Archives par mot-clé : entretien

Pauline : une recherche engagée, inconcevable sans enseignement

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Initialement, les motivations de Pauline pour la science étaient liées à son expérience personnelle. Ses objectifs ont évolué au fil de sa formation et de la découverte de l’importance d’une certaine mise à distance vis à vis de ses objets de recherche : «  […] je pense qu’il faut vraiment se méfier quoi, de l’implication sentimentale… Autant faire des choses, faire avancer la recherche en biologie, se dire qu’effectivement on va aider des personnes malades etc., je pense  que du coup le fait d’avoir des personnes malades dans son entourage peut être une motivation, mais travailler vraiment sur ce que ces personnes-là ont, je pense que c’est pas forcément bon quoi, pour soi, pour les autres, enfin, que c’est, tu manques forcément de recul quand tu fais ça je pense. »

L’intérêt qu’elle porte pour la recherche en génétique au moment de sa thèse dépasse finalement les applications potentielles des résultats qu’elle pourrait trouver : « Comprendre, juste pour comprendre la vie, même pas avec un but médical, ou en tout cas, à ma paillasse tous les jours, le but médical il est pas présent dans ma tête clairement, alors que le but de connaissances scientifiques ouais, toujours. C’est vraiment, ouais, c’est vraiment ça qui me motive quoi. »

Source: http://www.coramh.org/pages.php?p=2

De l’encadrement de son master, puis de sa thèse aux relations inter-individuelles dans et entre les laboratoires, Pauline porte un regard critique et tranché sur la recherche : « par rapport à l’encadrement de ma thèse, bon c’est clair, c’est pas comme ça que je vois la relation entre un thésard et une directrice de thèse, et par exemple je trouve qu’on a pas du tout assez d’interactions, sur le plan scientifique et sur le plan technique, et que ma chef est pas quelqu’un d’extrêmement présent, et ça, ça me pèse vraiment. » Elle ajoute plus loin : « c’est vraiment de l’arrivisme toujours quoi, enfin, les gens font passer leur carrière avant, avant l’aspect humain, alors, il y a sûrement des raisons aussi, il faut dire que c’est très difficile de faire une carrière dans la recherche donc effectivement, si tu es pas un peu un loup tu as un peu de mal à y arriver, enfin, il faut aussi un peu écraser les autres parce que sinon, ça passe pas. Mais je trouve ça dommage quoi, je trouve ça dommage que la sélection elle se fasse comme ça. C’est pas les meilleurs scientifiques qui arrivent aux plus hauts postes, c’est ceux qui ont les dents les plus longues. » Proche des mouvements de syndicats, elle exprime à plusieurs reprises un fort intérêt pour les questions de gouvernance de la recherche et un mécontentement quant aux modes de fonctionnement de la recherche : « Enfin, les chercheurs en biologie, de manière général je les trouve très peu concernés par très peu de choses en fait, enfin le manque d’intérêt est flagrant […] en ce moment, on est dans un contexte un peu particulier parce qu’il y a la refonte de l’unité, donc toutes les équipes en gros, c’est remis à plat et c’est reconstruit on va dire, donc que ça leur prend énormément de temps, énormément d’attention, et donc finalement les questions plus générales […] ils s’en fichent complètement quoi vraiment c’est… »

L’encadrement des stagiaires et des thésards est au centre de ses préoccupations et de ce qu’elle déplore dans le mode de fonctionnement de son laboratoire : « quand elle prend par exemple un stagiaire de master, et donc c’était sûrement mon cas quand je suis arrivée, même si après j’avais pas forcément de recul, etc., c’est… c’est, elle prend de la main d’œuvre pour faire des publications, elle prend pas quelqu’un qu’elle a envie de former par exemple, et ça c’est, enfin, peut-être un petit peu, mais c’est clairement pas le but principal, quand elle prend un stagiaire de master, c’est pour faire du volume, elle le voit comme sa force de frappe, c’est son mot quoi je veux dire. » Plus généralement, c’est la relation pédagogique qui lui paraît indissociable de la pratique de recherche : « enfin, moi qui suis extrêmement attachée à l’aspect enseignement et l’aspect encadrement des thésards et des stagiaires etc, c’est quelque chose qui me révolte complètement, et c’est pas qu’elle, hein je veux dire, là en ce moment, tous les chercheurs du labo ont au moins trois, voire quatre stagiaires, ce que je considère comme complètement anormal. […] Moi ce qui me plaît dans ma thèse c’est la partie monitorat, c’est la partie enseignement, donc quelle que soit la suite de ma carrière ce sera forcément avec un partie importante d’enseignement. Soit enseignement dans le secondaire, soit enseignement dans le supérieur. »

Source : http://www.observatoiredessubventions.com/tag/enseignement/

Lucie – Ces échanges qui font la science

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Photo : cc Mélodie Faury

Lucie a choisi ses laboratoires de stages, puis de thèse, d’abord par affinité pour l’objet des recherches qui y était menées : « Non mais, ça a l’air con de le dire comme ça, mais j’ai toujours adoré les plantes, et même gamine, je sais pas pourquoi, c’était un truc qui me plaisait. Et en fait, alors après pourquoi ça m’est resté et… c’est vraiment une question de goût je veux dire, c’est ni un choix stratégique, ni je sais pas quoi, ça me plaisait… ».

Au moment de s’engager pour plusieurs années de doctorat, c’est la possibilité de relations humaines agréables avec l’équipe du laboratoire choisi qui paraît déterminante : « Et en fait, il y a deux choses qui me motivaient, déjà le sujet me plaisait beaucoup. […] Et aussi, il y avait aussi un facteur humain qui fait, qui faisait que je m’étais vraiment très très bien entendue avec Untel, et que, quitte à passer trois ans à bosser dur sur un sujet, je voulais aussi que ce soit dans des conditions, où ça se passe bien. Parce que je pense que… je pense que si ça se passe mal avec son encadrant de thèse… enfin je me connais, moi je prends les choses très à cœur, et j’aurais pas tenu le coup quoi. » Continuer la lecture de Lucie – Ces échanges qui font la science

Philippe – Le travail de recherche, un territoire de jeu conquis et maîtrisé

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Philippe est venu en France pour faire ses études en biologie. Si son souhait de faire de la recherche apparaît assez tôt, son affinité pour sa spécialisation actuelle a évolué au fil de sa formation :« Ouais, lorsque j’étais arrivé en licence, c’était vraiment la bactério et rien. Et après je me suis dis, finalement, on reste dans la microbiologie avec les virus et j’ai essayé de trouver quelque chose où il y a de l’argent et où c’est intéressant. J’ai toujours aimé les trucs moléculaire, là c’était parfait.[…] Mais ouais la recherche ça m’a toujours plu. »

C’est sur les conseils d’enseignants-chercheurs et guidé par son intérêt pour un sujet de thèse, que Philippe choisit un laboratoire pour effectuer son doctorat : « J’ai demandé à une des profs de l’épigénétique, qu’est-ce qu’elle avait fait comme parcours, elle m’a dit qu’avant de faire de l’épigénétique, elle a travaillé dans le domaine de la traduction, donc du coup j’ai contacté Untel, parce que j’étais assez proche de lui, et je lui ai demandé s’il y avait un laboratoire de traduction dans Tel Lieu. Il m’a dit « oui », un super labo où ils font en plus de la virologie, donc c’était parfait. J’ai choisi comme ça. »

Continuer la lecture de Philippe – Le travail de recherche, un territoire de jeu conquis et maîtrisé

Daniel – Vivre une expérience rédhibitoire, pris entre deux conceptions opposées de la recherche

 

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Daniel a éprouvé son intérêt pour un domaine spécifique[1] de la biologie au cours de précédents stages, ce qui l’amène à choisir un laboratoire avant tout pour son intérêt scientifique, mais aussi en partie pour la composition de l’équipe : « Ouais c’était dans ce truc-là que je voulais travailler quoi […]. Parce qu’en fait, tous les stages que j’ai fait c’était dans ce domaine là. […] Parce qu’en fait là j’ai choisi parce que ça m’intéressais bien, et parce que, voilà le sujet m’intéressait bien, et il y avait des gens qui m’intéressaient bien aussi, enfin je veux dire, je sentais qu’il pouvait y avoir des bonnes interactions avec Untel et Untel, mais ce que j’avais pas compris c’est que [rires], il allait y avoir un souci dans le trajet quoi. »

Pris en tenaille entre deux conceptions opposées de la recherche, notamment éprouvées lors de la collaboration avec d’autres équipes, Daniel s’est forgé une conception de la recherche incompatible avec celle en vigueur dans son laboratoire de thèse : « Bah en fait tu sais c’est juste, enfin c’est lié avec ici aussi c’est que on a pas le droit de discuter librement avec les collaborateurs, parce que bah voilà il y a une hiérarchie […] Et donc en fait, moi je donnais toutes les informations, enfin je veux dire, c’était une collaboration donc on échange librement, en fait, c’était ma vision à moi, que j’ai encore d’ailleurs, c’est la recherche c’est un espèce de partage, donc on avance dans la même direction quoi. Et donc quand on collabore, voilà, il faut pas donner toutes les informations aux concurrents etcetera, mais aux collaborateurs, on peut leur faire confiance quoi. Et donc bah voilà, moi j’étais entier je [rires], je faisais confiance et tout. Et puis on est venu me passer derrière, enfin ma chef est passé derrière en me disant que c’était intolérable, de discuter comme ça aussi librement avec les collaborateurs, qu’il fallait se méfier, etcetera, etcetera. »

Continuer la lecture de Daniel – Vivre une expérience rédhibitoire, pris entre deux conceptions opposées de la recherche

Eleonore – Le plaisir des expériences et de la technique, dans un sujet à l’interface

Ce billet fait partie de la galerie de portaits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

En commençant sa formation dans le supérieur, Éléonore voulait initialement enseigner. Mais le plaisir des expériences en biologie (les « manips »), découvert au cours de ses études (« le L3 c’était aussi des manips, je me faisais plaisir sur les manips, et je me posais pas de question »), lui a donné goût à la recherche :  « […] la thèse, je trouve que c’est encore assez idéal comme statut, parce que finalement, tu ne prends pas part aux décisions politiques etc., on n’exige pas de toi une implication administrative ou politique, et tu te fais plaisir avec les manips. » Elle ajoute un plus tard : « Je suis très contente d’être en thèse et de toute façon, quoi qu’il en soit, ça aura été vraiment une super expérience au niveau, enfin relations humaines en tout cas. Je me serai vraiment fait plaisir sur les manips, donc voilà. ».

Les expériences qu’elle mène sont d’ailleurs au centre de l’entretien (« Une semaine normale en général j’ai des manips tous les jours ») et des interactions avec les autres membres de son équipe (récurrence de l’expression « discuter des manips »).

Particulièrement intéressée par certaines techniques de microscopie, et par le fait de développer une compétence sur celles-ci,  Éléonore oriente ses choix de stages puis de thèse  vers des laboratoires utilisant ces instruments pour étudier leurs objets de recherche : « […] moi ça me tentait vraiment bien, parce que c’était de la microscopie, c’était des cellules, c’est à un niveau plus intégré que de la bioch ou de la biomol, et j’en avais complètement marre de la biomol après tous les autres stages. »

Son approche de la recherche est ainsi essentiellement guidée par la technique et l’utilité des recherches qu’elle mène : « Donc du coup c’était à la fois de la viro qui m’intéressait, à la fois de la microscopie qui m’intéressait vraiment […] A vrai dire, la thématique, ça aurait pu être n’importe quoi, enfin. Mais il y a quand même un aspect qui me manquerait si je travaillais sur d’autres choses, parce que ce que j’aime vraiment en viro, c’est l’aspect médical et une justification médicale en fait, derrière. […] Et je crois, enfin moi j’ai besoin d’une justification, et c’est aussi ça qui m’a plu. Enfin, je pourrais pas travailler sur une protéine parce que c’est une protéine. » Continuer la lecture de Eleonore – Le plaisir des expériences et de la technique, dans un sujet à l’interface

Florent – Le laboratoire comme lieu de vie sociale, où il s’agit de faire ses preuves

Ce billet fait partie de la galerie de portraits de doctorants rencontrés au cours de ma thèse, dont la démarche est présentée ici.

N’hésitez pas à raconter votre parcours et votre propre expérience de thèse, selon la proposition faite sur le billet présentant la galerie de rencontres.

Florent présente son attirance pour la biologie comme une vocation, née à la fois d’une certaine curiosité pour les sciences et l’apprentissage, mais aussi de jeux partagés enfant avec son grand-père : « Moi je savais grosso modo que je voulais faire de la recherche parce que la biologie ça m’intéressait, mais, c’est plus que la biologie m’intéressait plutôt que la recherche elle-même. J’ai jamais été le, tu vois j’aime bien regarder le monde autour de moi, j’aimais bien, j’étais toujours le premier à aller ramasser des insectes, des choses comme ça, mais j’étais pas le genre de gars à vouloir tester des choses, tu vois ? C’était plus apprendre des choses. ». Il ajoute plus loin : « En fait quand j’avais 5 ans, avec mon grand-père, on jouait aux globules blancs et aux microbes sur le canapé chez lui. Donc voilà, j’ai toujours aimé ce genre de choses. »

Le choix de la virologie comme domaine d’étude semble dès lors s’être effectué tout naturellement, à partir de ces affinités précoces, et est associé à des souvenirs précis : « Quand j’étais en 6ème on devait faire un exposé sur la reproduction, j’avais choisi la reproduction des virus. Ce qui m’avait valu une mauvaise note parce que la prof avait dit que c’était pas un être vivant. […] Donc j’ai toujours aimé la viro, ça m’a toujours intéressé, la viro et l’immuno, depuis tout petit, c’est la faute de « Il était une fois la vie » ça. »

Continuer la lecture de Florent – Le laboratoire comme lieu de vie sociale, où il s’agit de faire ses preuves

Paroles de doctorants – Terrain de thèse

Mon travail de terrain, mené essentiellement sous forme d’entretiens, m’a amenée à rencontrer des doctorants en biologie, eux aussi en cours de thèse.

Ils ont bien voulu détailler leur pratique quotidienne de la recherche, le rapport qu’ils entretiennent à leur pratique au moment de l’entretien, mais parfois aussi plus largement à la science.

C’est de la diversité de l’expérience vécue de la thèse que la galerie de rencontres que j’initie aujourd’hui cherche à donner un aperçu. [1]

Si vous êtes en cours de thèse, quelle qu’en soit la discipline, ou que vous l’avez déjà soutenue, vous pouvez contribuer à cette galerie en racontant votre parcours et votre propre expérience de thèse, sous forme de commentaire ou de préférence à l’adresse suivante :

experiencedethèse@gmail.com

Une publication pourra ensuite être envisagée sur l’Infusoir (qui se réserve le choix des témoignages à publier, sur des critères liés à la rédaction de ceux-ci et non bien sûr à la nature de l’expérience vécue)

Pour cela ces témoignages devront être anonymes (pas de nom de lieux ou de personnes notamment) et reprendre la structure suivante :

  • Comment en êtes-vous arrivés à faire de la recherche ?
  • Comment avez-vous connu et sur quels critères avez-vous choisi le laboratoire de votre thèse ?
  • Quel était votre statut, tel que vous l’avez vécu, dans le laboratoire (plutôt étudiant, plutôt chercheur ? autre ?) et comment cela s’exprimait-il par exemple ?
  • Avec qui interagissiez-vous le plus et quelles étaient vos activités principales et/ou quotidiennes ?
  • Comment diriez-vous que votre thèse s’est déroulée globalement et pourquoi ?
  • Comment votre conception de la science et/ou de la recherche a-t-elle évolué au cours de votre thèse ?
  • Quels choix avez-vous fait après la thèse et pourquoi ?
  • Quelle est votre situation actuelle ?

[1] Idée inspirée de l’ouvrage de Gilles Chantraine, dans lequel il présente sous forme d’encadrés les prisonniers qu’il a rencontré au cours de ses entretiens : Par-delà les murs, Gilles Chantraine, Paris, PUF, 2004, 268 p.