002), dont l’enquêteur ne saisit que des traces.

Dire la situation de communication vécue à l’instant où elle se vit, et ensuite

La transcription, telle que l’on choisit de l’effectuer, reflète une multitude de choix de la part de l’enquêteur : les phrases sont-elles reformulées ? Fait-on apparaître les silences ? Les regards ? Les hésitations, les répétitions ? Quelle place donne-t-on à la communication non verbale, sonore ou non, dans les entretiens non pas filmés mais enregistrés sur dictaphone ? Comment cela se traduit-il dans la transcription ? A quel tamisage3 procède-t-on au moment de la transcription ? Que constitue-t-on en données ? (Thèse de doctorat M. Faury,  p. 205)

Que choisit-on d’écrire dans le carnet de terrain ? Choisit-on de retranscrire les propos fidèlement au cas où l’enregistrement ne fonctionne pas, ou plutôt de ne rien écrire pour être entièrement (y compris dans l’attitude corporelle) dans l’écoute et dans la relation avec l’enquêté? Choisit-on d’écrire ses impressions (de gêne, d’étonnement, d’agacement, etc.) comme autant d’indicateurs qu’il est dit quelque chose pendant l’entretien qui vient d’être vécu ? Pourquoi le faire ?

Sous quelles formes peut-on conserver des traces pérennes de ce qui a été vécu sur le terrain ? Les dit-on (à soi-même par le dictaphone, à un collègue qui partage l’expérience de terrain, etc.) ou les écrit-on ? Dit-on ou écrit-on les ressentis ? Pourquoi ?

Dire l’autre dans l’enquête

Il y aurait beaucoup à dire pour dire l’autre dans l’enquête (identités et sens projetés, investissement de la situation de communication, etc.) et dans sa relation à l’enquêteur, et donc à soi dans l’enquête. Nous n’aurions peut-être d’ailleurs jamais fini, et c’est tant mieux, tant la relation est riche, tant l’autre est riche de significations. Tant la situation est vivante.

Dire et écrire les relations d’enquête – Se dire l’enquête l’un.e à l’autre à partir d’une expérience vécue commune

L’intervention commune avec Joëlle Le Marec, lors du séminaire « Le Chaos des écritures, s’appuie sur l’expérience des temps de partage de l’expérience de l’enquête et de la situation d’hyper-proximité que nous avons toutes les deux vécues, bien que différemment, dans le cadre d’une recherche sur la recherche, dans laquelle des chercheuses rencontrent des chercheurs pour qu’ils témoignent d’un quotidien et d’un vécu de la pratique quotidienne de la recherche comme métier.

L’échange entre ce que Joëlle Le Marec perçoit de la situation d’entretien et ce que j’y avais perçu moi-même nous a amené, par la discussion, a nourrir l’idée que l’entretien était l’occasion d’un partage d’une réalité de la recherche ressentie de manière proche chez l’enquêteur et l’enquêté. Cette proximité de l’enquêteur à l’enquêté « à des effets de reconnaissance de modes d’engagements et de vécus proches » (Le Marec et Faury, 2012). C’est la manière dont le chercheur-enquêteur associe le chercheur-enquêteur au parcours de ce qui constitue sa réalité quotidienne, par la description et le commentaire des pratiques de communication qui la compose, qui m’a amenée à développer l’idée d’espace mental de la recherche dans le cadre de ma thèse.

« Au cours de l’entretien, dans la relation qui s’établit avec l’enquêté, l’enquêtrice a le sentiment de « sentir l’espace mental de la recherche », dessiné par les pratiques de communication rapportées et commentées (espaces symboliques, frontières, contraintes, épaisseurs, pluralités) et de le comprendre par ce qu’elle vit lui-même (en tant que doctorant au moment des entretiens), ou ce qu’elle a vécu (en tant qu’ex- étudiante en biologie expérimentale et ancienne étudiante-stagiaire en laboratoire). Cette compréhension est d’une part utilisée dans l’interprétation et conditionne par ailleurs le rapport qui se construit à l’enquêté en entretiens » (Thèse de doctorat M. faury, p.119)

Se dire l’enquête et la relation d’enquête, entre chercheurs impliquées sur le terrain, nous a donc amenées à nourrir ntore perception, à balancer le vécu d’une situation de communication singulière par l’appel à des vécus proches mais différent, de chacune d’entre nous. Ces moments de discusions ont ainsi constitué de réels espaces de réflexivité et d’inter-subjectivité dans l’expérience du terrain.

Dire et écrire les relations d’enquête – Écrire l’enquête

La difficulté à écrire la relation d’enquête me semble avant tout venir de la linéarisation par laquelle nous fait passer l’écriture. Comment faire si je chercher à écrire l’enquête de manière pluri-dimensionnelle, c’est-à-dire si je cherche à éviter de faire de l’enquête un lieu de production d’un matériau décontextualisé, sorti de la relation et de la situation de communication qui ont permis son existence, sa construction ? Comment aller vers une écriture réflexive, par le dialogue qu’elle induit avec le lecteur, de l’enquête ?

« la réflexivité est éprouvée sur plusieurs plans simultanés dans l’entretien (dans la réflexion individuelle au cours de l’échange, dans la communication entre proches culturels, et dans la réflexion dialoguée entre pairs) et c’est cette caractéristique que nous exploitons. La situation d’entretien est bien sûr, d’un point de vue technique, une pratique d’analyse des conditions de productions de « matériaux de l’enquête ». Elle est également une situation reconnue culturellement comme destinée à produire des savoirs sur la société, mais dans un contexte où la conceptualisation de ce qu’est la situation d’entretien devient un des enjeux de la recherche puisque celle-ci porte sur des pratiques de chercheurs. Elle est enfin une condition partagée par l’enquêteur chercheur et le chercheur enquêté dans la mesure où l’enquête devient nécessairement un moment de dialogue entre collègues. » (Le Marec et Faury, 2012)

Comment donc en rendre compte dans l’écriture : en témoignant de ces épaisseurs, de ces représentations de l’enquête par la mobilisation concrète d’exemples, d’extraits de transcription, de sons, d’images, de composites (Le Marec, 2002) ?

J’ai ainsi par exemple accordé une importance particulière à la manière de dire pendant l’enquête menée au cours de ma thèse, et je me suis posée la question suivante :  comment en rendre compte par l’écriture, qui s’intéresse le plus souvent au « matériau » tamisé, transcrit, c’est à dire aux mots, à ce qui est dit, plus qu’à la manière dont ces mots donnent du sens à la relation, à la situation d’entretien ?

Faury, Mélodie (6 janvier 2012) “[Rires] Enquêteur-enquêté : une relation pleine d’éclats”, Mélodie Faury pour L’infusoir. Vases communicants de janvier 2012 La pensée du discours [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://penseedudiscours.hypotheses.org/7952

Il me paraît particulièrement important de travailler, par le dire et l’écrire, à la contextualisation de la situation de communication, et d’en rendre compte pour permettre l’inter-subjectivité, pour permettre la réflexivité individuelle et collective à son endroit, pour tendre vers une interprétation partageable, et qui tende vers le plus d’objectivité possible.

Dire et écrire les relations d’enquête – Re-dire l’enquête

A quoi mène de re-dire l’enquête ? Dire et re-dire l’enquête nous amènerait ainsi à toujours reprendre ces situations d’enquête non comme figée mais vivante, partageable dans ces lieux précieux de la réflexivité collective. Comme c’est le cas dans le cadre de ce séminaire Le Chaos des écritures sur Cultiver l’enquête. Je gage que re-dire l’enquête nous amène à pousser plus loin cette idée que la réflexivité pourrait être une forme de « reconnaissance partagée du sens de ce qui se joue pour les uns et les autres. » (Le Marec et Faury, 2012) ? Un autre exemple, celui du travail mené avec Yann Calbérac, Sarah Coordonnier, Joëlle Le Marec et Bernard Bensoussan à partir des entretiens menés par Yann Calbérac et en présence de celui-ci, me laisse penser que ce pourrait effectivement être le cas. Nous avons alors croisés quatre regards, n’ayant pas vécu la situation d’entretien, pour les mettre en dialogue avec celui qui l’a vécu et pour dire et faire dire au terrain, ce qui peut être partagé de la recherche, dans une dynamique d’objectivation qui s’assume comme processus4.

Finalement pourquoi dire et écrire la relation d’enquête ?

Pourquoi dire et écrire la relation d’enquête ?

Dans le cadre de mon travail de thèse sur le rapport identitaire et culturel aux sciences, cette relation fait partie même de l’objet, objet communicationnel, que j’ai choisi d’étudier. Mais plus largement, l’attention à cette relation me paraît permettre d’initier une dynamique réflexive incontournable pour le chercheur qui cherche à comprendre plus qu’un matériau recueilli : une parole contextualisée, à l’intersection entre contexte de la recherche, vécu de l’enquêté et partage social d’une situation ancrée dans les mémoires culturelles de l’enquêteur et de l’enquêté.

« La réflexivité étant une dimension constitutive de n’importe quelle situation de communication, nous chercherons à développer une réflexion sur l’enquête comme situation de partage culturel où s’éprouvent des effets de reconnaissance réflexive de ce qui est demandé ou exprimé par les uns et les autres, enquêteurs et enquêtés. » (Le Marec et Faury, 2012 – lien)

Considérer l’enquête comme une pratique à la fois très réflexive et dialogique, pour l’enquêteur et pour l’enquêté. Considérer la relation d’enquête et chercher à la partager en la disant ou en l’écrivant amène à de passionnants dialogues interdisciplinaires et intergénérationnels dans des contextes de recherche où le collectif vise l’inter-subjectivité.

 » Il y a construction d’une condition réflexive collective : c’est le dialogue avec autrui qui permet d’abord de mettre à distance le rapport très singulier que le chercheur entretient avec son objet, mais aussi de transformer ce rapport singulier en résultat de recherche pour les autres membres du collectif de recherche. » (Le Marec et Faury, 2012)

En préparant ce billet, j’ai d’abord écrit ce que je souhaitais dire lors de ma co-intervention avec Joëlle Le Marec sur les relations d’enquête. Comment allais-je ensuite le dire ? Puisqu’il s’agit notamment d’un dire en relation. Et puis je l’ai ré-écrit, et enfin publié et partagé.


Références :

Jurdant, B. (2006). Ecriture, réflexivité, scientificité (entretien avec Joëlle Le Marec). Sciences de la société (n° 67), pp. 131-143.
Jurdant B. Parler la science ?, Alliage n°59, 2006.


Le Marec, J. , Babou, I. et Faury, M. , Analyse du discours de la presse quotidienne à propos des résistances aux antibiotiques en contexte génétique et Pratiques de communications dans les pratiques de recherche, In : Schneider, D (Dir. ), Rapport pour le programme Afsset « Gestion biologique et sociale de la dispersion des résistances aux antibiotiques », Grenoble : Université Joseph Fourier, 2010.

Le Marec, J. et Faury, M., Communication et réflexivité dans l’enquête par des chercheurs sur des chercheurs – Publication prévue : début 2012. En ligne sur HAL

Le Marec, Joëlle – Les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2010. (éd. collective)

Le Marec, J. Situations de communications dans la pratique de recherche : du terrain aux composites, Études de communication no 25 – Questions de Terrains, 2002.

Le Marec, J. (2002). Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communication et information. Paris, Université Paris 7. Habilitation à diriger des recherches: 165.
Quéré, L. , Des miroirs équivoque : aux origines de la communication modernes, Paris : Aubier Montaigne, 1982.

Olivier de Sardan, J. -P. , « La violence faite aux données », in : Enquête « Interpréter, surinterpréter », n°3, 1996, p. 31-60.

Crédit photographique : Moleskineh par Amir Kuckovic, licence CC-NC-SA

  1. notamment des discussions avec Joëlle Le Marec lors de nos terrains communs, et avec Sarah Cordonnier et Bernard Bensoussan dans le cadre des séances de préparation du séminaire « Trajectoires et Témoignage » []
  2. lors du séminaire et dans cette forme d’écriture oralisée du carnet de recherche []
  3. Ce terme provient des discussions menées avec Sarah Cordonnier, Joëlle Le Marec et Bernard Bensoussan lors de nos séances de travail, d’analyse collective d’entretiens, pour préparer les journées d’étude Trajectoire et Témoignage []
  4. merci à Emmanuel Souchier pour la discussion à ce sujet []

Entretien avec Pierre Clément – Cours « Science et Société » à l’Université Lyon 1, dans les années 1970 – Extrait

Vous trouverez ici un extrait – L’entretien complet est disponible sur le site science-societe.fr

Accéder à l’entretien complet, publié le 19 septembre 2012

Le 6 juin 2011 – Dans un bureau de l’ENS de Lyon

Mélodie Faury : Je serais très intéressée par votre expérience d’enseignement science-société à l’Université Lyon 1, dans les années 1970. Je serais curieuse de savoir comment cela se passait concrètement. Pour commencer tout m’intéresse, je pourrais resituer ensuite avec des questions plus précises, mais si vous voulez bien me raconter…

Pierre Clément : Ça fait beaucoup !

MF : Nous pourrions débuter par un retour sur ce à quoi correspondaient ces cours, comment ils étaient reçus, comment ils se déroulaient ?

Pierre Clément : L’histoire commence dans l’après 1968. Il y a eu une loi d’orientation en 1969 qui n’a été mise en œuvre à l’Université Lyon 1 qu’en 1973, si je me souviens bien. Une circulaire est alors passée appelant à proposer des idées d’enseignements. C’était ce que l’on appelait des « options III ». C’est à dire qu’en premier cycle, en DEUG,les étudiants s’inscrivaient dans des options, A ou B. DEUG A c’était les mathématiques, la physique. DEUG B, plutôt biologie, géologie, biochimie.

Au sein de chacune de ces deux branches, ils choisissaient des « options II », qui étaient des filiaires disciplinaires, puis des enseignements à la carte, ouverts pour toutes les filières du DEUG A ou pour celles du DEUG B : les « options III ».  Ils étaient créés, de novo. Il y avait 50 heures à l’année, par étudiant, à choisir parmi un certain nombre d’options III qu’on leur proposait. Et donc il fallait les créer. Et il y a eu un appel d’offre.

Alors moi j’y suis allé. C’était Louis David qui pilotait, un professeur de géologie, qui avait une certaine ouverture d’esprit. Il a dirigé le musée Guimet pendant pas mal de temps, jusqu’à ce que le Musée des Confluences prenne assez récemment la relève.

Et donc, je vais le voir, et il me dit : « Liberté totale, pour créer ce que vous avez envie de créer », je lui dis « C’est pas possible ça ! Un espace de liberté ! ». Alors, ça correspondait quand même bien à l’époque, à l’après 68, ça bouillonnait d’idées.

Lire la suite ->

Lucie – Ces échanges qui font la science

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Photo : cc Mélodie Faury

Lucie a choisi ses laboratoires de stages, puis de thèse, d’abord par affinité pour l’objet des recherches qui y était menées : « Non mais, ça a l’air con de le dire comme ça, mais j’ai toujours adoré les plantes, et même gamine, je sais pas pourquoi, c’était un truc qui me plaisait. Et en fait, alors après pourquoi ça m’est resté et… c’est vraiment une question de goût je veux dire, c’est ni un choix stratégique, ni je sais pas quoi, ça me plaisait… ».

Au moment de s’engager pour plusieurs années de doctorat, c’est la possibilité de relations humaines agréables avec l’équipe du laboratoire choisi qui paraît déterminante : « Et en fait, il y a deux choses qui me motivaient, déjà le sujet me plaisait beaucoup. […] Et aussi, il y avait aussi un facteur humain qui fait, qui faisait que je m’étais vraiment très très bien entendue avec Untel, et que, quitte à passer trois ans à bosser dur sur un sujet, je voulais aussi que ce soit dans des conditions, où ça se passe bien. Parce que je pense que… je pense que si ça se passe mal avec son encadrant de thèse… enfin je me connais, moi je prends les choses très à cœur, et j’aurais pas tenu le coup quoi. » Continuer la lecture de Lucie – Ces échanges qui font la science

Philippe – Le travail de recherche, un territoire de jeu conquis et maîtrisé

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Philippe est venu en France pour faire ses études en biologie. Si son souhait de faire de la recherche apparaît assez tôt, son affinité pour sa spécialisation actuelle a évolué au fil de sa formation :« Ouais, lorsque j’étais arrivé en licence, c’était vraiment la bactério et rien. Et après je me suis dis, finalement, on reste dans la microbiologie avec les virus et j’ai essayé de trouver quelque chose où il y a de l’argent et où c’est intéressant. J’ai toujours aimé les trucs moléculaire, là c’était parfait.[…] Mais ouais la recherche ça m’a toujours plu. »

C’est sur les conseils d’enseignants-chercheurs et guidé par son intérêt pour un sujet de thèse, que Philippe choisit un laboratoire pour effectuer son doctorat : « J’ai demandé à une des profs de l’épigénétique, qu’est-ce qu’elle avait fait comme parcours, elle m’a dit qu’avant de faire de l’épigénétique, elle a travaillé dans le domaine de la traduction, donc du coup j’ai contacté Untel, parce que j’étais assez proche de lui, et je lui ai demandé s’il y avait un laboratoire de traduction dans Tel Lieu. Il m’a dit « oui », un super labo où ils font en plus de la virologie, donc c’était parfait. J’ai choisi comme ça. »

Continuer la lecture de Philippe – Le travail de recherche, un territoire de jeu conquis et maîtrisé

Daniel – Vivre une expérience rédhibitoire, pris entre deux conceptions opposées de la recherche

 

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Daniel a éprouvé son intérêt pour un domaine spécifique[1] de la biologie au cours de précédents stages, ce qui l’amène à choisir un laboratoire avant tout pour son intérêt scientifique, mais aussi en partie pour la composition de l’équipe : « Ouais c’était dans ce truc-là que je voulais travailler quoi […]. Parce qu’en fait, tous les stages que j’ai fait c’était dans ce domaine là. […] Parce qu’en fait là j’ai choisi parce que ça m’intéressais bien, et parce que, voilà le sujet m’intéressait bien, et il y avait des gens qui m’intéressaient bien aussi, enfin je veux dire, je sentais qu’il pouvait y avoir des bonnes interactions avec Untel et Untel, mais ce que j’avais pas compris c’est que [rires], il allait y avoir un souci dans le trajet quoi. »

Pris en tenaille entre deux conceptions opposées de la recherche, notamment éprouvées lors de la collaboration avec d’autres équipes, Daniel s’est forgé une conception de la recherche incompatible avec celle en vigueur dans son laboratoire de thèse : « Bah en fait tu sais c’est juste, enfin c’est lié avec ici aussi c’est que on a pas le droit de discuter librement avec les collaborateurs, parce que bah voilà il y a une hiérarchie […] Et donc en fait, moi je donnais toutes les informations, enfin je veux dire, c’était une collaboration donc on échange librement, en fait, c’était ma vision à moi, que j’ai encore d’ailleurs, c’est la recherche c’est un espèce de partage, donc on avance dans la même direction quoi. Et donc quand on collabore, voilà, il faut pas donner toutes les informations aux concurrents etcetera, mais aux collaborateurs, on peut leur faire confiance quoi. Et donc bah voilà, moi j’étais entier je [rires], je faisais confiance et tout. Et puis on est venu me passer derrière, enfin ma chef est passé derrière en me disant que c’était intolérable, de discuter comme ça aussi librement avec les collaborateurs, qu’il fallait se méfier, etcetera, etcetera. »

Continuer la lecture de Daniel – Vivre une expérience rédhibitoire, pris entre deux conceptions opposées de la recherche

Eleonore – Le plaisir des expériences et de la technique, dans un sujet à l’interface

Ce billet fait partie de la galerie de portaits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

En commençant sa formation dans le supérieur, Éléonore voulait initialement enseigner. Mais le plaisir des expériences en biologie (les « manips »), découvert au cours de ses études (« le L3 c’était aussi des manips, je me faisais plaisir sur les manips, et je me posais pas de question »), lui a donné goût à la recherche :  « […] la thèse, je trouve que c’est encore assez idéal comme statut, parce que finalement, tu ne prends pas part aux décisions politiques etc., on n’exige pas de toi une implication administrative ou politique, et tu te fais plaisir avec les manips. » Elle ajoute un plus tard : « Je suis très contente d’être en thèse et de toute façon, quoi qu’il en soit, ça aura été vraiment une super expérience au niveau, enfin relations humaines en tout cas. Je me serai vraiment fait plaisir sur les manips, donc voilà. ».

Les expériences qu’elle mène sont d’ailleurs au centre de l’entretien (« Une semaine normale en général j’ai des manips tous les jours ») et des interactions avec les autres membres de son équipe (récurrence de l’expression « discuter des manips »).

Particulièrement intéressée par certaines techniques de microscopie, et par le fait de développer une compétence sur celles-ci,  Éléonore oriente ses choix de stages puis de thèse  vers des laboratoires utilisant ces instruments pour étudier leurs objets de recherche : « […] moi ça me tentait vraiment bien, parce que c’était de la microscopie, c’était des cellules, c’est à un niveau plus intégré que de la bioch ou de la biomol, et j’en avais complètement marre de la biomol après tous les autres stages. »

Son approche de la recherche est ainsi essentiellement guidée par la technique et l’utilité des recherches qu’elle mène : « Donc du coup c’était à la fois de la viro qui m’intéressait, à la fois de la microscopie qui m’intéressait vraiment […] A vrai dire, la thématique, ça aurait pu être n’importe quoi, enfin. Mais il y a quand même un aspect qui me manquerait si je travaillais sur d’autres choses, parce que ce que j’aime vraiment en viro, c’est l’aspect médical et une justification médicale en fait, derrière. […] Et je crois, enfin moi j’ai besoin d’une justification, et c’est aussi ça qui m’a plu. Enfin, je pourrais pas travailler sur une protéine parce que c’est une protéine. » Continuer la lecture de Eleonore – Le plaisir des expériences et de la technique, dans un sujet à l’interface

Florent – Le laboratoire comme lieu de vie sociale, où il s’agit de faire ses preuves

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Florent présente son attirance pour la biologie comme une vocation, née à la fois d’une certaine curiosité pour les sciences et l’apprentissage, mais aussi de jeux partagés enfant avec son grand-père : « Moi je savais grosso modo que je voulais faire de la recherche parce que la biologie ça m’intéressait, mais, c’est plus que la biologie m’intéressait plutôt que la recherche elle-même. J’ai jamais été le, tu vois j’aime bien regarder le monde autour de moi, j’aimais bien, j’étais toujours le premier à aller ramasser des insectes, des choses comme ça, mais j’étais pas le genre de gars à vouloir tester des choses, tu vois ? C’était plus apprendre des choses. ». Il ajoute plus loin : « En fait quand j’avais 5 ans, avec mon grand-père, on jouait aux globules blancs et aux microbes sur le canapé chez lui. Donc voilà, j’ai toujours aimé ce genre de choses. »

Le choix de la virologie comme domaine d’étude semble dès lors s’être effectué tout naturellement, à partir de ces affinités précoces, et est associé à des souvenirs précis : « Quand j’étais en 6ème on devait faire un exposé sur la reproduction, j’avais choisi la reproduction des virus. Ce qui m’avait valu une mauvaise note parce que la prof avait dit que c’était pas un être vivant. […] Donc j’ai toujours aimé la viro, ça m’a toujours intéressé, la viro et l’immuno, depuis tout petit, c’est la faute de « Il était une fois la vie » ça. »

Continuer la lecture de Florent – Le laboratoire comme lieu de vie sociale, où il s’agit de faire ses preuves

Paroles de doctorants – Terrain de thèse

Mon travail de terrain, mené essentiellement sous forme d’entretiens, m’a amenée à rencontrer des doctorants en biologie, eux aussi en cours de thèse.

Ils ont bien voulu détailler leur pratique quotidienne de la recherche, le rapport qu’ils entretiennent à leur pratique au moment de l’entretien, mais parfois aussi plus largement à la science.

C’est de la diversité de l’expérience vécue de la thèse que la galerie de rencontres que j’initie aujourd’hui cherche à donner un aperçu. [1]

Si vous êtes en cours de thèse, quelle qu’en soit la discipline, ou que vous l’avez déjà soutenue, vous pouvez contribuer à cette galerie en racontant votre parcours et votre propre expérience de thèse, sous forme de commentaire ou de préférence à l’adresse suivante :

experiencedethèse@gmail.com

Une publication pourra ensuite être envisagée sur l’Infusoir (qui se réserve le choix des témoignages à publier, sur des critères liés à la rédaction de ceux-ci et non bien sûr à la nature de l’expérience vécue)

Pour cela ces témoignages devront être anonymes (pas de nom de lieux ou de personnes notamment) et reprendre la structure suivante :

  • Comment en êtes-vous arrivés à faire de la recherche ?
  • Comment avez-vous connu et sur quels critères avez-vous choisi le laboratoire de votre thèse ?
  • Quel était votre statut, tel que vous l’avez vécu, dans le laboratoire (plutôt étudiant, plutôt chercheur ? autre ?) et comment cela s’exprimait-il par exemple ?
  • Avec qui interagissiez-vous le plus et quelles étaient vos activités principales et/ou quotidiennes ?
  • Comment diriez-vous que votre thèse s’est déroulée globalement et pourquoi ?
  • Comment votre conception de la science et/ou de la recherche a-t-elle évolué au cours de votre thèse ?
  • Quels choix avez-vous fait après la thèse et pourquoi ?
  • Quelle est votre situation actuelle ?

[1] Idée inspirée de l’ouvrage de Gilles Chantraine, dans lequel il présente sous forme d’encadrés les prisonniers qu’il a rencontré au cours de ses entretiens : Par-delà les murs, Gilles Chantraine, Paris, PUF, 2004, 268 p.

La situation d’entretien et le rapport au terrain

Référence de départ :

Agnès D’arripe, « Construction d’un dispositif méthodologique et de ses outils: savoir commun et savoir scientifique, de l’induction aux hypothèses », Etudes de communication 2009/1 n°32, p.97-108.

La lecture de l’article d’Agnès D’arripe pose notamment la question du lien entre les modalités de l’entretien, tel qu’il est mené par le chercheur face à l’enquêté, et le type de discours construit par l’enquêté dans cette situation.

Dans le travail présenté dans l’article, l’un des objets de recherche d’Agnès D’arripe est la méta-communication.

D’arripe, 2009 – Page 5 :

« Au-delà de ces codes communicationnels souvent implicites, nous nous pencherons sur la manière dont les acteurs méta-communiquent sur leurs actions et leurs comportements. Dans ce cadre, nous ferons appel aux théories de L. Boltanski et L. Thévenot pour tenter de comprendre les logiques d’action mises en place et la manière dont les acteurs justifient leurs actes. Pour ces auteurs, les acteurs vont justifier leurs actions de diverses manières selon les circonstances. […] Les moments où s’exprimera la justification seront ceux de remise en cause et de critique. C’est dans ces moments que la réflexivité se déploiera et que les acteurs réfléchiront sur le sens qu’ils donnent à leurs pratiques. […] Nous tenterons d’approcher cette méta-communication de deux manières différentes. Tout d’abord, à travers les moments où, durant les ateliers de recherche, les acteurs disent des choses de ce qu’ils font . Ensuite nous désirons aller plus loin en suscitant également cette méta-communication via une méthode particulière, celle de l’analyse de groupe […]».

Ainsi, lorsque l’objet de la recherche est le discours qu’élaborent les acteurs sur eux-mêmes, sur leurs propres pratiques, comment construire sur le terrain les conditions pour que celui-ci puisse être mis en œuvre ?

Il s’agit bien de saisir les moments du discours où se développe une certaine réflexivité.

Et quel est le sens ou l’effet de la mise en place par le chercheur d’une situation où l’enquêté produit un discours qu’il n’aurait pas été amené à produire seul ?

Continuer la lecture de La situation d’entretien et le rapport au terrain