Archives de catégorie : Réflexivités

– 17 septembre 2012 – Soutenance de thèse, et après ?

Après la soutenance de thèse, vient le moment d’un bilan ponctuel : et maintenant ?

Entre ce qui est souhaité et réaliste, entre ce qui permet de se projeter et ce qui laisse dans l’incertain, c’est le moment des choix, quand ils existent.

Concernant l’Infusoir, c’est l’occasion de faire un point et de reconnaître une nouvelle fois le rôle que cet espace numérique, que j’ai réellement habité pendant les nombreux mois passés derrière mon ordinateur, a joué dans le cadre de ma thèse. Nous en avions parlé il y a quelques temps avec F. Giraud, et j’ai déjà (co-)écrit ailleurs (ici ou ) au sujet des multiples intérêts du carnet de recherche (et plus largement du blogging scientifique), dont je crois nous n’avons pas fini d’explorer les potentialités pour nos pratiques de recherche.

L’expérience de l‘Infusoir, carnet individuel, a d’ailleurs nourri l’envie de faire vivre des espaces collectifs numériques, issus de rencontres, dans le contexte de projets de recherche interdisciplinaire, ou plus simplement visant à croiser les regards, et le plus souvent en lien avec des aventures de recherche et humaines bien réelles, toujours incarnées par des chercheur.se.s et des auteur.e.s, des femmes et des hommes, dont les textes, les regards sur le monde m’ont nourrie et avec qui les échanges ont souvent été déterminants, même si l’effet « de l’extérieur » n’est pas toujours perceptible. Elles et ils ne se reconnaîtront pas nécessairement, mais je les en remercie profondément.

Les Espaces réflexifs

Enquête sur l’Homme vivant

Table Ouverte

Penser la recherche

Regards Unis Vers

Je n’ai que rarement abordé ma thèse de manière direct dans ce lieu numérique, pourtant L’Infusoir, depuis le premier billet, a toujours été en interaction étroite avec mon travail de thèse.

Cette thèse, soutenue, je la partage maintenant sur les archives ouvertes, et je vous en donne également un aperçu via la présentation, support de ma soutenance le 17 septembre 2012.

Parcours de chercheurs. De la pratique de recherche à un discours sur la science : quel rapport identitaire et culturel aux sciences ?

L’Infusoir trouvera une nouvelle place, dans les semaines ou mois à venir, ce ne sera pas sa première transformation.

Retour sur le « Live-Tweet – Jeu de rôle » | Présentation Prezi

Suite à l’expérience de live-tweet organisée sous forme de « jeu de rôle » lors des 22es Rencontres CNRS Jeunes « Sciences et Citoyens » (présentation plus détaillée de l’idée proposée : ici), voici la présentation Prezi du retour d’expérience, le lendemain de l’atelier « Homme augmenté ».

Merci à l’équipe d’organisation, et en particulier à Jean-Michel Courty et Béatrice Korc, pour l’invitation et pour avoir permis d’initier des débats très intéressants avec les participants sur l’usage de Twitter dans ce type de rencontres scientifiques.

 

.prezi-player { width: 550px; } .prezi-player-links { text-align: center; }

Faire l’expérience des conférences augmentées : un jeu de rôle lors d’un live-tweet ? | Rencontres Jeunes CNRS – samedi 27 octobre

Les 26, 27 et 28 octobre auront lieu les rencontres CNRS Jeunes « Sciences et Citoyens » réunissant 450 jeunes européens de 18 à 25 ans, à Poitiers.

J’ai été invitée pour expérimenter le samedi un live-tweet (ou LT – voir plus bas si ce terme vous intrigue) avec les participants, et notamment les chercheurs, présents lors de ces rencontres. Nous « live-tweeterons » en particulier l’atelier de Béatrice Korc, intitulé « l’homme augmenté : demain les post-humains ? ».

Le dimanche matin, à la fin des rencontres, j’interviendrai afin de revenir sur l’expérience et pour discuter avec les jeunes des potentialités et des questions que soulèvent la pratique du live-tweet lors de conférences comme celles auxquelles ils ont assisté.

Après avoir parcouru en quelques lignes les intérêts possibles de l’utilisation de Twitter dans un contexte de rencontres scientifiques, je propose dans ce billet, à celles et ceux qui le souhaitent, de participer à une expérience collective le samedi 27 octobre, matin (horaire précisés rapidement) sous la forme d’un « live-tweet – jeu de rôle » (si vous connaissez déjà tout du live-tweet, vous pouvez allez à la présentation de l’expérience directement).

Et si vous êtes intéressés par l’expérience du « live-tweet – jeu de rôle », n’hésitez pas à le dire en commentaire ou en me contactant sur Twitter (@Infusoir)

L’enjeu : faire appréhender aux jeunes présents à Poitiers ce week-end, par une démonstration « jouée » de live-tweet, que la posture que l’on choisit d’adopter lors d’un LT sur Twitter peut être multiple et que c’est justement la multiplicité des postures réunies lors d’un évènement qui peut augmenter de manière très riche une conférence, comme celles auxquelles ils auront assisté les jours précédents.

Qu’est-ce qu’un live-tweet ?

Ce qui se passe sur place

Dans cette courte description du live-tweet sur le site NetPublic, intitulée « Live-tweet, mode d’emploi », on souligne les formes particulières d’utilisations et trois principales fonctions :

  • Formes d’utilisations possibles du live-tweet :

–  « être diffusé sur écran durant l’événement » (ponctuellement ou en continu) ;

–  ou à l’inverse n’être consulté que par les participants ayant accès à internet, sur ordinateur ou smartphone, qu’ils aient un compte Twitter ou non ;

– on peut également envisager l’intégration ou la non-articulation du contenu des tweets à l’évènement (par exemple la conférence ou le cours lui-même), selon que celui-ci est pensé par les organisateurs de manière plus ou moins collaborative ou interactive, en temps réel.

  • Trois fonctions notées par ce site :

– « relayer les propos tenus par des intervenants et participants (conférences, débats, salons, barcamps, émissions de télévision, dispositifs participatifs, formations ou modes d’apprentissage…) en les partageant sur Twitter (via ordinateurs traditionnels et outils mobiles) » ;

–  « échanger avec des participants à distance » – dans les faits, le live-tweet permet souvent aussi de créer du lien entre les personnes présentes physiquement à l’évènement ;

–  « capitaliser les questions, avis, compléments d’information et de les agréger a posteriori dans un fichier-document récapitulatif »

Et dans la mesure où l’idée est de donner à de nouveaux utilisateurs des idées et des envies quant aux potentialités du live-tweet, c’est là qu’il serait intéressant d’expliciter un peu à mon sens :

  • sur quoi peuvent porter les questions, les avis, les compléments d’informations ?
  • quelles formes peuvent prendre en particulier les compléments d’information ? Tweet de 140 caractère, tweet augmenté d’un lien ? Et de quel type de lien, c’est-à-dire pointant vers quels types de contenus ?
  • quelles sont les postures possibles des participants au live-tweet vis-à-vis du conférencier et de son propos ?

Rapport au sujet : curieux, sceptiques, critiques, enthousiastes inconditionnels, etc.

Statut vis-à-vis du conférencier : public cible, collègues spécialistes, professionnels du sujet dans un autre domaine (autre discipline, autre métier), »troll« , etc.

Rapport au discours du conférencier :

relais mot pour mot / compte-rendu en construction, 140 caractères par 140 caractères (« la scripto-diffusion« ) ; sélection/synthèse du propos ; positionnement et commentaires (« back-channeling« ) ; questions adressées au conférencier, réactions personnelles aux propos (humour, témoignage, engagement, etc.) ; apports de compléments en lien avec l’intervention ou « documentation additionnelle » (sites internet cités, annonces d’autres évènements, lien vers des articles, des supports en ligne, etc) ; mise en relation avec des contenus ou des personnes concernées par le propos tenus, etc.

Types de tweet : tweets écrits, tweets écrits augmentés, tweets illustrés, tweets photographiques, tweets sonores, série de tweets éditorialisés (intégrés à des Storify par exemple), etc.

Quelques exemples

Editorialisation des tweets d’un évènement

Tweet humoristique et illustré d’une étudiante, lors d’un cours sur le fonctionnement de la recherche en France

 Tweets d’étudiants pendant un cours : question à soi-même et/ou question à l’enseignant

Les tweets construction d’un compte-rendu en temps réel, les tweets augmentés qui partagent des liens, les tweets qui créent des liens entre les participants

Les tweets qui prennent le contre-pied, qui amènent des précisions, qui commentent, qui critiquent, qui sont drôles,

les tweets illustrés, les photos-tweets,

ceux qui parlent de celui qui écrit : « je m’ennuie », « j’ai faim »

les tweets-questions, qui seront relayées, qui témoignent du réflexion initiée par les participants à la conférence / au cours, auxquels l’intervenant.e réagira en direct ou qu’il/elle lira après la conférences

Dans cette liste à la Prévert, on perçoit déjà une diversité, loin d’être parcourue de manière exhaustive, des tweets pouvant être partagés par les participants à un évènement (ou un cours), chacun d’entre eux n’étant bien sûr pas nécessairement « spécialisés » dans une façon particulière de tweeter (même si dans les faits, certains montrent une prédilection pour une forme de live-tweet plutôt qu’une autre). Ce rapide tour d’horizon n’évoque d’ailleurs pas tout les tweets : il y a aussi les tweets entre les participants, certains n’étant d’ailleurs pas nécessairement associés du #hashtag, qui créent du lien et qui participent souvent à la convivialité de l’évènement, en facilitant la prise de contact qui se poursuit de IRL (In Real Life) pendant les pauses, les moments off de l’évènement, ou par la suite.

Suivre un évènement à distance

Le live-tweet d’un événement se caractérise par un #hashtag que M.-A. Paveau qualifie de « balise d’indentification » dans le cadre d’un LT, et qui permet aux participants de retrouver sur une seule et même page l’ensemble des tweets liés à l’événement.

Le hashtag de samedi 27 octobre est en cours de définition ! Il sera très prochainement défini et communiqué aux participants intéressés.

Ce qui est souvent apprécié par les participants à distance, via le #hashtag, c’est d’avoir accès, grâce au live-tweet, non seulement au contenu de l’évènement (relai) mais aussi à la vision particulière de celui qui tweete sur cet évènement et sur ce qui y est dit (quand un compte Twitter que l’on suit par intérêt assiste à un évènement et qu’il partage son expérience de cette manière).

M. Sabourdy, dans son « Petit guide pour live-tweeter un évènement » : « Les personnes qui n’ont pas le temps ou les moyens d’y assister comptent souvent sur les twittos présents pour relayer ce qui s’y passe et apporter leur point de vue. »

Le positionnement du participant qui tweete, lorsqu’il est familier du sujet, spécialiste ou tout simplement critique (constructif), vient alors enrichir considérablement le contenu relayé.

Le live-tweet sous forme de jeu de rôle : quels tweets pour quelles postures ?

A partir de cette diversité que nous venons de parcourir, je propose donc ici des idées de rôles pouvant être joués samedi matin, que vous soyez présents pour le live-tweet, sur place ou à distance. Si vous avez envie de participer et/ou si vous avez d’autres idées, n’hésitez pas à les proposer !

Rappel du thème de l’atelier : « l’homme augmenté : demain les post-humains ? ».

  • Le relai fidèleSur place – Il ou elle tweete exactement les propos du conférencier, en temps réel
  • L’esprit critique constructifSur place ou à distance -Il donne de la matière à penser sur le sujet, par ses questions, en soulignant des aspects problématiques, etc.
  • Le questionneur intempestifSur place ou à distance – Il pose des questions sans arrêt, à lui-même ou au conférencier, en lien avec le contenu de la conférence ou avec la manière dont elle se déroule
  • Le pointilleuxSur place ou à distance – Il demande des précisions : au conférencier et à ceux qui s’occupent du live-tweet
  • Le collègue qui s’y connaîtSur place – Il ou elle apporte des complèments d’informations sur le sujet abordé (possibilité de préparer quelques ressources en avance sur le sujet, liste de liens à tweeter lors de l’atelier)
  • L’augmenteur Sur place ou à distance – Il ou elle ne partage que des tweets augmentés de liens (articles, annonces, vidéos en ligne, etc.)
  • Le contrepointSur place ou à distance – D’un autre métier ou d’une autre discipline, il ou elle propose un contre-point sur le sujet abordé, complémentaire de celui du conférencier
  • Le féru de contexteSur place – Il ou elle donne à voir ce qui se passe, les salles, les intervenants, les participants ; ils aident ceux qui suivent le LT à se représenter visuellement l’évènement
  • Le dessinateur en temps réelSur place ou à distance – en lien avec ce que dit le conférencier ou ce que lui inspire le thème abordé
  • A vos propositions !

Bibliographie

Bon, François (26 mai 2012) “Twitter et comment s’en servir”. Tiers-Livre [Blog]. Consulté le 28 mai 2012. http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article2931

Chibois, Jonathan (18 novembre 2011) “Conférences 2.0 : ubiquité et réalité augmentée”. LASPIC [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://laspic.hypotheses.org/208

Faury, Mélodie (1 juin 2012) ““La vie réelle d’une doctorante 2.0”, M. Faury pour l’Infusoir, Vases communicants de juin 2012”. Ressources pour la thèse et au-delà [carnet de recherche]. Consulté le … http://enthese.hypotheses.org/453

Hugoline, 2012, “Les hashtags”, Blog La souris de bibliothèquehttp://lasourisdebibliotheque.hautetfort.com/about.html, consulté le 17.01.2012.

Paveau, Marie-Anne (27 février 2012) “Activités langagières et technologie discursive. L’exemple de Twitter” La pensée du discours [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://penseedudiscours.hypotheses.org/8338

Pallier, Frédérique (7 juillet 2012) « #Xroads2012 + quelques remarques sur l’organisation des LT » Sociographie.net [blog] Consulté le 22 octobre 2012. http://blog.sociographie.net/post/2012/07/07/Xroads2012-%3A-LiveTweet-du-Crossraods-in-Cultural-Studies-Paris-2012

Live-tweeting at academic conferences: 10 rules of thumb, The Guardian

Sitographie sur Twitter dans la recherche : Twitter for academic research

Le carnet de recherche comme pratiques de recherches : « comment écrire pour un carnet de recherche ? » – THATCamp 2012

Les 25 et 26 septembre s’est déroulé le That Camp 2012, organisé par le Cléo et dont le programme était très riche (disponible en ligne / présentation du That Camp par Pierre Mounier).

A cette occasion, Pierre Mounier proposait un atelier intitulé « Comment écrire pour un carnet de recherche ? » auquel j’ai participé, et qui a donné lieu à l’écriture à plusieurs mains, notamment à partir du piratpad en ligne (prise de note collaborative) et de l’important travail d’édition qui a suivi (« Booksprint »), d’un article qui figure dans l’ouvrage publié le 30 septembre par la MSH (Maison des sciences de l’homme), dans l’une de ses collections électroniques :

THATCamp Paris 2012

Non-actes de la non-conférence des humanités numériques
Avec la collaboration de Collectif et Paul Bertrand
Le sommaire des « non-actes » est disponible ici

Résumé

« Un atelier proposé à cause du constat concernant le développement de nouvelles pratiques d’écriture sur la plateforme Hypothèses. Des carnetiers qui réfléchissent actuellement à la manière de produire des livres à partir de notes de blog. Cet atelier est conçu pour permettre une discussion sur ces questions. Écrire pour un carnet de recherche est très différent de ce qui est attendu pour une revue à comité de lecture. Quelles sont les particularités de ce mode d’écriture ? Comment concilier précision et brièveté de la forme ? Le style oral et conversationnel est-il compatible avec la rigueur propre au raisonnement scientifique ? L’idée est que l’atelier soit basé sur un échange d’expérience et une analyse en commun de quelques billets significatifs. »

Billets sur les carnets de recherche

1. Le “carnet” de recherche

2. Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

3. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

4. Le carnet de recherche comme pratiques de recherche, à partir d’un atelier proposé par Pierre Mounier lors du THATCamp2012

Précarité dans la recherche et l’enseignement supérieur : petit tour d’horizon

La précarité

Paul Bouffartigue, « Précarités professionnelles et action collective », Travail et Emploi [En ligne], 116 | octobre-décembre 2008, mis en ligne le 05 novembre 2010, consulté le 04 septembre 2012. URL : http://travailemploi.revues.org/4045

Mircea Vultur, « La précarité : un « concept fantôme » dans la réalité mouvante du monde du travail », SociologieS [En ligne], Débats, La précarité, mis en ligne le 27 septembre 2010, consulté le 04 septembre 2012. URL : http://sociologies.revues.org/3287

Mélodie Faury – Licence CC-BY

Études

« Le 20 octobre 2009, l’intersyndicale de l’enseignement supérieur et de la recherche a lancé une grande enquête en ligne sur l’emploi précaire dans l’enseignement supérieur et la recherche publique (ESRP) en France. Elle concernait les personnels précaires des universités et des établissements de recherche (neuf EPST : CNRS, Cemagref, Inserm, Ined, Inra, IRD, Inrets, Inria, LCPC [1]).

Au total, 4 409 personnes ont répondu au questionnaire [2]. L’ensemble des répondant.e.s est constitué à la fois de chercheur.e.s (doctorant.e.s et docteur.e.s), de personnels techniques (ingénieur.e.s, bibliothécaires, etc.), d’enseignant.e.s vacataires ou contractuel.le.s, ainsi que de personnels administratifs (secrétaires, comptables, etc.). »

http://www.precarite-esr.org/spip.php?article3

> Ouvrage issu du rapport

Recherche précarisée, recherche atomisée. Production et transmission des savoirs à l’heure de la précarisation, Raisons d’agir, 2011, EAN : 9782912107596.

  • Étude en SHS

SOULIE C. , »Précarité dans l’enseignement supérieur : allocataires et moniteurs en sciences humaines = Higher education and job insecurity » 1996, no 115 (111 p.)  [Document : 11 p.] (bibl.: ref. et notes dissem.), pp. 58-64, pp. 108-111 [11 page(s) (article)]

http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=2869008

Sites dédiés

« Mardi 20 octobre 2009, les organisations syndicales de l’enseignement supérieur et de la recherche soussignées, ainsi que les collectifs “Sauvons la recherche” et “Sauvons l’université” ont annoncé le lancement d’une enquête commune sur la précarité dans les universités et les organismes de recherche. Un sité dédié a été créé. »

Source : http://infos.emploipublic.fr/2009/12/10/travailler-dans-les-organismes-de-recherche-publique/

http://www.precarite-esr.org/

« Ce blog s’inscrit dans la continuité de l’enquête par questionnaire lancée par le collectif P.E.C.R.E.S. (Pour l’Etude des Conditions de travail dans la Recherche et l’Enseignement Supérieur) au cours de l’hiver 2009-2010, dont les résultats ont été publiés dans le livre présenté ci-contre, Recherche précarisée, recherche atomisée. Cette enquête avait pour but de rendre visibles les conditions de travail et de vie des personnes travaillant dans l’ESR dans un statut d’emploi précaire voire illégal (CDD, vacation, travail gratuit, troc, etc.). »

http://pecres.hautetfort.com/

  • Collectif PAPERACollectif Pour l’Abolition de la Précarité dans l’Enseignement supérieur, la Recherche et Ailleurs.

« Le site du collectif PAPERA est conçu comme une plateforme participative :

– d’information à travers un suivi de l’actualité en France et ailleurs, des communiqués des acteurs de l’ESR, ainsi que des investigations sur la précarité en France ;

– des fiches pratiques pour les précaires (doctorants, docteurs, vacataires, … ;

– de collecte de témoignages car la précarité est rarement dévoilée au grand jour malgré les grandes difficultés que rencontrent de nombreux précaires de l’ESR ;

– de mobilisation via nos appels à manifester, à agir ou nos dossiers de lutte ;

– d’échanges, grâce à des forums de discussion associés à tous les articles et la possibilité de contribuer vous même dans notre Tribune libre »

www.collectifpapera.org

Notamment

> Les vacataires dans l’enseignement supérieur

http://www.precarite-cnrs.fr/

http://sauvonslarecherche.fr

  • Articles sur le site « Sauvons l’université »

http://www.sauvonsluniversite.com

> Statuts et précarité

> Précaires

Billets de carnets de recherche et blogs

(28 juin 2012). Maryse Bresson : « la précarité n’est pas l’apanage du secteur privé ». Printemps [carnet de recherche]. Consulté le 4 septembre 2012. http://printemps.hypotheses.org/874

Loloum, Tristan et Hammou, Karim (30 novembre 2011). « État des lieux de la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche ». Les aspects concrets de la thèse [carnet de recherche]. Consulté le 4 septembre 2012. http://act.hypotheses.org/1502

(24 mai 2012). « Verbatim de la 9° séance : “La réforme de l’université est-elle la plus grande réussite du quinquennat ?” Débat 3 : La précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche ». Politiques des sciences [carnet de recherche]. Consultés le 4 septembre 2012.

http://pds.hypotheses.org/1916

(10 décembre 2011). « 2° exposé Eric Cheynis “Entrer dans la carrière ?”_241111 ». Politiques des sciences [carnet de recherche]. Consultés le 4 septembre 2012. http://pds.hypotheses.org/1458

(28 novembre 2011). « Naissance d’un blog : La précarité au quotidien dans l’enseignement supérieur et la recherche, (Collectif P.E.C.R.E.S.) ». Politiques des sciences [carnet de recherche]. Consulté le 4 septembre 2012. http://pds.hypotheses.org/1438

(18 mars 2010). « Obscure Précaire_PDS 10_170310 » Politiques des sciences [carnet de recherche]. Consulté le 4 septembre 2012. http://pds.hypotheses.org/650

(4 mars 2011). « 3. Isabelle Clair et Annick Kieffer La précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche PDS7 240211 ». Politiques des sciences [carnet de recherche]. Consulté le 4 septembre 2012. http://pds.hypotheses.org/1189

(18 février 2010). « 8° séance séminaire PDS – La précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche ». Politiques des sciences [carnet de recherche]. Consultés le 4 septembre 2012 :

– Version audio 8° séance séminaire PDS : la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche 170210. http://pds.hypotheses.org/568

– présentation_ Sylvain Piron. http://pds.hypotheses.org/566

– Le panel de l’enquête_Wilfried Rault. http://pds.hypotheses.org/564

– Genèse de l’enquête_Isabelle Clair. http://pds.hypotheses.org/562

– qui sont les précaires ? _ Wilfried Rault. http://pds.hypotheses.org/560

– la précarité dans l’ESRP_Isabelle Clair. http://pds.hypotheses.org/558

– les docteurs sans poste_Wilfried Rault . http://pds.hypotheses.org/556

– les perspectives d’avenir_Isabelle Clair. http://pds.hypotheses.org/554

– débat. http://pds.hypotheses.org/552

Où est l’autre ? – Adresse et réflexivité dans l’écriture

La réflexivité dans l’écriture, c’est je crois Bertrand Labasse qui l’a initiée chez moi1.

« Ecoutez-vous, vous savez ce qui ne va pas dans vos textes »,
Bertrand Labasse, lors d’une formation doctorale
« J’écris. C’est l’affaire de ma main qui trace chaque lettre. Suis-je en train de lire ces traits noirs sur fond blanc que ma main trace de façon quasi automatique, c’est-à-dire sans y penser, ou plutôt en pensant à toute autre chose ? Certes, à peine l’ai-je écrite cette phrase, que je me mets aussitôt à la… relire. »

Lors d’une formation à l’insertion professionnelle intitulée « Expertise rédactionnelle : des idées au texte » (2009), Bertrand Labasse développait, par de multiples entrées, les processus cognitifs à l’œuvre lorsque l’on écrit, et que l’on lit. Il se réappropriait ensuite ces connaissances pour proposer des manières d’écrire mieux, c’est-à-dire d’écrire en étant conscient, autant que possible, de ce qui se passe lorsque l’on écrit.

Il présentait l’acte d’écrire comme l’une des tâches mentales les plus exigeantes qui soient, dans la mesure où elle demande de composer avec :

–         un échange à établir avec un destinataire absent ;
–         des conflits à régler à chaque seconde ;
–         une linéarisation de sa pensée ;
–         une négociation sociale avec celui à qui l’on s’adresse ;

Cette formation se focalisait sur un type particulier d’écrit, l’écriture journalistique, l’écriture adressée prenant en compte son interlocuteur, potentiel, imaginé, supposé ou alors démontré, dans le cadre d’un journal, d’une revue ayant précisément défini les caractéristiques de son lectorat.

Mélodie Faury - Licence CC-BY

Adresser un discours

« Essayer de connaître les idées des lecteurs ou des visiteurs avant d’élaborer un projet d’article ou d’exposition

« Essayer de préciser l’impact possible de votre cours ou de votre produit en tenant compte des questions, des idées et des façons de raisonner de votre public ».

Extrait de l’encart p.141, Des idées pour apprendre, A. Giordan, F. Guichard et J. Guichard

Cette prise en compte d’un interlocuteur (lecteur, auditeur, participants, élèves, visiteurs, etc.), dans l’élaboration d’un discours oral ou écrit, que ce soit2 dans un contexte d’enseignement (éducation dite parfois « formelle ») ou dans les dispositifs de médiation (éducation dite en regard « informelle »3 ) est un élément central de nombre de textes de didactique des sciences ou encore des formations et guides à la médiation scientifique ou encore au journalisme scientifique (quelques références à titre d’exemples, en fin de billet).

« Se mettre dans la peau du lecteur

Que vous écriviez…

– un article journalistique que vous souhaitez enlevant

– un texte promotionnel pour lequel vos supérieurs ont imposé de nombreuses balises

– un communiqué de presse

– un rapport d’étape pour les investisseurs

– un livre pour enfants

– ou un article encyclopédique…

… il y a un point commun. LE point commun. LA question que toute personne qui communique devrait d’abord et avant tout se poser :

A qui est-ce que je parle ? »

Pascal Lapointe, Guide de vulgarisation – Au-delà de la découverte scientifique : la société, p.37

Il s’agit le plus souvent d’un interlocuteur que l’on pourrait qualifier « d’idéal-typique »4, dans la mesure où l’on considère plutôt ce qui fait l’homogénéité des interlocuteurs ciblés, c’est-à-dire ce qu’ils partagent, plutôt que leurs différences et leur diversité5.

Les caractéristiques considérées comme pertinentes pour définir cet interlocuteur / public / lecteur type, dans la construction du dispositif, varient selon les contextes de communication (enseignement, médiation, recherche, revues spécialisées) : connaissances acquises, parcours, expériences vécues,  spécialisation disciplinaire, intérêts, etcetera.

Ce qui me paraît particulièrement intéressant est l’effet de cette prise en compte d’un autre, plus ou moins défini, lorsqu’elle n’est pas seulement un impératif théorique, sur la conception-même, par l’enseignant, le conférencier, le médiateur, etcetera, de son matériau, de son support, de son écrit. C’est-à-dire la manière dont cet autre est intégré au dispositif. Et dans le cadre des dispositifs intégrant des connaissances scientifiques, je m’intéresse particulièrement à l’effet de cette attention à l’interlocuteur sur la construction ou l’actualisation d’un rapport aux savoirs mobilisés chez l’enseignant, le conférencier, le médiateur, c’est-à-dire chez celui qui construit le dispositif, ou d’une certaine manière qu’il co-construit si l’on estime qu’il construit avec l’autre qu’il y intègre. Mais c’est une question que je développerai vraisemblablement dans d’autres billets, en lien avec l’exemple de l’intégration de métadiscours dans les situations d’enseignement.

Pour le dire autrement, et en généralisant un peu, je m’intéresse à l’effet de la prise en compte d’un interlocuteur conceptualisé/imaginé/intériorisé, dans la construction d’un dispositif de communication de et sur la science (c’est-à-dire intégrant tout à la fois des contenus scientifiques et un rapport à ces contenus), sur celui ou celle qui construit ce dispositif.

Croiser les regards sur son texte en cours d’écriture

Sans avoir nécessairement à conceptualiser un interlocuteur bien défini, la méthode présentée alors par Bertrand Labasse, consiste au premier niveau à partir de ce qui faisait le dénominateur commun des parties prenantes de la situation de communication, c’est-à-dire de viser une compréhension du texte pour quiconque parlant la même langue6.

Il se basait ainsi sur l’idée qu’il fallait être attentif à certains aspects du processus d’écriture/lecture au moment de l’écriture et lors des successives relectures du texte.

Ainsi, l’idée qu’il proposait était d’être en éveil, en alerte, vis-à-vis de tout ce qui pourrait nuire à :

  • la lisibilité graphique7 du texte (« legibility » en anglais) : c’est-à-dire ce qui fait que l’on peut lire
  • la lisibilité lexico-syntaxique du texte (ou « charge lexico syntaxique » ; voir la formule de Flesh et Gunning) : c’est-à-dire ce qui permet de lire sans un effort cognitif trop important (longueur des phrases, nombre de syllabes par mots, nombre de phrases par paragraphe, etc.)
  • l’intelligibilité du texte, sa logique, sa cohérence ;
  • la figurabilité du texte, c’est-à-dire ce qui permet au lecteur de « voir de quoi on lui parle »

    Schéma du cours de Bertrand Labasse

Document total en ligne (pdf)

Pour ensuite s’attacher à l’équilibre entre effort et effet cognitif pour le lecteur.

  • Effort cognitif, c’est-à-dire l’effort mobilisé pour traiter une information ;
  • Effet cognitif, c’est-à-dire ce que retire le lecteur de l’accès à l’information.

Bertrand Labasse s’appuie à ce niveau sur la théorie de la pertinence de Sperber et Wilson (1992) :

« Les êtres humains cherchent automatiquement, dans toute leur activité cognitive, à obtenir la pertinence la plus grande possible, c’est-à-dire l’effet cognitif le plus grand, pour l’effort de traitement le plus faible. »

Sperber et Wilson (1992)

En regard, il proposait des méthodes, des outils conceptuels et des pratiques.

Ce qui m’avait paru alors particulièrement intéressant était l’idée de devoir prendre de la distance par rapport au texte, au moment même où on l’écrit, ce qui demande de travailler une sorte de gymnastique pour se mettre à distance « en temps réel » (le lire à distance, l’entendre en l’écrivant, etc). Celle-ci n’est pas facile à enclencher lorsque l’on a pris d’abord l’habitude de ne pas « entendre / comprendre » ce que l’on écrit ((voir à ce sujet la veille partagée de Marie-Anne Paveau)).

« L’écriture peut-elle être réflexive ? Peut-elle s’approprier elle-même en tant qu’écriture ou bien est-elle obligée, irrévocablement obligée, de passer par la lecture pour se repenser […] »

Baudouin Jurdant, « Écriture/lecture : questions sur la réflexivité« 

Les relectures, telles que je les avais apprises en tant qu’élève puis étudiante, m’amenaient plus à chasser les  fautes orthographiques et grammaticales qu’à imaginer la réception de mon texte sur un interlocuteur, en l’occurrence l’enseignant qui relirait ma copie, puisque c’en était alors le seul destinataire.

Il s’agit donc d’imaginer l’autre lisant au moment où l’on écrit. Et où l’on se relit.

L’astuce proposée par Bertrand Labasse, très imagée, de manière délibérée pour qu’elle soit marquante, était d’écrire toujours en s’accompagnant de deux personnages perchés (des « gnomes » ) respectivement sur les épaules droite et gauche.

Le premier nous interrompant à tout instant, « ne fait aucune déduction, n’a aucune mémoire de travail et ne comprend que ce qui est dit explicitement, à condition qu’il puisse se le représenter ».

Le second surenchérissant, à chaque phrase: « Et alors ? Qu’est-ce que j’en ai à faire, pourquoi tu me racontes ça ? »

Cette mise à distance du texte par sa soumission à des regards, que l’on adopterait successivement, en se décentrant pouvant (aussi ?) se faire, non pas au moment même de l’écriture, mais lors des relectures successives, axant celles-ci sur différents aspects des enjeux du texte (lisibilité, intelligibilité…).

Je retiens de cette proposition l’idée d’emprunter différents regards qui se poseraient sur le texte que j’écris, pour le rendre partageable, et pour désherber l’accès aux regards qui s’y poseront effectivement. D’une certaine manière, j’inscris ainsi la perspective particulière que je développe en écrivant, dans un prisme de multiples autres perspectives. Sans pouvoir les endosser toutes les unes après les autres, bien entendu, la dynamique ainsi amorcée présente l’intérêt de connecter la mienne à ces autres.

Mélodie Faury - Licence CC-BY

Faut-il toujours prendre en compte un interlocuteur, adopter d’autres regards ?

Il est entendu qu’un texte, pour peu que l’on souhaite qu’il soit lu, doit répondre aux critères minimums de lisibilité et d’intelligibilité  décrits plus haut.

En dehors de ces critères assurant qu’un texte n’existe pas que pour lui-même mais également pour un potentiel « autre », ou peut également souhaiter cibler plus particulièrement ses lecteurs.

Les écritures adressées sont ainsi particulièrement adaptées à certains contextes fréquents de la pratique de recherche : l’écriture d’articles, la préparation d’intervention, la construction de supports de présentation (Power point, Prezi, etc), construction de dispositifs de communication « grand public ».

C’est-à-dire dans tous les contextes où l’enjeu est dans une certaine mesure didactique (transmettre un certain nombre de concepts, idées, connaissances) et/ou conversationnel (la discussion est possible, souhaitée).

L’intégration d’une extériorité au discours que l’on construit peut constituer un frein. Notamment pour d’autres formes d’écritures, plus libres (au sens de moins normées, moins ancrées à un contexte défini par les interlocuteurs qui s’y trouvent) ou littéraires.

Ainsi, lorsque l’interlocuteur est difficile à saisir, à cerner, à incarner, la volonté ou l’impératif plus ou moins conscient de sa prise en compte peut devenir paralysante. L’interlocuteur se dérobe et l’écriture n’arrive pas à prendre de direction.

Le choix peut être alors d’écrire pour soi, pour construire une réflexion. Cette forme d’écriture, sans visée discursive, ne prévoit a priori pas de place à l’autre. Ce qui n’exclut pas pour autant que celui-ci la trouve, de gré ou de force.

Il est aussi des formes d’écritures, poétiques ou philosophiques, qui n’ont pas à prendre en compte le lecteur parce qu’elles touchent au sensible ou au métaphysique. Et les échos qu’y trouvera le lecteur s’ancreront dans son expérience, dans ses émotions, dans son vécu, indépendamment de qui il est, de ce qu’il fait et d’où il vient.

« Quant au lecteur, c’est la vieille histoire. J’ai quand même l’impression d’écrire pour le lecteur, sinon je l’aurais laissé dans mon tiroir, ce manuscrit, justement. Je souhaite mille lectures possibles et mille lectures différentes. Puisque l’on sait bien qu’une fois qu’on a écrit, et c’est bien cela l’intérêt, cela nous échappe totalement. »

Pierre Sauvanet, à propos de son ouvrage « L’Insu – Une pensée en suspens », dans l‘émission « Du Jour au lendemain » (France Culture) du 21 juillet 2012.

Écrire pour

Dans la plupart des situations d’écriture de mes pratiques de recherche, d’enseignement, ou de médiation scientifique,  j’écris pour quelqu’un, même si parfois ce quelqu’un n’est pas tout à fait identifié et simplement doté de certaines caractéristiques, ne serait-ce pour commencer que celle de ce que nous ne partageons pas comme évidences, comme « boîtes noires » qu’il faut donc réouvrir.

Je peux écrire pour

des collègues, de la même discipline, dont les objets de recherche et les méthodes sont différents des miens

des collègues de disciplines différentes

des étudiants, dont le parcours et l’expérience vécue sont différents des miens

des acteurs professionnels, qui travaillent dans des contextes différents du mien,

des acteurs sociaux dont les enjeux, vis-à-vis d’objets communs, sont différents des enjeux de recherche ou d’enseignement,

etc.

Ici même dans ce carnet de recherche, mes écrits ne sont pas toujours adressés aux mêmes lecteurs d’où peut provenir la difficulté à comprendre articulation des uns avec les autres. Celle-ci n’est autre que celle de mon parcours et du cheminement de mes réflexions au fil de mes recherches et enseignements, où je suis amenée à rencontrer différents types d’interlocuteurs et à discuter avec eux : étudiants, doctorant.e.s, chercheur.se.s en sciences expérimentales, chercheur.se.s en sciences humaines, enseignants, acteurs de la communication scientifiques, techniques et industriels, etc.

Je pourrais préciser à chaque billet à qui il s’adresse, mais je m’y refuse pour l’instant, pensant que l’interlocuteur imaginé n’est pas exclusif ni excluant, et que les points de convergences entre la perspective que je développe et l’intérêt des lecteurs ne peuvent être toujours anticipés. J’imagine ainsi favoriser les surprises de l’intérêt partagé inattendu.

Cette démarche est spécifique je crois au carnet de recherche ou au blog, dont la « ligne éditoriale » peut se permettre d’être mouvante et non fixée a priori, comme cela peut être le cas d’un journal ou d’une revue.

Je finis par m’adresser ici « aux lecteurs de ce carnet », visant avant tout à être lisible, intelligible. C’est dans le temps que la cohérence entre les billets peut émerger. Et chaque billet, inscrit dans un contexte général, celui du carnet, a aussi une vie propre, et ses lecteurs spécifiques.

Cette adresse à des lecteurs supposés, en soi, est une dynamique qui donne forme à la réflexion, qui donne un cadre et une direction tout à la fois, et qui rend possible dans ce carnet l’inscription, la matérialisation et l’élaboration de réflexions que je n’aurais pas inscrites de la même manière dans une forme écrite pour moi-même, ni pour des interlocuteurs plus précisément identifiés. Cette adresse un peu floue n’est pas toujours évidente pour l’écriture et la lecture puisqu’elle induit souvent l’arborescence du propos dans plusieurs directions à la fois. Mais elle est globalement motrice, car elle s’associe à un format, celui du billet numérique, qui cadre l’écriture suffisamment pour que des réflexions liées à mes pratiques d’enseignement, de recherche et de médiation s’inscrivent, sous l’impulsion d’une exigence de lisibilité, liée à l’écriture en ligne.

En écrivant ce billet, je considère donc le processus d’écriture et celui de l’adresse en même temps : qu’est-ce que je fais quand j’écris ? A qui est-ce que je m’adresse quand j’écris ? La forme est-elle ajustée ?

Est-ce que je m’adresse à quelqu’un quand je passe par l’écriture pour réfléchir sur la réflexivité, si ce n’est aux lecteurs eux-mêmes intéressés par la réflexivité ? Et pour préciser le contexte rendant possible l’écriture de ce billet : l’aurais-je écrit de cette manière si je n’avais pas eu par ailleurs des échanges dans le cadre du carnet collectif Les Espaces réflexifs ?

  • Séminaire

Le chaos des écritures. Enjeux politiques, sociaux et cognitifs des écritures contemporaines (publication à venir), organisé en 2010 par Joëlle Le Marec, Yves Jeanneret et Baudouin Jurdant

  • Quelques ressources bibliographiques sur la prise en compte de l’interlocuteur (au sens large) dans diverses situations de communication et d’élaboration de discours, oraux ou écrits, intégrant l’autre, selon différents enjeux

[Exemple de la diversité des enjeux de la vulgarisation scientifique, par B. Jurdant.]

Boyer, J.-Y. (1992) La lisibilité, Revue française de pédagogie n°99, pp.5-14. Consulté le 6 août 2012. URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/colan_0336-1500_1999_num_121_1_2951

Giordan, A., Girault, Y. et Clément, P. (1994) Conceptions et connaissance, Peter Lang.

Giordan, A. (1996) – Les conceptions de l’apprenant : un tremplin pour l’apprentissage. Sciences humaines. Hors série. – Auxerre. – No 12, pp. 48-50

Giordan, A., Guichard, F. et Guichard, J. (2001) Des idées pour apprendre, Chapitre 5 – « Comment connaître et prendre en compte les apprenants ? ». Paris :  Z’éditions-Delagrave. pp.123-142

Jurdant, Baudouin (11 février 2012) “Écriture/lecture : questions sur la réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 6 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/575

Labasse, B. (1999). La lisibilité rédactionnelle, Communication & langages n°121. Consulté le 4 août 2012. URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/colan_0336-1500_1999_num_121_1_2951

Labasse, B. (2001). La communication scientifiqueLogiques et méthodes. Chassieu : Pôle universitaire de Lyon

Labasse, B. (2004). Lisibilité et pertinence : ce que la psychologie cognitive peut apprendre à l’écriture de presse, Comité national pour le développement de l’information, vol.1, n°3. Consulté le 6 août 2012. URL : http://cndi.pressetech.org/EtudesdePresse3.pdf

Lapointe, Pascal (2008). Guide de vulgarisation – AU-delà de la découverte scientifique : la société. Québec : Éditions MultiMondes

Martinand, J.-L. et Guichard , J. (2000). Médiatique des sciences. Paris : PUF, collection “ éducation et de formation

Sperber, D., & Wilson, D. (1989) La Pertinence. Paris : Éditions de minuit.

  • Références

Flesh, R. (1948), A new readibility yardstick, Journal of Applied Psychology, 32, 221­233.

Sur la vulgarisation scientifique –  Références sur le site science-societe.fr

« Vous trouverez dans cette page une sélection de documents, principalement des articles de revues scientifiques et des références d’ouvrages qui vous permettront de retracer l’histoire des théories de la vulgarisation, et de comprendre l’évolution de ses discours et de ses pratiques. Dans la rubrique « Documents » du portail Science et Société, vous trouverez d’autres documents, parfois plus « pointus » : des thèses, des HDR (Habilitations à diriger des recherches) ou encore des rapports de recherche, qui vous permettront d’approfondir la connaissance de ce thème. »

Sur le public –  Références sur le site science-societe.fr

« Vous trouverez dans cette page une sélection de documents, principalement des articles de revues scientifiques et des références d’ouvrages qui vous permettront de comprendre la notion de « public ». Dans la rubrique « Documents » du portail Science et Société, vous trouverez d’autres documents, parfois plus « pointus » : des thèses, des HDR (Habilitations à diriger des recherches) ou encore des rapports de recherche, qui vous permettront d’approfondir la connaissance de ce thème. »

Analyse du discours et psychanalyse “Une approche du discours dans sa division et son inquiétude : le sujet, habité par l’Autre, ne sait pas ce qu’il dit” – Veille de Marie-Anne Paveau

  1. en tant que mouvement et processus à l’œuvre, et non en tant que résultat []
  2. je n’oublie que chacune des situations de communication évoquées ici présentent leurs spécificités, mais je fais le choix de considérer leur point commun, la prise en compte d’autrui, indépendamment des objectifs multiples et divers de chacune de ces situations []
  3. Voir l’ouvrage « Médiatique des sciences » []
  4. Voir l’ouvrage « Essais sur la théorie de la science » de M. Weber []
  5. à l’exception bien sûr des dispositifs d’enseignement et de médiation qui s’appuient justement, par l’interactivité, sur ce qui peut émerger de cette diversité []
  6. et non pas nécessairement le même langage, en particulier lorsqu’il s’agit d’un langage de spécialiste []
  7. cette qualification est de moi, pour différencier plus cette forme de lisibilité de la lisibilité lexico-syntaxique []

Les carnets Hypothèses – Expériences et usages

Mélodie Faury – Licence CC-BY

Tour d’horizon  bibliographique des ressources que j’ai identifiées à ce jour au sujet d’une réflexion « méta » sur les carnets de recherche Hypothèses, par ses utilisateurs et à partir d’expériences diverses de leur intégration dans des pratiques de recherche.

Pour des ressources plus globalement sur l’utilisation des blogs dans les pratiques de recherche (« recherche 2.0 »), voir la page Ressources.

Ce tour peut bien sûr être complété en commentaires si vous avez connaissance d’écrits intéressants à ce sujet, pas nécessairement francophones.

– Première mise à jour le 2 août 2012-

Aboubekeur, Zineddine (15 mars 2012) “ Dix bonnes raisons pour tenir un carnet de recherche! ”. Analyse du discours numérique [Carnet de recherce] Consulté le 28 mai 2012. http://metablog.hypotheses.org/1

Acquier, Françoise (2 décembre 2011) “Ouvrir un carnet sur Hypothèses ? Pourquoi pas vous ?”. Le Cresson veille [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://lcv.hypotheses.org/4070

Berra, Aurélien (19 avril 2012) « News from the Hyposphere« . Philologie à venir [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://philologia.hypotheses.org/710

Chibois, Jonathan (5 avril 2012) “Écrire (publiquement) pour penser ”. Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/1738

Chibois, Jonathan (10 avril 2012) “ Le carnet réflexif (I). Montrer la science en train de se faire”. Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/1781

Chibois, Jonathan (16 avril 2012) “Le carnet réflexif (II). Donner corps à sa pensée”. Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/1842

Chibois, Jonathan (24 avril 2012) “Le carnet réflexif (III). Une forme nouvelle de récit ethnographique ? ”. Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/1752

Chibois, Jonathan (27 avril 2012) “Le carnet réflexif (IV). Penser en réseau, écrire en réseau”. Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/2050

Chibois, Jonathan (30 avril 2012) “Le carnet réflexif (V). Être lisible plutôt que lu”. Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://reflexivites.hypotheses.org/2057

Dacos, Marin (23 juillet 2009) “La conversation silencieuse”. blogo numericus [Blog]. Consulté le 28 mai 2012. http://blog.homo-numericus.net/article191.html

Dacos Marin et Mounier Pierre, « Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée », in Lieux de savoir, Gestes et supports du travail savant, Albin Michel, vol. 2, 2010. URL : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00439849.

Faury, Mélodie (5 décembre 2011) “Le “carnet” de recherche”. L’Infusoir [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet http://infusoir.hypotheses.org/1984

Faury, Mélodie et Giraud, Frédérique (13 février 2012) “Le carnet de thèse”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le ….  http://reflexivites.hypotheses.org/641

Faury, Mélodie (1er juin 2012) ““La vie réelle d’une doctorante 2.0”, M. Faury pour l’Infusoir, Vases communicants de juin 2012Ressources pour la thèse et au-delà [carnet de recherche] Consulté le 22 juillet 2012. http://enthese.hypotheses.org/453

Faury, Mélodie (30 juin 2012) “Une Villa, un espace de recherche, un lieu de discussion ? – Parenthèse entre juin et juillet Les Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet 2012.http://reflexivites.hypotheses.org/2583

Faury, Mélodie (30 juin 2012) “Le carnet de recherche comme pratique de chercheur.se.s – Un billet prévu prenant une direction imprévue. L’Infusoir [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet 2012. http://infusoir.hypotheses.org/2087

Kermoal, Benoît (6 septembre 2011) “Seulement la partie visible de l’iceberg” Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet 2012. http://enklask.hypotheses.org/257

Kermoal, Benoît (11 janvier 2012) “ “L’oeil de la caméra” de la thèse en cours” Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet 2012.  http://enklask.hypotheses.org/364

Kermoal, Benoît (21 février 2012) “ Négocier le tournant de la pointe sèche Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet 2012. http://enklask.hypotheses.org/382

Kermoal, Benoît (2 août 2012) “Le tournant du mois d’août Enklask/Enquête [carnet de recherche]. Consulté le 22 juillet 2012. http://enklask.hypotheses.org/493

Mounier, Pierre (11 septembre 2011) « Ouvrir l’atelier de l’historien : médias sociaux et carnets de recherche en ligne«  Homo Numericus [Blog]. Consulté le 2 août 2012. http://homo-numericus.net/article304.html

Paveau, Marie-Anne (21 janvier 2012) “Le doctorant 2.0. L’infusoir et Enklask à Paris 13”. La pensée du discours [Carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://penseedudiscours.hypotheses.org/8240

Paveau, Marie-Anne (4 juin 2012) “ De “La pensée du discours” à La Musardine : quand les billets font des livres”. La pensée du discours [Carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012.  http://penseedudiscours.hypotheses.org/9752

Paveau, Marie-Anne (26 juillet 2012) “Linguistique et numérique 2. Le désert des blogs francophones”. La pensée du discours [Carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012.  http://penseedudiscours.hypotheses.org/10212

Ruiz, Emilien (31 janvier 2012) “6 mois, 30 billets, 12 700 visites ”. Devenir historien-ne [Carnet de recherce] Consulté le 2 août 2012. http://devhist.hypotheses.org/991

Ruiz, Emilien (30 juillet 2012) “1 an, 45 billets, 72 000 visites”. Devenir historien-ne [Carnet de recherce] Consulté le 2 août 2012.  http://devhist.hypotheses.org/1433

Verdeil, Eric (4 décembre 2011). “Comment je blogue”, Rumor [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://rumor.hypotheses.org/2249

‘‘L’esprit Du Blog‘’, Le Blog De La Grotte Des Fraux [carnet de recherche]. Consulté le 2 août 2012. http://champslibres.hypotheses.org/7

Métadiscours du formateur | Intégrer à l’enseignement le discours du formateur sur son propre discours

Photo : Mélodie Faury - Licence CC-BY

J’ai la chance d’avoir pu revenir en tant qu’enseignante dans plusieurs des formations que j’ai suivies. Ce retour à quelques années de distance m’a permis de mieux comprendre la manière dont nous avons été formés, en tant qu’étudiant.e.s  : selon quels objectifs, pour l’étudiant, pour l’enseignant, pour l’institution ; selon quelles normes et quels enjeux, souvent implicites pour les étudiants que nous étions alors, et pour ceux que je rencontre aujourd’hui.

J’amorce ici une série de billets visant à la formulation de quelques réflexions construites au fil des enseignements que j’ai assurés depuis septembre 2008 et de celles qui ne manqueront pas de s’y adjoindre au cours de l’année universitaire à venir. Elles viennent nourrir mes questions de recherche et participent en retour à l’élaboration de mes enseignements.

Je m’interroge particulièrement sur l’effet de l’explicitation des enjeux, des implicites, des normes et des objectifs de la formation, dans la formation elle-même. Notamment dans le cadre des formations universitaires en biologie que je connais plus particulièrement.

En quoi l’intégration, par le formateur, d’un discours contextualisant et problématique sur son propre discours en tant qu’enseignant peut-il participer à l’élaboration d’un rapport à la formation chez les étudiant.e.s, différent du rapport construit en l’absence de ce discours « méta » ?

Pendant trois ans, j’ai eu l’occasion d’enseigner la biologie dans le cadre de mon monitorat, effectué en parallèle de mon travail de recherche doctorale, et dans celui d’oraux blancs, appelés « colles », en classes préparatoires Agro-Véto, préparant principalement aux concours agronomiques et vétérinaires.

En parallèle de ces enseignements, j’initiais ma transition personnelle entre recherche en Biologie moléculaire et cellulaire et recherche en Sciences de l’information et de la communication, pas toujours douce en cela qu’elle a questionné un nombre important d’évidences incorporées au cours de ma formation initiale.

Cet itinéraire s’est assortie d’un décalage progressif de mes modes de questionnements, et de mes sources d’interrogation, et la manière dont j’ai finalement enseigné ma discipline d’origine s’en est sans nul doute ressenti.

C’est par les réflexions issues de cette expérience d’enseignement, réactivant celle d’étudiante, en classes préparatoires aux concours communs Agro-Véto et aux concours d’enseignement (Capes, Agreg) que je pense commencer.

La vie réelle d’une doctorante 2.0 – Extrait

Billet publié en intégralité, le 1er juin 2012, sur le carnet de recherche « Ressources pour la thèse et au-delà »

Extrait

Je suis tombée dans le numérique au cours de ma thèse. J’y suis entrée par curiosité, par envie de comprendre l’étendue des ressources, des potentialités et leur articulation avec mes actualités et problématiques de doctorante. J’y ai découvert des outils non pas déconnectés ou sur-ajoutés à mes pratiques, mais bien qui jouent un rôle et remplissent de réels besoins dans ma pratique de recherche : être informée des nouvelles publications, de l’actualité de la recherche et des politiques de recherche, de l’ouverture de postes (ATER, post-doc, etc) ; être en lien avec des chercheurs, avec des doctorants, avec d’autres disciplines, avec d’autres façons de penser ; participer à la mise en circulation et à l’accessibilité des savoirs.

Je reviens donc ici sur mes pratiques numériques développées tout au long de ma thèse. Elles ont trouvé une place progressivement, mais non définitivement. Je suis amenée régulièrement à les repenser, ne serait-ce que parce que l’ordinateur ou le numérique « en mobilité » (smartphone) n’ont pas toujours la même place selon que l’on lit, que l’on écrit, que l’on est sur le terrain, en conférence, etc., et donc selon les années de thèse.

Je partage volontiers ce retour d’expérience avec vous car c’est justement l’un des principaux intérêts que je vois dans les pratiques de recherche numériques : la possibilité d’échanger sur nos expériences respectives, nos veilles, nos questions, de manière intemporelles et agéographiques, c’est-à-dire en dehors de nos espaces « physiques » de rencontres universitaires.

Lire la suite ->

Contenu du billet

La veille

Les carnets de recherche

Pratiques d’écriture

Pratiques de lecture

Twitter

Écriture collaborative

Ce que les chercheurs écrivent ou disent, et ce qu’ils pensent « vraiment » (en anglais)

Document reproduit à partir d’une archive du GERSULP (Groupe d’Etude et de Recherche sur la Science de l’Université Louis Pasteur, Strasbourg).

Il semble que ce document ait été beaucoup repris, notamment sur de nombreux sites internet (« ce document est connu depuis longtemps« ). Je serais intéressée par la source initiale si quelqu’un la connaît (« je n’ai pas trouvé la référence d’origine »).

What they REALLY Mean

Excerpts from the “Dictionary of Useful Research Phrases”

 

PHRASE

MEANING

“While it has not been possible to provide definite answers to these questions…” An unsuccessful experiment, but I still hope to get it published.
 
“It has long been known…” I didn’t look up the original reference.
 –
“A definite trend is evident…” These data are practically meaningless.
 –
“Of great theoretical and practical importance…” Interesting to me…
 –
“Three of samples were chosen for detailed study…” The results of the others didn’t make any sense.
 –
“Typical results are shown…” The best results are shown.
 –
“These results will be shown in a subsequent report.” I might get around to this sometime if I’m pushed.
 –
“The most reliable results are those obtains by Jones…” He was my graduate assistant.
 –
“It is believed that…” I think.
 –
“It is generally believed that” A couple of other guys think so, too.
 –
“It is clear that much additional work will be required before a complete understanding of the phenomenon occurs” I don’t understand it.
 –
“Correct within an order of magnitude” Wrong.
 –
“It is hoped that this study will stimulate further investigation in this field…” This is a lousy paper, but so are all the others on this miserable topic.
 –
“Thanks are due to Joe Blotz for assistance with the experiment and to George Frink for valuable discussions…” Blotz did the work and Frink explained to me what it meant.
 –
“A careful analysis of obtainable data…” Three pages of notes were obliterated when I knocked over a glass of beer.
 –
“A statistically-oriented projection of the significance of these finding…” A wild guess.
 –
A highly significant area for exploratory study…” A totally useless topic selected by my committee.

Helga Llewellyn and Eigil Morch

From UNICEF Staff News

Le carnet de recherche comme pratique de chercheur.se.s – Un billet prévu prenant une direction imprévue.

Ce billet est le troisième d’une série de quatre billets sur les carnets Hypotheses dans la pratique de recherche. Il fait suite au billet intitulé Le carnet de thèse.

J’emprunte l’idée de la série thématique à Marie-Anne Paveau qui les expérimente au fil des saisons.

Cette série est initiée par deux évènements au cours desquels il s’agissait de discuter des pratiques d’écriture sur un médium de type blog, qu’il soit hébergé sur Hypotheses.org ou ailleurs : l’émission radiophonique Recherche en cours, “To blog or not to blog ?” (25 novembre 2011) et la rencontre “Comment bloguent-ils ?” (1er décembre 2011) organisée par l’URFIST de Lyon, la Maison de l’Orient et l’Institut des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le Cléo.

– Prologue –

Il est de saines colères. De celles qui vous disent que quelque chose, décidément, ne vous convient pas. Qui ne s’emparent pas de vous de manière incontrôlable, qui ne vous mettent pas hors de vous, qui ne sont pas non plus rentrées, explosant à l’intérieur, qui n’ont rien à voir avec une colère de frustration face une situation que l’on aurait souhaité autre et qui nous échappe. C’est d’une autre colère que je vous parle, calme, qui (re)met en mouvement, qui n’aveugle pas mais qui au contraire ouvre les yeux.

De ces colères qui réaffirment, fermement, ce à quoi l’on tient et qui reposent les limites qui viennent d’être franchies.

*

J’avais prévu d’écrire ce billet depuis que les deux précédents ont été publiés

Le “carnet” de recherche

Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

Le temps s’est écoulé et le projet est resté. Voici que l’écriture revient et que les intentions changent un peu au risque de se mêler. Il ne s’agira pas finalement de faire un tour d’horizon des pratiques existantes pour essayer de comprendre ce que nous disent les pratiques des manières d’investir l’espace du carnet ou du blog.

Peut-être plus tard, peut-être ailleurs.

J’ai choisis pour l’instant de partager, à partir de mon expérience depuis février 2010, une certaine conception de la pratique de « carnetière »1, qui me donne l’occasion de réaffirmer ce à quoi je tiens dans cette pratique, et que je crois partager avec un certain nombre de bloggueurs et de lecteurs.

Un carnet de recherche, un blog : un lieu habité

Une visite de la plateforme Hypothèses et des carnets qu’elle héberge, et plus largement une promenade dans la « blogosphère » permet vite de s’en rendre compte : il y a autant de carnet de recherche ou de blogs scientifiques différents que de projets de recherche et de chercheur.e.s qui les investissent. Cette variété se décline selon la conception du rôle que cet espace peut jouer dans leurs pratiques de recherche, selon le temps qu’ils auront à y accorder, selon leur représentation même de ce qu’est une pratique de recherche, selon leur envie plus ou moins grande d’entrer en discussion, selon leurs enjeux : d’information, de vulgarisation, de valorisation, de mise en circulation des savoirs, de construction d’une écriture, de mise en lien, etc. J’en oublie sans aucun doute.

Ce qui importe à mon sens dans ces carnets et blogs, c’est l’habitant.e du carnet. La manière dont elle ou il investie l’espace numérique du blog ou du carnet, dont il ou elle l’organise, l’agence. La manière dont il ou elle y vient, en repart, choisit les contenus, les construit, les agence. La manière dont elle ou il se parle, se tait, cite, s’exprime, conseille, renvoie vers d’autres lieux, habités eux aussi.

« Ainsi les ordinateurs changent notre façon d’habiter les lieux de notre quotidien. Et, d’un certain point de vue, ils sont aussi des lieux d’expression de nos personnalités, goûts, intérêts. Nous habitons ces lieux quand nous les personnalisons, quand nous nous y investissons. […] Si les ordinateurs sont synonymes de domesticité, ils le sont tout autant d’hospitalité, d’ouverture aux autres. Ces notions sont d’ailleurs liées. l’hospitalité est le mécanisme social qui nous permet d’intégrer des personnes étrangères au foyer. Des cérémonials d’accueil sont en place partout, dans le monde de l’informatique comme dans le monde réel.  […] A travers ces règles, nous trions les amis, démasquons les malveillants. Pour comprendre mieux comment et pourquoi cela est possible, il faut d’abord établir que l’hospitalité ne se déroule pas dans le vide. elle présuppose, au contraire, un abri, un emplacement clos qui puisse s’opposer à l’ouvert. Finalement, c’est l’intérieur de son ordinateur que chaque utilisateur considère comme son lieu de réception. par exemple, le fait de créer une page Web personnelle ressemble un peu à l’aménagement d’un appartement. […] De simple métaphore, l’hospitalité se fait pratique tangible. »

A. Casilli, Les liaisons numériques, 2010, p.32-33

La diversité de ces manières d’habiter un lieu s’exprime par exemple de manière claire dans la succession des (co-)locataires des Espaces réflexifs (appelés aussi « Villa réflexive », et ce n’est pas anodin), qui changent chaque mois.

Ce que j’appelle ici un carnet de recherche de chercheur.e.s2, ou un blog de chercheur.e.s est donc un espace habité par une ou plusieurs personnes, alternativement ou simultanément, qui développent leurs problématiques, leurs questionnements, qui y construisent leurs analyses (voir les distinctions entre les différents types de carnet proposés par Hypotheses.org). C’est une pensée en construction que l’habitant du site livre.

Les raisons qui amènent un.e chercheur.e à partager cette construction avec des lecteurs, plutôt que de l’élaborer sur son ordinateur, dans un fichier texte « fermé », lui appartiennent et sont parfois explicitées sur l’espace qu’il ouvre.

Pour l’Infusoir voir ici et ici en particulier. Mais aussi ici, ici, et ici

Les premiers billets, ou les pages « A propos » sont souvent des pistes précieuses pour celui ou celle qui s’intéresse au projet individuel ou collectif dans lequel s’insère le carnet ou le blog où il ou elle entre en tant que lecteur.

En tant que lectrice régulière de plusieurs carnets et blogs, je ne juge pas, je m’intéresse. Je ne dresse pas de hiérarchie entre des façons d’investir l’outil blog qui « vaudraient » plus qu’une autre. Bien sûr, je me reconnais plus, en termes de proximité de projet, de conception de la recherche et du rôle de l’écriture, dans certaines manières d’habiter, que dans d’autres – ce qui m’amènera à fréquenter plutôt certains lieux que d’autres – mais je n’estime pas, qu’il y ait une seule bonne manière. Bien au contraire. La richesse des carnets Hypothèses3, de la blogosphère, mais aussi de la recherche, et plus généralement des manières de penser, réside justement dans cette diversité.

Recevoir et rencontrer des lecteurs

Dans un carnet de recherche ou un blog, un.e chercheur.e reçoit des lecteurs, qui reviennent, s’ils s’y retrouvent.

Que viennent chercher les lecteurs sur les carnets de recherche ou les blogs ?

Quelques réponses glanées sur Twitter, parmi des enseignants du secondaire, des chercheurs, des bibliothécaires, des lecteurs du numérique

Un chercheur.e s’installe dans son espace numérique de la manière qu’il juge la plus appropriée à son projet, qui peut évoluer, se transformer. Les projets peuvent même cohabiter, se diversifier à mesure que le carnet, le blog vit.

Et certains types d’écritures induisent des commentaires, quand ceux-ci ont été autorisés sur les billets, par défaut ou par choix, par conviction de l’intérêt de l’échange, par envie d’interaction, par ouverture.

En tant que lectrice, je n’entre pas dans un espace numérique habité pour y tenir mon propre discours : je viens lire, rencontrer quelqu’un, une pensée en cours d’élaboration, dans ses aboutissements, ses inflexions, ses errances parfois aussi. Lorsque je suis amenée à commenter longuement, c’est que ce que dit l’autre fait émerger chez moi des questions, ou réactive d’anciennes réflexions. Mais le risque est toujours de réduire l’écrit de l’autre aux questions qui nous occupent au moment on on le lit. C’est un risque car la rencontre est ratée alors, et celui qui propose son écrit voit un discours parallèle se développer, dont il ne sait plus trop quoi faire, auquel il est bien en mal de répondre. Et ce discours posé dans l’espace en construction peut soudain prendre de la place : car si l’on ouvre la discussion, c’est bien qu’on croit à ses bienfaits, y compris dans le désaccord et malgré ses ratés. L’échec n’est jamais anodin.

A quelles conditions un commentaire est-il une conversation ?

(lien vers l’article)

Les commentaires posent les mêmes questions que les relations interpersonnelles et nous mettent face à la nécessité de réconcilier, d’une part un idéal d’ouverture et d’une communication avec tous sans condition, présidant souvent à la mise en place d’un carnet ou d’un blog, et d’autre part les échecs cuisants éprouvés lorsque la parole est revendiqué par des visiteurs comme un droit non négociable, quelque soit le lieu où elle opère, quelque soit le projet. C’est à dire selon un argument d’autorité. Un tel préalable ne rend pas la communication possible.

*

L’expérience du carnet de recherche ou le blog me met face à ce à quoi je tiens : des espaces précieux, rares, qui valent d’être préservés, où la pensée peut se développer sans avoir à rendre des comptes ici et maintenant, ce que nous faisons déjà suffisamment dans d’autres lieux de nos pratiques de recherche. Dans ces espaces numériques, je crois que nous pouvons prendre le temps de construire, d’infuser, au rythme et de la manière qui fera sens pour l’habitant.e du carnet ou du blog. Et je sais que cette façon de faire crée des rencontres précieuses avec d’autres regards, d’autres expériences d’autres pensées. Je l’expérimente depuis plus de deux ans et j’y tiens.

Et vous, lecteurs discrets, voire silencieux de l’Infusoir, à quoi tenez-vous dans ces espaces numériques que sont les carnets de recherche ou les blogs de chercheur.e.s ?

Les commentaires vous sont ouverts avec plaisir, car je sais que la majorité d’entre vous entre ici pour boire le thé et non pour renverser la théière.

Je vous souhaite un bon été.

Photographie : Pauline Krähenbühl, tous droits réservés

–         En guise d’épilogue  –

Ce ne sont pas nécessairement les intentions de ceux qui m’ont amenée à écrire ce billet qui sont en cause, mais l’effet, et c’est bien le problème s’il n’est pas envisagé, d’une parole sur l’autre, en tant qu’individu.

Pour qu’il y ait communication, il faut qu’il y ait reconnaissance par les parties prenantes à la discussion, de l’individualité de l’autre, de son altérité, en tant qu’intéressante en elle-même et non en tant que contraignante ou comme instaurant un rapport de force ou encore comme réactivant des enjeux qui ne sont pas partagés par les deux interlocuteurs. Ce type de non-communication, je l’expérimente déjà dans suffisamment d’endroits. Déjà suffisamment d’énergie vainement dépensée.

J’ai décidé que l’Infusoir n’en serait pas le lieu. Cet espace n’a pas été conçu pour cela.

Quelques liens et références en lien (en plus des liens hypertextes)

Casilli, Antonio, 2010, Les liaisons numériques, Paris, Seuil.

Casilli, Antonio (26 juin 2012) Les trolls, ou le mythe de l’espace public OWNI [blog]. Consulté le 3 juillet 2012 http://owni.fr/2012/06/26/les-trolls-ou-le-mythe-de-espace-public/

Faury, Mélodie (18 février 2012) “Interdisciplinarité : la réflexivité par soi et par l’autre – (Durrive, Faury et Henry)”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 3 juillet 2012  http://reflexivites.hypotheses.org/956

Muscinesi, Frédérique (3 juillet 2012) La place dans les Humanités Digitales – Commentaire We think history [carnet de recherche] Consulté le 3 juillet 2012 http://wethink.hypotheses.org/448

Paveau, Marie-Anne (15 mars 2012), Sainte colère et rigoureux désaccord Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 3 juillet 2012.  http://reflexivites.hypotheses.org/?p=1433

Billets sur les carnets de recherche

1. Le “carnet” de recherche

2. Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

3. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

4. Le carnet de recherche comme pratiques de recherche, à partir d’un atelier proposé par Pierre Mounier lors du THATCamp2012

  1. C’est à dire de l’écriture régulière sur un carnet de recherche []
  2. que je différencie des carnets à visée de communication pris en charge par l’institution []
  3. J’aime l’idée développée par P. Mercklé de considérer les liens établis par les habitants des carnets, comme des « relations nouées entre des objets intellectuels par leurs auteurs, et des chemins empruntables par leurs lecteurs ». []

Ces lieux de pensées

Les Espaces réflexifs font partie des lieux numériques où je me sens bien. Et sont l’un de mes lieux de recherches. Ils s’animent en Juin et cela me réjouit.

Les espaces numériques peuvent constituer une extension de nos bureaux, une extension de ces espaces que nous occupons en tant que chercheurs. Une extension de nos ordinateurs, qui s’ouvrent sur d’autres pensées, à un lien de distance.

Mes espaces de recherches sont finalement ceux qui permettent la rencontre avec d’autres perspectives, d’autres regards, d’autres historicités. D’autres questionnements. Numériquement ou non. Académiques ou non. Dans des proximités plus ou moins fortes. Dans un certain entre-soi ou au contraire à la recherche d’une altérité de réflexion.

Les frontières de nos institutions, de nos disciplines s’en trouveraient pour un peu estompées…

Je suis de plus en plus convaincue que le même n’induit pas la boucle, ne permet pas de se décentrer, de se décaler pour mieux comprendre ce que l’on fait, ou justement, ce que l’on cherche à comprendre. Le même permet de creuser le sillon.

Je ne crains pas le désaccord s’il est fécond. Si l’interlocuteur critique prend d’abord au sérieux la perspective de l’autre, sans la réduire à la sienne, ou la ranger sous la sienne.

Le numérique a un réel effet sur ma recherche. Les Espaces réflexifs ont eu un effet sur ma thèse. Et le numérique est tout sauf déconnecté de ces autres espaces que j’occupe avec tout autant d’envie et d’intérêt, quand la rencontre et le dialogue avec une autre perspective sont rendus possibles : livres, colloques, réunions, discussions informelles,…

Des espaces ? Des lieux de pensées, avec mais pas nécessairement comme.

[Fichiers] Archives, épaisseurs et intrications

081009_Sujet de thèse

090105_Notes

090116_Notes

090211_Notes complémentaires

[…]

090623_Mots clés thèse

090920_Résumé

091104_Plan provisoire de la thèse

091401_Thèse

093001_Thèse

100125_Plan provisoire_ thèse_Mélodie

100126_Essai de résumé

100216_Présentation _Journée du labo

100413_Plan de thèse_en chantier

100414_Formulaire Resume_MFaury

[…]

100716_Sommaire_Etat avancement thèse

100722_Etat avancement thèse

110302_Ebauche_plan_Entrée 2

110302_ElementsPlan thèse

110303_Ebauche_plan_Entrée 2

110303_Ebauche_plan_Entrée 3

110303_Plan thèse

[…]

120225_Plan_général(2)

120225_Remerciements_en_tête

120225_SOMMAIRE

120226_Thèse_envoyée (2)

120226_Thèse_envoyée

120313_Thèse_envoyée_reprise

120403_Doc_travail

120403_Itinéraire2_reprise

120403_Itinéraire2_reprise_1er_mouvement

120403_Itinéraire2_reprise_2ème_mouvement

120403_Thèse_envoyée_reprise

120405_Itinéraire2_reprise

120405_Thèse_envoyée_reprise

120406_Itinéraire2_reprise

120406_Thèse_envoyée_reprise

120407_Bibliographie

120407_Itinéraire2_reprise

120407_SOMMAIRE_I2

120407_Thèse_envoyée_reprise

120408_Bibliographie

120408_Thèse_envoyée_reprise

120409_Itinéraire2_reprise

120409_Thèse_envoyée_reprise

120413_Bibliographie

120413_Itinéraire2_reprise

120413_Thèse_envoyée_reprise

120413_Thèse_envoyée_reprise2

120414_Bibliographie

120414_Itinéraire2

120414_Thèse

120417_Thèse

120420_Biblio

120420_Thèse

120430_Thèse

120501_Thèse

120505_Thèse

120506_Thèse

120507_A faire

120507_En cours

120507_Thèse

[…]

Pensée du jour – « Sois réflexif ! »

Le temps me manque en ce moment pour faire vivre ce carnet, j’y sème malgré tout une « pensée du jour ».

La pensée qui boucle et qui sait se situer - Photographie de Claire Placial

La réflexivité1 me paraît être un mouvement que l’on ne peut pas enclencher « délibérément », ni en la contrôlant. De la même manière qu’il me paraît difficile de comprendre que l’on ne comprend pas, ou encore de répondre à une injonction du type « sois naturel » ou « sois libre »2, il me paraît compliqué d’être certain que l’on développe bien une démarche réflexive. Un « point aveugle » est par définition difficile à percevoir, et je suppose que l’injonction « sois réflexif » ne mène à rien.

Ne peut-on dès lors qu’espérer être réflexif ? Non (et je répondrai un peu à côté), car l’on n’est jamais réflexif : c’est un mouvement qui s’entretient plus qu’un état que l’on acquiert.

Comment faire percevoir la nécessité et l’intérêt à « faire un pas de côté et s’éloigner de ses propres orbites » ? Et la nécessité de le renouveler, toujours ?

Comme tout ce que l’on n’a jamais éprouvé soi-même, on ne peut percevoir, je crois, la force, la portée d’une pratique3 avant d’en avoir une expérience propre. Au « risque » ensuite de se demander, « comment faisais-je, avant ? ».

Ce qui, comme pour toute perspective et pratiques nouvelles, demande de se jeter à l’eau, de prendre des risques, justement, et d’affronter certaines incertitudes.

  1. La pensée qui boucle et qui se situe, depuis une perspective []
  2. ces réflexions proviennent notamment des mois qui défilent dans les Espaces réflexifs, et d’une récente discussion avec Rémi Barré []
  3. Et certaines pratiques numériques, qui sont propices à mon sens à la réflexivité, me font ce même effet : je pense en particulier aux carnets de recherche et à Twitter []