Archives de catégorie : Biologie

Entretien avec Éléonore – 7 avril 2009 // Retour aux entretiens de thèse

Le 7 avril 2009 – Éléonore est en 2ème année de thèse au moment de l’entretien.

Cet entretien fait partie de ceux menés pendant ma thèse.

J’ai fait mes études de biologie avec la plupart des doctorant.e.s rencontrés en entretien. Ce rapport d’hyperproximité est l’un des points majeurs de l’interrogation réflexive que je mène dans mon travail de thèse. Continuer la lecture de Entretien avec Éléonore – 7 avril 2009 // Retour aux entretiens de thèse

Métadiscours du formateur | Intégrer à l’enseignement le discours du formateur sur son propre discours

Photo : Mélodie Faury - Licence CC-BY

J’ai la chance d’avoir pu revenir en tant qu’enseignante dans plusieurs des formations que j’ai suivies. Ce retour à quelques années de distance m’a permis de mieux comprendre la manière dont nous avons été formés, en tant qu’étudiant.e.s  : selon quels objectifs, pour l’étudiant, pour l’enseignant, pour l’institution ; selon quelles normes et quels enjeux, souvent implicites pour les étudiants que nous étions alors, et pour ceux que je rencontre aujourd’hui.

J’amorce ici une série de billets visant à la formulation de quelques réflexions construites au fil des enseignements que j’ai assurés depuis septembre 2008 et de celles qui ne manqueront pas de s’y adjoindre au cours de l’année universitaire à venir. Elles viennent nourrir mes questions de recherche et participent en retour à l’élaboration de mes enseignements.

Je m’interroge particulièrement sur l’effet de l’explicitation des enjeux, des implicites, des normes et des objectifs de la formation, dans la formation elle-même. Notamment dans le cadre des formations universitaires en biologie que je connais plus particulièrement.

En quoi l’intégration, par le formateur, d’un discours contextualisant et problématique sur son propre discours en tant qu’enseignant peut-il participer à l’élaboration d’un rapport à la formation chez les étudiant.e.s, différent du rapport construit en l’absence de ce discours « méta » ?

Pendant trois ans, j’ai eu l’occasion d’enseigner la biologie dans le cadre de mon monitorat, effectué en parallèle de mon travail de recherche doctorale, et dans celui d’oraux blancs, appelés « colles », en classes préparatoires Agro-Véto, préparant principalement aux concours agronomiques et vétérinaires.

En parallèle de ces enseignements, j’initiais ma transition personnelle entre recherche en Biologie moléculaire et cellulaire et recherche en Sciences de l’information et de la communication, pas toujours douce en cela qu’elle a questionné un nombre important d’évidences incorporées au cours de ma formation initiale.

Cet itinéraire s’est assortie d’un décalage progressif de mes modes de questionnements, et de mes sources d’interrogation, et la manière dont j’ai finalement enseigné ma discipline d’origine s’en est sans nul doute ressenti.

C’est par les réflexions issues de cette expérience d’enseignement, réactivant celle d’étudiante, en classes préparatoires aux concours communs Agro-Véto et aux concours d’enseignement (Capes, Agreg) que je pense commencer.

La science avec les mains : et si on étudiait la peau de saucisson ?

C’est la saison des oraux blancs de TIPE (Travaux d’Intérêt Personnel Encadrés) pour les élèves en classe préparatoire Agro-Véto.  Cette année le thème de « surface » devait les inspirer pour imaginer un sujet d’étude et une problématique à traiter par la mise en œuvre de protocoles expérimentaux.

Un groupe d’élèves se penche sur la peau de saucisson, en tant qu’interface, avec en tête la question suivante : quelles sont les propriétés du boyau de porc qui justifient qu’on le choisisse ainsi pour la maturation et le conditionnement de nos chers compagnons de pique-nique ?

On amène le sujet, on pose la problématique, et on annonce le plan, puis on détaille les protocoles expérimentaux, les résultats et on discute de leur  interprétation. Pas de doute la recette « OHERIC » (Observation – Hypothèses – Expériences – Résultats – Interprétation – Conclusion) est intégrée et maîtrisée.

Mais après avoir comparé la diffusion de l’eau contenue dans le mélange de viande dont est constitué le saucisson à travers le boyau, en regard de la diffusion de l’eau de cette même viande à travers un collant (?), voici que ce groupe conclue en toute simplicité : « Le boyau est donc perméable à l’eau ».

Exit le questionnement initial, exit le potentiel de l’expérimentation.

Et me voilà projetée en sixième, je revis mon premier contact avec la biologie comme discipline…

Nous finissons notre premier chapitre de Sciences Nat’, après avoir noirci plusieurs pages de cahiers d’observations brutes, avec l’application scolaire héritée de la primaire, nous touchons au but… la conclusion !

Et quelle conclusion !

Cl chap1 : le poisson nage.

Second chapitre, seconde conclusion :

le criquet saute.

Est-il besoin de vous dire que je n’ai appris que beaucoup plus tard à aimer la biologie ?

Quand et comment apprend-on que problématiser donne toute sa dimension et son intérêt au raisonnement scientifique ? Quand et comment passe-t-on de la science comme recette descriptive à la science comme démarche efficace pour répondre à certaines de nos questions sur les phénomènes ?