Archives par mot-clé : communication scientifique

Quelques mots sur les sciences en société – “Communication et intégrité scientifique”

Voir aussi à ce sujet le site Retraction watch ou encore l’intiative Scientific Red Cards

Une citation issue d’un article disponible en ligne, paru dans Les Cahiers du M.U.R.S,  publiés par l’association “Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique“.

MURS n°60 – 2009, rapport de Franck Daninos, journaliste scientifique

Communication et intégrité scientifique

« Depuis une vingtaine d’années, les fraudes scientifiques sont devenues des sujets de préoccupation croissants, du point de vue de la communauté scientifique ainsi que du public. Ces fraudes ne sont plus considérées comme des épisodes anecdotiques, et isolés, imputables à une poignée de personnages peu scrupuleux, mais plutôt comme l’expression d’une tendance structurelle et pernicieuse minant, depuis l’intérieur, l’entreprise scientifique. Et les scandales suscités par le physicien allemand Henrick Schön, en 2002, ou le biologiste sud-coréen Hwang Woo-Suk, en 2006, n’en seraient que les manifestations les plus spectaculaires. Car, à côté du plagiat, de la falsification et de la fabrication pure et simple de données expérimentales, les « mauvaises conduites » dans la pratique de recherche peuvent prendre des formes multiples – telle une communication sensationnaliste et biaisée – et, bien qu’elles demeurent difficiles à mettre en évidence, seraient de plus en plus nombreuses. Au point que, en septembre 2007, a été organisée, à Lisbonne, la première Conférence mondiale sur l’intégrité scientifique, dont les principaux objectifs étaient de définir et de quantifier ces différentes formes de mauvaises conduites, et bien sûr, de chercher à les prévenir. »

Le carnet de recherche comme pratique de chercheur.se.s – Un billet prévu prenant une direction imprévue.

Ce billet est le troisième d’une série de quatre billets sur les carnets Hypotheses dans la pratique de recherche. Il fait suite au billet intitulé Le carnet de thèse.

J’emprunte l’idée de la série thématique à Marie-Anne Paveau qui les expérimente au fil des saisons.

Cette série est initiée par deux évènements au cours desquels il s’agissait de discuter des pratiques d’écriture sur un médium de type blog, qu’il soit hébergé sur Hypotheses.org ou ailleurs : l’émission radiophonique Recherche en cours, “To blog or not to blog ?” (25 novembre 2011) et la rencontre “Comment bloguent-ils ?” (1er décembre 2011) organisée par l’URFIST de Lyon, la Maison de l’Orient et l’Institut des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le Cléo.

– Prologue –

Il est de saines colères. De celles qui vous disent que quelque chose, décidément, ne vous convient pas. Qui ne s’emparent pas de vous de manière incontrôlable, qui ne vous mettent pas hors de vous, qui ne sont pas non plus rentrées, explosant à l’intérieur, qui n’ont rien à voir avec une colère de frustration face une situation que l’on aurait souhaité autre et qui nous échappe. C’est d’une autre colère que je vous parle, calme, qui (re)met en mouvement, qui n’aveugle pas mais qui au contraire ouvre les yeux.

De ces colères qui réaffirment, fermement, ce à quoi l’on tient et qui reposent les limites qui viennent d’être franchies.

*

J’avais prévu d’écrire ce billet depuis que les deux précédents ont été publiés

Le “carnet” de recherche

Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

Le temps s’est écoulé et le projet est resté. Voici que l’écriture revient et que les intentions changent un peu au risque de se mêler. Il ne s’agira pas finalement de faire un tour d’horizon des pratiques existantes pour essayer de comprendre ce que nous disent les pratiques des manières d’investir l’espace du carnet ou du blog.

Peut-être plus tard, peut-être ailleurs.

J’ai choisis pour l’instant de partager, à partir de mon expérience depuis février 2010, une certaine conception de la pratique de « carnetière »1, qui me donne l’occasion de réaffirmer ce à quoi je tiens dans cette pratique, et que je crois partager avec un certain nombre de bloggueurs et de lecteurs.

Un carnet de recherche, un blog : un lieu habité

Une visite de la plateforme Hypothèses et des carnets qu’elle héberge, et plus largement une promenade dans la « blogosphère » permet vite de s’en rendre compte : il y a autant de carnet de recherche ou de blogs scientifiques différents que de projets de recherche et de chercheur.e.s qui les investissent. Cette variété se décline selon la conception du rôle que cet espace peut jouer dans leurs pratiques de recherche, selon le temps qu’ils auront à y accorder, selon leur représentation même de ce qu’est une pratique de recherche, selon leur envie plus ou moins grande d’entrer en discussion, selon leurs enjeux : d’information, de vulgarisation, de valorisation, de mise en circulation des savoirs, de construction d’une écriture, de mise en lien, etc. J’en oublie sans aucun doute.

Ce qui importe à mon sens dans ces carnets et blogs, c’est l’habitant.e du carnet. La manière dont elle ou il investie l’espace numérique du blog ou du carnet, dont il ou elle l’organise, l’agence. La manière dont il ou elle y vient, en repart, choisit les contenus, les construit, les agence. La manière dont elle ou il se parle, se tait, cite, s’exprime, conseille, renvoie vers d’autres lieux, habités eux aussi.

« Ainsi les ordinateurs changent notre façon d’habiter les lieux de notre quotidien. Et, d’un certain point de vue, ils sont aussi des lieux d’expression de nos personnalités, goûts, intérêts. Nous habitons ces lieux quand nous les personnalisons, quand nous nous y investissons. […] Si les ordinateurs sont synonymes de domesticité, ils le sont tout autant d’hospitalité, d’ouverture aux autres. Ces notions sont d’ailleurs liées. l’hospitalité est le mécanisme social qui nous permet d’intégrer des personnes étrangères au foyer. Des cérémonials d’accueil sont en place partout, dans le monde de l’informatique comme dans le monde réel.  […] A travers ces règles, nous trions les amis, démasquons les malveillants. Pour comprendre mieux comment et pourquoi cela est possible, il faut d’abord établir que l’hospitalité ne se déroule pas dans le vide. elle présuppose, au contraire, un abri, un emplacement clos qui puisse s’opposer à l’ouvert. Finalement, c’est l’intérieur de son ordinateur que chaque utilisateur considère comme son lieu de réception. par exemple, le fait de créer une page Web personnelle ressemble un peu à l’aménagement d’un appartement. […] De simple métaphore, l’hospitalité se fait pratique tangible. »

A. Casilli, Les liaisons numériques, 2010, p.32-33

La diversité de ces manières d’habiter un lieu s’exprime par exemple de manière claire dans la succession des (co-)locataires des Espaces réflexifs (appelés aussi « Villa réflexive », et ce n’est pas anodin), qui changent chaque mois.

Ce que j’appelle ici un carnet de recherche de chercheur.e.s2, ou un blog de chercheur.e.s est donc un espace habité par une ou plusieurs personnes, alternativement ou simultanément, qui développent leurs problématiques, leurs questionnements, qui y construisent leurs analyses (voir les distinctions entre les différents types de carnet proposés par Hypotheses.org). C’est une pensée en construction que l’habitant du site livre.

Les raisons qui amènent un.e chercheur.e à partager cette construction avec des lecteurs, plutôt que de l’élaborer sur son ordinateur, dans un fichier texte « fermé », lui appartiennent et sont parfois explicitées sur l’espace qu’il ouvre.

Pour l’Infusoir voir ici et ici en particulier. Mais aussi ici, ici, et ici

Les premiers billets, ou les pages « A propos » sont souvent des pistes précieuses pour celui ou celle qui s’intéresse au projet individuel ou collectif dans lequel s’insère le carnet ou le blog où il ou elle entre en tant que lecteur.

En tant que lectrice régulière de plusieurs carnets et blogs, je ne juge pas, je m’intéresse. Je ne dresse pas de hiérarchie entre des façons d’investir l’outil blog qui « vaudraient » plus qu’une autre. Bien sûr, je me reconnais plus, en termes de proximité de projet, de conception de la recherche et du rôle de l’écriture, dans certaines manières d’habiter, que dans d’autres – ce qui m’amènera à fréquenter plutôt certains lieux que d’autres – mais je n’estime pas, qu’il y ait une seule bonne manière. Bien au contraire. La richesse des carnets Hypothèses3, de la blogosphère, mais aussi de la recherche, et plus généralement des manières de penser, réside justement dans cette diversité.

Recevoir et rencontrer des lecteurs

Dans un carnet de recherche ou un blog, un.e chercheur.e reçoit des lecteurs, qui reviennent, s’ils s’y retrouvent.

Que viennent chercher les lecteurs sur les carnets de recherche ou les blogs ?

Quelques réponses glanées sur Twitter, parmi des enseignants du secondaire, des chercheurs, des bibliothécaires, des lecteurs du numérique

Un chercheur.e s’installe dans son espace numérique de la manière qu’il juge la plus appropriée à son projet, qui peut évoluer, se transformer. Les projets peuvent même cohabiter, se diversifier à mesure que le carnet, le blog vit.

Et certains types d’écritures induisent des commentaires, quand ceux-ci ont été autorisés sur les billets, par défaut ou par choix, par conviction de l’intérêt de l’échange, par envie d’interaction, par ouverture.

En tant que lectrice, je n’entre pas dans un espace numérique habité pour y tenir mon propre discours : je viens lire, rencontrer quelqu’un, une pensée en cours d’élaboration, dans ses aboutissements, ses inflexions, ses errances parfois aussi. Lorsque je suis amenée à commenter longuement, c’est que ce que dit l’autre fait émerger chez moi des questions, ou réactive d’anciennes réflexions. Mais le risque est toujours de réduire l’écrit de l’autre aux questions qui nous occupent au moment on on le lit. C’est un risque car la rencontre est ratée alors, et celui qui propose son écrit voit un discours parallèle se développer, dont il ne sait plus trop quoi faire, auquel il est bien en mal de répondre. Et ce discours posé dans l’espace en construction peut soudain prendre de la place : car si l’on ouvre la discussion, c’est bien qu’on croit à ses bienfaits, y compris dans le désaccord et malgré ses ratés. L’échec n’est jamais anodin.

A quelles conditions un commentaire est-il une conversation ?

(lien vers l’article)

Les commentaires posent les mêmes questions que les relations interpersonnelles et nous mettent face à la nécessité de réconcilier, d’une part un idéal d’ouverture et d’une communication avec tous sans condition, présidant souvent à la mise en place d’un carnet ou d’un blog, et d’autre part les échecs cuisants éprouvés lorsque la parole est revendiqué par des visiteurs comme un droit non négociable, quelque soit le lieu où elle opère, quelque soit le projet. C’est à dire selon un argument d’autorité. Un tel préalable ne rend pas la communication possible.

*

L’expérience du carnet de recherche ou le blog me met face à ce à quoi je tiens : des espaces précieux, rares, qui valent d’être préservés, où la pensée peut se développer sans avoir à rendre des comptes ici et maintenant, ce que nous faisons déjà suffisamment dans d’autres lieux de nos pratiques de recherche. Dans ces espaces numériques, je crois que nous pouvons prendre le temps de construire, d’infuser, au rythme et de la manière qui fera sens pour l’habitant.e du carnet ou du blog. Et je sais que cette façon de faire crée des rencontres précieuses avec d’autres regards, d’autres expériences d’autres pensées. Je l’expérimente depuis plus de deux ans et j’y tiens.

Et vous, lecteurs discrets, voire silencieux de l’Infusoir, à quoi tenez-vous dans ces espaces numériques que sont les carnets de recherche ou les blogs de chercheur.e.s ?

Les commentaires vous sont ouverts avec plaisir, car je sais que la majorité d’entre vous entre ici pour boire le thé et non pour renverser la théière.

Je vous souhaite un bon été.

Photographie : Pauline Krähenbühl, tous droits réservés

–         En guise d’épilogue  –

Ce ne sont pas nécessairement les intentions de ceux qui m’ont amenée à écrire ce billet qui sont en cause, mais l’effet, et c’est bien le problème s’il n’est pas envisagé, d’une parole sur l’autre, en tant qu’individu.

Pour qu’il y ait communication, il faut qu’il y ait reconnaissance par les parties prenantes à la discussion, de l’individualité de l’autre, de son altérité, en tant qu’intéressante en elle-même et non en tant que contraignante ou comme instaurant un rapport de force ou encore comme réactivant des enjeux qui ne sont pas partagés par les deux interlocuteurs. Ce type de non-communication, je l’expérimente déjà dans suffisamment d’endroits. Déjà suffisamment d’énergie vainement dépensée.

J’ai décidé que l’Infusoir n’en serait pas le lieu. Cet espace n’a pas été conçu pour cela.

Quelques liens et références en lien (en plus des liens hypertextes)

Casilli, Antonio, 2010, Les liaisons numériques, Paris, Seuil.

Casilli, Antonio (26 juin 2012) Les trolls, ou le mythe de l’espace public OWNI [blog]. Consulté le 3 juillet 2012 http://owni.fr/2012/06/26/les-trolls-ou-le-mythe-de-espace-public/

Faury, Mélodie (18 février 2012) “Interdisciplinarité : la réflexivité par soi et par l’autre – (Durrive, Faury et Henry)”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 3 juillet 2012  http://reflexivites.hypotheses.org/956

Muscinesi, Frédérique (3 juillet 2012) La place dans les Humanités Digitales – Commentaire We think history [carnet de recherche] Consulté le 3 juillet 2012 http://wethink.hypotheses.org/448

Paveau, Marie-Anne (15 mars 2012), Sainte colère et rigoureux désaccord Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 3 juillet 2012.  http://reflexivites.hypotheses.org/?p=1433

Billets sur les carnets de recherche

1. Le “carnet” de recherche

2. Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

3. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

4. Le carnet de recherche comme pratiques de recherche, à partir d’un atelier proposé par Pierre Mounier lors du THATCamp2012

  1. C’est à dire de l’écriture régulière sur un carnet de recherche []
  2. que je différencie des carnets à visée de communication pris en charge par l’institution []
  3. J’aime l’idée développée par P. Mercklé de considérer les liens établis par les habitants des carnets, comme des « relations nouées entre des objets intellectuels par leurs auteurs, et des chemins empruntables par leurs lecteurs ». []

Le « carnet » de recherche

Ce billet est le premier d’une série de quatre billets sur les carnets Hypotheses dans la pratique de recherche.

J’emprunte l’idée de la série thématique à Marie-Anne Paveau qui les expérimente au fil des saisons.

Cette série est initiée par deux évènements au cours desquels il s’agissait de discuter des pratiques d’écriture sur un médium de type blog, qu’il soit hébergé sur Hypotheses.org ou ailleurs : l’émission radiophonique Recherche en cours, « To blog or not to blog ? » (25 novembre 2011) et la rencontre « Comment bloguent-ils ? » (1er décembre 2011) organisée par l’URFIST de Lyon, la Maison de l’Orient et l’Institut des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le Cléo.

C’était inévitable… Dans un espace d’écriture et de discussion où l’on se donne pour objet de recherche, et où l’on essaye d’interroger, les espaces de réflexivité dans les pratiques de recherche (par exemple ici), il devait nous arriver de réfléchir au carnet de recherche lui-même, l’un des moments-lieux où cet effort réflexif s’effectue, à ce qu’il rend possible, à ce qu’il induit, à ce qu’il contraint et à quelques-uns de ses enjeux.

Vendredi 25 novembre, Pierre Mounier était invité dans l’émission de radio « Recherche en cours », et j’avais le plaisir de l’accompagner. Son thème « To blog or not to blog ? », est l’occasion de ces quelques éléments de réflexion, qui se veulent comme toujours amorces à la discussion, au sujet de la pratique de blogging scientifique, telle qu’Hypotheses.org la permet en particulier. Et telle que je l’envisage depuis mes propres pratiques d’écriture et de lecture.

L’émission Recherche en cours dans son intégralité :

En ligne

Le terme de « carnet de recherche »

Ce terme n’a vraisemblablement pas été choisi au hasard par M. Dacos et P. Mounier : il évoque le carnet que l’on garde dans son sac ou dans sa poche, à portée de main et d’idées, qui surgissent au fil de la journée, des évènements scientifiques auxquels on assiste, des réunions avec nos collègues, des trajets en train ou en métro. Plutôt que de noircir des pages, l’on investit nos écrans… pour soi-même mais également pour les potentiels lecteurs, ce qui conditionne bien sûr l’écriture. A vrai dire, on ne fait pas nécessairement l’un ou l’autre, on peut tout à fait faire les deux. Car comme toute pratique numérique, pour peu que l’on considère les usages liés à des outils spécifiques non pas comme des translations d’usages préexistant sur de nouveaux supports, mais comme leur réinvention permanente, le blog scientifique, ou le « carnet de recherche » remplit des fonctions, différentes selon les façons dont on se l’approprie, mais qui ne se retrouvent pas toujours dans les pratiques d’écriture qui lui préexistent.1

Le « carnet » traduit des intentions de départ : le modèle qu’avaient en tête Marin Dacos et Pierre Mounier était celui du blog scientifique de chercheur qui leur paraissait être le modèle « idéal » du genre, qui répondait à des besoins de recherche et s’intégrait à des pratiques existantes.

« C’est bien un mode de communication qui s’apparente au blog, mais dans un contexte professionnel de recherche et qui est complétement intégré aux pratiques de communication liées à la recherche. Et donc on a essayé de trouver un terme qui essayait de rendre compte de cette double affiliation. Et du coup le mot « carnet de recherche » est apparu parce qu’il s’apparentait assez fortement aux cahiers de terrain par exemple que les sociologues ou les anthropologues peuvent avoir, ou à ces carnets de notes que les chercheurs, dans les différentes disciplines des SHS utilisent pour prendre des notes en cours de recherche. Et on s’est dit, c’est un peu cela, mais que l’on rend public d’une certaine manière ». Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

« Dans un premier temps, on s’est rendu compte en 2008 de deux choses, qu’il y avait un certain nombre d’équipes de recherche […] qui se rassemblaient autour de projets de recherche particuliers, et qui avaient des besoins de diffusion sur le web d’informations sur l’actualité de leurs recherches. », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

 « Et puis la deuxième chose est que l’on voyait […], c’est qu’il y avait de plus en plus de chercheurs en SHS qui commençaient à ouvrir des blogs personnels sur des plateformes grand public […]. Et ce que l’on a voulu faire c’est essayer de leur dire : plutôt que d’ouvrir votre blog de chercheur sur ces plateforme où l’information est complètement noyée par tous les blogs personnels, justement, et où il n’y a pas de garanties en terme de pérennisation de l’information que vous diffusez, essayer plutôt de rejoindre un plateforme, professionnelle, c’est-à-dire une plateforme qui est dédiée aux chercheurs en SHS, c’est-à-dire où vous avez un certain nombre de garanties et où votre travail est plus mis en visibilité, et peut bénéficier d’une meilleure reconnaissance. », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

Au-delà d’un nom qui lui conférerait une certaine légitimité chez le public qu’il vise, le terme de « carnet » induit une utilisation, des intentions dans l’écriture, qui me paraissent différentes d’un blog « classique » : il ne s’agit pas de parler de soi, mais bien de ce qui accompagne sa recherche, ce qui en fait partie, sans avoir nécessairement de place visible dans d’autres cadres, ni même de légitimité a priori. Ainsi, selon les carnets, des cours, des échanges entre pairs, des échanges interdisciplinaires, des hypothèses en construction, des idées saisies au vol trouvent toute leur place.

« L’usage de mon blog sert d’abord mes propres fins de recherche.« , commentaire d’André Gunthert, 3 décembre 2011, sur le carnet de recherche d’Eric Verdeil (Rumor).

 » […] des chercheurs et d’autres personnels de recherche qui prennent du plaisir à écrire d’une manière différente leur recherche et à communiquer de manière différente sur leurs recherches […] », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011

La plate-forme Hypotheses.org définit aussi un ton. Pour ceux qui écrivent, elle est identifiée comme un lieu académique, le seul critère d’ouverture d’un carnet de recherche étant l’affiliation universitaire. Pour ceux qui commentent, la parole ne semble pas aussi libre que sur d’autres formats blog, et demande parfois à être « autorisée » par l’auteur du billet.2

Pour Frédérique Giraud (Socio-Voce ; intervention le 1er décembre 2011), c’est ce qui ferait à la fois l’avantage et la limite d’une plateforme comme Hypotheses.org. Présente auparavant sur une plateforme plus généraliste, elle ne retrouve plus les mêmes commentaires à ses billets sur son carnet de recherche, ce qui lui semble être le signe d’une moindre fréquentation de son site par le public qu’elle visait initialement : le grand public auprès duquel il s’agissait de partager les questionnements de la sociologie. Difficile de savoir, si ceux qui lisent s’auto-censurent dans la mesure où, justement, ils ne laissent que des traces statistiques qui ne disent pas grand chose d’eux-mêmes (voir la notion de conversation silencieuse, proposée par Marin Dacos).

L’argument d’Hypotheses.org : être lu par des pairs plutôt que par le grand public ? Question de David Dumoulin dans l’émission REC – 25 nov. 2011

Réponse de Pierre Mounier : plutôt l’importance de l’archivage des billets et de fonctionnalités spécifiques à l’écriture en sciences humaines et sociales

Le statut de la publication électronique d’un billet

Récemment, la BNF (Bibliothèque Nationale de France) a donné une forme de légitimité aux carnets de recherche en leur attribuant un ISSN lorsqu’ils remplissaient les critères d’attribution (voir ci-dessous).
Ils ne sont pas « reviewés », et donc non comparables en cela avec des publications dans des revues à comité de lecture par exemple (mais ce n’est pas non plus leur objet), ils ne peuvent pas être rigoureusement cités (à ma connaissance), selon des normes partagées, mais les billets sont maintenant accessibles en tant que ressources de la recherche en sciences humaines et sociales, dans des moteurs de recherche comme Isidore et OpenEdition.

Extrait du billet publié sur le carnet d’OpenEdition, par Frédérique Muscinesi, le 22 juin 2011 :

« Le Cléo a obtenu l’attribution d’ISSN aux carnets de recherche d’Hypotheses.org.

Les ISSN caractérisent des publications en série qui, dans le cas d’un support numérique, doivent répondre à cinq conditions nécessaires que l’ensemble des carnets qui se trouvent sur Hypotheses.org remplissent largement.

Ces conditions sont les suivantes1 :

  • avoir un contenu éditorial, c’est-à-dire des textes dont le traitement éditorial ou journalistique est évident ;
  • un responsable éditorial ;
  • un titre définitif et aisément accessible qui ne soit pas modifié au cours des mises à jour du site ;
  • une url valide qui conduit au contenu ;
  • un contenu cohérent s’adressant à un public défini. »

Le statut de l’écriture d’un billet dans la pratique de recherche

Que va-t-on publier sur un carnet de recherche ? Avec quel degré d’aboutissement ?

Parle-t-on de ses recherches et si non, si on ne les aborde pas « directement » s’autorise-t-on à parler de tout ce que l’on souhaite ?

Ma réponse serait que nous pouvons par exemple y parler de tout ce qui constitue, à mon sens, la pratique de recherche dans sa globalité, sans en constituer la partie la plus immédiatement visible :  les enseignements, les évènements scientifiques auxquels on assiste, les rencontres avec des chercheurs et leurs objets de recherche, leurs cadres de référence,  etc. On se rend dès lors compte à quel point le statut donné à l’écriture de billets de carnet de recherche peut exprimer un certain rapport à la recherche, à ce que l’on considère comme montrable ou non, légitime ou non, selon que l’on décide de prendre le temps « pour ça », au milieu de tant d’autres priorités, tellement contraints que nous sommes par les critères d’évaluation, eux-mêmes l’expression d’une certaine conception de la recherche.

Mais ce qui constitue notre pratique de recherche n’est pas toujours identifié comme tel, et nous mettons parfois un moment avant de réaliser quel rôle joue une lecture à un moment donné de notre travail de recherche, la rencontre avec un nouveau cadre de référence, l’intervention d’un chercheur, de notre domaine ou non, sur l’orientation de nos propres questions de recherche, sur la façon de considérer nos hypothèses de départ, nos éventuels postulats, etc.

Les carnets de recherche sont une occasion potentielle de partager la manière dont nous « rencontrons d’autres objets au cours de nos recherches » comme le dit Franscesca Musiani, et comment ils entrent en résonance, ils s’articulent avec les nôtres. Ainsi, dans L’Infusoir, je n’aborde que très rarement de front mon propre sujet de thèse : tout ce qui y est mis en discussion, en visibilité, constitue pourtant ma recherche, au sens où mon objet de recherche évolue et se nourrit de tout ce que je peux lire, rencontrer et écrire au contact d’autres problématiques de recherche, mais aussi de ce que je suis amener à construire dans mes enseignements, et lors d’interventions dans des évènements scientifiques ou interprofessionnels. Ces formes d’écriture prennent une autre place dans la pratique de recherche que celle de l’écriture d’articles ou d’un ouvrage : celle de la construction, petit à petit, d’objets et de questionnements de recherche.

Il est important de préciser, en guise de fin provisoire, qu’il existe presque autant de type de carnet que de carnets ouverts, même si de grandes tendances se dessinent, relatives notamment aux catégories proposées par Hypotheses.org lors de l’ouverture d’un carnet : catégories de carnet, de lecteurs attendus, de contenus. Il semble que l’on puisse qualifier les carnets de recherche d’espaces et de pratiques de recherche, que les chercheurs, les documentalistes, les doctorants, les équipes, etcetera s’approprient.

Quelques exemples concrets de la diversité des carnets :

« Ce carnet de recherche espère rendre compte d’une activité de recherche conduite autour de l’objet historique « dessin ». »

« Ce carnet de recherche est un espace de réflexion sur la théorie du discours envisagée sous des angles épistémologiques renouvelés. « 

« Le carnet « Les aspects concrets de la thèse » est un espace collaboratif ouvert à toutes les bonnes volontés. »

« Le Blog de la documentation du Laboratoire Cresson propose des actualités (annonces de colloques, d’appels à contribution, de nouvelles publications) sur les thèmes de recherche du laboratoire : les ambiances architecturales et urbaines ainsi que les approches sensibles de l’espace. Les informations rassemblées ici sont publiques et issues d’un travail de veille à partir de sites, de flux rss ou de newsletters. »

« L’Observatoire Urbain d’Istanbul est un des quatre observatoires de l’IFEA. Il s’intéresse prioritairement à l’étude des phénomènes qui accompagnent la métropolisation d’Istanbul (développement urbain, environnement, immobilier, vie politique et économique, politiques culturelles) »

Prochains billets de la série :

2. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

3. Le carnet de recherche comme pratique de recherche

4. Le carnet de thèse

Références

André Gunthert, « Why Blog ? », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/174

Antoine Blanchard, « Ce que le blog apporte à la recherche », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/172

Pierre Mounier, « L’édition électronique : un nouvel eldorado pour les sciences humaines ? », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/169

Billets de blogs ou carnets de recherche

La conversation silencieuse, Marin Dacos, 23 juillet 2009 sur blog.homo-numericus.net

Ouvrir un carnet sur Hypothèses ? Pourquoi pas vous ? , 2 décembre 2011, sur Le Cresson veille

Comment je blogue , Eric Verdeil, 4 décembre 2011 sur Rumor

  1. Paragraphe écrit avoir d’en avoir parlé avec P. Mounier, qui explique les intentions initiales dans l’émission REC []
  2. Paragraphe écrit après en avoir discuté avec P. Mounier, et après avoir assisté à la rencontre « Comment bloguent-ils ? », à laquelle participaient Eric Verdeil, Françoise Acquier, Frédérique Giraud, Pierre Mercklé et Pierre Mounier []

Discuter l’idée « La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques »

Ce billet est une version antérieure au chapitre finalement publié dans l’ouvrage « Les scientifiques jouent-ils aux dés ? ».

Ce livre paraîtra prochainement aux éditions du Cavalier Bleu, sous la direction de Bastien Lelu et Richard-Emmanuel Eastes, dans la collection « Idées reçues sur la science ».

Il s’agit d’un ouvrage collectif du groupe Traces, préfacé par Dominique Pestre.

Voir également : Discuter l’idée « La science fait progresser l’humanité »

Écrit par Antoine Blanchard : Les experts sont-ils formels ?


La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques

« Nous, on ne parle pas le scientifique », Luna, 9 ans,

« Les cervelles fraîches » – Centre Paris Lecture

Les scientifiques, qu’ils soient issus des sciences humaines, sociales, exactes ou encore expérimentales, usent d’un langage bien à eux et manipulent des concepts si bien intégrés qu’ils ne pensent parfois même plus à les expliciter. Comme dans toute spécialisation, voire toute profession, ils développent un jargon qui rend la communication plus efficace entre eux, mais plus opaque à l’extérieur…

Pourtant, ceux qui s’intéressent à la science ne sont pas exclusivement ceux qui en maîtrisent déjà le langage et les concepts. Dès le XVIIe siècle, les thèmes scientifiques constituaient des sujets de conversation très en vogue dans les salons. Avec ses Entretiens sur la pluralité des mondes, Bernard Le Bouyer de Fontenelle écrivit en 1686 ce qui peut s’apparenter à l’un des premiers ouvrages de vulgarisation scientifique, destiné cependant à un public très restreint[1]. Dès lors, la vulgarisation, entreprise visant à rendre accessible au plus grand nombre les connaissances scientifiques, s’inscrit en premier lieu dans les livres et entre de fait dans les bibliothèques des particuliers.

Des intermédiaires entre les scientifiques et les non scientifiques

De nos jours, les vulgarisateurs prennent le visage d’écrivains, parfois chercheurs de métier ; de journalistes scientifiques, dans la presse, à la radio, à la télévision ou sur le web ; de médiateurs mettant en œuvre des animations dans les musées ou les associations, lors des fêtes de science ou dans des expositions, qui peuvent aborder la science autant comme sujet principal qu’en filigrane.

Et lorsqu’on interroge ces acteurs sur leur activité, c’est souvent l’idée d’une mission, d’une nécessité de leur rôle qui ressort, presque toujours associée à un grand plaisir de communiquer sur des thématiques qui les passionnent personnellement. Ils ont ainsi la plupart du temps la volonté de rendre la science accessible, de l’intégrer à la culture commune, et développent une démarche pédagogique dans leurs discours avec le souci de réduire le fossé qui séparerait les « savants » des « profanes ». Ce fossé si fréquemment évoqué existe-t-il vraiment et si oui, quelle est sa nature[2],[3] ? Le combler, serait-ce une ambition totalement folle, ou au contraire réalisable ?

Continuer la lecture de Discuter l’idée « La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques »

1000 chercheurs sont sur un Panthéon…

Co-écrit Par Edouard Kleinpeter et Mélodie Faury

J’y vais, j’y vais pas ?

Présentation

Cet automne, à Paris, une exposition photographique fut projetée sur les murs du Panthéon à l’occasion de la Fête de la science. Pierre Maraval, le photographe à l’origine du projet développait alors un concept déjà éprouvé auprès de femmes, cubaines, canadiennes ou françaises, d’artistes, ou encore de sportifs : réunir 1000 portraits dans une même exposition, de personnes anonymes « liées par une situation ou un engagement communs dans la société ». Son travail qui se veut conçu autour des réseaux humains, avec l’idée de « représenter ce qui nous lie aux autres ».

Continuer la lecture de 1000 chercheurs sont sur un Panthéon…

Ambiguïtés et enjeux de la vulgarisation – A partir d’une intervention de B. Jurdant

Dans le cadre du colloque « Sciences en société au XXIe siècle : autres relations, autres pratiques », qui s’est déroulé les 28 & 29 novembre 2007 à Strasbourg, l’intervention de Baudouin Jurdant porte sur « Les ambiguïtés de la vulgarisation ». Il choisit dans les aborder en regard des différents types d’enjeux avec lesquels celle-ci s’articule.

Vidéo de l’intervention de Baudouin Jurdant (17min30)

Les Actes du colloque en ligne

Des enjeux didactiques

Les acteurs de la vulgarisation se revendiquent régulièrement de participer à « l’éducation informelle »[0], et par conséquent mettent régulièrement en avant les enjeux didactiques de leur métier.

Or pour Baudouin Jurdant, « si la vulgarisation scientifique permet de transmettre un certain nombre de connaissances ou plutôt de rendre accessibles certaines notions associées au discours des sciences, elle peut, dans sa forme comme dans sa manière, avoir des effets négatifs sur l’ignorance des gens, elle la modèle. Elle change effectivement les questions que les gens se posent. Elle colonise l’ignorance populaire. Et ce faisant, elle accentue la dépendance du profane vis-à-vis du savoir des experts ».

Continuer la lecture de Ambiguïtés et enjeux de la vulgarisation – A partir d’une intervention de B. Jurdant

Activité de recherche et communication scientifique

A quels moments un chercheur est-il amené à communiquer au cours de son travail de recherche ?

La communication fait-elle partie intégrante de son activité ou est-ce une occupation annexe, secondaire, voire même négligeable ?

Recherche et communication : une relation étroite

Au début de son ouvrage intitulé « La communication scientifique – Logiques et méthodes »1, Bertrand Labasse indique que « la communication scientifique n’est pas une activité distincte de celle de la recherche ».

Il complète ainsi :

« […] divers travaux ont montré que même les comptes rendus de recherche les plus austères et les plus « neutres » étaient beaucoup plus rhétoriques que ne le soupçonnent probablement leurs auteurs, à tel point que l’on considère qu’entre ce type de textes et les documents de vulgarisation les plus débridés, en passant par la littérature technique et pédagogique, s’étend un « continuum linguistique » au sein duquel on ne peut fixer aucune démarcation indiscutable. »

Et en effet, les communications, orales ou écrites, sont omniprésentes et structurent le travail d’un chercheur :

Continuer la lecture de Activité de recherche et communication scientifique

Former de futurs chercheurs à la communication scientifique

Dans le cursus des futurs chercheurs en sciences expérimentales ou exactes, il y a peu de place pour la communication scientifique, et elle est même la plupart du temps complètement absente.

Pourtant, l’exigence de communication des résultats par les chercheurs est entrée officiellement dans leurs missions depuis une vingtaine d’années déjà .

Loi n° 82-610 du 15 juillet 1982 d’orientation et de programmation pour la recherche et le développement technologique de la France :

Art. 14. La recherche publique a pour objectifs :

• le développement et le progrès de la recherche dans tous les domaines de la connaissance ;

• la valorisation des résultats de la recherche ;

• la diffusion des connaissances scientifiques ;

Retour sur le manifeste Révoluscience – Prendre acte et envisager la suite

Par Antoine Blanchard et Mélodie Faury pour le collectif Révoluscience

Après ce retour sur l’initiative collective du manifeste Revosluscience, il nous faut à présent envisager la suite et notamment la continuation des débats et des réflexions sur la médiation et la culture scientifiques. Le dossier du site Sciences et Démocratie y participe notablement, mais d’autres lieux d’échanges et d’interactions sur ces questions sont encore à inventer !

En 2011, un colloque sera organisé par le collectif Revoluscience, dans un lieu de culture scientifique qui reste à déterminer, afin de revenir sur les questions soulevées par la formulation de nos propositions. Les acteurs de la culture scientifique qui se reconnaissent dans l’ensemble ou certaines des propositions du Manifeste pourront ainsi dialoguer. Il s’agira à l’issue de ce colloque d’aboutir à une version définitive de ce texte.

Quant au manque relevé d’ancrage concret des propositions de cette première version, Le groupe Traces, Les Atomes Crochus et Paris-Montagne cherchent actuellement à vous proposer quelques pistes pour y remédier.

A ce stade, nous sommes donc surtout ouverts à toutes les idées que vous auriez quant aux façons de s’approprier concrètement les idées de ce manifeste dans vos pratiques de médiation !

Contact : secretariat@revoluscience.eu

Billet publié simultanément sur Sciences et Démocratie et Knowtex Blog

Retour sur le manifeste Révoluscience – Les réactions – 2/2

Par Antoine Blanchard et Mélodie Faury pour le collectif Révoluscience

Billet publié simultanément sur Sciences et Démocratie et Knowtex Blog

Des points d’achoppement :

Sur la question de l’attitude à tenir face aux publics de la médiation scientifique, l’idée d’une « médiation scientifique non autoritaire qui dialogue avec d’autres manières de penser le monde, qui sache valoriser les « savoirs profanes » et qui respecte les croyances populaires » a fait débat. Thomas Schumpp considère que « poser comme nécessaire la valorisation des savoirs profanes est (…) fondamentalement condescendant » et Malvina Artheau surenchérit en remarquant que « avec les meilleures intentions du monde, on peut facilement tomber dans certains militantismes et passer de ‘valoriser’ à ‘promouvoir' » — d’autant qu’il n’est pas forcément clair à quels types de croyances et de savoirs ces recommandations s’appliquent (le créationnisme n’étant pas sur le même plan que les tours de main du cuisinier). Foin de fausse ouverture d’esprit, Thomas propose d’assumer l’idée que la science (et la CST avec) est incompatible avec certaines visions ou approches, conforté par Diderot en verres miroirs selon qui il faudrait « tenter d’aborder la question de la scientificité elle-même (comment elle se décide, comment elle est acquise, etc.) de façon non condescendante avec les publics ». Pour Pauline Lachappelle, le problème provient de l’emploi de l’expression « croyances », « qui par définition induit qu’elle est contraire à une preuve scientifique ». Pour elle, il s’agit plutôt de « respecter chacun dans son identité et sa pensée ». Ainsi elle marque la différence entre « savoirs profanes », pouvant être qualifiés de populaire mais non de croyances, qui « n’induisent pas une tolérance des pratiques ou idées « humainement » contestables… « , comme le « racisme » ou « l’excision » par exemple. Pauline Lachappelle propose ainsi d’adapter les formes de médiation à ce type de rapport aux publics, pris comme autant « d’individus singuliers ».

De son côté, OldCola tient à affirmer que « la science n’est pas démocratique », quand le manifeste avance pour sa part que « la science peut contribuer à réfuter des superstitions néfastes, mais aussi à écraser des mythes enrichissants ». Une médiation scientifique responsable doit toujours savoir quand elle renforce chacun de ces impacts. », lui se méfie et répond qu’il ne connaît « aucun, strictement aucun, exemple où la science aurait écrasé des mythes enrichissants » !

Est-ce que les comités d’éthique font partie des « mécanismes permettant un fonctionnement responsable de la science » comme l’affirme le manifeste ? Non répond Jeannine Milhaud, pour qui c’est leur donner trop de pouvoir, surtout sur des sujets politico-économiques sensibles comme les nanotechnologies.

À travers l’ensemble de ces remarques, on voit que le manifeste pâtit ici de l’exercice périlleux qu’il représente (s’adresser à des médiateurs très hétérogènes dans leur réflexion sur ces questions et plaider à l’excès dans un sens pour remettre la balance à peu près au milieu)… finissant même parfois par s’aliéner des esprits plutôt favorables a priori !

La partie « nature et progrès » a également provoqué des réactions. Ainsi, la proposition « Pour une médiation scientifique qui ne présente pas la science comme nécessaire facteur de progrès »  fut plusieurs fois entendue comme « la science n’est pas nécessaire au progrès », voire même « la science ne permet pas le progrès ». D’une proposition sur les façons de communiquer la science dans les pratiques de médiation à la perception d’une sentence sur l’utilisation dangereuse de la science, le pas a parfois été vite franchi.

Il semble que la relation entre science et progrès reste un terrain miné, sujet au dérapage et à la sur-interprétation des propos. Il est facile d’être étiqueté « relativiste » si l’on n’y prend garde.

Des propositions plus unanimes :

L’enthousiasme exprimé par certains de ceux qui ont souhaité soutenir globalement la démarche (« ça fait plaisir d’être en phase avec vous ! « , « Un admirable effort. […] », »100% avec vous », « ENFIN!!! ») part essentiellement du sentiment de « s’y retrouver », de reconnaître dans des idées des pratiques menées individuellement ou collectivement :

  • « De très belles propositions, tout à fait en phase avec la vision qu’a notre association du rôle de la culture scientifique dans le débat public. A diffuser largement donc. « 
  • « Pour l’instant, je partage trés largement les idées que vous explicitez et suis  agréablement surprise de voir formuler par votre approche cognitive mes pratiques intuitives depuis que je me consacre activement à la médiation. »
  •  » Scientifique et comédienne, je soutiens le manifeste Révoluscience dont l’esprit correspond à ce que je tente modestement de faire en médiatisant la science par le théâtre au sien de ma compagnie « 

Ces retours positifs se sont souvent accompagnés de partages d’expériences, mais également de réserves, voire de critiques, notamment concernant la portée pratique de ces idées encore bien théoriques :  » Vous avez de bonnes idées. Mais il y a beaucoup de travail a faire pour les mettre en pratique. C’est un bon défi.  » ; « Je trouve l’initiative très bien et globalement les idées défendues me correspondent tout à fait. J’ai cependant relevé quelques termes et idées sur lesquelles je pense que l’écriture peut être améliorée et précisée. Peut-être que ça semblera du chipotage pour certains… mais les mots sont importants ! « .

Enfin, s’exprime ponctuellement chez ceux qui choisissent de soutenir le texte, l’envie de prolonger le débat, de poursuivre la réflexion ou encore de connaître qui sont les autres sympathisants du manifeste :

  •  » A titre personnel, j’adhère totalement aux propositions faites jusqu’alors. Si cela peut-être utile, il m’est possible de les mettre en débat dès la rentrée au sein de ma structure. Bravo pour l’initiative. « 
  •  » J’aimerais continuer à recevoir vos demarche « 
  •  » Rendre visible la liste des signataires ?  » (la liste est déjà accessible ici)

Sur la nécessité d’une pluralité et d’une diversité d’acteurs dans la médiation les réactions semblent aller dans le même sens, que ce soit en filigrane de plusieurs réactions aux ambiguïtés du texte, ou exprimé directement comme le fait Pauline Lachappelle appelant à l’ouverture du champ de la médiation scientifique aux autres domaines culturels.

Certains ont salué « l’essence de ce projet dont l’ouverture serait difficile à remettre en cause » et reconnaissent ailleurs « que ce manifeste a au moins le mérite de forcer la discussion et l’échange d’idées ». La notion de responsabilité, quel que soit le public à laquelle on l’attache (les chercheurs, les médiateurs…) est une thème que l’on retrouve aussi très souvent dans les commentaires.

Là où le manifeste semble avoir frappé le plus juste, c’est en essayant de remettre à plat les pratiques de la médiation scientifique et en proposant un point réflexif — avec quelques solutions possibles. La partie 5 (« Réflexivité et responsabilité ») a d’ailleurs été la plus commentée, preuve que cette question est aujourd’hui incontournable — comme souhaite y contribuer le dossier sur la Culture scientifique et technique de Sciences & Démocratie. Cette démarche réflexive trouve donc des échos et des demandes de prolongation à plusieurs niveaux émergent.

Pour Baudouin Jurdant, elle fait encore trop souvent défaut en particulier chez les chercheurs, et l’implication concrète de ces derniers dans la pratique de la médiation pourrait induire une démarche réflexive bénéfique, voire nécessaire (voir son intervention sur cette question « Communication scientifique et réflexivité », disponible en ligne). Il propose ainsi un point supplémentaire « pour un engagement authentique des communautés scientifiques elles-mêmes dans la médiation de leurs savoirs de spécialistes ».

Au niveau des pratiques de médiation, il semble que l’intérêt de la démarche réflexive ne soit pas remise en question et considérée comme intéressante à pousser plus avant : essayer de prendre du recul et de mieux comprendre les enjeux de ce que l’on fait dans sa pratique.

Mais la place des sciences humaines dans ce processus semble encore trop ténue pour Baudouin Jurdant, qui souhaite « un élargissement du dialogue » entre les sciences.  Ainsi, il gage que dans un dialogue avec les sciences dites « dures », que ce soit par l’intermédiaire des médiateurs professionnels ou des chercheurs engagés dans la médiation scientifique, elle permettrait de prendre conscience « d’où on parle », selon quelle perspective et avec quelle représentation du monde.

Retour sur le manifeste Révoluscience – Les réactions – 1/2

Par Antoine Blanchard et Mélodie Faury pour le collectif Révoluscience

Billet publié simultanément sur Sciences et Démocratie et Knowtex Blog

Les « lieux » des réactions

Plusieurs dispositifs avaient été mis en place pour recueillir les réactions des lecteurs, d’abord sur le blog du manifeste où les commentaires étaient possibles sous chaque proposition, puis sur un site de travail collaboratif permettant d’en annoter le texte, paragraphe par paragraphe. On alliait ainsi critique d’un côté et co-construction de l’autre.

Sachant que les internautes ont parfois aussi réagi par courriel (repris ou non sur le blog), sur leur blog et sur les réseaux sociaux comme Knowtex ou Twitter, l’ensemble est vite devenu foisonnant.

Bienvenue sur le web !

Ce sur quoi portent les réactions :

Quelques ambiguïtés

Les réactions des lecteurs du manifeste ont d’abord contribué à en faire ressortir le manque de clarté — malgré toutes les informations « méta » dont nous avions rempli le site web. Venom note par exemple : « je ne suis pas certain de bien comprendre d’où vient le projet, sa nécessité ou ce qu’il espère accomplir. » Le biologiste OldCola et ses collègues à qui il a fait lire le manifeste constatent que « les signataires ne sont pas sur le document qui a circulé », « nous ne sommes que deux à avoir pris la peine de déchiffrer les logos en haut de la première page », « on se demande franchement à quoi rime ce « .eu » » alors que le texte n’est même pas disponible en anglais et concluent : « il semble que c’est l’ENS qui parle à l’ENS ». Sur son blog, Diderot en verres miroirs a la même réaction à la lecture de la version PDF : « il est bien dommage de ne pas voir les noms des rédacteurs et signataires apparaître dans le site, ce qui diminuerait l’impact supposé des groupes de vulgarisation qui le compose, Paris Montagne et Atomes crochus. Tel quel, on a l’impression qu’il s’agit d’un truc parisiano-parisien, qui a le besoin de faire un buzz, et d’ailleurs propose les liens pour tweeter le manifeste. Proposer une communication ouverte, c’est ne pas communiquer seul, ou tout du moins ne pas en donner l’impression. »

Quant aux publics de ce manifeste (et aux acteurs de la médiation auxquels il fait référence), ce n’était pas toujours très clair non plus. Venom met l’accent sur les journalistes scientifiques, qui sont « en train de dépérir, au profit des nouveaux médias (blogosphère, baladodiffusion, etc.) ». Un chercheur-blogueur, OldCola, ne s’est pas senti concerné en première lecture (« Je n’avais pas trouvé ça particulièrement mobilisateur et je m’étais contenté de leur souhaiter silencieusement bonne chance »). Diderot en verres miroirs est gêné par « l’absence du scientifique dans ce texte, ou plutôt sa présence négative » — c’est-à-dire le fait de présenter le chercheur comme « prosélyte, imbu de son savoir, qu’il s’inscrit forcément contre la vision peut être fausse mais plutôt sympa de son public » à l’opposé du médiateur scientifique, « le gars bien qui, en troisième homme, fait passer la pilule difficile, respecte le client, l’accompagne. » Comme l’écrit Malvina : « Il serait malvenu (enfin je trouve), pour les intermédiaires/facilitateurs/accompagnants (au choix) de définir ce que doit être une médiation scientifique de ‘chercheur’ à leur place. » Jeannine Milhaud met l’accent sur la responsabilité des chercheurs, médiateurs de connaissances nouvelles qui doivent « prendre position » parce qu’ils sont les seuls « à même de connaître les conséquences plus ou moins lointaines de ces connaissances » — que ce soit une position de lanceur d’alerte ou de juste modération (afin de ne pas survendre des technologies qui n’existent pas encore). Dans le même ordre d’idée, François Pecqueur considère que le point de départ de toute réflexion doit être la non-marchandisation de la science et son maintien de l’indépendance.

Diderot en verres miroirs introduit aussi une distinction entre les médiateurs (typiquement bac + 5), qui sont journalistes, chargés de comm’, vidéastes, producteurs de contenu… et les animateurs scientifiques. Dans cette lignée, OldCola regrette que « médiation scientifique » ne soit pas définie et ressent le manifeste comme « un dialogue interne entre gens déjà impliqués dans le business ». Il n’a pas compris non plus quel était le public supposé des actions de médiation :  les politiciens et décideurs ? le public concerné ? les opposants ? Et Diderot en verres miroirs d’y ajouter les pairs, envers qui le chercheur communique aussi en permanence.

Enfin, le nom révoluscience sous-entendait une révolution que certains attendent encore :

  • « je trouve le pamphlet intéressant, mais j’ai du mal à m’y reconnaître, même si a priori (suite à la lecture superficielle que j’en ai fait) je n’ai pas de désaccord majeur avec » (Venom)
  • « laissons les se demmerder avec, ce ne sont pas les premiers, les seuls ou les derniers à essayer de gagner leur croûte en agitant des étendards d’une révolution qui n’en sera pas une » (OldCola)
  • « je trouve cette révoluscience naviguer dans un verre à dents » (Diderot en verres miroirs)
  • « Regrette le titre du manifeste « Revoluscience » qui paraît plus bloquant que porteur. », dit ainsi un « signataire »

De l’importance d’un nom… A l’inverse, le titre prend parfois le pas sur le fond dans ce qui provoque l’adhésion :  » Révolution tout court !  » (remarque d’un « signataire »).

D’autres par prudence, se disent intéressés, mais nous écrivent pour dire leur refus de soutenir le manifeste : « Donc, je continue à vous observer, plutôt qu’ « adhérer » , simplement par réserve prudente : puis-je faire autrement, puisqu’il faut penser plutôt qu’adhérer ? ».

Autre soupçon, celui qu’il y ait quelque chose de caché dans ce mouvement « révolutionnaire »…

La connotation politique de l’intitulé du manifeste a ainsi entrainé nombre de réserves et critiques.

L’idée d’une médiation scientifique responsable a aussi fait quelques étincelles : « est-ce que « médiation scientifique responsable » se traduirait dans l’esprit des signataires du manifeste par Relations Publiques ? » (OldCola). Pour Laure Cassus, toute médiation est déjà raisonnée par le médiateur, « qui réfléchit spontanément à ces questions car sa responsabilité morale est en jeu ». Dès lors, les propositions du manifeste lui apparaissent idéalistes, car il n’existe pas de « juste synthèse » accessible aux médiateurs — à part dans le « monde des bisounours ». Et si le manifeste met justement en avant « le respect et la préservation des pensées, des discours, des choix et pour faire large des espèces », est-ce qu’il ne se contredit pas son présupposé qu’une transmission est plus juste qu’une autre ? Pour Laure la porte de sortie est « la possibilité de faire confiance et d’enrichir la formation initiale de l’esprit scientifique et critique de chaque personne à l’école » — ce qui apparaît comme une autre solution magique naïve.

D’autre part, pour certains, le manifeste semblait trop centré sur les mécanismes de la médiation et moins sur ses visées (sans doute parce qu’aucun consensus n’avait émergé lors de Pari d’Avenir 2008). Cela a manqué à des lecteurs comme Alain Berestetsky qui voit dans la médiation le moyen de développer une culture scientifique qui « favorise le débat entre experts et non experts permettant ainsi que dans chaque problème puisse être croisées et identifiées les questions savantes et citoyennes ».

Enfin, le terme même de médiation scientifique pose parfois problème. Ainsi Pauline Lachappelle préfèrerait que l’on parle de  » médiation culturelle des sciences  » pour clarifier  » le fait que les sciences font partie de la culture et que de ce fait il est tout à fait censé d’interroger leur place dans nos sociétés « . Bien plus, cela conditionnerait les relations et le positionnement de cette médiation dans « le champ professionnel de la culture « .

Sachant que d’autres ont jugé la forme du texte condescendante, on voit que le ton juste et le bon mariage entre la forme et le fond est difficile à trouver !

Retour sur le manifeste Révoluscience – Lancement

Par Antoine Blanchard et Mélodie Faury pour le collectif Révoluscience

Billet publié simultanément sur Sciences et Démocratie et Knowtex Blog

Le Manifeste a été lancé au mois de juillet 2010, une fois une première version rédigée et le blog mis en place. Le date du lancement coïncidait avec un moment où la réflexion sur les questions liées à la culture scientifique, technique et industrielle était particulièrement vive, en France mais également en Suisse.

Un contexte et des circonstances estimées propices

à la mise en débat des idées proposées par le Manifeste

Lancement d’un manifeste suisse, intitulé « Manifeste pour une culture de sciences citoyennes », issu des Assises du Réseau romand Science et Cité, destiné à être diffusé auprès des responsables de la culture scientifique.

Projet de rédaction d’un texte commun par les acteurs de la CSTI en Rhône Alpes, en juin 2010

Perspective du Forum territorial de la Culture Scientifique et Technique, le 28 septembre 2010

Mise en débat et réactions lors de l’édition 2010 de Pari d’Avenir

L’édition 2010 du colloque Pari d’avenir n’a pas permis d’atteindre les objectifs que le collectif Révoluscience souhaitait atteindre, du fait notamment d’un calendrier finalement peu favorable à une organisation satisfaisante en amont de ces rencontres avec les participants au festival Paris-Montagne, et du fait de l’absence d’un grand nombre des membres du collectif Révoluscience à cet événement.

Objectifs de la mise en débat

Ce colloque constituait une première confrontation aux réactions et aux critiques des médiateurs sur la pertinence d’un tel texte pour leur pratique professionnelle.

Les objectifs du collectif Révoluscience dans ce contexte pourraient être listés de la manière suivante :

  • Ouvrir la discussion et inciter ceux qui le souhaitent à contribuer à la réflexion ;
  • Réaffirmer qu’il ne s’agit pas d’un travail abouti mais bien d’un travail en construction ;
  • Voir dans quelles mesures les propositions du Manifeste pourrait être applicables très concrètement sur le terrain, dans la pratique de chacun ;
  • Tester la possibilité pour les acteurs de la culture scientifique de s’approprier ce texte en l’état et envisager le cas échéant les adaptations ou évolutions qui paraissent nécessaires suite aux retours
  • Inventer collectivement, multiplier les outils et les idées qu’il pourrait s’agir de développer pour prolonger les propositions du manifeste dans la pratique ;
  • Présenter les suites actuellement envisagées pour poursuivre la réflexion.

Difficultés rencontrées et premières réactions

Des problèmes de clarté et d’organisation

Les objectifs du colloque et ce qui était attendu des participants n’ont pas été clairement définis au début des ateliers-débats. Ajoutons à cela la quasi absence de cadre pour l’animation des discussions, qui ont compromis dès le départ la richesse potentielle des échanges.

D’autre part, la totalité des textes du manifeste n’était pas sortie au moment du colloque (deux textes seulement avaient été communiqués aux participants : Objectifs et pratiques ; Rapports au publics), ce qui rendait impossible l’accès à une vision globale de la démarche du collectif Révoluscience et de ses intentions.

Des réactions mitigées sur l’intérêt de ces réflexions

Les premiers retours des participants ont dès lors permis de prendre la mesure de certains obstacles induits par les formulations et le mode de diffusion séquentielle du Manifeste.

Quand certains médiateurs nous rétorquaient simplement qu’ils n’avaient ni le temps, ni l’envie et qu’ils se sentait forcés à des discussions dans le cadre du colloque pour lesquels ils n’exprimaient pas d’intérêt, d’autres répondaient que c’était bien joli, et ensuite ? Que pouvait-on faire d’un texte de cette sorte ? Quel était concrètement l’apport de celui-ci pour leurs activités professionnelles quotidiennes ?

Enfin, plusieurs personnes ayant déjà mené ce type de réflexions sur leurs pratiques se demandaient ce qu’il pouvait bien y avoir d’original dans le manifeste. Tout cela est connu, alors à quoi ça sert ? Notre réponse était alors de dire qu’il s’agissait d’un effort de formalisation pour élargir les lieux de réflexion commune sur ces réflexions, mettre en commun pour avancer plus vite.

Le problème de l’appropriation d’un texte encore bien théorique

Ainsi, plusieurs personnes nous ont à juste titre fait remarquer que, dans sa forme actuelle, le texte du manifeste n’était justement pas très accessible. Il fallait se donner les moyens de rendre possible cette appropriation concrète des propositions formulées, puisqu’il s’agissait de l’un de nos principaux objectifs !

Ainsi, certains participants ont noté par exemple que pour les jeunes médiateurs, ce ne serait pas adapté alors qu’ils pourraient être une cible importante pour changer les manières de faire dans l’avenir… Une version vulgarisée de ce manifeste sur la vulgarisation semblerait dès lors nécessaire !

Dans le même sens, l’idée est venue de faire des courts métrages d’exemples caricaturés allant à l’inverse du manifeste ou des récits d’expériences des personnes soutenant la démarche du manifeste (plusieurs personnes motivées). Plus largement, une demande de concrétisation des idées s’est faite entendre.

Retour sur le manifeste Révoluscience – Pour la petite histoire

Par Antoine Blanchard et Mélodie Faury pour le collectif Révoluscience

Billet publié simultanément sur Sciences et Démocratie et Knowtex Blog

Origines et intentions du manifeste Révoluscience

Plusieurs étapes

Des mails qui circulent, un projet qui s’initie

Si le projet démarre publiquement avec le colloque Pari d’Avenir 2008, il faut remonter à l’idée même d’organiser cet évènement pour apercevoir les germes de ce positionnement collectif. Un premier déclencheur fut un texte publié par le Palais de la Découverte, présenté dans les Actes du colloque « Aimez-vous la science ? ».

« Une conf au Palais, présentant une vision archi positiviste de la science, le progrès va tout résoudre, etc… L’envie de répondre, car dans la salle personne ne s’est révolté. L’envie de dire stop, c’est dangereux, on va dans la mauvaise direction. L’envie aussi de réussir à exprimer ce qui faisait l’unité de toutes nos assocs (Paris-Montagne, groupe Traces, Atomes Crochus) », Livio

A l’époque, certains des participants au colloque s’étonnaient même de ne pas reconnaître dans ces Actes les interventions auxquelles ils avaient assisté. Les idées developpées par Philippe Lazar dans ce texte suscitèrent des réactions vives dans des échanges de mails entre membres de l’association Paris-Montagne et du groupe Traces notamment.

Exemples

« Une ode archi classique et bornée au « Progrès » qui serait seul capable de faire revenir une jeunesse qui aurait peur des sciences, vers les sciences…»

« Pourquoi entretenir cette fausse idée (d’après les enquêtes) que les sciences font plus peur qu’avant… ? »

Plutôt que de donner une réponse publique à ce texte, le groupe Traces et les associations Paris-Montagne, Les Atomes Crochus décidèrent d’en profiter pour développer une réflexion sur d’autres manières d’aborder les questions de médiation et de vulgarisation scientifique, partant du constat de l’existence d’un regard partagé sur cette question par les membres de ces trois associations, qui ont quelques membres en commun du fait de leurs origines respectives.

S’inspirant d’une initiative menée en Italie par certains acteurs de la culture scientifique, qui se sont baptisés « Les Amphibiens », il fut entendu que la forme d’un manifeste conviendrait à la démarche collective qu’il s’agissait ainsi d’initier.

Extrait d’un texte des Amphibiens :

« Nous demandons donc que soit reconnu et valorisé le rôle de ces nouvelles figures professionnelles amphibiennes, qui arrivent du monde de la recherche et de la communication et qui, à travers leur travail de tous les jours, en favorisant l’ouverture des nouveaux canaux de communication entre science et société, sont appelés à poser les bases d’une citoyenneté scientifique sur laquelle il sera possible de bâtir une société de la connaissance, équitable, ouverte et démocratique. »

Le colloque Pari d’Avenir

Le colloque Pari d’Avenir se déroule chaque année pendant le festival Paris-Montagne, sous forme d’ateliers-débats organisés en matinée.

En 2008 se sont côtoyés entre 20 et 30 jeunes médiateurs, chercheurs, membres et dirigeants d’associations de culture scientifique et dirigeants (ou anciens dirigeants) de grandes écoles et musées de science.

Dans le programme à disposition des participants, il avait été proposé à cette occasion de « réfléchir à l’opportunité d’un Manifeste pour une révision des objectifs et des pratiques de la culture scientifique ».

« A l’époque, je crois surtout avoir ressenti le besoin de plusieurs « praticiens » de mettre à plat les tenants et les aboutissants de leur pratique de médiation/communication. Comme si nous étions à un moment charnière. », Nicolas

Plusieurs thématiques avaient été soumises aux débats collectifs, déjà formulées sous forme d’engagements. Elles visaient à ouvrir des discussions sur les conceptions de la médiation scientifique, mais aussi plus largement de la science, partagées ou non par les participants  :

  • Pour une clarification des objectifs
  • Pour une réflexion sur la notion de « culture scientifique »
  • Pour une réflexion sur la « vision du monde » proposée par la science
  • Pour des actions qui montrent la science « telle qu’elle est » et « telle qu’elle se fait »
  • Pour un droit aux valeurs
  • Pour une éthique de la communication de la science

Le programme précisait également : « À l’issue du colloque, un petit groupe réuni autour du groupe TRACES tentera de faire ressortir les principales idées exprimées lors des ateliers-débats, dans un texte qui pourra préfigurer, à défaut de constituer, le manifeste évoqué plus haut. »

Des comptes rendus furent donc rédigés et la question s’est posée ensuite au sein du groupes Traces et de l’association Paris-Montagne de la suite à donner à l’ensemble de ces discussions.

Pour les curieux, l’ensemble des comptes rendus des ateliers et d’autres documents complémentaires sont disponibles en ligne.

« Le colloque Pari d’avenir était un événement marquant pour beaucoup d’entre nous, réunis pour discuter d’un renouveau de la médiation scientifique. Je me souviens du conteur Philippe Berthelot proposant de remplacer la médiation « consotoyenne » par une médiation centrée sur la valeur humaine de la science et sur la valeur éducative de son histoire. Je me souviens du plaidoyer de certains participants pour qu’on arrête de restreindre les métiers scientifiques à celui de chercheur. Je me souviens d’un incident avec une chercheuse qui ne se reconnaissait pas dans notre discussion. Je me souviens enfin du mélange d’expériences, d’âges et de parcours — avec cette même volonté de faire avancer le schmilblick en reconnaissant la diversité des situations, même si les présupposés du débat n’étaient pas forcément partagés. », Antoine

L’écriture d’un manifeste

Des séances de travail au sein du groupe Traces

« Pour moi : le colloque Pari d’avenir 2008 avait été frustrant d’un point de vue de la réflexion sur les pratiques de médiation scientifique, et avait au contraire souligné à quel point notre position méritait d’être portée en avant, face à un certain nombre de pratiques. Je me souviens même avoir envoyé un mail au cœur de l’été 2008 pour demander à ce qu’on donne une suite plus « interne » à ce colloque… ça fait plaisir de voir ce qu’on a parcouru depuis 🙂 », Bastien

Les réflexions amorcées au sein des ateliers-débats de Pari d’Avenir ont donné lieu à des séances de travail au sein du groupe Traces. Celles-ci, bimensuelles, faisaient alterner des séances de type Journal Club (présentation d’articles, d’ouvrages et discussions) avec des séances plus spécifiquement dédiées au travail de rédaction du manifeste.

Deux ans de discussions, parfois agitées, pour aboutir à une formulation fidèle aux conceptions partagées par les membres du collectif, et qui ont abouti à la version diffusée sur le blog revoluscience.eu. La mise en débat dans cet espace de discussion correspondait alors à la volonté de soumettre cette première version aux réactions et commentaires des lecteurs intéressés, qui se reconnaissent plus ou moins dans ce texte.

Il est d’ailleurs encore possible de participer en ligne !

Définition collective des objectifs du Manifeste

« Proposer explicitement une autre vision qu’une vision positiviste de la science parfois présente dans la médiation scientifique, sans bien sûr aller pour autant dans le relativisme ; proposer une alternative cohérente, convaincante et féconde pour la pratique de médiation. Aller donc vers un texte fédérateur, permettant d’identifier des acteurs proches de nos idées et d’envisager des actions communes, une créativité collective. », Mélodie

L’un des déclencheurs, devenu l’un des premiers objectifs du manifeste, était d’affirmer publiquement la possibilité de considérer la science autrement que par une sorte de positivisme rémanent, en tout cas encore trop souvent présent pour les auteurs de ce texte, et notamment dans la médiation scientifique.

Les autres principaux objectifs tels qu’ils étaient initialement formulés étaient pour la plupart communs à tous les membres du collectif Révoluscience :

  • Construire un espace de débat et de réflexion collection sur le pourquoi et le comment de nos pratiques de médiation respectives ;
  • Donner l’occasion aux acteurs de la culture scientifique de formuler des idées qu’ils avaient sans pour autant les avoir déjà explicitées ;
  • Fournir des outils aux acteurs, utilisables dans leurs pratiques ;
  • Fédérer une communauté qui se reconnaisse dans un texte commun, inviter ceux qui le souhaitent à se joindre à nous afin de défendre une vision et des objectifs pour la médiation scientifique ;
  • Influencer les pratiques en les rendant moins autoritaires et plus à l’écoute des valeurs et des savoirs non scientifiques ;
  • Vulgariser les science studies.

D’autres, complémentaires et parfois plus spécifiques à certains membres venaient s’y ajouter :

  • Partager des expériences de médiation, prendre du recul sur celles-ci ;
  • Promouvoir chez chacun une prise de conscience, une analyse, de ses pratiques de médiation et de leurs implications, parfois implicites ;
  • S’affirmer pour certains types de pratiques contre un certain nombre d’autres, majoritaires, créer du conflit pour obliger les gens à réfléchir et prendre position ;
  • Forcer les décideurs, financeurs, et autres « orientateurs » ou « responsables » à réfléchir à ces questions ;
  • Faire connaître les associations porteuses de ce projet ;
  • Utiliser ces réflexions pour améliorer les pratiques de médiation des Atomes Crochus ;
  • Structurer et comprendre la nature de ce qui fonde le groupe Traces en explicitant les idées partagées par ses membres.

Réflexions par rapport à d’autres initiatives

La rédaction du Manifeste s’est enrichie de réflexions sur d’autres initiatives liées à la médiation ou à la culture scientifique, antérieures ou contemporaines

– Le Manifeste pour une vulgarisation créatrice, co-écrit par Yves Jeanneret, Pierre Laszlo et Lionel Salem, et publié dans le Figaro du 21 Juin 1995, afin d’appeler à une prise de conscience sur l’importance de la vulgarisation.

La charte déontologique de la médiation culturelle issue d’un travail mené entre 2004 et 2007 par les membres de l’association Médiation Culturelle à Lyon. Cette initiative a donné lieu à une réflexion croisée avec le projet de Manifeste Revoluscience par l’un des membres du collectif, lors des Doctorales JecSic 2009 intitulée « Des savoirs et des hommes : quelle pertinence de la notion de médiation pour penser l’élaboration et la transmission du savoir et de la culture ? »

– Manifeste De la vulgarisation de Merde du réseau de vulgarisation scientifique Plume ! qui n’est plus accessible en ligne

Manifeste pour une culture de sciences citoyennes, diffusé à la suite de la publication des Assises du Réseau romand Science et Cité (RRSC) en début d’année 2010, et construit à partir des recommandations issues des débats des ateliers initié par les Assises du RRSC. Le Réseau roman Science et Cité a relayé le Manifeste Revoluscience en Suisse.


Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre

Texte écrit par Barthélemy Durrive (auteur principal), Julie Henry et moi-même, faisant office de pré-acte pour le Colloque international à Limoges, qui aura lieu les 1 et 2 décembre 2010 :

Réflexivité en contextes de diversité : un carrefour des sciences humaines ?

Ce texte présente l’atelier que nous animerons à cette occasion.

Barthelémy Durrive – Master 2 de Philosophie, ENS de Lyon, agrégé de Philosophie – barthelemy.durrive@ens-lyon.fr ;

Mélodie Faury – Doctorante, laboratoire C2So, ENS de Lyon – melodie.faury@gmail.com ;

Julie Henry – Doctorante CERPHI, ENS de Lyon – julie.henry@ens-lyon.fr ;

Les auteurs sont tous les trois membres du laboratoire Junior « Enquête sur l’homme vivant – philosophie, biologie, éthologie » de l’ENS de Lyon.

Mots clés : réflexivité, interdisciplinarité, altérité, familiarité, expérience vécue, pratique de recherche

Axes thématiques : Axe 2 – Altérité et diversité / Format de la proposition de communication : atelier

Objectifs de l’atelier – Résumé

Dans cet atelier, nous nous intéressons surtout aux conditions de mise en œuvre de la réflexivité et à ses modalités en contexte interdisciplinaire.

Tous les chercheurs ont l’habitude des deux démarches suivantes :

–         la démarche interdisciplinaire : se rencontrer autour d’un objet commun, partager des savoirs spécialisés

–         la démarche réflexive : individuellement dans nos pratiques de recherches, à l’occasion de réunions d’équipe, s’interroger sur nos propres démarches, méthodes, concepts…

La possibilité de croiser les deux démarches fait notamment l’objet de ce colloque : partager nos expériences réflexives pour construire des concepts transdisciplinaires communs.

Nous pourrions par suite envisager une approche complémentaire : il s’agirait de partir des conditions du dialogue interdisciplinaire (de ses exigences, de ses conditions de possibilité), sans apriori de méthode, afin de provoquer un retour réflexif quant à nos paradigmes disciplinaires respectifs – et, éventuellement, partager ce vécu avec d’autres.

C’est ce que propose cet atelier volontiers expérimental : mettre en place collectivement un contexte favorable à l’expérimentation personnelle de l’effort et des effets de la réflexivité, notamment via un dialogue entre les participants, à partir de concepts que les disciplines se sont appropriés distinctement.

Présentation d’une expérience précédemment menée

Le laboratoire Junior « Enquête sur l’Homme vivant »

L’atelier proposé a été imaginé à partir d’une expérience précédemment menée dans le cadre du Laboratoire junior « Enquête sur l’homme vivant ». Les membres issus de la philosophie, de la biologie, des pratiques artistiques, de l’histoire, de la géographie s’y rassemblent autour de questions communes, et notamment celle des conditions de possibilité de leur dialogue interdisciplinaire.

L’expérience d’une séance autour de la réflexivité

Notre objectif était de faire vivre à chacun des participants l’expérience de distanciation réflexive où je réalise que ma manière habituelle de construire mon sujet repose sur des présupposé sous-jacents. Le sens de l’expérimentation était donc de réunir les conditions d’un retour réflexif sur leurs pratiques de recherche, de manière à ce qu’ils y reconnaissent des aprioris non questionnés.

Notre démarche a procédé en deux temps :

1)      Réflexivité directe : profitant du cadre interdisciplinaire (sciences humaines et biologie), nous avons proposé une définition du concept de « fonction » tirée du dictionnaire, et nous en avons critiqué ensemble les présupposés finalistes. La question posée à chacun étant : « défini tel quel, utiliseriez-vous ce concept dans vos pratiques de recherches ? », chacun s’est référé à sa discipline (sociologie, histoire, biologie).

2)      Vers une démarche réflexive indirecte : passant ensuite à un outil conceptuel dont les présupposés sont moins évidents, nous avons ensuite proposé un modèle biologique (schéma explicatif présenté sans sa légende) et demandé à chacun de nous dire ce qu’il y lisait. L’interprétation des non-spécialistes ne parvenait pas à retrouver la cohérence globale du schéma – seules des conventions de représentation étaient mises en valeur (ramifications, flèches, etc.).  Un membre biologiste a pu finalement expliquer au reste du groupe qu’il s’agissait de la schématisation du développement cellulaire (à partir d’une cellule indifférenciée) de différents types de cellules de la rétine (photorécepteurs ou cellules amacrines). Or, l’exercice – pour ce spécialiste – a consisté à présenter tous les concepts qu’il mobilisait à partir de leurs enjeux (du problème qu’ils venaient résoudre) de manière à ce que des débutants puissent en comprendre la portée. Ce fut ainsi l’occasion pour ce chercheur de réinscrire toute la logique explicative du schéma (le mécanisme de différenciation cellulaire) dans son cadre paradigmatique (la théorie de l’ontogenèse) qui reste une théorie, comme il a eu lui-même l’occasion de le préciser.

Déroulement proposé et objectifs de l’atelier

Dans un premier temps, nous partagerons brièvement notre précédente expérience avec les participants, afin de préciser notre démarche, les objectifs de l’atelier et le type de réflexivité qu’il s’agit d’expérimenter.

Nous proposerons ensuite un thème comme point de départ à la discussion, par exemple le concept, transversal, de norme. Partant éventuellement d’une première définition, chacun serait alors amené à présenter le sens pris par ce concept dans le cadre de ses pratiques de recherches, au sein de sa discipline, et de manière à ce que tout le monde comprenne de quoi il s’agit. Nous nous positionnerons à cette étape comme médiateurs (« catalyseurs ») de la discussion, posant éventuellement l’une ou l’autre question pour aider à mettre en évidence certaines spécificités disciplinaires, de manière à ce que la personne ayant la parole puisse les présenter plus précisément, en ses propres termes, toujours dans l’effort d’être compris.

Nous finirions par un retour collectif, afin d’essayer ensemble de dégager un concept de réflexivité et d’interdisciplinarité qui puisse rendre compte de ce qu’il s’est passé. On ne part donc pas a priori de concepts déterminés, mais on aimerait y aboutir, c’est-à-dire essayer de tirer ces concepts de notre expérience – et ce de manière réflexive et interdisciplinaire.

Quelle réflexivité vise-t-on ici ?

L’expérience que nous proposons vise à favoriser la mise en œuvre individuelle et collective d’un retour réflexif sur nos pratiques de recherches, afin de :

– se rendre compte de tout ce qu’on mobilise (concepts, méthodes, opérations) du fait de notre formation disciplinaire, de manière à révéler des aprioris faussement évidents comme autant de biais qui déterminent et limitent notre façon de construire l’objet de recherche ;

– reconnaître vis-à-vis de soi-même les concepts qu’on utilise de façon opératoire sans pour autant toujours les comprendre (parce qu’on les mobilise dans le cadre d’un discours déjà préparé), de manière à ouvrir les « boîtes noires » – ces concepts que l’activité de recherche implique de fait parce que « on voit de quoi on parle », sans pour autant savoir en quoi ils consistent (le concept de gène, par exemple) ;

– faire apparaître la légitimité propre de notre approche disciplinaire – à la lumière de ses enjeux, certes, mais hors de son contexte consensuel, c’est-à-dire sans qu’on soit « conquis d’avance » par les principes de cette légitimité.

Spécificités du dialogue ainsi créé et de la réflexivité induite

– ce dialogue n’est pas un débat : on ne cherche pas à convaincre l’autre, ni à trouver un point commun d’entente entre disciplines ; par ailleurs, on ne cherche pas à « construire »  d’objet déterminé au cours de cet échange ;

– ce n’est pas une discussion « transitive », mais plutôt réfléchie, puisque le thème de la discussion (ici, la norme) n’est pas un objet qu’on viserait, mais plutôt un exemple servant d’occasion à un retour réflexif sur les différentes manières de l’envisager ;

– ce n’est pas un cours : chaque participant est à la fois ignorant hors de sa discipline et spécialiste à l’intérieur ; dès lors que l’on reconnaît cette légitimité de l’autre, on cherche spontanément – pour se faire comprendre – à partir de son point de vue (d’où il parle) comme d’un point de départ (d’où il part) ;

– reconnaître la consistance et la légitimité des perspectives disciplinaires de l’autre est une étape préparatoire : le travail proposé ici consiste plutôt à présenter sa démarche en la projetant dans les coordonnées théoriques et pratiques de l’autre, sans pourtant en trahir l’esprit (les partis pris constitutifs) ;

– il peut certes y avoir au cours de la discussion des accords ou des désaccords ponctuels (sur certains postulats, par exemple) mais l’essentiel est surtout ce que ces points de rencontre divergente ou convergente nous disent à nous-mêmes sur notre propre perspective ;

– les difficultés à se faire comprendre par l’autre (ses mésinterprétations, incompréhensions, perplexités) nous font faire l’expérience d’un inconfort : une sorte de double contrainte où la nécessité de faire appel à des présupposés paradigmatiques (qui faisaient consensus dans le cadre des discussion disciplinaires au point de passer inaperçu) est de fait interdite (faute de partager ce champ de références avec le public) ; c’est le vécu de cette gêne que nous aimerions provoquer.

La critique réflexive nous semble alors prendre une forme spécifique : ni objectivation unilatérale, ni argumentation ad hominem depuis l’extérieur, ni opposition disciplinaire (limitée, dans la mesure où les disciplines ne se placent pas sur le même plan, relevant de critères d’évaluation qui leurs sont propres) la mise au jour des biais propres à mes pratiques est plutôt vécue comme une crise symbolique, où je me mets moi-même en difficulté.

Vers quelle interdisciplinarité ?

Le croisement des démarches réflexives directe et indirecte tel que nous souhaitons l’expérimenter engage une certaine conception de l’interdisciplinarité : elle serait un dialogue plus qu’un terrain commun, chacun restant dans le cadre de sa discipline pour mieux en voir les délimitations internes – qui sont en même temps des limites. Ce travail sur soi de la part de chacun est peut-être la condition pour trouver, par la suite, un langage et un point de vue commun, parce qu’elle fonde cette recherche sur la reconnaissance de compétences disciplinaires.