Qui suis-je ?

Mélodie Faury

chercheuse en études de sciences #STS

savoirs situés – réflexivités – écritures – voix – activer les possibles

Situation actuelle

Professeure agrégée (PRAG) de l’Université de Strasbourg

Chargée de mission sciences-société / sciences ouvertes de l’Université de Strasbourg

Chercheuse associée aux Archives Poincaré- Philosophie et Recherches sur les Sciences et les Technologies (AHP-PReST)  (UMR 7117)

Docteure en sciences de l’information et de la communication – Etudes de sciences

Agrégée en sciences de la vie, de la terre et de l’univers

Enseignements actuels

  • sciences et société ; études de sciences ; STS
  • sciences ouvertes
  • sciences de la vie, de la terre et de l’univers

Parcours et perspectives

Docteure en sciences de l’information et de la communication (ENS de Lyon, soutenance en 2012), je suis actuellement PRAG à l’Université de Strasbourg, où j’enseigne l’épistémologie, les sciences ouvertes, les études de sciences, les sciences de la vie et de la terre (de la première année de licence au doctorat) depuis 2018.

De 2012 à 2018, j’ai dirigé la Maison pour la science en Alsace, structure interdisciplinaire et interprofessionnelle, réunissant chercheur.es (chimistes, biologistes, physicien.nes, géologues, ingénieur.es, mathématicien.nes) et enseignant.es (1er et 2nd degrés) pour penser et transformer l’enseignement des sciences de la maternelle au collège. A l’intersection entre l’Académie des sciences, l’université de Strasbourg et le Rectorat de l’Académie de Strasbourg, la Maison pour la science au service des professeurs vise à élaborer et mettre en œuvre des formations à destinations des enseignats, les rapprochant du monde de la recherche – des connaissances actuelles, des méthodes, des acteurs, et des modes de questionnement – pour ré-envisager et coconstruire de nouvelles manières d’enseigner les sciences à l’école. Ce poste vient prolonger – par la pratique, et avec la préoccupation constante d’une pratique réflexive – mon questionnement transversale de recherche initié lors de ma thèse, quant au rapport à la science et à la pratique scientifique dans diverses disciplines et diverses fonctions professionnelles. Il venait mettre à l’épreuve du réel une problématique que j’entretiens encore aujourd’hui : comment créer des espaces de réflexivités, des espaces critiques et de conversation qui soit des espaces au service de la science en tant que bien commun.

Depuis 2018, je suis chargée de mission auprès de la Vice-Présidence « Culture, Sciences en société », plus particulièrement sur la question de la mise en place et de l’accompagnement de la science ouverte et des sciences et recherches participatives.

De 2017 à aujourd’hui, mes axes et thématiques de recherche principaux sont les suivants :

  • Pratiques de communication dans les pratiques de recherche ;
  • Discours sur la science (situations de communication ; médiation et vulgarisation scientifiques) ;
  • Réflexivités ; Posture de chercheuse ; Oralité ; Expérimentations épistémologiques ;
  • Subjectivités, narrations et voix en science ;
  • Normes et valeurs dans les discours ; Identité ; Rapport au savoir ; Rapport identitaire et culturel aux sciences ;
  • Interdisciplinarité ; Sciences participatives ; injustices épistémiques ;
  • Responsabilité ;
  • Témoignage ; Prise de parole ; Situations d’entretien.

Je suis aujourd’hui membre associée du laboratoire des Archives Poincaré (UMR 7117) – rattachée plus spécifiquement aux recherches de l’Axe 2 « Sciences et réflexivité : approches historiques, institutionnelles et philosophiques des pratiques scientifiques ».

Je cherche actuellement les conditions matérielles nécessaires pour développer un programme de recherche à long terme, s’appuyant sur mes travaux antérieurs et déployant de nouvelles dimensions pour une philosophie des sciences, du bien commun et de la joie politique, à partir de différents terrains de recherche et selon une approche interdisciplinaire liée à ma position à l’interface et les mondes, entretenue et outillée tout au long de mon parcours universitaire. L’épistémologie et les méthodes éprouvées me permettent d’imaginer des situations « diplomatiques » en faveur d’une science considérée comme bien commun.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search