Archives de catégorie : Parenthèses

S’arrêter, regarder ailleurs, autrement

A la recherche éperdue du temps

Depuis trois ans et demi, depuis finalement la fin de ma thèse, la soutenance et la suite professionnelle qui m’a éloignée de la recherche comme activité professionnelle principale, je suis à la recherche du temps.

Depuis 2012, ma principale activité expérimentale et empirique consiste finalement à apprivoiser le temps, ses modalités, ses interruptions, ma disponibilité. A essayer de le dompter, ce temps si rare et volatil, pour réussir à y conserver, ou y (ré)insérer, du temps pour penser, pour réfléchir, pour la prise de distance et la réflexivité (encore et toujours elle !). Continuer la lecture de A la recherche éperdue du temps

Le jour du manuscrit – Regarder autour

Marquer les fins, les transitions, les passages et les limites, pour se sentir une fois pour toute… ailleurs.

Le jour où j’ai récupéré mon manuscrit papier de thèse, cette écriture formée, matérielle, à distance de soi, j’ai ressenti le besoin de regarder autour de moi.

Ce lieu privilégié de l’incubation d’un projet de recherche.

Un lieu vivant, mais parfois si coupé du monde autour.

Un monde en soi, duquel on se retrouve vite dehors, une fois l’incubation terminée.

La parenthèse se ferme, cela vaut la peine de la fermer, par les regards jetés ce jour-là, « le jour du manuscrit ».

Le jour même de ma soutenance, je découvre ce message sur le bureau que j’avais utilisé pendant 4 ans : les bureaux sont des denrées rare, thèse aussitôt soutenue, bureau aussitôt remplacé

– Le 27 février 2012 –

– Le 27 février 2012 –

La thèse, c’est un itinéraire. La mienne m’a emmené beaucoup plus loin que je n’aurais pu l’imaginer.

Faire une thèse, c’est trouver son chemin et le perdre en même temps. Le perdre, tout le temps. Il s’agit de ne pas s’y perdre soi-même.

Faire une thèse, c’est rencontrer des gens, rencontrer des pensées, des façons d’être, de dire, de réfléchir. Et c’est s’arrêter sur certaines d’entre elles, parce qu’elles nous touchent, nous parlent, parce que, par rapport à nos questions, elles nous offrent une nouvelle façon de voir.

En faisant ma thèse, je n’ai jamais vraiment su où j’allais. J’ai cru à un moment le savoir, et je l’ai perdu l’instant d’après.

En faisant ma thèse, j’ai cru que je faisais de la science, et « seulement » de la science.

J’essayais de construire un discours scientifique sur les parcours de chercheurs. Et je ne suis pas sûre de n’avoir fait que de la science ni d’avoir été uniquement à la recherche de la compréhension des parcours des autres (je suis même sûre, et depuis longtemps, que ce n’est pas le cas).

Pourquoi partir des sciences expérimentales ?

Ma thèse je l’ai écrite, et réécrite.
On dit que le travail de thèse est un travail solitaire. Que l’on marche tout(e) seul(e).
Mais j’ai rencontré d’autres chercheurs, d’autres pensées. Et ce qu’ils m’ont apporté est inexprimable. Nous ne sommes pas si seuls.

On peut apprendre à s’autoriser des choses pendant la thèse. A aller au-delà des interdits et de ce que l’on apprend qu’il « faut » faire, de telle et telle manière. On peut se construire sa propre définition de ce qu’est une thèse et du rôle qu’elle joue dans notre parcours. Et ce parcours nous est propre.

Parfois l’écriture ne vient plus. Parfois je n’ai plus été sûre d’avoir moi-même écrit ce que je relisais quelques mois plus tard. Alors on prend du champ, on fait des pauses.

Et puis on repart.

Je ne suis plus tout à fait sûre des raisons pour lesquelles j’ai commencé une thèse. Ce dont je suis sûre, c’est que je veux la terminer.

Et qu’elle m’a apporté bien au-delà de la dimension « scientifique ». Elle a construit mon regard de chercheur, mais elle m’a aussi fait comprendre beaucoup de choses sur mon propre rapport à la science. Elle m’a appris à écrire, à penser.

Elle m’a appris la réflexivité.

Illustration : Clémentine Robach

Les rencontres avec Serendip

A l’exact moment où je publie ici, Claire Placial publie dans les Langues de feu

A l’occasion d’une discussion avec Claire Placial, initiée par la lecture de l’un de ses billets dans la Villa réflexive, nous est venue l’idée d’écrire, chacune à notre manière, sur la carte de Serendip de nos rencontres d’auteurs et de pensées au cours de notre parcours.

Je rebondissais ainsi à une parenthèse :

« (j’avais essayé de dessiner cette année une carte de Serendip, en y plaçant les livres rencontrés, et les circonstances de leur lecture; une feuille à deux dimensions n’a pas suffi). », Claire Placial

Cette remarque a fait écho à mon expérience vécue dans la mesure où elle rejoignait une esquisse sur le papier, sur laquelle j’avais également tenté, en vain, de saisir un mouvement : celui des rencontres jalonnant mon parcours de formation à la recherche puis de thèse (venir à la thèse et prendre des directions successives au cours de la thèse) et l’ayant influencé. Je m’étais alors formulé l’idée que les rencontres marquantes sont multiformes et que j’avais rarement pesé sur le moment l’importance de l’effet d’une pensée autre sur le développement et sur la direction prise par la mienne. Cela me semblait d’autant plus important à tracer que j’essayais de comprendre les inflexions d’un parcours : celui qui m’avait fait passer de la biologie moléculaire aux sciences de l’information et de la communication. Quelles rencontres avaient bien pu alimenter, réactualiser, modifier, perturber, relancer mes questionnements ?

J’avais alors choisi le fil conducteur chronologique, plutôt que la métaphore de la carte, mais n’avais rencontré que le ramifié et le multifactoriel, bien loin du linéaire et de la relation cause-conséquence simple. Bien sûr. Comment aurait-il été possible de retracer simplement dans le temps l’effet des rencontres avec d’autres réflexions ?

Lectures – sur le papier, ou numériques – courtes ou longue – livres, articles, billets, etc

Écoutes – en direct ou en différé, choisies ou obligatoires, préparées ou improvisées, dans un cadre formel (conférence, cours, etc.) ou lors d’une discussion informelle (pas de porte, autour d’un café, au détour d’un couloir, dans le métro, sur Twitter, etc.)

Questions – sous toutes leurs formes, poser des questions, remettre en question, interroger les évidences, en collectifs hétérogènes de préférence pour éviter autant que possible l’entre-soi.

Une lecture, une écoute, sans question que l’on se pose, ne trouvera pas facilement d’accroche. Les résonances s’installent dès lors que l’on se met en situation de perméabilité à une façon de pensée, que l’on accepte de s’ouvrir1, pour un instant ou pour plus longtemps, à une autre perspective, que l’on pourra dès lors articuler à la sienne – à « sa motivation intrinsèque« . Et le fait même de pouvoir constater que l’articulation n’est pas possible est très formateur.

Mélodie Faury - Licence CC-BY

On pourrait avoir une idée préalable, pour la recherche, de la « prévalence » (de la « noblesse » ?) d’une forme sur une autre – le livre, l’article, l’intervention en colloque international vaudraient plus que le billet, la discussion informelle, ou l’échange par mail. De quel point de vue ? Du point de vue de l’aboutissement et du degré de développement d’une idée, d’une pensée ? Sans doute. Mais pas toujours. Du point de vue de l’évaluation des productions scientifiques de la recherche ? Oui, puisque ce sont les critères actuels d’évaluation. Mais nous pourrions en discuter.

Et du point de vue de la matière à pensée ? Du « food for thoughts » comme dirait Claire Placial.

C’est souvent une rencontre vivante – d’une pensée, d’une idée, ou de quelqu’un qui me révélait l’existence et la valeur d’une pensée – qui m’a amenée à lire la chercheuse ou le chercheur que je venais d’entendre ou que l’on venait d’évoquer. L’oral a sans nul doute joué un rôle déterminant dans ma rencontre avec le travail de nombre de chercheur.se.s et d’auteurs. Peut-être est-ce lié avec une forme de mémorisation que je sais avoir plutôt auditive.

Ces chercheur.se.s que j’ai entendu.e.s et qui m’ont marquée

–  qui m’ont donné à penser à un moment ou à un autre de mon parcours et qui l’ont infléchi d’une manière ou d’une : soit que j’ai commencé à les lire après les avoir entendus, soit que j’ai commencé à les lire différemment après les avoir entendus, c’est-à-dire avec l’impression d’une meilleure compréhension de leur travail, d’une compréhension plus complexe, peut-être plus approfondie, en tout cas pluridimensionnelle.

Ces chercheur.ses et auteur.es que j’ai commencé à lire et comprendre, en étant orientée, grâce à des échanges avec des amis et des collègues

– à chacun d’entre eux est associé un souvenir d’échange vivant qui m’a donné envie de les découvrir – certains livres attendent encore sur une pile que cette envie naisse d’une situation, d’une rencontre, de nouvelles questions – bref que la rencontre avec l’écrit de l’auteur tombe à un moment où la résonance sera possible, avec la sereine conviction que cela arrivera, bientôt.

C’est souvent, aussi, une discussion improvisée entre deux couloirs qui m’a amenée à aller plus loin dans la découverte d’une façon de penser, d’auteurs. Je remercie d’ailleurs toutes et tous les collègues qui prennent le temps d’échanger et de faire des liens : « tiens ta question me fait penser à ce qu’a écrit untel », « as-tu lu unetelle, elle dit des choses passionnantes à ce sujet ». C’est à ce type d’échange et pensée conviviale que je reconnais la forme de recherche qui me plaît : quand la référence aux auteurs et aux travaux nourrit la discussion et les questions, et n’est pas utilisée comme bouclier de légitimité (« quoi, tu ne connais pas ce livre/article/travail d’untel.le ?! »).

Ces chercheur.se.s que j’ai d’abord cotoyé.e.s, avant de les lire (livre, article, billet – papier ou en ligne), nos discussions m’ayant donné envie de les lire

– dans les bureaux, les couloirs, les évènements scientifiques – et ceux et celles que je croise « numériquement », sur des blogs de recherche ou dans des réseaux sociaux, dont je découvre de multiples facettes, la profondeur et la dynamique de réflexion, au fil de leurs écrits que je suis.

La recherche conviviale

La recherche conviviale, « abondante et fluide« , qu’un certain nombre d’acteurs universitaires cherchent à préserver, multipliant les formes d’échanges et de pensée, est très précieuse.

Ainsi, j’ai rencontré des chercheuses et des chercheurs et grâce à eux des réflexions en mouvement, d’hier et d’aujourd’hui.

A chacune des formes de rencontres évoquées, et j’en oublie, sont associés des mots et des idées que je n’ai pas eu besoin d’inscrire dans un carnet pour m’en souvenir. Les effets de ces rencontres ne sont pas toujours identifiables, encore moins immédiatement.

Marie-Anne Paveau a parlé un jour de la mémoire en ces termes :

« en matière de mémoire, le sens compte assez peu à côté de l’impression »

Ces rencontres marquantes m’ont fait forte impression. Pourquoi à ce moment-là et pas à un autre ? Pourquoi peut-il arriver que l’on rate la rencontre, avec la pensée de l’autre ?

Pourquoi certaines lectures, certaines conférences arrivent-elles parfois trop tôt ? Ces moments où l’on se dit même que peut-être, à l’instant, on n’a pas saisi toute la profondeur de l’idée à portée mais non saisie, et qu’il faudrait pouvoir y revenir. Et on peut y revenir dans le cas d’un livre, d’un article, d’un billet de blog, d’une intervention filmée ou enregistrée, mais pas pour tous ces moments où si l’écoute n’est pas éveillée, alors tant pis, c’est déjà passé.

Il suffit qu’une lecture ou une intervention intervienne à un moment particulier pour qu’elle ouvre, débloque, infléchisse soudain le sens des questions que je me posais, qu’elle les rende plus clair ou compliqué. Pour peu que j’y soit ouverte, que mon esprit soit disponible à cette ouverture, et non occupé par d’autres enjeux.

Lorsqu’il y a rencontre, avec un texte, une parole, une pensée, alors je ressens quelque chose, souvent difficile à exprimer. Qui reste de l’ordre de l’impression et dont on ne trouve l’expression que plus tard, une fois la rencontre passée.

Le terme de rencontre ici me pose problème : je ne rencontre pas les personnes qui pensent ou qui ont pensé, au sens littéral. Il ne s’agit pas d’une relation inter-personnelle ou partagée. Mais d’une rencontre avec un écrit, une intervention, un discours. Je ne prétends pas rencontrer les personnes elles-mêmes. Il s’agit bien plus d’un point de rencontre entre un état et un autre : celui de mes questions avec l’état de questionnement de celui qui écrit ou parle, dans un contexte donné. Le plus souvent, la résonance n’est pas partagée – cela peut cependant arriver, notamment lors de projets de recherche commun ou dans des espaces où les réflexions convergent, mais c’est rare – et d’autant plus précieux, car celui qui donne à penser est déjà ailleurs : ce n’est pas lui que je saisis – et heureusement ! – mais un instantané de sa réflexion en mouvement, ou, et c’est souvent encore plus stimulant pour la réflexion, un aspect qu’il donne à voir de la dynamique de questionnement qui l’anime.

Ainsi, sur le moment, il est parfois bien difficile de comprendre pourquoi la lecture est si stimulante, si entrainante ou l’écoute si motivée et réjouissante. La résonance peut également être déstabilisante, car on sent bien qu’elle vient questionner des certitudes que l’on croyait acquises ou qu’elle vient mettre en mot, et rendre ainsi plus palpable et plus concrètes des idées dont on n’avait que l’intuition sans n’avoir pu jusqu’alors les formuler aussi bien. Et l’on voit combien c’est imprévisible. Et l’on voit combien la certitude d’être « dans le vrai » est incompatible avec ce type de rencontres.

  1. « la sérendipité n’est pas seulement une façon de trouver, c’est aussi une philosophie, une manière d’être au monde » dans le billet de Marie-Anne Paveau []

Les billets que vous lisez toujours – Epaisseurs d’un carnet

Je profite du ralentissement estival pour plonger dans les épaisseurs de mon carnet de recherche, et pour faire remonter en surface les billets que vous consultez toujours, plusieurs mois ou années après leur publication en ligne1.

J’en profite pour signaler la présentation de contenu ainsi que l’analyse intéressante faite par Emilien Ruiz sur le carnet « Devenir historien-ne », après 6 mois puis un an d’utilisation de cet espace numérique.

Ruiz, Emilien (31 janvier 2012) “6 mois, 30 billets, 12 700 visites ”. Devenir historien-ne [Carnet de recherche] Consulté le 13 août 2012. http://devhist.hypotheses.org/991

Ruiz, Emilien (30 juillet 2012) “1 an, 45 billets, 72 000 visites”. Devenir historien-ne [Carnet de recherche] Consulté le 13 août 2012.  http://devhist.hypotheses.org/1433

Ruiz, Emilien (3 août 2012) “Devenir historien-ne, version 1.0”. Devenir historien-ne [Carnet de recherche] Consulté le 13 août 2012.  http://devhist.hypotheses.org/1433

2012

2 janvier 2012 – A travers champs – Trajectoire et témoignage

6 janvier 2012 – “Désir épistémologique et émotion scientifique”, M.-A. Paveau pour La pensée du discours, Vases communicants de janvier 2012

16 janvier 2012  – Le Monopoly© de la recherche

29 janvier 2012 – Paroles de doctorante – 32 ans, tout début d’une thèse en histoire du droit

15 mars 2012 – Recherches participatives : petit tour d’horizon

22 mars 2012 – “Tu vois, sur cette photographie, c’est moi” – L’identité : questions, critères et représentations

30 mars 2012 – A la recherche d’espaces de réflexivité

3 avril 2012 – Enseignements “Sciences et société : éthique et communication scientifiques” – ENS de Lyon

6 avril 2012 – Laurent : la thèse, une découverte du fonctionnement de la recherche

7 avril 2012 – Axelle : produire des résultats ne suffit pas

8 avril 2012 – Solenne : temps, projets et publications au centre de la recherche

13 avril 2012 – Pensée du jour – Il importe de comprendre ce que faire de la science veut dire

15 avril 2012 – Le chercheur responsable : de quelles responsabilités parle-t-on ?

30 avril 2012 – En quoi le numérique change-t-il (ou non) nos pratiques de médiation ? – Soirée “Médiation culturelle des sciences sur le web”

6 mai 2012 – Pensée du jour – “Sois réflexif !”

28 mai 2012  – [Fichiers] Archives, épaisseurs et intrications

11 juin 2012 – Ces lieux de pensées

15 juin 2012 – Pour qu’un carnet vive…

25 juin 2012 – Pour qu’un carnet vive… [2]

2011

6 janvier 2011 – Ambiguïtés et enjeux de la vulgarisation – A partir d’une intervention de B. Jurdant

25 janvier 2011 – 1000 chercheurs sont sur un Panthéon…

1 mars 2011 – Paroles de doctorants – Terrain de thèse

11 avril 2011 – Discuter l’idée “La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques”

20 avril 2011 – Discuter l’idée “La science fait progresser l’humanité”

22 avril 2011 – Pensée du jour – Un rapport non neutre aux sciences

29 août 2011 – Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ?

29 août 2011 – La responsabilité, une valeur pour la recherche

22 septembre 2011 – D’une expérience vécue à un questionnement de recherche en sciences humaines

6 octobre 2011 – Comment choisir son laboratoire de stage ou de thèse ?

11 octobre 2011 – Les collect’penseurs – Inscrire, effacer, dialoguer

15 octobre 2011 – Philippe – Le travail de recherche, un territoire de jeu conquis et maîtrisé

26 octobre 2011 – Éthique et responsabilités des chercheurs : vers des espaces de réflexivité

19 novembre 2011 – A travers champs – Sciences Sociales 2.0

1 décembre 2011 – Pauline : une recherche engagée, inconcevable sans enseignement

5 décembre 2011 – Le “carnet” de recherche

11 décembre 2011 – Paroles d’un ancien doctorant – Doctorat en géographie, convention CIFRE

19 décembre 2011 – Paroles de doctorante – Premier bilan d’une toute jeune doctorante en latin

22 décembre 2011 – Paroles de doctorante – Se lancer dans une thèse en anthropologie

 

2010

24 février 2010 – La vulgarisation scientifique : une mode ? une nécessité ? une illusion ?

20 avril 2010 – Les controverses scientifiques pour comprendre la recherche ?

5 mai 2010 – La science : un système de valeurs ?

1 juin 2010 – Les valeurs de la science

14 juin 2010 – Le discours sur la pratique de recherche et sur la science chez les doctorants en biologie expérimentale

1 septembre 2010 – Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique – B. Jurdant

11 septembre 2010 – De la sociologie des sciences pour les scientifiques ?

3 novembre 2010 – Colloque “Réflexivité en contextes de diversité : un carrefour des sciences humaines ?”

3 décembre 2010 – Former de futurs chercheurs à la communication scientifique

  1. J’ai choisi de lister ici les billets ayant réunis de 10 à plus de 400 visites sur le mois de juillet 2012. Pour information, toujours pour le mois de juillet, l’Infusoir compte 127 visites entre 15 et 30 mn ; 451 visites entre 30mn et 1h ; 224 visites de plus d’une heure []

Ce que les chercheurs écrivent ou disent, et ce qu’ils pensent « vraiment » (en anglais)

Document reproduit à partir d’une archive du GERSULP (Groupe d’Etude et de Recherche sur la Science de l’Université Louis Pasteur, Strasbourg).

Il semble que ce document ait été beaucoup repris, notamment sur de nombreux sites internet (« ce document est connu depuis longtemps« ). Je serais intéressée par la source initiale si quelqu’un la connaît (« je n’ai pas trouvé la référence d’origine »).

What they REALLY Mean

Excerpts from the “Dictionary of Useful Research Phrases”

 

PHRASE

MEANING

“While it has not been possible to provide definite answers to these questions…” An unsuccessful experiment, but I still hope to get it published.
 
“It has long been known…” I didn’t look up the original reference.
 –
“A definite trend is evident…” These data are practically meaningless.
 –
“Of great theoretical and practical importance…” Interesting to me…
 –
“Three of samples were chosen for detailed study…” The results of the others didn’t make any sense.
 –
“Typical results are shown…” The best results are shown.
 –
“These results will be shown in a subsequent report.” I might get around to this sometime if I’m pushed.
 –
“The most reliable results are those obtains by Jones…” He was my graduate assistant.
 –
“It is believed that…” I think.
 –
“It is generally believed that” A couple of other guys think so, too.
 –
“It is clear that much additional work will be required before a complete understanding of the phenomenon occurs” I don’t understand it.
 –
“Correct within an order of magnitude” Wrong.
 –
“It is hoped that this study will stimulate further investigation in this field…” This is a lousy paper, but so are all the others on this miserable topic.
 –
“Thanks are due to Joe Blotz for assistance with the experiment and to George Frink for valuable discussions…” Blotz did the work and Frink explained to me what it meant.
 –
“A careful analysis of obtainable data…” Three pages of notes were obliterated when I knocked over a glass of beer.
 –
“A statistically-oriented projection of the significance of these finding…” A wild guess.
 –
A highly significant area for exploratory study…” A totally useless topic selected by my committee.

Helga Llewellyn and Eigil Morch

From UNICEF Staff News

Pour qu’un carnet vive… [2]

Merci de respecter les intentions de l’espace où vous entrez

Vous cherchez un lieu pour expliciter votre propre pensée, pour parler de vos recherches ? N’hésitez pas à ouvrir un carnet de recherche ou un blog.

Merci de bien vouloir respecter l’objectif de discussion de l’espace constitué par les commentaires et de ne pas l’occuper pour vos propres usages ou la maturation de vos propres idées indépendamment des perspectives développées par les billets publiés ici, ou plus généralement par ce carnet. Cet espace est public et j’ai choisi pour l’instant d’en faire un espace ouvert aux commentaires car je suis convaincue que les commentaires sont potentiellement des lieux de dialogue.  Mais les espaces numériques, précieux, comme tous les lieux potentiels d’échanges, sont aussi fragiles, en particulier s’ils tombent dans l’écueil des monologues juxtaposés.

Pour qu’un carnet vive…

Il faut, pour qu’il vive, qu’un carnet de recherche, qu’il soit collectif ou individuel, ait un sens. Qu’il remplisse un besoin, ou des besoins.

Le mien a eu un sens, multiforme et mouvant pendant plusieurs mois, plusieurs années. Il a accompagné mon travail de thèse, en faisant vivre notamment des réflexions qui jalonnent la thèse, sans y apparaître directement.

J’ai été portée par deux intentions, suffisamment intriquées pour que je n’arrive pas toujours à les démêler, et qui, lorsque l’une prend trop le pas sur l’autre, empêchent l’écriture de se déployer : partager une réflexion en cours (intervention du regard du lecteur) et donner forme à des pensées volatiles (rôle personnel, parfois intime, de l’écriture), en les ancrant et les inscrivant dans un cadre et dans un format.

Aujourd’hui, il me semble que le carnet se décale, sans trop savoir à l’avance vers où.

J’aime l’idée qu’un carnet de recherche soit vivant et que son statut change.

Je ne conçoit pas mon carnet comme un lieu d’unique valorisation d’une réflexion déjà faite, mais bien comme le lieu de matérialisation, d’élaboration et de partage d’une pensée en cours.
De ce fait, je ne peux pas savoir encore ce qui s’y déploiera dans les semaines et les mois à venir, de la même manière que je ne peux prévoir à l’avance quelles seront les notes que je prends sur mes carnets papier, dans leur contenu ou leur forme.

L’Infusoir est en mutation. Celle-ci ne sera peut-être pas palpable de l’extérieur.  Il est question de la place de cet espace dans ma pratique de recherche et du sens que je donnerai au fait d’écrire ici.

Illustration : Clémentine Robach

[Fichiers] Archives, épaisseurs et intrications

081009_Sujet de thèse

090105_Notes

090116_Notes

090211_Notes complémentaires

[…]

090623_Mots clés thèse

090920_Résumé

091104_Plan provisoire de la thèse

091401_Thèse

093001_Thèse

100125_Plan provisoire_ thèse_Mélodie

100126_Essai de résumé

100216_Présentation _Journée du labo

100413_Plan de thèse_en chantier

100414_Formulaire Resume_MFaury

[…]

100716_Sommaire_Etat avancement thèse

100722_Etat avancement thèse

110302_Ebauche_plan_Entrée 2

110302_ElementsPlan thèse

110303_Ebauche_plan_Entrée 2

110303_Ebauche_plan_Entrée 3

110303_Plan thèse

[…]

120225_Plan_général(2)

120225_Remerciements_en_tête

120225_SOMMAIRE

120226_Thèse_envoyée (2)

120226_Thèse_envoyée

120313_Thèse_envoyée_reprise

120403_Doc_travail

120403_Itinéraire2_reprise

120403_Itinéraire2_reprise_1er_mouvement

120403_Itinéraire2_reprise_2ème_mouvement

120403_Thèse_envoyée_reprise

120405_Itinéraire2_reprise

120405_Thèse_envoyée_reprise

120406_Itinéraire2_reprise

120406_Thèse_envoyée_reprise

120407_Bibliographie

120407_Itinéraire2_reprise

120407_SOMMAIRE_I2

120407_Thèse_envoyée_reprise

120408_Bibliographie

120408_Thèse_envoyée_reprise

120409_Itinéraire2_reprise

120409_Thèse_envoyée_reprise

120413_Bibliographie

120413_Itinéraire2_reprise

120413_Thèse_envoyée_reprise

120413_Thèse_envoyée_reprise2

120414_Bibliographie

120414_Itinéraire2

120414_Thèse

120417_Thèse

120420_Biblio

120420_Thèse

120430_Thèse

120501_Thèse

120505_Thèse

120506_Thèse

120507_A faire

120507_En cours

120507_Thèse

[…]

Pensée du jour – « Sois réflexif ! »

Le temps me manque en ce moment pour faire vivre ce carnet, j’y sème malgré tout une « pensée du jour ».

La pensée qui boucle et qui sait se situer - Photographie de Claire Placial

La réflexivité1 me paraît être un mouvement que l’on ne peut pas enclencher « délibérément », ni en la contrôlant. De la même manière qu’il me paraît difficile de comprendre que l’on ne comprend pas, ou encore de répondre à une injonction du type « sois naturel » ou « sois libre »2, il me paraît compliqué d’être certain que l’on développe bien une démarche réflexive. Un « point aveugle » est par définition difficile à percevoir, et je suppose que l’injonction « sois réflexif » ne mène à rien.

Ne peut-on dès lors qu’espérer être réflexif ? Non (et je répondrai un peu à côté), car l’on n’est jamais réflexif : c’est un mouvement qui s’entretient plus qu’un état que l’on acquiert.

Comment faire percevoir la nécessité et l’intérêt à « faire un pas de côté et s’éloigner de ses propres orbites » ? Et la nécessité de le renouveler, toujours ?

Comme tout ce que l’on n’a jamais éprouvé soi-même, on ne peut percevoir, je crois, la force, la portée d’une pratique3 avant d’en avoir une expérience propre. Au « risque » ensuite de se demander, « comment faisais-je, avant ? ».

Ce qui, comme pour toute perspective et pratiques nouvelles, demande de se jeter à l’eau, de prendre des risques, justement, et d’affronter certaines incertitudes.

  1. La pensée qui boucle et qui se situe, depuis une perspective []
  2. ces réflexions proviennent notamment des mois qui défilent dans les Espaces réflexifs, et d’une récente discussion avec Rémi Barré []
  3. Et certaines pratiques numériques, qui sont propices à mon sens à la réflexivité, me font ce même effet : je pense en particulier aux carnets de recherche et à Twitter []

Ecrits, ailleurs #1

Billets (co-)écrits dans d’autres espaces numériques, entre janvier et février 2012

Calbérac, Yann et Faury, Mélodie (6 février 2012) “Parcours de la réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/440

Faury, Mélodie (6 janvier 2012) “[Rires] Enquêteur-enquêté : une relation pleine d’éclats”, Mélodie Faury pour L’infusoir. Vases communicants de janvier 2012 La pensée du discours [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://penseedudiscours.hypotheses.org/7952

Faury, Mélodie (1 février 2012) “Indéterminée”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/303

Faury, Mélodie (2 février 2012) “Annoncés”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/385

Faury, Mélodie (7 février 2012) “Réflexivisée”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/549

Faury, Mélodie (9 février 2012) “Infusions de réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/589

Faury, Mélodie (10 février 2012) “Des regards qui se croisent… numériquement”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/614

Faury, Mélodie (12 février 2012) “ Qu’est-ce que la réflexivité ?”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/703

Faury, Mélodie (17 février 2012) “Mais où est la production de connaissances ?”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/716

Faury, Mélodie (18 février 2012) “Interdisciplinarité : la réflexivité par soi et par l’autre – (Durrive, Faury et Henry)”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/956

Faury, Mélodie (19 février 2012) “Matières de février”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/987

Faury, Mélodie (24 février 2012) “Faire de la recherche sur la recherche : la réflexivité dans l’enquête – (Le Marec et Faury)”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/981

Faury, Mélodie et Giraud, Frédérique (13 février 2012) “Le carnet de thèse”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/641

Suspendue… quelque part dans ma thèse

L’écriture n’a jamais été « là » avant.

Photographie : an untrained eye, certains droits réservés (creative commons)

Elle vient parfois.

Elle me laisse souvent.

Quand la main est un intermédiaire trop lent, trop imparfait, qui fige ce que l’esprit a déjà pensé et déjà dépassé.

J’écris mais je ne sais pas. « L’écriture ne peut rien »1. L’écriture ne dit rien de ce qui aurait pu être. De ce qui est passé avant d’être couché.

J’écris dans la banalité et je devrais effacer au fur et à mesure que le fil se déroule, car il m’est étranger, à mesure.

Écrit-on seulement ce qui a été déjà dit ? Ne fait-on qu’inscrire des mots ?

Me fais-je comprendre ? Cherche-je à le faire ou (é)cris-je au fil de ce (ceux) qui vien(nen)t ?

Pourquoi écrire ? Plutôt que dire.

Plutôt que de laisser filer.

Méritait-ce d’être écrit ?

Puis-je écrire sans penser avant ?

Si écrire c’est partager, alors ne doit-on pas peser ce qui doit l’être, ce qui peut l’être ?

Si écrire c’est penser, alors pourquoi faire lire et pourquoi se relire ? Pour se rappeler qu’on a pensé ainsi, un jour ?

Si écrire c’est vivre… alors pourquoi m’arrêter ?

Si je n’arrive plus à écrire, est-ce que je respire encore ?

Écrire, inscrire, laisser des traces, se prouver que l’on existe.

Pour drmlj, karinesperanto, mapav8 et misanthropologue, qui m’aident à m’autoriser…

  1. Delphine de Vigan, Rien ne s’oppose à la nuit []

Ces chemins qui mènent ici

L’idée de ce billet est née d’un échange avec Misanthropologue qui décline l’exercice de style sur son carnet de recherche.

A l’occasion d’une plongée dans les statistiques du carnet de recherche où vous êtes arrivés (comment ?), j’ai justement eu l’occasion de découvrir toutes ces phrases entrées dans les moteurs de recherche, qui, d’une manière ou d’une autre (on se demande bien comment parfois) ont amenés certains d’entre vous ici.

En voici un florilège, pour le plaisir…

Internet – Lampe merveilleuse numérique

« si vous pouviez m’encadrer pendant mon stage »

« j aimerais reprendre ma thèse et reprendre confiance en moi »

« j veu savoire est ce la science est la bienfaitrice de l humanité »

« donnez-moi une idée pour une entreprise de télécommunication »

« j ai une bourse de 18 mois et je cherche d un laboratoire pour effectuer mon stage »

Désœuvrement et plus…

« je regrette d avoir fait une thèse »

« pas envie de me mettre à ma these »

« doctorant degouté par la recherche »

« regret d avoir fait une thèse »

Improbables

« petit guide élections présidentielles 2012 »

« eleonore elias »

Étranges

« pour ou contre les progrès de la science »

« poisson »

Cryptiques

« dialoguer pour situer un lieu de rendez-vous »

« une-toute »

« hommes têtes ordinateurs médiation culturelle »

Laissent songeur

« science désir et réalisation »

« la science conditions de vie »

« est il possible de se marier au panthéon ? »

« la mode une nécessite »

« horaires des présences dans un laboratoire »

« solitude du doctorant »

« cherche lucie »

« depuis trois siècles la connaissance scientifique ne fait que prouver ses vertus de vérification et de découverte par rapport à tous autres modes de connaissance. explication »

« Désir épistémologique et émotion scientifique », M.-A. Paveau pour La pensée du discours, Vases communicants de janvier 2012

L’Infusoir participe ce mois-ci aux Vases communicants sur la proposition de Marie-Anne Paveau (La pensée du discours), que j’ai donc le grand plaisir de recevoir le temps d’un billet, à l’occasion de cet échange de carnet. Réciproquement, La pensée du discours héberge aujourd’hui mes réflexions. Nous nous croisons donc plus que nous nous rencontrons, mais il me plaît à penser que nos « émotions scientifiques » entreront en résonance par carnets interposés. 

Cette danse des mots et des blogs ne sera pas la seule ce mois-ci, comme tous les premiers vendredi du mois, et vous pouvez trouver ici l’ensemble de ceux qui s’y adonnent.

La recherche scientifique n’est pas une activité linéaire, ni, surtout, atemporelle : elle est marquée par nos âges et nos expériences, et notre rapport au travail, à la pensée, au savoir et à l’écriture se modifie avec le temps. Si nous l’apercevons, nous pouvons en faire une donnée de notre recherche, sous la forme d’une intégration de nos manières à notre matière.

Il y a deux dimensions que, dans mon propre travail, j’ai aperçues ces dernières années (sans être sûre qu’elles n’aient pas été présentes auparavant, mais elles m’ont alors échappé), ce sont celles du désir et de l’émotion. J’ai proposé la notion de « désir épistémologique » dans un texte écrit en 2009, qui présentait un numéro de la revue Semen consacré à l’histoire de la théorie du discours. Je voulais que ce numéro dise que l’histoire des sciences, humaines ou exactes, est profondément une histoire humaine, et que, contrairement à un idéal d’objectivité fort heureusement battu en brèche désormais, et en particulier sur ce précieux carnet, on ne pense pas qu’avec ses neurones ou ses outils, ses instruments de mesure et ses éprouvettes, mais aussi avec son être : il en faut du désir pour passer le plus clair de son temps à lire, à élaborer et à formuler des idées, à les faire tenir ensemble, à observer inlassablement le monde sous un épuisant regard analytique. De l’émotion était par ailleurs entrée assez brutalement dans mon travail cette année-là puisque, en janvier 2010, alors que je mettais en forme le numéro pour la publication, des collègues et étudiants haïtiens qui s’étaient passionnés pour Althusser, le marxisme, Bourdieu, lors d’un séminaire sur l’analyse du discours marxo-freudienne donné en 2006, avaient disparu sous les décombres de l’université. J’ai voulu leur dédier ce numéro, et cette dédicace inscrit ce travail, de fait, dans une émotion. Celle de mes étudiants de Port-au-Prince vibrant d’engagement politique et de plaisir de la pensée alors que je leur parlais de Michel Pêcheux, des éditions Maspero, des aventures du préconstruit et de l’interdiscours en contexte léniniste, des Vérités de la Palice, des Matérialités discursives et de La langue introuvable, pensées qui ont modifié pour toujours notre manière d’entendre « l’homme qui parle », selon la formule de Pêcheux. Mais aussi celle, tragique, qui nous a tous traversés au moment du séisme en Haïti, et qui a assombri le travail de ceux qui collaboraient depuis longtemps avec les chercheurs haïtiens, je pense en particulier aux créolistes.

Au désir épistémologique, j’ajoute maintenant ce que j’appelle « émotion scientifique », que j’essaierai de définir ici sans filet ni préalable. L’infusoir est le lieu idéal pour cela…

Du désir épistémologique comme appétit d’altérité

Je reviens sur cette notion. Il me semble être la forme mûre (adulte ?) de cette « pulsion épistémophilique » dont parlait Freud dès 1905 dans les Trois essais sur la sexualité, et que Mélanie Klein et Wilfrid Bion ont développée à sa suite. Il existe plusieurs termes : pulsion d’investigation, pulsion à connaître, désir de savoir ou de connaître ; on parle aussi de « curiosité ». Pour Freud, cette pulsion de savoir est provoquée par le désir de l’enfant de connaître le corps de la mère, qui est son premier « objet », c’est-à-dire la première manifestation d’un autre que lui-même. C’est une pulsion composite, non élémentaire, qui est liée à la maîtrise et à une autre pulsion, la pulsion scopique (« désir de voir ») :

À cette même époque où la vie sexuelle de l’enfant atteint son premier degré d’épanouissement – de la troisième à la cinquième année –on voit apparaître les débuts d’une activité provoquée par la pulsion de rechercher et de savoir. La pulsion de savoir ne peut pas être comptée parmi les composantes pulsionnelles élémentaires de la vie et il n’est pas possible de la faire dépendre exclusivement de la sexualité. Son activité correspond d’une part à une sublimation de l’action d’emprise, et, d’autre part, elle utilise comme énergie le désir de voir. Toutefois les rapports qu’elle présente avec la vie sexuelle sont très importants. La psychanalyse nous montre ce besoin de savoir bien plutôt qu’on ne le pense généralement. L’enfant s’attache aux problèmes sexuels avec une intensité imprévue et l’on peut même dire que ce sont là les problèmes éveillant son intelligence (Freud 1905 : 67).

L’activité de penser est donc liée à cette recherche des origines et, réciproquement, le désir de l’autre est articulé au désir de connaissance. Pour Mélanie Klein (1928, 1932), cette pulsion est un des constituants essentiels du psychisme de l’enfant et va jouer un rôle important pour la formation de son monde interne et de sa capacité de création. Elle insiste sur le fait que la pulsion de connaître contient également un enjeu de maîtrise, voire de puissance (elle l’articule également avec le sadisme, point que j’écarte ici). Wilfred Bion va plus loin en faisant de la pulsion épistémophilique une pulsion à part entière qui fonde les activités d’apprentissage, d’acquisition de connaissances (1962). Il existe des travaux en sciences de l’éducation et en psychologie sur le désir ou la capacité d’apprendre des élèves en relation avec le fonctionnement de cette pulsion épistémophilique (Blanchard-Laville, Boimard, Hatchuel). Mais cette réflexion ne s’est pas encore portée sur les adultes, et encore moins les chercheurs, qui ne sont certes plus des enfants névrosés mais qui n’échappent pas, comme tout un chacun, à leurs pulsions…

Il me semble en effet que nous sommes, que nous soyons chercheurs débutants, confirmés, retraités, mus par une forme apaisée et désexualisée (quoique…) de cette pulsion, que j’appelle « désir épistémologique », et qui nous rend désireux (désirants ?) de savoir l’autre, sous toutes ses formes : l’autre chercheur, avec qui nous dialoguons, dont nous écoutons, partageons ou contestons les idées ; l’autre discipline, au contact de laquelle nous élaborons l’inter- ou la transdisciplinarité ; l’autre langue ou l’autre tradition scientifique qui nous fait dialoguer avec le chercheur étranger ; l’autre nous-même, enfin, qui nous pousse à une réflexivité féconde, car elle nous dit comment nous acquérons, élaborons et agençons le savoir (le nôtre et celui de l’autre), et comment notre désir nous fournit cette énergie qui nous fait vaincre la « peur de savoir ». Car il existe dans l’appétit de connaître une dimension qui n’est pas évidente, ou pas dite, celle de l’angoisse devant ces nouveaux objets dont nous sommes curieux. Cette angoisse est double, portant à la fois sur notre propre intégrité (mon savoir linguistique va-t-il être modifié, donc mis en danger, si je cède à ma pulsion à la fois épistémophilique et scopique en allant regarder vers l’anthropologie, la philosophie, ou même les mathématiques ?) et l’intégrité de l’objet (mon regard sur les objets de ma recherche, quels qu’ils soient, modifient ces objets, ne serait-ce qu’en les constituant comme objets, c’est une évidence, mais, en sciences du langage en tout cas, elle est insue dans la majeure partie des courants : nous croyons observer la langue « en elle-même pour elle-même »). Le désir de savoir altère (rend autre) à la fois le sujet et l’objet de la recherche.

Cette rencontre de l’autre épistémique ne se fait pas sans trouble, naturellement, et c’est là que l’émotion entre en scène.

L’émotion scientifique, un appui cognitif

Je précise mon emploi du mot émotion : j’adopte une définition large, synonyme d’affect, qui intègrera donc ce qui est éprouvé, ressenti, l’humeur, la disposition, l’état d’âme. Je ne définis pas l’émotion dans le cadre des grandes antinomies affect vs intellect, émotion vs raison, qui sont désormais dépassées, mais j’adopte un point de vue scalaire ou intégré : il n’y a pas d’opposition selon moi entre les deux pôles, mais plutôt un continuum. Les travaux en sciences cognitives et neurosciences des trente dernières années ont largement montré en effet que les émotions contribuaient à la raison plus qu’elles ne s’y opposaient. La publication de L’erreur de Descartes par Antonio Damasio en 1994 (traduit en français en 1999), suivi du Sentiment même de soi (2001) a ouvert ou accompagné une série de travaux qui empêchent désormais de reconduire les vieux binarismes (par ex. Goleman 1995, Ledoux 1998, Blanc et al. 2006). Il existe une revue américaine entièrement consacrée à la question, Cognition & Emotion, dont le n° 25 propose un état de l’art en 2010. Pour reprendre la forme du titre célèbre de Damasio, sur les rapports entre émotion et cognition ou raison, Platon, Descartes et Kant ont eu tort, et ce sont plutôt Aristote, Spinoza et… l’IRM, qui ont eu raison. Je suis de leur côté, et j’estime, à la suite de nombreux chercheurs que les émotions jouent un rôle dans la perception et l’attention, la mémoire et l’apprentissage, la communication verbale et non verbale, le raisonnement et la prise de décision, le jugement moral.

Ces préoccupations ont essaimé en SHS et il existe désormais un courant de travaux sur les émotions en sciences du langage, dans le domaine des interactions en particulier. La présentation du collectif Les émotions dans les interactions (Plantin, Traverso 2000) en donne la liste suivante :

Les situations abordées dans l’ouvrage sont diverses, mais la situation de recherche scientifique, qu’il s’agisse de l’entretien ou d’une autre situation d’interaction dans la recherche n’est pas mentionnée. C’est sans doute dans le domaine didactique qu’il existe le plus d’interrogations sur le rôle des émotions dans l’apprentissage. Une chercheuse comme Claudia Shelton estime qu’une « compétence émotionnelle » est nécessaire à l’apprentissage (2000). Denis Postle montre que la capacité d’apprendre d’un individu dépend en partie de son état émotionnel et que des émotions négatives peuvent inhiber l’apprentissage (1993). Kerry O’Regan quant à elle prouve que dans l’apprentissage en ligne, les émotions jouent un rôle non négligeable (2003). Il existe donc un lien fort entre émotion et cognition-apprentissage, de même qu’il en existe un entre désir de savoir et aptitude à apprendre. Dans une perspective à la fois psychanalytique et didactique, Serge Boimard, dans L’enfant et la peur d’apprendre, a bien montré que la peur du savoir, fondé sur les enjeux de la connaissance tels qu’ont pu les montrer Freud ou Mélanie Klein, était une émotion inhibante pour l’élève (2004).

Un récent colloque sur Émotion, cognition et communication (Nicosie, 2011), présentait quelques communications et posters sur la question. Dans un numéro de Synergies Espagne consacré à l’enseignement, un article m’a enthousiasmée (émotion…), celui de Sophie Roch-Veiras sur les émotions suscitées par la lecture d’un texte en FLE (2009). L’auteure y distingue les « émotions artefacts », qui viennent des caractéristiques formelles du texte (stylistiques, syntaxiques, etc.) et les « émotions fictives » qui naissent des contenus narratifs. On pourrait décliner ces dernières en « émotions scientifiques » pour le domaine de la recherche. Sophie Roch-Veiras s’appuie en particulier sur la notion de « plaisir cognitif » proposée par Walter Kintsch en 1980, qui est proche de mon « émotion scientifique » ou même de la notion de désir épistémologique. Pour Kintsch, le plaisir cognitif naît de la réalisation du schéma anticipé par le lecteur, dans le cas d’un texte narratif. L’auteure précise : “Cet intérêt cognitif est soumis à de nombreuses contraintes parmi lesquelles la préférence pour un certain type de textes (narratifs, informatifs, prescriptifs), la position de lecture adoptée par le lecteur (de genre utilitaire ou esthétique), du type de projets (lecture pour soi ou extérieur à soi) etc. »  (227).

Si l’on remplaçait toutes les occurrences de lecture et lecteur par recherche et chercheur, la conclusion de Sophie Roch-Veiras pourrait être transposée à la recherche scientifique, et ouvrirait quelques pistes intéressantes pour la prise en compte de l’émotion dans l’activité de recherche :

Avant de commencer la lecture, lorsque le lecteur fait des prédictions quant à ce qu’il lira, qu’il active ses connaissances sur le type de textes mais aussi sur le thème, ne serait-il pas intéressant de questionner ce lecteur également sur ses connaissances émotionnelles par rapport au sujet, et de poser des questions sur l’« impression émotionnelle » qu’il peut ressentir au début de la lecture ? Ne serait-il pas souhaitable de travailler avec nos étudiants sur les émotions que les éléments du texte suscitent au début, pendant et après la lecture, d’analyser comment ces émotions s’intensifient chez chacun d’eux et de mieux comprendre la perte de compréhension qu’elles peuvent générer ? Tout ce travail nous obligerait à étudier plus en profondeur la structuration interne du texte « puisque l’auteur, en jouant avec la structure du texte va jouer avec les émotions du lecteur » (Blanc 2006 : 156), et nous recentrerait sur une classe où l’apprenant sait raisonner mais également ressentir (Roch-Veiras 2009 : 234).

Mais ces travaux restent peu nombreux et surtout, me semble-t-il, encore peu entendus par la communauté des chercheurs chez lesquels règne encore souvent l’opposition binaire organisatrice et rassurante émotion vs raison. « Comment cela, de l’émotion dans mon impeccable démonstration ? Mais vous n’y pensez pas » Mais si, j’y pense, même si l’émotion scientifique n’est pas encore un objet de recherche dans nos disciplines. Il existe cependant un travail approchant cette question, mais dont l’objet est la passion et non l’émotion. Un numéro de la Revue d’anthropologie des connaissances s’intitule en effet « Les passions cognitives », et s’attaque à ce que les coordinateurs appellent le « tabou de la passion ». Leur but est de réintroduire de manière « subversive », disent-ils, la passion dans la connaissance :

La passion devient indissociable d’un faire connaissance, d’un amour de savoir, qui rejaillit sur l’intensité de la passion. Et ce processus s’accumule, s’amplifie. Sous cet aspect, les « passions cognitives » se donnent de manière triviale comme cet amour de connaître qui accompagne l’exercice d’une passion, comme une sorte d’épreuve cognitive de l’expérience affective (Roux et al. 2009 : 371).

Plus loin, ils estiment que « le moment du connaître, saisi par ce mouvement d’engagement réciproque du bien faire et du bien savoir, peut se documenter ici en tant qu’épreuve affective de la démarche cognitive » (p. 371). Connaissance et affect, nous sommes d’accord, même si les auteurs distinguent passion et émotion, la première étant inscrite dans le temps de la carrière du passionné, qu’il soit amateur ou chercheur, et la seconde leur semblant davantage fixée dans un instant.

Mais quelles seraient ces émotions scientifiques », ces ressentis qui participeraient de notre activité de recherche sous ses différentes facettes, lecture, réflexion, écriture, enquête, dialogue, partage, diffusion, etc. Ma réponse est toute personnelle, et dans la liste présentée plus haut, je sélectionnerais l’admiration, l’enthousiasme, l’excitation et la joie pour les émotions positives, et la colère, l’exaspération, l’indignation et le mépris pour les émotions négatives. La question est bien sûr celle du stimulus de ces émotions, et, en ce qui concerne l’émotion scientifique, il me semble qu’il est constitué par la parole et la pensée de l’autre (ce qui lie étroitement l’émotion scientifique au désir épistémologique), par le surgissement de sa propre pensée et de sa propre parole, orale ou écrite, par la découverte d’un objet, par l’acquisition d’une connaissance, d’un savoir et/ou d’une maîtrise sur cet objet.

Je prends comme exemple, au risque de provoquer des émotions négatives chez les lecteurs, ma propre émotion scientifique, ou en tout cas ce que j’identifie comme tel, ressentie à la rencontre de l’épistémologie, justement. Je suis, curieusement, passée par l’histoire et la physique, pour intégrer l’épistémologie à mon travail de linguiste, c’est-à-dire une menée de la réflexion et de l’analyse linguistiques qui intègre aussi naturellement que nécessairement des interrogations et des descriptions sur les manières de produire des connaissances en sciences du langage. J’ai très présente à l’esprit mon émotion intense, une émotion de découverte, à la lecture de Sur la crise de l’histoire de Gérard Noiriel en 1996, émotion que Penser avec, penser contre a reconduite quasiment à l’identique sept ans plus tard. Ce bouleversement m’a immédiatement jetée dans des lectures aussi nombreuses que fébriles, je dois dire, qui m’ont, de fil en aiguille, conduite à la philosophie des sciences et à Paul Feyerabend. Je ne peux pas ici résumer les liens et méandres de cette curiosité, et je ne le pourrais sans doute pas. Mais c’est en grande partie l’enthousiasme de la découverte de ces « autres » objets, auteurs et pensées, qui m’ont poussée à revenir sur les miens et à les modifier. « Sous émotion », je lis plus, je comprends mieux, j’articule mieux mes pensées et ma capacité d’invention conceptuelle est plus forte. Je m’autorise à penser, et je m’octroie du plaisir cognitif… Émotion positive et angoisse de la terre inconnue et des menaces qu’elle recèlent s’annulent.

Mais il me faut enfin, même si cela est désagréable (émotion, toujours…), parler des émotions négatives. C’est sans doute dans les évaluations scientifiques que je les aperçois le mieux. J’ai, comme beaucoup d’entre nous, une petite collection de ces évaluations ou jugements qui contiennent des expressions d’indignation, d’exaspération ou même de colère. Avec du recul, certains discours sont stupéfiants de violence verbale et surtout d’absence de contrôle de soi des locuteurs, et d’une absence également, j’y reviens, de considération éthique. Si je me conforme à mon propre discours sur le continuum entre pensée et émotion, alors je ne devrais pas m’en offusquer, ni en être blessée : l’activité de pensée et de savoir est imprégnée d’émotion. Mais quelque chose empêche la prise en compte sereine de l’émotion négative, quelque chose qui est de l’ordre de la sociabilité : en effet, si l’activité scientifique est une activité sociale (et je pense profondément qu’elle l’est), alors elle est intégrée dans les normes sociales collectivement admises. Et les discours dont je parle constituent alors des agressions caractérisées et des menaces explicites de la face de l’interlocuteur ou du destinataire. En termes éthiques, même en suivant l’éthique minimale défendue actuellement par Ruwen Ogien (2003), ces discours nuisent à autrui (principe de nuisance). Je sais qu’il existe une conception de la science comme une activité autonome, coupée (préservée ?) des normes et valeurs sociales, qui est sans doute ce qui autorise ce type d’expression émotionnelle. Je ne la partage pas. Alors, intégration des émotions dans le travail scientifique ? oui, mais dans un cadre éthique.

Du désir à l’émotion, de l’émotion à la morale du vivre ensemble : les catégories de nos activités humaines, comme nos pulsions d’enfant, ne sont pas discrètes, mais poreuses les unes aux autres, ce qui les rend passionnément… difficiles à appréhender, à décrire et à vivre.

Références

Bion W.R., 1979 [1962], Aux sources de l’expérience, trad. F. Robert, Paris, PUF.
Boimard S., 2004 (2e éd.), L’enfant et la peur d’apprendre, Paris, Dunod.
Damasio 2001 [1994], L’erreur de Descartes. La raison des émotions, trad. M. Blanc, Paris, Odile Jacob.
Damasio A. R. 2002 (1999), Le sentiment même de soi. Corps, émotions, conscience, trad. C. Larsonneur et C. Tiercelin, Paris, Odile Jacob.
Freud S., 1987 [1905], Trois essais sur la théorie sexuelle, trad. h. Koeppel, préface M. Gribinski, Paris, Gallimard.
Goleman D., 1995, Emotional Intelligence, New York, Bantam Books.
Kintsch W., 1980, Learning from text, levels of comprehension, or : why any one would read a story any way, Poetics 9, 87-98.
Klein M., 1968 [1928], Les stades précoces du conflit œdipien, dans Essais de psychanalyse, trad. M. Derrida, Paris, Payot, 229-241.
Klein M. 1959 [1932], La psychanalyse des enfants, trad. J.-B. Boulanger, Paris, PUF.
Ledoux J., 1998, The Emotional Brain, London, Weidenfeld & Nicolson.
Ogien R., 2003, Penser la pornographie, Paris, PUF.
O’Regan K., 2003, Emotion and E-Learning, Journal of Asynchronous Learning Network (JALN) 7-3, 78-92.
Paveau M.-A., 2010, « Le désir épistémologique », Présentation de Semen 29, La théorie du discours. Fragments d’histoire et de critique, 7-16.
Plantin C., Doury M., Traverso V. (dir.), 2000, Les émotions dans les interactions, Lyon, PUL.
Postle D. 1993, Putting the heart back into learning, In Boud, D., Cohen, R. & Walker, D. (Eds.), Using Experience for Learning, Buckingham, SRHE & Open University Press, 33-45.
Roch-Veiras S., 2009, Les émotions suscitées par un texte en langue étrangère chez un compreneur-apprenant, Synergies Espagne 2, 223-234.
Roux J. et al. (dir.), Les « passions cognitives » ou la dimension rebelle du connaître en régime de passion. Premiers résultats d’un programme en cours, Revue d’anthropologie des connaissances, 3-3, 369-385.
Shelton C. 2000, Portraits in emotional awareness, Educational Leadership, 330-332.

Crédits : « Curiosity », Walter T. Cassimiro « Aranha », 2010, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.