Archives de catégorie : Tour d’horizon

Hasard, science & sérendipité : petit tour d’horizon

A l’occasion de la préparation d’une formation dans laquelle j’interviens, je reprends le principe du tour d’horizon déjà éprouvé à deux reprises :

La particularité de ce tour d’horizon-ci est de s’être largement appuyé sur la mobilisation de l’intelligence collective de Twitter pour s’initier. Merci à toutes celles et tous ceux qui m’ont ouvert des pistes d’exploration de ce vaste thème « Hasard et Science » ! Je les partage ici.

Après une première intervention sur la sérendipité et le hasard dans les situations d’enseignement et de recherche, j’ai souhaité approfondir la question à  partir de ressources dont je ne disposais pas a priori et qui aurait pu me permettre d’aller plus loin dans l’exploration de ce thème, qui me paraît particulièrement riche en terme d’élaboration de discours sur l’expérience de recherche, par les chercheurs et par les acteurs de la culture scientifique et technique.

Avant d’aller plus loin dans mes réflexions à ce sujet sur ce carnet de recherche, je commence par partager le résultats de mes propres recherches de ressources sur le sujet, ainsi que celles qui m’ont été adressée lors de ma requête sur Twitter.

Quelques ressources (hétérogènes) de départ

Sylvie Catellin, « Sérendipité et réflexivité », paru dans Alliage, n°70 – Juillet 2012, , mis en ligne le 26 septembre 2012, URL : http://revel.unice.fr/alliage/index.html?id=4061.

scoopitVeille partagée de Marie-Anne Paveau sur le sujet : Serendipity – Sérendipité | Les esprits curieux ne méprisent rien (Béroalde de Verville)

Paveau M.-A., 5 octobre 2010, “Les diseurs de vérité 3. Fortuité, princesse de Serendip« , La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/1085, consulté le 28 février 2013
Placial, C., 18 août 2012, ““Or, où sont rangés les livres ? dans les corps qui les lisent.”« , Langues de feu [Carnet de recherche], http://languesdefeu.hypotheses.org/354, consulté le 28 février 2013

Cédric Villani, médaillé Fields et directeur de l’Institut Henri-Poincaré, répond aux questions du National Geographic sur le rôle du hasard en science. (Mise en ligne le 17 oct. 2011 )

Les résultats du partage de ressources sur Twitter

Les réponses du « Fil de veille et d’information des secteurs Sciences et techniques de la Bibliothèque municipale de Lyon. Sciences, santé, techniques, informatique… » :

 

2701146224.01.LZZZZZZZ

@infusoir Vous avez dit hasard ? catalogue.bm-lyon.fr/?fn=ViewNotice… ne jamais hésiter à demander à une bibliothèque ! Bien d’autres choses en rayon 3/3

— BM Lyon, Sciences (@SciencesBMLyon) Décembre 13, 2012

2100573055.01.LZZZZZZZ@infusoir La nécessité du hasard catalogue.bm-lyon.fr/?fn=ViewNotice… ; Génies par hasard catalogue.bm-lyon.fr/?fn=ViewNotice…2/3

— BM Lyon, Sciences (@SciencesBMLyon) Décembre 13, 2012

 

2355130183.01.LZZZZZZZ@infusoir De la sérendipité : dans la science, la technique… catalogue.bm-lyon.fr/?fn=ViewNotice… ; Les objets fractals catalogue.bm-lyon.fr/?fn=ViewNotice…1/3

— BM Lyon, Sciences (@SciencesBMLyon) Décembre 13, 2012

La réponse de Félixe Blizar « Blizar en bazar : écriture, enseignement, infusions à la menthe. »

Description et ressources associées à ce colloque

« La sérendipité dans les sciences, les arts et la décision », sous la direction de Pek Van ANDEL et Danièle BOURCIER, 20-30 juillet 2009 – Centre Culturel de Cerisy Le Château – 50210 Cerisy-la-salle

Extrait : « Cette Décade sur la sérendipité est la première rencontre organisée par le CNRS. Elle réunit pendant dix jours des chercheurs, des artistes, des philosophes, des mathématiciens, des inventeurs, des juristes, des pédagogues et des amateurs curieux sur un objet interdisciplinaire paradoxal: quelle leçon peut-on apprendre de l’inattendu? Expériences vécues et récits scientifiques, témoignages de grands témoins, ateliers de découverte musicale ou théâtrale, groupes de réflexion alterneront pour partager les multiples approches de cette aptitude étrange. »

Résumés des interventions (pdf) : 46 pages

Voir en particulier la bibliographie fournie p.41

Actes du colloqueLivreCerisyW

Émission associée, sur France Culture (25.02.2011 – 14:00) – La sérendipité : Quel rôle joue le hasard dans la science ?

Avec Danielle Bourcier, linguiste, directrice de recherche au CNRS, Jean-Marie Brom, physicien des particules au CNRS, Sylvie Catellin, maître de conférences en science de l’information et de la communication à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelynes, Robert Vallée, cybernéticien, professeur émérite à l’université Paris-Nord

La réponse de Yann Calbérac, « Géographe qui cherche, qui lit, qui découvre, qui s’étonne et qui parfois trouve. »

La thèse de Yann Calbérac :

Calbérac, Y. (2010). Terrains de géographes, géographes de terrain. Communauté et imaginaire disciplinaires au miroir des pratiques de terrain des géographes français du XXe siècle. Thèse de doctorat en géographie dirigée par le Professeur Isabelle Lefort (Université Lumière Lyon 2). 2 volumes (392 p et 400 p) (En ligne)

et les références en question :

VAN ANDEL, P. ET BOURCIER, D. (2008). De la sérendipité dans la science, la technique, l’art et le droit. Leçons de l’inattendu. Paris : L’Act Mem. 298 p.

LEVY, J. (2004). « Serendipity ». EspacesTemps.net. http://espacestemps.net/document519.html (13.01.2004)

Les réponses de I. Pariente-Butterlin, qui « reste obstinément aux bords des mondes. »

La réponse de M. Ménoret, « Medical Sociologist. Université Paris 8. »

Précarité dans la recherche et l’enseignement supérieur : petit tour d’horizon

La précarité

Paul Bouffartigue, « Précarités professionnelles et action collective », Travail et Emploi [En ligne], 116 | octobre-décembre 2008, mis en ligne le 05 novembre 2010, consulté le 04 septembre 2012. URL : http://travailemploi.revues.org/4045

Mircea Vultur, « La précarité : un « concept fantôme » dans la réalité mouvante du monde du travail », SociologieS [En ligne], Débats, La précarité, mis en ligne le 27 septembre 2010, consulté le 04 septembre 2012. URL : http://sociologies.revues.org/3287

Mélodie Faury – Licence CC-BY

Études

« Le 20 octobre 2009, l’intersyndicale de l’enseignement supérieur et de la recherche a lancé une grande enquête en ligne sur l’emploi précaire dans l’enseignement supérieur et la recherche publique (ESRP) en France. Elle concernait les personnels précaires des universités et des établissements de recherche (neuf EPST : CNRS, Cemagref, Inserm, Ined, Inra, IRD, Inrets, Inria, LCPC [1]).

Au total, 4 409 personnes ont répondu au questionnaire [2]. L’ensemble des répondant.e.s est constitué à la fois de chercheur.e.s (doctorant.e.s et docteur.e.s), de personnels techniques (ingénieur.e.s, bibliothécaires, etc.), d’enseignant.e.s vacataires ou contractuel.le.s, ainsi que de personnels administratifs (secrétaires, comptables, etc.). »

http://www.precarite-esr.org/spip.php?article3

> Ouvrage issu du rapport

Recherche précarisée, recherche atomisée. Production et transmission des savoirs à l’heure de la précarisation, Raisons d’agir, 2011, EAN : 9782912107596.

  • Étude en SHS

SOULIE C. , »Précarité dans l’enseignement supérieur : allocataires et moniteurs en sciences humaines = Higher education and job insecurity » 1996, no 115 (111 p.)  [Document : 11 p.] (bibl.: ref. et notes dissem.), pp. 58-64, pp. 108-111 [11 page(s) (article)]

http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=2869008

Sites dédiés

« Mardi 20 octobre 2009, les organisations syndicales de l’enseignement supérieur et de la recherche soussignées, ainsi que les collectifs “Sauvons la recherche” et “Sauvons l’université” ont annoncé le lancement d’une enquête commune sur la précarité dans les universités et les organismes de recherche. Un sité dédié a été créé. »

Source : http://infos.emploipublic.fr/2009/12/10/travailler-dans-les-organismes-de-recherche-publique/

http://www.precarite-esr.org/

« Ce blog s’inscrit dans la continuité de l’enquête par questionnaire lancée par le collectif P.E.C.R.E.S. (Pour l’Etude des Conditions de travail dans la Recherche et l’Enseignement Supérieur) au cours de l’hiver 2009-2010, dont les résultats ont été publiés dans le livre présenté ci-contre, Recherche précarisée, recherche atomisée. Cette enquête avait pour but de rendre visibles les conditions de travail et de vie des personnes travaillant dans l’ESR dans un statut d’emploi précaire voire illégal (CDD, vacation, travail gratuit, troc, etc.). »

http://pecres.hautetfort.com/

  • Collectif PAPERACollectif Pour l’Abolition de la Précarité dans l’Enseignement supérieur, la Recherche et Ailleurs.

« Le site du collectif PAPERA est conçu comme une plateforme participative :

– d’information à travers un suivi de l’actualité en France et ailleurs, des communiqués des acteurs de l’ESR, ainsi que des investigations sur la précarité en France ;

– des fiches pratiques pour les précaires (doctorants, docteurs, vacataires, … ;

– de collecte de témoignages car la précarité est rarement dévoilée au grand jour malgré les grandes difficultés que rencontrent de nombreux précaires de l’ESR ;

– de mobilisation via nos appels à manifester, à agir ou nos dossiers de lutte ;

– d’échanges, grâce à des forums de discussion associés à tous les articles et la possibilité de contribuer vous même dans notre Tribune libre »

www.collectifpapera.org

Notamment

> Les vacataires dans l’enseignement supérieur

http://www.precarite-cnrs.fr/

http://sauvonslarecherche.fr

  • Articles sur le site « Sauvons l’université »

http://www.sauvonsluniversite.com

> Statuts et précarité

> Précaires

Billets de carnets de recherche et blogs

(28 juin 2012). Maryse Bresson : « la précarité n’est pas l’apanage du secteur privé ». Printemps [carnet de recherche]. Consulté le 4 septembre 2012. http://printemps.hypotheses.org/874

Loloum, Tristan et Hammou, Karim (30 novembre 2011). « État des lieux de la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche ». Les aspects concrets de la thèse [carnet de recherche]. Consulté le 4 septembre 2012. http://act.hypotheses.org/1502

(24 mai 2012). « Verbatim de la 9° séance : “La réforme de l’université est-elle la plus grande réussite du quinquennat ?” Débat 3 : La précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche ». Politiques des sciences [carnet de recherche]. Consultés le 4 septembre 2012.

http://pds.hypotheses.org/1916

(10 décembre 2011). « 2° exposé Eric Cheynis “Entrer dans la carrière ?”_241111 ». Politiques des sciences [carnet de recherche]. Consultés le 4 septembre 2012. http://pds.hypotheses.org/1458

(28 novembre 2011). « Naissance d’un blog : La précarité au quotidien dans l’enseignement supérieur et la recherche, (Collectif P.E.C.R.E.S.) ». Politiques des sciences [carnet de recherche]. Consulté le 4 septembre 2012. http://pds.hypotheses.org/1438

(18 mars 2010). « Obscure Précaire_PDS 10_170310 » Politiques des sciences [carnet de recherche]. Consulté le 4 septembre 2012. http://pds.hypotheses.org/650

(4 mars 2011). « 3. Isabelle Clair et Annick Kieffer La précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche PDS7 240211 ». Politiques des sciences [carnet de recherche]. Consulté le 4 septembre 2012. http://pds.hypotheses.org/1189

(18 février 2010). « 8° séance séminaire PDS – La précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche ». Politiques des sciences [carnet de recherche]. Consultés le 4 septembre 2012 :

– Version audio 8° séance séminaire PDS : la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche 170210. http://pds.hypotheses.org/568

– présentation_ Sylvain Piron. http://pds.hypotheses.org/566

– Le panel de l’enquête_Wilfried Rault. http://pds.hypotheses.org/564

– Genèse de l’enquête_Isabelle Clair. http://pds.hypotheses.org/562

– qui sont les précaires ? _ Wilfried Rault. http://pds.hypotheses.org/560

– la précarité dans l’ESRP_Isabelle Clair. http://pds.hypotheses.org/558

– les docteurs sans poste_Wilfried Rault . http://pds.hypotheses.org/556

– les perspectives d’avenir_Isabelle Clair. http://pds.hypotheses.org/554

– débat. http://pds.hypotheses.org/552

Recherches participatives : petit tour d’horizon

Que sont les sciences participatives et les recherches participatives ?

Quelles sont les réalités que ces termes recouvrent et les réflexions qu’elles suscitent ?

Petit tour d’horizon de réflexions plus que jamais d’actualité (au sens journalistique du terme).

Exemple : Courrier International – Tous chercheurs

Si d’autres ressources, non mentionnées dans ce billet, vous paraissent intéressantes à indiquer à ce sujet, les commentaires vous sont largement ouverts !

Quelques définitions

  « Les formes de la recherche participative sont multiples mais elles présentent toutes un point commun : la prise en compte assumée, à des degrés variables, de savoirs non académiques.»,

Extrait de la présentation de la journée d’étude « Recherche participative et gestion des ressources naturelles » (Lyon, 4 mai 2011), organisée par Frédérique Jankowski et Joëlle Le Marec

C’est la nature de la prise en compte de ces savoirs ainsi que des acteurs qui en sont porteurs, le moment de leur mobilisation et le rôle qui leur est attribué qui varie d’un projet à l’autre : « partenariat égal »,  « co-construction », « participation », « coopération asymétrique », etc.

Courrier International, n°113, du 1er au 7 mars 2012

Définition donnée dans l’émission REC (Recherche en cours) du 11 mars 2011, par Jean-Marc Galan – Invités : Alix Cosquer et Romain Julliard

« Faire participer une vaste communauté de bénévoles, en général non scientifiques, à la résolution d’une question de recherche »

Émission REC sur les Sciences participatives du 11 mars 2011

« La recherche participative peut être définie comme une recherche conduite suivant un partenariat égal entre un partenaire académique (laboratoire, chercheur) et un partenaire de la société civile (associations, ONGs, groupes d’habitants, etc.). L’objectif dans ce type de partenariat est de produire des connaissances qui, à la fois, constituent un réel intérêt scientifique pour le chercheur et répondent également aux besoins du partenaire associatif. Par ailleurs, les convergences nécessaires pour mettre en œuvre ces connaissances impliquent des pratiques, un système de valeurs et des finalités qui lui sont propres et qui diffèrent en partie de ce qui est mis en œuvre autant dans la recherche  académique évaluée par les pairs que dans la recherche industrielle évaluée par les retours financiers sur investissement.

La recherche participative est ainsi un des processus de démocratisation des connaissances tant dans la façon dont elles sont produites que dans l’usage qui peut en être fait. »

Extrait de la présentation des formations organisées par la Fondation Sciences Citoyennes en mai 2010. (Présentation pdf)

 

« Les sciences participatives au sens moderne apportent ainsi une nouvelle dimension asymétrique à la coopération scientifique-amateurs. Les programmes sont proposés par les scientifiques, et libre au citoyen d’y participer. C’est même cette asymétrie que revendiquent les auteurs ayant tenté de donner une définition aux sciences participatives:

A citizen scientist is a volunteer2 who collects and/or processes data as part of a scientific enquiry. – J. Silvertown (1) »

Extrait du rapport de Pierre Tichit et Alexandre Genin, étudiants en première année de Master Biosciences (Rapport disponible en ligne)

 

« Dans plusieurs domaines des sciences sociales et humaines (éducation, communication, travail social, économie sociale, médecine communautaire, technologie rurale, et pratiques politiques et syndicales, entre autres), et même dans les sciences dites « dures », la recherche appartient de moins en moins à un monde à part de spécialistes éloignés du terrain. Ce type de recherches – recherche participative, recherche-action, recherche collaborative, recherche-formation – se caractérise par un processus de production des connaissances effectué de concert avec les acteurs de terrain. Elles ont pour corollaire la valorisation du savoir des citoyens, la mise en évidence des potentialités des participants et le renforcement, chez les personnes engagées, d’une prise de conscience de leurs propres capacités à déclencher et à contrôler l’action. »

Présentation de l’ouvrage « La recherche participative – Multiples regards« 

Le Monde, 2 mars 2012

L’implication d’acteurs non académiques dans le processus de recherche

« Au cours de cette journée, différentes pratiques de la recherche participative seront exposées. Ces pratiques impliquent notamment des situations de communications dans lesquels interviennent : (i) les dimensions statutaires et organisationnelles qui structurent les rencontres entre les acteurs, (ii) les dispositifs techniques dans lesquels elles s’inscrivent et (iii) les objets et les types de savoirs mobilisés à cette occasion. Il s’agira donc lors de cette journée d’étude de porter un regard réflexif sur une pratique scientifique singulière dans un contexte de normalisation de la définition de l’environnement. »

Extrait de la présentation de la journée d’étude « Recherche participative et gestion des ressources naturelles » (Lyon, 4 mai 2011), organisée par Frédérique Jankowski et Joëlle Le Marec

 

« Le geste citoyen de participer à la construction de la connaissance scientifique n’est donc certes pas nouveau, mais cette activité est aujourd’hui accessible à tous. Mieux, les scientifiques recherchent ainsi un public très large pour collecter leurs données ou pour participer à l’effort de calcul. Le programme Berkeley Open Infrastructure for Network Computing, dans lequel s’inscrit le fameux projet Seti@Home1, déporte ainsi le calcul scientifique sur les 5 millions d’ordinateurs individuels des participants. Un domaine en pleine expansion est la collection de données sur les écosystèmes (encadré page suivante) : la capacité d’inventaire d’un réseau de volontaires à l’échelle nationale est effectivement une aide précieuse pour appréhender l’évolution des systèmes naturels, à un coût estimé au tiers des services de professionnels. »

Extrait du rapport de Pierre Tichit et Alexandre Genin, étudiants en première année de Master Biosciences (Rapport disponible en ligne)

Exemple de projets de sciences participatives

  • Sciences participatives et biodiversité

« Les programmes de sciences participatives à destination du grand public se multiplient, et ce tout particulièrement dans le domaine de la biodiversité. Des projets nationaux hyper médiatisés s’inscrivant dans la durée, aux inventaires communaux participatifs sur deux jours… des réseaux collaboratifs aux programmes éducatifs ou de gestion qui font produire des données… les formes prises par ces programmes sont multiples. » Sur le site de Telabotanica

Livret de l’Ifrée à télécharger sur « Sciences participatives et biodiversité » (pdf)

  • Boutiques des sciences

« Les Science Shops sont actuellement une centaine, répartis dans 24 pays, dont 17 en Europe. Ces Boutiques de Sciences traitent des milliers de demandes. Leur activité produit des recherches innovantes : non seulement elles donnent lieu à des publications scientifiques mais elles fournissent en outre des résultats directement exploitables, qui répondent à des besoins concrets exprimés par la société.

Toutes les Boutiques de Sciences n’ont pas la même organisation : elles peuvent travailler avec une université, des associations, des centres de recherche. Toutes n’ont pas le même mode de fonctionnement : la plupart sont spécialisées dans un domaine scientifique particulier, biologie, environnement, chimie, etc. »

Extrait du site de la Fondation Sciences Citoyennes

Article sur la Boutique des sciences de Lyon

Vidéo – Les projets de Boutiques de Sciences aujourd’hui à Lyon et Grenoble par Nicolas Lechopier

  • Le programme REPERE (Réseau d’Échange et de Projets sur le Pilotage de la Recherche et l’Expertise)

« La mise au point du programme REPERE – Réseau d’échange et de projets sur le pilotage de la recherche et l’expertise par le Ministère de l’Ecologie est une des suites du Grenelle de l’environnement. Ce programme, lancé en octobre 2009, sur une durée de 3 ans, vise à « accompagner une réforme durable du pilotage de la recherche et de l’expertise en y intégrant la participation des ONG ». […] Le projet « Co-construction des savoirs et des décisions dans la recherche : l’exemple de la sélection participative en agri-environnement » s’intéresse aux démarches françaises de sélection végétale effectuées sur des variétés paysannes de blé tendre et blé dur, fourragères, choux, potagères, tournesols et maïs. Dans ces expériences, des paysans, des chercheurs de l’INRA, des techniciens, ainsi que des consommateurs, des transformateurs, des distributeurs ou des ONG, s’associent pour développer de nouvelles variétés de semences. »

Extrait du site de la Fondation Sciences Citoyennes

  • Autres acteurs de recherches participatives

« […] Nous allons dans cette session aborder plusieurs types de processus qui ont rencontré un certain succès et figurent ainsi comme des emblèmes de ce que peut-être la recherche participative. Des Alliance de recherche universités-communautés (ARUC) canadiennes aux Partenariats Institutions Citoyens pour la Recherche et l’Innovation (PICRI) franciliens, en passant par les Boutiques de Sciences, nous présenteront les quelques dispositifs qui ont réussi à faire émerger un « Tiers-Secteur Scientifique », à le développer et à acquérir une certaine maturité et qui mériteraient de trouver une plus grande reconnaissance en tant que mode de production de connaissances. »

Extrait de la présentation des formations organisées par la Fondation Sciences Citoyennes en mai 2010. (Présentation pdf)

Courrier International, n°113, du 1er au 7 mars 2012

L’idée de sciences citoyennes et l’impératif participatif

Le développement des recherches participatives s’associe d’une réflexion sur les implications de tels dispositifs, et parfois de leur critique (au sens positif du terme).

 

 « L’idée d’une co-construction de la recherche avec les acteurs s’accompagne de nombreux discours de promotion de modèles de participation. La participation, à peine posée comme forme d’ouverture de la recherche, devient alors une norme à la fois technique et politique de modernisation d’une recherche intégrée à des enjeux économiques et sociaux.

[…] Au cours de cette journée, différentes pratiques de la recherche participative seront exposées. Ces pratiques impliquent notamment des situations de communications dans lesquels interviennent : (i) les dimensions statutaires et organisationnelles qui structurent les rencontres entre les acteurs, (ii) les dispositifs techniques dans lesquels elles s’inscrivent et (iii) les objets et les types de savoirs mobilisés à cette occasion. Il s’agira donc lors de cette journée d’étude de porter un regard réflexif sur une pratique scientifique singulière.»

Extrait de la présentation de la journée d’étude « Recherche participative et gestion des ressources naturelles » (Lyon, 4 mai 2011), organisée par Frédérique Jankowski et Joëlle Le Marec

 

« Pour cette troisième « carte blanche », je voulais, pour une fois, non pas parler de recherches et de travaux passés, mais plutôt à venir (ou pas) : j’y constatais en effet le développement actuel d’expériences de participation du public à la production des connaissance dans les sciences expérimentales, comme par exemple l’astronomie ou la biologie, et m’interrogeais sur le « retard » des sciences sociales dans ce domaine. » Extrait du billet écrit par Pierre Mercklé, février 2012.

Pierre Mercklé propose une riche bibliographie dans ce billet.

Le Monde, 2 mars 2012

Appel à communication et journées d’étude – Mars / Avril 2012

Dossier thématique du volume 25, numéro 2 de la revue Nouvelles pratiques sociales

Cet appel de contributions propose de se pencher sur la recherche participative dont les finalités visent à soutenir le développement démocratique des pratiques sociales. Ce type de recherches nous semble balisé par un certain nombre de finalités :

  1. Être centrées sur les besoins et les intérêts des personnes et des communautés qui ne disposent pas des ressources pour entamer par eux-mêmes un processus de recherche;
  2. Favoriser la rencontre et le croisement des savoirs en donnant une place et un pouvoir aux participants aux différentes étapes du processus de recherche;
  3. Faciliter l’émergence de savoirs peu connus, plus expérientiels et d’action, et soutenir la production de ces nouveaux savoirs;
  4. Permettre aux groupes et aux communautés de s’approprier, partager, discuter et disséminer les résultats, notamment afin d’être en mesure de modifier eux-mêmes leurs pratiques.

Afin d’atteindre ces finalités, il va de soi que les rapports entre les chercheurs et les participants seront modifiés. Dans certains cas, les participants vont accompagner la démarche, tandis que dans d’autres études, les participants deviennent eux-mêmes des co-chercheurs.

[…] Un certain nombre de questionnements émergent et pourraient être couverts dans ce numéro :

  • Quels sont les traditions et les courants de recherche qui aspirent à favoriser une réelle participation des personnes concernées?
  • À quelles conditions une plus grande participation à la recherche peut-elle générer une plus grande démocratisation des pratiques?
  • Dans de telles études, comment soutenir une réelle appropriation par les participants des objectifs, des méthodologies et du processus même de recherche ?
  • De quelles manières de telles recherches peuvent-elles interpeler la communauté scientifique, les décideurs et les intervenants ?

De quelle façon la recherche participative peut-elle s’inscrire dans les finalités actuelles de l’intervention sociale ?

« La question de la démocratie participative est au cœur des mutations qu’a connues l’action publique depuis quelques décennies dans les démocraties occidentales. Dans un contexte de crise du gouvernement représentatif, la participation citoyenne aux négociations et aux débats publics, ainsi qu’aux processus d’expertise et de décision, fait désormais figure de norme ou d’impératif. S’est ainsi intensifié le recours à des technologies ou à des dispositifs ayant pour objectif d’impliquer davantage les citoyens dans la conduite des affaires qui les concernent, ceci dans un nombre croissant de domaines. Cette amorce d’institutionnalisation de la démocratie participative n’est cependant pas sans poser problèmes. A en particulier été questionnée son association avec une véritable dynamique de démocratisation. De fait, les ambivalences des formes participatives sont nombreuses. »

Cette journée est organisée  par le GIS « Participation du public, décision, démocratie participative»

Programme de la journée d’étude en ligne Version pdf

La question de l’amateur

Les recherches ou sciences participatives, ou encore dites citoyennes posent la question de l’articulation entre différents registres de savoirs, désignés de multiples façons : académiques, professionnels, empiriques, « profanes » ou encore « amateurs ».

Le Monde, 2 mars 2012

La revue Alliage consacre à la question de l' »amatorat » son dernier numéro.

Couverture et sommaire (pdf)