Raconter le manuscrit de thèse

Raconter le manuscrit de thèse

Texte rédigé à partir de l’intervention du 7 juin dans le cadre du séminaire des Archives Poincaré (vidéo en ligne) – et en vue d’une ré-écriture pour “l’autre livre de la thèse“.

Texte suivi de “Activer d’autres récits possibles de la thèse, penser l’expérience de l’enquête – vers une ontologie relationnelle #2

… à partir du rassemblement des fragments épars, dessiner pas à pas une trame, un agencement, passer à l’assemblage et faire émerger le récit, le sens qu’il porte. Lui donner et lui laisser prendre forme...

*

Je vais commencer par vous raconter le manuscrit.

Le manuscrit de thèse est une publication particulièrement normée, un objectif de publication et de soutenance à visée rituelle, un passage, l’entrée dans le métier, être reconnu.e par les pairs, s’affilier – via l’autorisation, la validation d’un jury-, à un groupe de recherche, une discipline (une “section”), un champ, etc. La soutenance de la thèse, la présentation du manuscrit est suivie parfois de la “qualification” associée à d’autres formes de publications : les articles à comité de lecture, dans les revues « qualifiantes ». Le manuscrit, c’est aussi une écriture, une manière de raconter – et c’est ainsi que je le considère aujourd’hui : une manière de raconter un vécu de terrain. Et ce faisant, en racontant, le manuscrit active un réel dans une multitude, témoigne de l’alliance avec des importances nouées au contact du terrain, conte la fabrication de savoirs situés.

Je commence donc par vous raconter le manuscrit, pour ensuite m’intéresser à ce qui se trouve entre les lignes du manuscrit, et qui demandera d’imaginer d’autres formes de récits (> Activer d’autres récits possibles de la thèse, penser l’expérience de l’enquête – vers une ontologie relationnelle #2).

*

Je vous présente un travail que je reprends avec un regard différent, dix ans plus tard : mon travail de thèse, de recherche doctorale. L’idée qui me guide est la suivante : « comment revient-on à un terrain de recherche ? » à partir de transformations épistémologiques qui ont eu lieu, entre le moment où j’étais en terrain de thèse et aujourd’hui.

Donc, je vais vous raconter, partager les questions qui me travaillent actuellement et engager une conversation, car, vous le verrez, je ne conçois la science que par les conversations. Aujourd’hui, je considère également le terrain de recherche que j’ai vécu avec les doctorant.es en biologie moléculaire, comme une grande conversation, ce qui va changer la manière dont je construis du savoir au sujet de mon expérience de recherche.

Je vais commencer par me présenter : je suis moi-même biologiste moléculaire et cellulaire de formation, et après avoir suivi un Master dans ce domaine-là et obtenu un diplôme d’enseignement par la suite, j’ai bifurqué. C’est-à-dire qu’au lieu de m’engager dans une thèse en biologie moléculaire et cellulaire comme je l’aurais dû à l’époque, j’ai interrompu mon parcours pour répondre à une question qui me mettait en-quête : « qu’est-ce que signifie être scientifique ? ». C’est une question qui me traversait régulièrement dans les cours de biologie, en particulier pendant les cours d’éthique, où nous nous posions la question du rôle du scientifique dans la société. Petit à petit, j’ai essayé de comprendre à quels types de rôles, de postures, d’identité(s) nous étions formé.es dans notre cursus de biologistes moléculaires et cellulaires. Ce questionnement a été mis à l’épreuve notamment dans le cadre d’un cours Sciences et société coordonné avec Ioan Negrutiu : nous engagions de futur.es biologistes à se poser des questions sur leurs futurs métiers. L’idée sous-jacente était d’engager les biologistes dans une démarche réflexive avant la fin de leur Master.

J’ai entretemps soutenu ma thèse (2012), dirigé la Maison pour la science en Alsace au service des professeurs (2012-2018), et je suis actuellement chargée de mission auprès de la vice-présidence « Culture, Sciences en Société et actions solidaires », en charge du développement des sciences participatives – ce qui d’une certaine manière rejoint les questions que j’avais toujours en tête dans le cadre du dialogue entre enseignant.es et chercheur.es dans le contexte de la Maison pour la science : « comment met-on en dialogue différents types de savoirs ? Et pour quels mondes communs ? ».

Pendant ma thèse, j’ai travaillé sur la parole des doctorant.es en biologie expérimentale, ce qui inclut une diversité de pratiques dont les singularités (sujets abordés, techniques utilisées,…) n’apparaissent pas dans le terme les désignant. J’ai travaillé sur différents moments de cette découverte du métier, et en particulier celui de la thèse, où il s’agissait justement de se construire une identité de chercheur.e par l’expérience quotidienne de la pratique. Les doctorant.es que j’ai rencontré.es avaient fait quelques stages en laboratoire, avaient commencé à se faire une idée de ce qu’est la pratique de recherche en sciences expérimentales. Au moment de la thèse, iels vivent le quotidien, pendant trois, quatre ans, et sont plongé.es dans l’infraordinaire, le quotidien de la pratique de recherche. Iels ont une expérience vécue, et non plus seulement une expérience projetée, de ce qu’était la recherche en tant que pratique, loin de la science comme un ensemble de connaissances ou de faits appris dans le cursus scolaire, on est là bien sûr dans la construction des savoirs, très matériellement, dans ce que cela signifie au quotidien, jour après jour. Et dans ce quotidien raconté, ce qui va apparaître assez vite, c’est l’expérience de conflit de normes et de valeurs. Comment ai-je accès à cela ? Par leurs discours justement. Iels vont me dire, mais iels vont aussi se positionner par rapport à ce qu’iels disent au sujet de leur expérience vécue, de ce qui va faire friction, ce qui va poser problème, ce qui va contrarier peut-être une certaine représentation qu’iels avaient de la recherche et qui n’est pas conforme à ce qu’iels vivent en réalité.

Dans les discours, émergent aussi des attachements, nous y reviendrons, et parfois l’imaginaire de ce qu’est la recherche, de ce que signifient l’objectivité, la vérité – des questionnements épistémologiques apparaissent tout au long des entretiens. Et puis il y a ce que j’ai appelé le rapport identitaire et culturel aux sciences, c’est-à-dire aussi une certaine manière de se relier ; à un collectif – s’affilier, s’inscrire dans un métier ; aux différents métiers de la recherche, aux différents aspects de la pratique de recherche, mais aussi à son sujet de recherche. Dans la manière de raconter la relation que l’on entretient avec son objet ou son sujet de recherche, les termes ne sont pas neutres.

Tout cela faisait partie finalement de ce que les doctorantes et les doctorants m’ont raconté.

Revenir sur un terrain de recherche doctoral dix ans après, c’est un geste un peu étrange. Il y a plusieurs raisons à son déploiement.

Une des premières raisons, c’est que j’ai soutenu ma thèse et déposé mon manuscrit avec une sensation de frustration assez intense à l’époque, en termes épistémologiques. Je n’étais pas satisfaite de l’approche, de la posture que j’avais réussi à construire en fin de compte, et qui avait été un des gros enjeux de ma pratique doctorale : comprendre ce que j’étais en train de faire. Qu’est-ce que signifie être chercheuse sur les chercheur.ses, ou plutôt avec les chercheur.ses ? Qui plus est, chercheuse, en sciences humaines, en STS /études de sciences et plus précisément en sciences de la l’information et de la communication, et qui rencontrait finalement des personnes qui étaient dans la même condition que moi, dans la vie professionnelle, puisque nous étions toutes et tous doctorant.es : nous étions dans une forme de proximité relativement importante de ce point de vue.

Cette frustration, j’essaye aujourd’hui de voir pourquoi elle a existé, pourquoi elle existe encore, pourquoi elle résiste 10 ans plus tard, et de trouver une manière de reprendre le fil, de reprendre les tissus de ce terrain pour les recoudre autrement. Ma question principale n’a finalement pas vraiment changée : « que signifie être scientifique ? ». Elle reste sans doute une entrée très large mais qui se situe petit à petit dans un terrain particulier, une méthode, un cadre théorique particulier. Qui vient, comme je l’ai dit, d’un parcours personnel, d’un début de parcours dans la biologie moléculaire et cellulaire, jusqu’en Master, avec un certain nombre d’expérience en laboratoire dans cette période-là et avec une proximité que j’ai entretenue avec mes anciens “collègues de promotion”, qui étaient mes interlocuteurs privilégiés, pour me raconter, au quotidien, ce qu’elleux vivaient et que j’avais choisi de ne pas vivre – ce qui me permettait entre temps de comprendre pourquoi il y avait une dissonance à un endroit dans mon parcours. Les situations mises en place dans l’enquête étaient finalement propices à une réflexivité collective, de l’ordre de la réflexivité par l’autre : je représentais un « facteur » de réflexivité pour elles et eux, puisqu’iels n’avaient pas l’habitude de parler simplement de leur vécu du laboratoire et que les entretiens ouvraient un espace de réflexivité par l’oralité sur ce vécu.

L’intérêt pour moi dans ce travail était de répondre à ces questions : comment vient-on aux sciences ? Pourquoi y reste-t-on ? Pourquoi les quitte-t-on éventuellement ? Qu’est-ce que l’on construit comme discours à propos du vécu ? Vous voyez peut-être déjà que cela a un lien direct avec la médiation et la vulgarisation scientifique, avec les discours que l’on construit sur la science : est-ce qu’ils sont ancrés ou non dans le vécu, ou uniquement dans les faits scientifiques (comme produits) stabilisés – c’est une manière de le dire caricaturale.

Ces questions-là, je les ai adressées à différents moments du parcours de recherche, qui correspondent à différents terrains :

  • les biologistes moléculaires et cellulaires constituent une partie de mon terrain,
  • j’ai aussi travaillé auprès des masterants,
  • ainsi qu’auprès des anciennes chercheuses et anciens chercheurs du GERSULP à l’université de Strasbourg, sur la période de la direction de Baudouin Jurdant, entre 1976 et 1996, pour essayer de comprendre pourquoi à un moment donné des chercheur.ses en sciences exactes et expérimentales avaient besoin de sortir de leur pratique habituelle pour la questionner.
  • et enfin j’ai travaillé avec des chercheurs en biologie statutaires, dans un projet AFSSET avec Igor Babou et Joëlle Le Marec, pour essayer de comprendre comment le rapport à la pratique évolue et se construit au fur et à mesure de la carrière.

Le travail que j’ai mené s’inscrit dans les approches communicationnelles, lié aussi à toutes les recherches sur la médiation, la vulgarisation scientifique.

Et comme vous le voyez, nous ne pensons jamais hors sol, toujours avec des espaces et des collectifs de recherche. Dans mon cas, j’appartenais au laboratoire Communication, Culture et Société (C2So) du centre Norbert Elias, je travaillais dans un laboratoire junior « Enquête sur l’homme vivant » avec notamment Julie Henry, Barthélémy Durrive et Baptiste Morizot. La construction de mon approche de la recherche et notamment de l’enquête se sont précisées bien sûr via des lectures et des rencontres scientifiques, mais aussi dans les espaces numériques, qui sont pour moi des lieux de recherche, notamment avec les carnets de recherche, comme les Espaces réflexifs. Et l’enseignement est toujours un espace de réflexion et d’élaboration des recherches, puisque les discussions avec les étudiantes et les étudiants sont riches et permettent de revenir à ce que l’on aborde d’une autre manière, en croisant de nombreuses perspectives et des questions qui nous interpellent.

Je vais vous raconter un peu plus précisément ce que cela signifiait de rencontrer les doctorants en biologie expérimentale sur le terrain, dans le cadre de ma thèse. J’ai utilisé un certain nombre de méthodes : les relevés de communication, les choix forcés, , j’ai aussi utilisé les récits de vie, à plusieurs reprises, et puis des questionnaires ouverts.

Sur les pratiques de communication, j’ai utilisé la méthode des agendas qui a été imaginée par Joëlle Le Marec et Igor Babou, dans le cadre du projet AFSSET auquel j’ai participé, qui permet d’accéder au quotidien de la pratique de recherche, et d’avoir accès très simplement à un relevé de toutes les pratiques de communication dans lesquelles les chercheuses et les chercheurs sont pris. Concrètement, nous avons ainsi accès à quelque chose qui habituellement n’est pas noté, qui n’est pas non plus raconté quand on raconte publiquement ce que c’est qu’est “la vie de chercheuse”. L’infraordinaire auquel nous avons accès peut être observé en anthropologie et en ethnologie de laboratoire. Dans cette méthode, le vécu quotidien va être thématisé, puisque les chercheuses et les chercheurs vont commenter leurs pratiques de communication. Nous travaillons donc non seulement avec une liste de pratiques de communication identifiées comme telles, dans un agenda, et en même temps, nous essayons d’entendre, dans la manière dont ces pratiques sont rapportées, comment cela se tisse avec le sens du métier.

C’est ainsi que nous avons accès par exemple à des hiérarchisations, ou en tout cas à l’explicitation de liens entre telle pratique de communication et telle autre. Je pense notamment aux pratiques de communication que l’on connaît bien, comme les publications formelles, qui sont souvent un opérateur assez important d’agencement du temps et des priorités dans le quotidien des chercheurs. Et sont présentes également dans les relevés d’agenda : les collaborations, les présentations de posters, les réunions d’équipe, les discussions au café, les coups de téléphone, les mails, etc.

Les choix forcés permettent de demander aux personnes que l’on rencontre de se positionner, pour exprimer un rapport au métier et à la science qu’elles ne formuleraient pas spontanément. Il est difficile d’adresser directement un questionnement en entretien sur « qu’est-ce que vous pensez de la manière dont on construit la vérité en recherche ? » par exemple. Les choix forcés consistent en deux propositions, non dichotomiques, qui ne sont donc pas opposées l’une à l’autre, mais qui vont poser problème. Aucune des deux ne va être satisfaisante, par exemple : « la thèse est une situation idéale pour faire de la science », versus « la thèse ne constitue pas un travail de recherche en soi, il faut un poste permanent pour connaître « vraiment » ce à quoi correspond « faire de la recherche ». En général, les doctorantes et les doctorants que j’ai rencontré.es n’étaient d’accord ni complètement avec l’une, ni complètement avec l’autre, et cette tension suscite un discours d’explicitation. Pour expliquer pourquoi iels vont finalement choisir plutôt l’une que l’autre, iels vont reformuler pour essayer d’obtenir une proposition qui correspond le plus possible à ce qu’iels vivent, ce qu’iels ressentent et pensent. De cette élaboration émergent des informations sur la représentation qu’iels se font du métier, de leur condition, de leur position au sein du laboratoire.

C’est une méthode que j’ai trouvé dans les pratiques de recherches du Gersulp, qui date de 1977 et que j’ai réadaptée à mon terrain.

Analyser le quotidien au fil des pratiques de communication, je le disais, est une méthode qui est issue de travaux de recherche menés depuis plusieurs années en STS (Le Marec, Babou, Molinatti, Hert, Faury) : il s’agit d’acter dans nos méthodes de recherche, que nous pouvons toucher des choses par ce biais-là. Cela s’appuie sur les travaux de chercheuses et de chercheurs qui ont montré à quel point les pratiques de communication dans les pratiques de recherche sont structurantes pour les acteurs de la recherche, et qu’elles sont même omniprésentes (Labasse, Jensen, Le Marec et Babou). Et le rapport exprimé à ces différentes pratiques de communication, au quotidien de l’activité de recherche, est relié à un rapport au métier, et va dire beaucoup de ce qu’iels pensent faire, de ce qu’iels imaginent être en train de faire dans leur métier. Je dis « imagine » parce que parfois, cela entre en conflit avec ce que d’autres dans le laboratoire leur font faire effectivement par exemple, des lignes de frottement apparaissent parfois.

Les objectifs de la thèse, il y en avait plusieurs et ils sont inter-reliés, entremêlés.

  • La construction d’un objet de recherche, choisir un sujet, une question. De quoi je parle ? Qu’est-ce qui m’intéresse ? Sur quoi voudrais-je construire de la connaissance nouvelle ? Un contact s’opère ensuite très concrètement avec ce sujet de recherche, qui met à l’épreuve l’épistémologie prélabale et la manière dont on rentre en relation avec son sujet. Dans mon cas, il s’agit du rapport exprimé à l’expérience vécue de la pratique de recherche. Je précise « à distance » car cela passe par le discours. Le rapport que j’étudie ne s’exprime pas par les gestes, par le non verbal, etc. C’est un rapport qui passe par l’oralité, et qui est donc déjà à distance – via l’oralisation – au moment de la construction d’un discours. Ce n’est pas un discours sans terre (si je m’inspire de de David Abram), c’est un discours qui est bien ancré dans une situation de communication qui est celle de l’entretien de recherche, qui m’est adressé, donc qui est aussi situé dans une relation avec une enquêtrice, que je suis, et qui va parfois mobiliser d’autres discours pré-existants (que l’on peut qualifier de “convenus”) qui vont être réimportés dans la situation : des phrases qui ont déjà été dites ailleurs par la personne, plus ou moins de la même manière, et qui sont restituées dans la situation d’entretien tel quel. On l’entend très bien quand on a l’habitude, quand il s’agit de ce type de discours-là. La voix des enquêté.es change.
  • La construction d’une démarche de recherche. Venant d’une autre discipline, l’arrivée en thèse constituait pour moi un changement de scientificité, de démarche, l’émergence d’une multitudes de questionnements méthodologiques. Rien de ce que je rencontrais n’était évident : « pourquoi fait-on ainsi et pas d’une autre manière ?». C’est à la fois vertigineux et en même temps passionnant. Sans arrêt je me demandais : “quel est finalement le propos que je vais construire à partir du discours des doctorant.es ?”, “à quoi puis-je prétendre et ne pas prétendre en reprenant leurs voix ?”, “est-ce qu’en reprenant leurs voix je ne suis pas en train de faire quelque chose de problématique ? Comment faire si je ne prends pas la parole en mon nom, ou si je m’efface dans le discours que je construis en vue de “faire science” ?”.

Des questions épistémologiques se posent à tous les niveaux.

Et puis cela pose des questions en termes de réflexivité ; qu’est-ce que c’est que cette démarche de recherche ? Quel est le statut de ce qui est produit ? Quel type de relation on entretient ? Quelles sont les modalités de construction du discours que l’on suscite dans le dispositif de l’entretien ? etc.

Les principaux résultats de mon travail ont été la notion d’espace mental de la recherche, et celle de rapport identitaire et culturel aux sciences. Je les travaille à nouveau aujourd’hui, puisqu’en changeant d’épistémologie, je change aussi la manière d’aborder les concepts et les termes que j’utilise.

J’ai exploré attentivement la notion de normes et de valeurs dans les discours ; comment les identifier, comment les repérer et quoi en faire pour dire quelque chose du rapport à la pratique de recherche.

J’ai été sensible aussi, au cours des entretiens menés, à une forme de réflexivité à l’œuvre chez les doctorantes et les doctorants : par l’oralisation, par la mise en mot, se construisent des formulations tout à fait intéressantes sur les raisons pour lesquelles iels font ce métier, la manière dont iels le conçoivent, etc. Cette réflexivité demande un espace de communication pour exister : c’est ce que Baudouin Jurdant a aussi beaucoup travaillé dans le cadre de situations de vulgarisations scientifique, et bien d’autres personnes après lui (Maillot, 2018 ; Le Marec et Faury, 2020).

Pour résumer, j’ai étudié la construction d’un rapport identitaire et culturel par la pratique de recherche, par la mobilisation de normes et de valeurs dans les discours, et l’actualisation de ce rapport, en relation, dans une situation de communication, qui est celle de l’enquête, via cette fameuse réflexivité par l’oralité – que je trouve tout à fait passionnante et que l’on retrouve en médiation scientifique à peu près tout le temps, sauf quand il s’agit de médiation écrite. Dans l’écriture de vulgarisation scientifique c’est différent.

Concernant les pratiques de communication des doctorant.es, j’en arrive à des éléments plus concrets.

Un certain nombre de pratiques de communication différentes figurent dans les agendas des doctorantes et des doctorants, et l’on peut observer des des récurrences, des points communs entre elleux. C’est l’agencement de ces différentes pratiques de communication qui diffèrent, d’une situation, d’un laboratoire à l’autre, selon les conditions de travail et la posture assignée ou adoptée par les doctorantes et doctorants. Je n’en parlerai pas beaucoup ici, mais un point clé est la relation au directeur ou à la directrice de thèse, qui est très structurante

Des conflits de normes et de valeurs émergent dans un espace au sein duquel il y a d’une part une projection à partir des attentes du directeur ou la directrice quant au rôle attribué à l’étudiant.e en thèse, et d’autre part une manière de se projeter ou non dans le métier de la part du ou de la futur.e chercheur.e (cette projection est aujourd’hui – bien plus qu’il y a dix ans – compliquée par la précarité qui accompagne les parcours de jeunes chercheur.es)). C’est dans la différence entre espace assigné et espace projeté, qu’il va y avoir parfois des formulations de discours tout à fait intéressant, où il s’agit de formuler ce qui bloque et frotte, voire même des raisons de quitter le métier. Un certain nombreux d’entre elleux ont arrêté la recherche 10 ans plus tard. Pas uniquement à cause de ces frictions : nous connaissons la situation et les difficultés pour trouver des postes. Certain.es l’ont fait aussi par choix pour l’enseignement. Ceci étant, la relation entre doctorant.e et directeur.ice de thèse est l’occasion d’exprimer des attachements, le sens conféré au métier, et donne l’occasion d’entendre la diversité à ce sujet, y compris au sein d’un même laboratoire. Dès lors, il est intéressant de voir comment les individus arrivent ou non, à partir de ces singularités, à construire un espace commun, à faire équipe, à faire collectif.

J’ai rassemblées dans ce tableau les pratiques de communication associées par les doctorant.es à leur activité quotidienne et nous pouvons notamment observer leur liens avec les expériences à la paillasse, c’est-à-dire les manipulations en biologie moléculaire et cellulaire (les « manips »).

Nous y retrouvons bien sûr la publication, les collaborations, la lecture de la bibliographie, les congrès les colloques, les réunions d’équipe, etc. Les doctorant.es témoignent aussi de pratiques plus infraordinaires comme les envois de mails et les coups de téléphone, les discussions entre deux portes avec les collègues du laboratoire, qui apparaissent dans les entretiens. Dans ce tableau, nous observons en quoi ces pratiques de communication sont canalisées vers l’objectif de publication (publish or perish) : nous observons ainsi la structuration au niveau”micro” par des politiques de recherche (au niveau “macro”). C’est intéressant : bien que nous soyons au niveau du quotidien de la pratique, nous avons accès, par la démultiplication des témoignages, à des agencements qui sont des agencements collectifs et systémiques.

L’espace mental, c’est un espace que j’ai défini comme à la fois matériel et symbolique. C’est un espace où les doctorant.es investissent ce qu’est ou doit être la recherche au contact d’un statut accordé au doctorant, voire d’un statut assigné dans le laboratoire. Il s’agit donc d’un espace en tension entre espace attribué et espace à conquérir, entre assignation et auto-assignation, en tension entre idéalisme et réalisme. Dans cette articulation entre un espace de description et un espace de justification, nous retrouvons finalement les niveaux de sens, le phénomène de signification tel qu’il a été décrit par Peirce notamment : potentialités, relations et normes.

Par ailleurs, dans cette situation qui précède l’engagement dans un parcours professionnel de la recherche, j’ai travaillé auprès des masterants, dans des promotions d’une soixantaine d’étudiant.es chaque année. Je leur ai demandé de dessiner leurs espaces mentaux. Nous sommes dans la situation où iels n’ont oas encore de vécu quotidien de la pratique de recherche, nous sommes au niveau de ce qu’iels imaginent de ce que sera leur future pratique, de ce qu’iels en rêvent, perçoivent, fantasment.

Je leur demandais de me donner une représentation graphique, sans enjeu esthétique : l’enjeu était de voir comment iels mettent en représentation, comment iels agencent. J’ai un corpus assez important de dessins de ce type. Ce qui est intéressant, c’est de voir les liens, ces flèches dans tous les sens, ces entremêlements qui sont faits entre à la fois des fonctions, réflexions, transmission des savoirs, communications, etc. Des activités, parfois des lieux apparaissent comme la salle café par exemple. Ces liens « entre » montrent ce qui est perçu comme marginal ou central. Ils dessinent ce que Dahan et Mangematin appellent le cœur de métier. Entre les lignes, tant sur les dessins que dans les témoignages des doctorantes et des doctorants, s’ébauche ce qu’iels considèrent être un “bon” ou une “bonne chercheuse”. Cette représentation se lie très concrètement à cette hiérarchisation entre central/marginal, temps perdu ou temps bien investi, pratique légitime ou non légitime. La manière dont le temps est investi par les acteurs dans ces différents domaines de l’activité va sous-tendre des jugements de valeur, quant à la qualité du chercheur. Cela ne s’y réduit pas, car d’autres qualités sont évoquées, de l’ordre des qualités morales et éthiques, et liées à la rigueur épistémologique de la pratique et de la pensée.

Donc dans une deuxième partie de mon travail, je suis allée voir plus concrètement où émergeaient ces normes et ces valeurs. Par exemple, certains comportements, actions ou encore savoirs êtres étaient systématiquement prônés. Nous rejoignons là une sorte de réactualisation par les discours des doctorantes et des doctorants de l’idéal du bon chercheur, qui fait penser au travail effectué par le sociologue des sciences Merton, au début du XXème, qui a beaucoup été commenté, critiqué. J’étais au contact d’une sorte de discours culturel dessinant ce que devrait être “un bon chercheur”, à partir de l’invocation de bonnes ou de mauvaises pratique quotidienne et en regard d’un idéal de désintéressement, de rigueur, d’organisation, d’anticipation, etc.

Les entretiens me mettent en contact non seulement avec l’expression de normes et de valeurs, mais aussi avec des rapports aux normes et aux valeurs, à une relation des doctorant.es avec celles-ci, qui sont exprimées à l’occasion de l’évocation de leur quotidien. J’ai ainsi commencé par repérer dans leurs témoignages tous les « il faut », « on doit », toutes les évidences, qui n’en sont bien sûr jamais, qui sont des constructions. J’étais d’une certaine manière à l’écoute de ce qui était possible ou non pour les doctorant.es dans leurs laboratoires, de leur puissance d’agir, de leur agency. J’entends puissance d’agir comme “joie” au sens de Spinoza. La relation entre les normes et les valeurs vécues dans le laboratoire par les doctorant.es avec celless qu’iels portent dans leurs représentations de ce que devrait être la recherche va tisser leur bien être ou leur mal être, leur joie, leur puissance d’agir ou au contraire leur impuissance et leur départ.

Ainsi, j’ai rencontré des doctorant.es qui exprimaient un bien-être parce qu’iels étaient complètement adapté.es, en phase avec l’agencement du laboratoire et avec la manière dont iels étaient considérés, traités,. A l’inverse j’ai entendu des souffrances au travail importantes, quand les conflits de normes et de valeurs étaient présents. S’y ajoutaient d’autres sources de souffrances comme le rythme et l’accélération, les effets du dispositif du laboratoire, etc.

Les entretiens constituaient une occasion de les formuler, de les partager. Et iels s’autorisaient parce que nous nous connaissions au préalable, nous étions dans un espace privilégié de conversation – au-delà même du moment de l’entretien – et de confiance. Je les écoutais principalement, mais iels s’adressaient à moi dans le prolongement de discussions que nous aurions aurait pu commencer par ailleurs et que nous avons continué à avoir en-dehors de l’entretien. L’espace de l’entretien, dans le cadre de ce terrain, était un espace de familiarité, d’amitié même dans certains cas. Cela peut paraître étonnant depuis une épistémologie liée à l’objectivité, à la distance et à l’extractivisme / extraction de données. C’est justement cette ontologie extractiviste avec laquelle je cherche à rompre pour rejoindre une ontologie relationnelle.

Ontologie relationnelle : “le monde social est produit et reproduit par des relations, non par des individus autosuffisants et indépendants les uns des autres.”

Laurence Kaufmann

La manière dont sont mobilisées les normes et les valeurs, ne se situe pas uniquement dans le verbal, dans le verbatim et dans la transcription. Elle se perçoit dans l’émotion. Ce qui m’a intéressée – et je n’ai pas encore été au bout de cette démarche, c’est de prendre en compte la valeur de connaissances que représentent les émotions sur les terrains de recherche1. Je me suis par exemple intéressée aux rires, aux silences, aux hésitations, à la communication non verbale, ces moments où « il se passe quelque chose » et que nous avons a du mal à décrire autrement que par l’émotion.

Ce que je pratiquais beaucoup alors, et j’en reparlerai, ce sont des enregistrements oraux, en sortant d’entretien, sur un dictaphone : dans quel état suis-je ? Qu’est-ce que cela m’a fait, qu’est-ce que j’ai ressenti ? J’ai considéré ces états comme une source de connaissances, à tisser avec la partie intelligible. D’un point de vue épistémologique c’est tout à fait intéressant à interroger, creuser, tisser.

Dans le manuscrit, j’ai construit des itinéraires. J’ai traversé plusieurs fois le même terrain par des chemins différents. Je venais réinterroger de différentes manières les mêmes fragments, les mêmes expériences vécues du terrain.

Le troisième chemin parcouru alors concerne la question de la relation entre enquêtrice-enquêté, chercheuse-chercheur. Jeune chercheuse – jeune chercheur.

Je ne pense pas mon travail comme une récolte de données : je considère l’entretien comme un espace d’inter-subjectivité. Avec Joëlle Le Marec, nous avons aussi co-écrit à ce sujet. Nous partons de la connivence: les doctorant.es me connaissaient avant l’enquête, iels ont accepté l’entretien aussi pour cette raison, iels acceptent de me parler, de me confier leurs vécus, pensant sans doute que je vais bien comprendre, puisque j’ai vécu moi-même l’expérience de laboratoire pendant plus de 6 mois. Iels faisaient souvent référence à des choses dont iels s’imaginaient que je me les représentais bien : en termes de techniques, de manipulations, de concepts théoriques, iels n’explicitaient pas, libérant de l’espace pour aller dans d’autres registres que celui de l’explication technique.

Et parfois j’étais aussi l’Autre. J’étais à la fois leur semblable et en même temps autre : celle qui était passée du côté des sciences humaines et sociales. Et cela structure la relation. Et il y a des moments de connivence et des moments de rupture, que nous pouvons observer dans la dynamique de l’entretien, et qui sont particulièrement riches d’enseignement, quant à ce qui va pouvoir être dit, la manière dont ce sera dit, etc.

J’ai parlé plus tôt de l’entretien comme conversation, car parfois l’échange s’inverse : ce sont elleux qui vont me poser des questions sur « comment cela se passe pour moi », sondant à quel point nos expériences de doctorant.es sont similaires ou différentes.

Si je fais le point à ce stade.

  • Des outils d’analyse ont été construit au contact de ce terrain, au sujet des pratiques de communication dans les pratiques de recherches, mis à l’épreuve du terrain particulier des doctorantes et doctorants en biologie moléculaire.

  • Une question particulière a été adressée : comment identifier la manière dont les normes et les valeurs sont mobilisées ?

  • La problématique des situations de communication a été explorée, et je continue encore aujourd’hui à partir du travail de HDR de Joëlle Le Marec, et de l’approche située développée en STS, grâce notamment au travail de Donna Haraway et Sandra Harding.
  • Apparaît déjà dans le manuscrit la question de la réflexivité comme une manière d’interroger les impensés dans les discours, mais aussi comme une manière de réfléchir au sens des pratiques. Nous verrons que réflexivité signifie bien d’autres choses, mais dans ce cadre-là elle était centrée sur la réactualisation du sens du métier par la mise à l’oral d’un discours sur la science.

Ces approches-là ouvrent bien d’autres terrains dans d’autres contextes, notamment ceux de tout type de discours de chercheuse et de chercheur. Elles m’ont été utiles très concrètement pour voir les enjeux de collectifs mixtes entre enseignant.es et chercheur.es dans le cadre par exemple de la Maison pour la science. Dans mon cadre de recherche en particulier, ce sont aussi les situations de vulgarisation et de médiation scientifique qui m’intéressent, ainsi que les situations d’interdisciplinarité ou de recherches participatives, qui mobilisent ce type de problématiques, quand les acteurs essayent de partager des représentations communes, tente de faire commun quelque part.

J’aborderai une autre question épistémologique forte avec laquelle j’ai été obligée de me débattre à certains moments. Et avec laquelle j’ai réussi à me réconcilier à d’autres. Il s’agit de la question de l’hyper-proximité : venant de la biologie moléculaire et cellulaire, mon ontologie acquise et construite, c’est-à-dire ma manière d’entrer dans le monde et en relation avec lui, était plutôt distanciée – un rapport à distance de mes objets d’étude, qui a été bien mis à l’épreuve par ce terrain. Ne serait-ce pour commencer parce que c’était impossible de considérer que j’étais à distance des doctorant.es que je rencontrais. J’en ai fait une force épistémologique : nous pourrions parler de retournement du stigmate épistémologique. Ce qui aurait pu m’être reproché, m’a finalement permis de me relier à une multitudes d’autres travaux étaient dans cette approche-là, et qui cela permettent de construire un certain type de connaissance dont la valeur est forte d’un point de vue scientifique, en lien avec l’objectivité et la réflexivité forte (Harding).

Je pense notamment au travail de Niels Anderson, Le Hobo, conseillé alors par Joëlle Le Marec, qui m’a autorisée à imaginer qu’il y avait quelque chose à faire, ce que je formule maintenant comme « un partage de vécu comme une entrée relationnelle possible pour établir une situation de discours et de communication particulière ». Assumer complètement que je ne suis pas à distance du terrain, et faire de l’hyperproximité, de la familiarité avec le terrain, une force épistémologique.

Il ne suffit pas de le déclarer, mais de l’élaborer pas à pas, le plus loin possible, dans ce que cela permet de co-construire comme connaissances et dans ce que cela empêche aussi ; contextualiser et dénouer un discours critique sur ce qui est finalement proposé comme connaissance dans un cadre comme celui-là, dans une relation comme celle-là.

De manière inter-reliée – parmi les questionnements que m’ont apporté les doctorant.es en biologie moléculaire et cellulaire, la place de la subjectivité, du « je », et de la scientificité du savoir produit avaient une place forte.

Les perspectives ouvertes à l’époque, m’ont amenée petit à petit à adresser ces questions – « qu’est-ce que cela signifie être chercheur.e ? »- dans tout une diversité d’autres contextes. La boucle enclenchée par la rencontre avec les biologistes a fini par embarquer une mutitude d’autres terrains ; que signifie être chercheur.e en STS ? En sciences humaines et sociales ? Dquoi parle-t-on lorsque l’on parle de sciences ? Quand on parle de recherche ? De scientificité ? Dans quelles pratiques quotidiennes, infraordinaires, dans quelles représentations de ce qu’est la recherche et doit être la recherche, cela s’ancre-t-il ?

Plus largement, cela pose une question centrale : « qui pensent les pratiques de recherche ? ». Que je vais resserrer dans la suite de mon intervention sur le point suivant : que signifie publier ? Quand pensons-nous collectivement le geste de la publication dans nos pratiques de recherche ?

Jusqu’ici, je ne vous ai parlé que du manuscrit de thèse, objectif matériel et symbolique de la thèse, présenté en soutenance – qui est en soi une publication particulièrement normée, lié à une visée rituelle, de passage, d’entrée dans le métier, être reconnu.e par les pairs, s’affilier via la validation d’un jury, à un groupe de recherche qui vous reconnaît : une discipline, un champ, etc. – sans compter ici la qualification.

Le manuscrit est aussi une écriture, une certaine manière de raconter un vécu de terrain – à distance de ce vécu : c’est ainsi que je me pose la question aujourd’hui.

La manière dont j’ai interrogé les doctorant.es m’oblige – pour reprendre terme V. Despret : je leur suis obligée par ce qu’iels m’ont confié, et notamment à voir que les questions se posent aussi dans nos pratiques en sciences humaines et sociales, en particulier en STS. J’adresse aujourd’hui ces questions. Nos pratiques de communication construisent, mettent au monde un récit sur ce que nous faisons en science. Les normes dominantes de nos publications, comme le dit Baudouin Jurdant, dissolvent le sujet, elles effacent les contextes humains, matériels, incarnés et situés. C’est pour moi une question centrale aujourd’hui de savoir comment raconter cette recherche, sous une autre forme que celle du manuscrit, pour finalement redonner la voix aux doctorant.es, leur redonner en quelque sorte leur présence dans ce qu’iels m’ont confié. Je cherche à ne pas me réapproprier leur discours, à ne pas recouvrir avec ma voix leurs voix à elleux. Et en même temps, à ne pas effacer les conditions de production du savoir, et en même temps à ne pas les mettre en difficulté, puisque l’une des conditions de possibilité de l’entretien, c’est l’anonymat. Je me situe à la croisée de ces questions et de bien d’autres encore.

J’ai senti l’effet de l’entretien sur les personnes que je rencontrais : cet espace réflexif qui était ouvert par l’entretien, l’espace du témoignage, a donné lieu ensuite, à d’autres discussions ; les doctorant.es ont bougé, leur rapport à leur métier aussi. L’entretien, dans ce qu’il ouvre et nomme, n’est pas sans conséquence : l’irruption et le corps du chercheur dans son terrain, en l’occurrence de la chercheuse dans son terrain de recherche, n’est pas sans effet. Nous ne pouvons pas faire comme si nous n’avions pas d’effet sur notre terrain de recherche, et comme si le terrain n’avait pas d’effet sur nous. Il me semble particulièrement important de le raconter. A mon sens, ce sont des problématiques épistémologiques majeures de nos pratiques. Pour y entrer, la réflexivité est un seuil mais ne suffit pas, comme je tente de le formuler pas à pas, dans les traces de Benedikte Zitouni, Donna Haraway, Isazbelle Stengers, Emilie Hache, Maria Puid dela Bellacasa et Vinciane Despret notamment.

Je vais essayer de vous raconter comment l’ontologie relationnelle guide ma manière d’aborder la question de l’écriture, comment elle transforme ma relation à la recherche et comment elle me transforme, en cela que notre manière de raconter n’est pas neutre et active des réels possibles (approche pragmatique ; Stengers et Debaise).

  1. je pense ici à ce que l’on appelle l’emotional turn en histoire et en sciences humaines et sociales []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search