Archives par mot-clé : éthique

Ethique de l’Internet et pratique de recherche #2 : mauvaises conduites et « bonnes pratiques »

Ce billet est le deuxième d’une série sur “Internet, la recherche et l’éthique”. Billet précédent : « Éthique de l’Internet et pratique de recherche #1 : valeurs du web 2.0 et notion de bien commun » / En lien avec la présentation  : « Interroger le travail scientifique en ligne : ou le développement d’une approche éthique et réflexive de la place du chercheur dans la société ? »

Les valeurs de la science

Les modifications induites par le numérique dans les pratiques de recherche amènent à expliciter certaines valeurs du travail de recherche, du fait des nouvelles alternatives que ces modifications offrent et des choix induits par l’existence de ces alternatives. Le travail de Merton serait à recontextualiser et réactualiser, avec toute la dimension critique qui lui a été associée depuis, mais reste intéressant en ce qu’il dépeint un exemple situé d’idéal scientifique appuyé sur certaines valeurs. Continuer la lecture de Ethique de l’Internet et pratique de recherche #2 : mauvaises conduites et « bonnes pratiques »

Epistémologie de la médiation scientifique Cours #1

Éléments de contexte

Je prépare aujourd’hui mon premier cours d’épistémologie de la médiation scientifique, auquel j’articule d’emblée des questions d’éthique de la médiation scientifique. Ce cours est construit à destination des étudiants en Master « Histoire, philosophie et médiation des sciences » de l’IRIST (Institut de Recherches Interdisciplinaires sur les Sciences et la Technologie).

 « Ce master s’adresse à tous les étudiants et les professionnels intéressés par le développement des sciences, des technologies, de la médecine et leur rôle dans la société. »

Je rencontre en particulier les étudiants des parcours « Culture, patrimoine et médiation des sciences » et « Enseignement – Histoire et philosophie des sciences ».

« Publics concernés par le master »

Le master s’adresse à différents publics d’étudiants avec l’ambition :

–         de former de futurs professionnels et de futurs chercheurs œuvrant à l’interface des domaines science/technologie/médecine et société ;

–         d’apporter une formation complémentaire à de futurs professionnels ou à des professionnels déjà en poste – scientifiques, médecins, pharmaciens, ingénieurs ou administrateurs de la recherche et de l’expertise, enseignants – qui souhaitent mettre en perspective leurs connaissances, approfondir la compréhension des enjeux sociaux des sciences, des technologies et de la médecine et acquérir un atout supplémentaire dans l’exercice de leur profession.

 Quels sont les autres cours que les étudiants des parcours 2 et 3 suivent ?

Parcours 2 :

–         Études des sciences : approche et méthodes

–         Sciences et société : théorie et pratiques

–         Politique de la culture et des publics

–         Musée et médiation en pratique

–         Méthodologie de la recherche et valorisation des compétences

Parcours 3 :

–         Études des sciences : approche et méthodes

–         Sciences et société : théorie et pratiques

–         Histoire et philosophie des disciplines scientifiques

Les questions posées dans ce cours

Les questions que je souhaite que nous nous posions pendant ce cours, en développant des formes de réflexivité individuelles et collectives, sont les suivantes :

Comment se construit un discours de médiation scientifique ?

Quelles sont les postures des acteurs et comment les comprendre ?

Quels sont les outils d’analyse de ces postures et de ces discours dont on dispose ?

Quelles sont les fonctions du discours de médiation scientifique ?

En quoi peut-on parler d’éthique de la médiation scientifique ?

Comment peut-on mettre en œuvre des formes de réflexivité sur les enjeux des discours de la médiation scientifique ?

Le lieu du premier cours

En quoi le lieu du cours est-il lié, par son histoire et par son actuelle fonction, aux questions que nous nous posons ?

Ce premier cours aura lieu dans un espace symboliquement fort, regroupant aujourd’hui des ressources en Épistémologie, Histoire des sciences, Philosophie des sciences, Didactique des sciences, Communication Scientifique ; et faisant partie hier des locaux du GERSULP ( Groupe d’Étude et de Recherche sur la Science – actuel IRIST).

Contenu initialement prévu du cours face à un déroulement souvent porté par l’improvisation, dans l’interaction avec les étudiants

Qu’est-ce que la médiation scientifique ?

– Définition en terme de discours : « parler de et sur la science »

Réf : JURDANT, B. (2006b). Parler la science ? Alliage n°59. [en ligne], consulté le 20 avril 2012. URL : http://www.tribunes. com/tribune/alliage/59/page6/page6. html

Comment peut-on caractériser un discours ? Approche en sciences de l’information et de la communication

–   Situé – moment, endroit ;

–   Adressé – cibles ;

–  En relation – discours oral en particulier et possibilité de transformation / modulation / évolution du discours dans cette relation ;

Comment peut-on caractériser plus particulièrement un discours de vulgarisation, de médiation scientifique ?

Pour le définir, considérer, dans un premier détour : comment travaillent les médiateurs scientifiques ?

Caractérisation possible, que nous utiliserons dans le cadre de ce cours :

–         qui construit ce discours ?

–         quel est le public cible ?

–         quels sont les objectifs de ce discours ?

–         quel est le contexte de ce discours ?

photo
Fête de la Science à l’Université de Strasbourg

Exercice collectif

Visite de laboratoire : fête de la science / Visite de laboratoire « Science académie » : quelles différences en terme de caractérisation des discours de médiation construits ?

  • Quels sont les objectifs possibles d’un discours de médiation scientifique ? Ou plutôt de quoi dépendent-ils ?

L'(les) intérêts du porteur de discours  : Peut-on le / les « repérer dans les discours » ?

Exercice collectif – Analyse d’accroches de B. Labasse

Doc – Exemples accroches

  • De l’analyse du discours des autres, à celle en retour de son propre discours sur la science : réflexivité par l’autre et par soi

Quels sont mes intérêts pour la science ? Pourquoi ai-je envie d’en parler ? Pourquoi est-ce que je m’intéresse aux sciences ?

Explicitation personnelle

1/ qu’est-ce que la science ?

2/ qu’est-ce qu’un discours de médiation scientifique ?

Exercice collectif

1/ analyse « qu’est-ce que la science ? » pour des M1 Biosciences

Doc – Qu’est-ce que la science

2/ pourquoi pourraient-ils avoir envie d’/ un intérêt à en parler dans une situation de médiation scientifique ?

Analyse de discours de médiation scientifique

Exercice collectif

Analyse des registres de vérité, de savoir de réalité dans un discours d’expertise à la télévision. Quelles questions peut-on se poser en écoutant ce discours / en le lisant ?

Discours expert_A analyser / Discours expert_analysé

Réflexivité et médiation scientifique

Discussion sur la relation entre médiation scientifique (l’oral, l’écrit, le collectif) et réflexivité (le chercheur réflexif, le médiateur réflexif) à partir des textes suivants :

1/ Faury, Mélodie (12 février 2012) “ Qu’est-ce que la réflexivité ?”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 15 octobre 2013.  http://reflexivites.hypotheses.org/703

2/ Faury, Mélodie (1er mai 2013) “Revenir autrement – Mouvements, choix et perspectives dans nos manières de penser”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 15 octobre 2013.   http://reflexivites.hypotheses.org/4610

3/ Jurdant, Baudouin (22 février 2012) “Communication scientifique et réflexivité”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 15 octobre 2013. http://reflexivites.hypotheses.org/695

4/Faury, Mélodie (6 janvier 2011) Ambiguïtés et enjeux de la vulgarisation – A partir d’une intervention de B. Jurdant Consulté le 15 octobre 2013. http://infusoir.hypotheses.org/568

5/Le Marec, J. (2009) «  Chercheur de science », avant propos à l’ouvrage de Baudouin Jurdant, Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique, Paris : éditions des archives contemporaines.

Extraits

– la reconnaissance, par les scientifiques exactes et expérimentales de « certaines formes de curiosité à l’égard des sciences (celles auxquelles la vulgarisation répond), mais pas toutes ».

– « si vous êtes surpris de l’intérêt que je vous porte, c’est que je ne m’intéresse pas aux sciences de la manière dont vous voudriez que je m’y intéresse. »

– « Cette réflexivité qui entraîne irrésistiblement l’exigence d’un dialogue à propos de
l’intérêt pour les sciences se retrouve dans tous les travaux de Baudouin et non
seulement dans tous ses travaux, mais aussi dans tous ses modes d’intervention. »

« Dans les articles récents de Baudouin Jurdant, la vulgarisation est elle-même posée à la fois, au plan historique et comme l’expression d’un refus de réflexivité (ce refus nécessaire à l’autonomisation du savoircollectif sur la nature) et comme l’opérateur d’une réflexivité nécessaire à la construction de l’intersubjectivité par laquelle cette autonomisation du savoir collectif se réalise. Or, pour Baudouin Jurdant, ce refus de réflexivité, et en contrepoint, cette ruse des sciences pour la récupérer malgré tout (puisqu’elle est nécessaire de toute façon à tout processus de signification, qui ne peut être que lié à des communications sociales) viennent d’un rapport des sciences à la langue : seul l’usage de la parole vivante implique immédiatement la présence de l’autre, et donc, par retour, un rapport réflexif à sa propre pensée. »

« Daniel Jacobi et Bernard Schiele ont très tôt cherché à observer et différencier
empiriquement les formes sociales et culturelles de la vulgarisation comme élément
de l’espace scientifique, et ont développé des œuvres de recherche fondamentales,
qui éclairent le fonctionnement communicationnel des sciences et son évolution »

Points à discuter plus particulièrement :

– Fonctions de la médiation scientifique (enjeux didactiques, culturels, idéologiques, linguistiques) ;

–  Éthique de la médiation scientifique – alternatives du discours, objectivité et idéologie, « discours de l’évidence » (sans ancrages explicites) / Donner accès, par le discours que l’on construit, à la perspective depuis laquelle on parle : donner la possibilité de situer le discours : qui parle, depuis où et pourquoi.

« Prendre la société de la connaissance au sérieux » – Quelques mots sur les sciences en société

Une citation issue d’un article disponible en ligne, paru dans Les Cahiers du M.U.R.S,  publiés par l’association “Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique“.

MURS n°60 – 2009, intervention d’Ulrike Felt, professeur en sociologie des sciences à l’Université de Vienne

Vidéo en ligne de l’intervention

« Prendre la société de la connaissance au sérieux », intervention d’Ulrike Felt à partir de travaux d’un groupe d’expert effectués pour la direction « Science, Economie et Société » de la Commission Européenne.

Rapport de 2007 disponible en ligne (en anglais), dont U. Felt est rapporteur et B. Wynne « chairman ».

version 2009

Capture d’écran 2013-08-01 à 17.16.17« (…) le défi posé au groupe était de repenser l’engagement de la société civile démocratique dans la gouvernance de la science en Europe. L’idée était de rassembler des connaissances acquises par des chercheurs dans le domaine STS (science, technologie, société) pour évaluer les défis actuels et débattre des stratégies futures concernant la science et sa gouvernance. (…)

Cependant le rapport ne devait pas aboutir à des recommandations de « best pratice » en ce qui concerne science et gouvernance. Il s’agissait plutôt de montrer les enchevêtrements complexes entre science et société et leur profond enracinement dans nos cultures. Le rapport visait donc plutôt à offrir des options pour repenser la situation. En conséquence, nous avons abordé la question de science et gouvernance à travers les notions-clés employées dans les discours des décideurs européens.

Nous avons identifié quatre notions à approfondir : l’innovation, son orientation, sa distribution ; le risque et la science, ainsi que sa dimension normative; l’éthique, la politique normative européenne et le rôle des experts ; et enfin les publics européens, leurs formations, performances et rencontres.

Dans le processus de discussion, deux thèmes transversaux ont émergé. Premièrement, la question se posait de savoir comment nous apprenions en tant que société et que signifiait l’apprentissage dans le contexte d’une société européenne de la connaissance. Deuxièmement, nous nous sommes rendu compte qu’il fallait prêter une grande attention à ce que nous avons appelé les « imaginaires » et les narratifs dominants car ils sont le cadre de tous nos futurs potentiels : ils sont des lieux d’articulation entre les idées plus générales de progrès et les développements technoscientifiques. Ainsi, le rapport s’est fixé comme but de contribuer à une conceptualisation différente et plus large des questions en jeu dans le domaine science et gouvernance en Europe, et d’offrir un point de départ pour la construction d’une société de la connaissance plus robuste, ouverte et durable. »

Rapport à lire donc.

Quelques mots sur les sciences en société – “Communication et intégrité scientifique”

Voir aussi à ce sujet le site Retraction watch ou encore l’intiative Scientific Red Cards

Une citation issue d’un article disponible en ligne, paru dans Les Cahiers du M.U.R.S,  publiés par l’association “Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique“.

MURS n°60 – 2009, rapport de Franck Daninos, journaliste scientifique

Communication et intégrité scientifique

« Depuis une vingtaine d’années, les fraudes scientifiques sont devenues des sujets de préoccupation croissants, du point de vue de la communauté scientifique ainsi que du public. Ces fraudes ne sont plus considérées comme des épisodes anecdotiques, et isolés, imputables à une poignée de personnages peu scrupuleux, mais plutôt comme l’expression d’une tendance structurelle et pernicieuse minant, depuis l’intérieur, l’entreprise scientifique. Et les scandales suscités par le physicien allemand Henrick Schön, en 2002, ou le biologiste sud-coréen Hwang Woo-Suk, en 2006, n’en seraient que les manifestations les plus spectaculaires. Car, à côté du plagiat, de la falsification et de la fabrication pure et simple de données expérimentales, les « mauvaises conduites » dans la pratique de recherche peuvent prendre des formes multiples – telle une communication sensationnaliste et biaisée – et, bien qu’elles demeurent difficiles à mettre en évidence, seraient de plus en plus nombreuses. Au point que, en septembre 2007, a été organisée, à Lisbonne, la première Conférence mondiale sur l’intégrité scientifique, dont les principaux objectifs étaient de définir et de quantifier ces différentes formes de mauvaises conduites, et bien sûr, de chercher à les prévenir. »

Le chercheur responsable : de quelles responsabilités parle-t-on ?

Billets précédents :

Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ? (29 août 2011)

La responsabilité, une valeur pour la recherche (29 août 2011)

Ethique et responsabilités des chercheurs : vers des espaces de réflexivité (26 octobre 2011)

J’interviens mardi soir prochain, avec Jean-Paul Martin et Rémy Marchal aux Arts et Métiers Paris Tech à Cluny, dans le cadre d’une conférence organisée par « Le Centre de Conférences Internationales de Cluny – Arts et Métiers ParisTech Cluny et Cluny Chemins d’Europe », et intitulée « La recherche scientifique et son impact sociétal : une question de responsabilité »

Illustration : cc gogoloopie, sur Flickr

La question de la responsabilité : les chercheurs doivent-ils être responsables ?

Mon intervention partira de cette idée de « question » de responsabilité. Où et comment se pose la question de la responsabilité du chercheur ?

« Une question de responsabilité » : on ne précise pas de qui, et c’est en soi très intéressant. Car justement, qui est responsable, et de quoi ? Les chercheurs ont-ils des responsabilités particulières ? Devant qui ? Doivent-ils prendre des responsabilités et qui les y poussent ? Eux-mêmes, leurs pairs ou d’autres acteurs sociaux, qui ne sont pas chercheurs ?

L’UNESCO organisait récemment (le 9 décembre 2011) un séminaire intitulé « Les scientifiques doivent-ils être responsablies ? Fondements, enjeux et évolution normative ».

La formulation même du titre de ce séminaire, auquel je n’ai pas pu assister, mais dont les résumés des interventions sont disponibles sur le site diplomatie.gouv.fr, et dont je lirais les actes avec grand intérêt s’ils sont sont mis en ligne1, est très intéressante.

« Les scientifiques doivent-ils être responsables ? » La question de la responsabilité se pose-t-elle pour les scientifiques, et à quels niveaux (et j’entendrais ici par « scientifiques » les chercheurs, afin d’ancrer mon discours dans une pratique professionnelle, un métier, un statut) ?

Dans le cadre de mon travail de thèse, je m’intéresse en particulier aux normes et valeurs exprimées dans les discours de doctorants en biologie expérimentale. Ils expriment à plusieurs reprises, au cours des entretiens, ce à quoi correspond pour eux le « bon » chercheur, ce que « doit » faire un doctorant ou un chercheur dans sa pratique de recherche, pour être reconnu, légitime, c’est-à-dire notamment légitimé par ses collègues et en particulier via les processus d’évaluation.

« […] quelque chose n’est une norme, au sens déontique de ce qu’on doit ou de ce qu’il est permis de faire, que si l’agent qui s’y conforme est libre de le faire, et s’il est possible de le blâmer ou de le tenir comme responsable de ne pas l’avoir suivie. »(Engel, 2003)

Exemple – Entretien avec un doctorant en biologie expérimentale (février 2010)

« En fait ça, c’est dans la politique du laboratoire, vraiment chaque thésard doit partir, enfin doit, il veut pas, il le fait pas, mais normalement, une fois pendant sa thèse à un congrès international. Il débloque, le laboratoire débloque des fonds pour ça, vraiment spécifiquement, parce que, ça fait partie de notre formation, et donc… ça y a, y a pas de soucis. »

Dans la question « les scientifiques doivent-ils être responsables » se pose la question de la norme et de celui, ceux, qui fixe(nt) la norme.

S’agit-il d’une norme instituée, dans les textes, qui contraindrait les chercheurs de telle sorte qu’ils n’ont pas le choix ? S’ils souhaitent pouvoir continuer à excercer leur métier, ou bien progresser dans leur carrière (être « bien » évalués), ils « doivent » être responsables.

S’agit-il d’une norme tacite, implicite, qui définirait ce qui est « normal » pour un chercheur, c’est-à-dire accepté et valorisé par les pairs, même si cela ne constitue pas des critères explicites d’évaluation par exemple ? De la même manière qu’il est « normal » d’être honnête dans sa pratique de recherche, et que c’est le comportement de fraude qui est considéré comme anormal ou « pathologique »2, il pourrait être normal d’assumer certaines responsabilités.3

Il me semble que ce n’est aujourd’hui ni l’un, ni l’autre et que c’est justement pour cette raison que des journées comme celles de l’UNESCO sont organisées. Aujourd’hui, les chercheurs ne « doivent » pas spécialement être responsables dans leur pratique : cela ne fait partie ni de leur ethos, ni des textes de définition des missions de chercheur (article14 ici, ici ou encore ici), ni de leur évaluation4 ; bien que des recommandations dans ce sens existent.

J’entends par ethos « […] l’ensemble des valeurs et des normes teintées d’affectivité auxquelles l’homme de science est censé devoir se conformer. » (Merton, 1973, p.267 ; cité dans Vinck, 2007).

Au cours de mon travail de thèse, j’ai relevé (voir présentation ici) dans les discours des doctorants en biologie expérimentale, en entretien, ainsi que dans la présentation des qualités du chercheur, par mes étudiants en master Biosciences, une très faible occurrence de l’idée de responsabilité, en tant que valeur individuelle du chercheur, ou valeur collective de la recherche.

J’entends par valeurs des « références morales et éthiques instruisant un jugement sur l’homme et la société » (Audigier,1991).

Ce constat, notamment, contribue à alimenter l’idée que la responsabilité n’est pas une valeur actuelle de la recherche.

Elle est souvent perçue (et je m’appuie ici essentiellement sur mon expérience personnelle), par les chercheurs, comme une interpellation contraignante de la société et parfois comme une limitation, incompatible avec une éthique de la connaissance beaucoup plus partagée. C’est le cas, de la même manière, pour les questions d’éthique au demeurant, que les chercheurs présentent parfois comme ne faisant pas partie de leur « compétence » ou « domaine d’expertise ». D’où l’importance, à mon avis de l’intégration de ces dimensions dans les formations de futurs chercheurs.

Éthique de la connaissance

Exemple – Entretien avec un doctorant en biologie expérimentale (avril 2010)

« Faire de la recherche, c’est vrai ça, qu’est-ce que ça veut dire [rires] ? Faire de la recherche pour moi c’est… tenter… de répondre à une… question… soit que, totalement nouvelle… enfin répondre à une question dont on a pas entièrement la réponse en tout cas quoi. Donc soit c’est une question qui n’a jamais été posée et tu poses la question, soit c’est une question qui existe plus ou moins déjà, mais qu’il s’agit de… réinterroger, sous un autre angle, une autre perspective etcetera, voilà. Donc faire de la recherche derrière il y a, l’idée que à l’issue de notre travail on va avoir produit de la connaissance, ou en tout cas, si le mot était un peu pompeux [rires] juste produit des morceaux de réponses à des questions. »

« C’est l’impératif : connaître pour connaître. L’impératif de connaître doit triompher, pour la connaissance, de tous interdits, tabous, qui la limiteraient. Ainsi, la connaissance scientifique, depuis Galilée, a victorieusement surmonté les interdits religieux. Or l’éthique du connaître tend d’elle-même à s’opposer à toute autre valeur, et cette connaissance « désintéressée »

E. Morin (1990). Science avec conscience, Paris : Seuil.

« La responsabilité est une notion humaniste éthique qui n’a de sens que pour un sujet conscient.

Or la science, dans la conception « classique » qui règne encore de nos jours, disjoint par principe fait et valeur, c’est-à-dire élime de son sein toute compétence éthique, fonde son postulat d’objectivité sur l’élimination du sujet de la connaissance scientifique. Elle ne fournit aucun moyen de connaissance pour savoir ce qu’est un « sujet ».

La responsabilité est donc non-sens et non-science. Le chercheur est irresponsable par principe et métier. »

E. Morin (1990). Science avec conscience, Paris : Seuil.

Quand Edgar Morin écrit que cette conception règne, il ne signifie pas qu’elle est pertinente, au contraire, puisque son ouvrage s’intitule « Science avec conscience », et que les travaux de recherche menés sur la relation entre sciences et valeurs soulignent son omniprésence dans les pratiques de recherche actuelles et passées (voir par exemple ici et ici).

« La science n’est plus la vérité – Parallèlement, le statut amoral et apolitique du savoir scientifique est remis en question. Non seulement les experts sont souvent soupçonnés de partialité, mais la distinction bien tranchée entre faits et valeurs est reconsidérée. Il est aujourd’hui reconnu et pleinement assumé que la production scientifique ne privilégie pas que des valeurs épistémiques comme la vérité, l’objectivité, la simplicité, mais aussi des valeurs sociales, économiques et culturelles. » (Bernadette Bensaude-Vincent, 2011)

Photo : cc Martino's doodles sur Flickr

La responsabilité réside d’abord dans des choix

« La recherche scientifique et son impact sociétal : une question de responsabilité « . Cette conférence, mardi, axe son regard sur « l’impact sociétal » de la recherche : est-ce l’objet par excellence pour lequel se pose la question de la responsabilité ?

« J’entends assez souvent parler de la « responsabilité » du scientifique face à ses découvertes. Schématiquement, on estime que le scientifique doit se préoccuper des conséquences sociales, politiques, bref humaines, de celles-ci. On donne souvent comme exemple le développement de l’arme nucléaire : n’était-il pas irresponsable de la part des scientifiques impliqués de produire pareils instruments de destruction ? » (David Monniaux, 2011)

Quand on parle de responsabilité, on pense souvent aux applications de la recherche. Et lorsque l’on parle de responsabilité aux chercheurs, ils se sentent acculés et disent « Les applications de la recherche, on n’y peut rien ! ». Ils évacuent par la même occasion la question de la responsabilité. Alors qu’elle se trouve à plein d’autres niveaux sur lesquels ils ont une action directe possible.

Je pense que les acteurs de la recherche (ingénieurs, doctorants, enseignants chercheurs, stagiaires, etc) auraient pour commencer à intégrer cette notion, de manière constructive, dans leurs pratiques : il y a en effet beaucoup d’autres moments où se joue la responsabilité du chercheur, à définir et identifier, dans le quotidien de leurs recherches.

La responsabilité dans une multitude de choix, au quotidien de la recherche

« Être responsable, c’est choisir librement, à partir de la meilleure information possible, mais sans jamais pouvoir être sûr de l’avenir, et en acceptant la possibilité d’avoir, plus tard, à réviser ce choix. »

(Jean-Claude Ameisen, 2005 ; p72)

Ainsi, par exemple, cela reviendrait à se demander :

« Où sont les choix réels que l’on fait en publiant, en étant évalué, en enseignant, en choisissant de mettre à disposition ses données ou non, en communication à l’oral telle information plutôt qu’une autre, etc. »

« Quels sont les comportement intègres ou non ? »

« Quels sont les choix éthiques, ou non, responsables ou non ? »

« Pourquoi ai-je choisi d’être financé par tel organisme plutôt que tel autre ? Avais-je le choix ? »

« Où sont mes choix ? »

Face à ces choix, Max Weber, dans Le Savant et le Politique identifiait deux morales : la morale de la responsabilité et celle de la conviction.

 « Ou bien j’obéis à mes convictions – pacifistes ou révolutionnaires, peu importe – sans me soucier des conséquences de mes actes [morale de la responsabilité], ou bien je me tiens pour comptable de ce que je fais, même sans l’avoir directement voulu, et alors les bonnes intentions et les cœurs purs ne suffisent pas à justifier les acteurs [morale de la conviction]. » (préface de Raymond Aron, Le Savant et le Politique, 1959 ; p.31)

« Max Weber ne veut pas dire que le moraliste de la responsabilité n’a pas de conviction ni le moraliste de la conviction pas de sens de la responsabilité. Il suggère que, dans des situations extrêmes, les deux attitudes peuvent se contredire et qu’en dernière analyse l’un préfère l’affirmation intransigeante de ses convictions au succès et l’autre sacrifie ses convictions aux nécessités de la réussite, l’un et l’autre étant moraux à l’intérieur d’une conception de la moralité. » (préface de Raymond Aron, Le Savant et le Politique, 1959 ; p.53)

Quels sont ces choix ? Se poser la question et les identifier

Encore faut-il identifier où se situent ces choix et se rendre compte, dans la pratique, que l’on fait un choix :

en choisissant de publier dans une revue plustôt qu’une autre (voir boycott récent), en brevetant un résultat (voir exemple du C.O.V), en acceptant un financement au détriment d’un autre, en participant à la diffusion mise en circulation des savoirs, en contribuant à des recherches interdisciplinaires, etc.

Et que ces choix engagent des valeurs.

Quant aux responsabilités liées aux impacts sociétaux, puisqu’il s’agit de choix de société, nous impliquant tous en tant que citoyens, il me semble qu’elles ne peuvent être prise que collectivement, dans des formes de co-responsabilités, qu’il reste encore à inventer, et que certains expérimentent déjà (ici et ici par exemple).

Suite de ce billet à venir

Responsabilité et réflexivité : quel rapport ?

Pour l’écriture de ce billet et mes réflexions sur ces thématiques, je dois beaucoup aux échanges que nous avons eus avec Barthélemy Durrive et Julie Henry au sujet des normes, des valeurs et de la responsabilité ; et plus largement aux séances organisées dans le cadre du Labo Junior « Enquête sur l’homme vivant » et aux vivifiantes discussions entre ses membres.

Quelques références

Ameisen, Jean-Claude (2005) Cahiers du Mouvement universel de la responsabilité scientifique, ISSN 0297-7664, N° 44, p. 64-86

Bensaude-Vincent, B. (2009). Les vertiges de la technoscience – Façonner le monde atome par atome, Paris : Editions La Découverte.

Engel, P. et Mulligan, K. « Normes éthiques et normes cognitives », Cités 3/2003 (n° 15), p. 171-186. URL : www.cairn.info/revue-cites-2003-3-page-171.htm.

Lechopier, N. (2011) Les valeurs de la recherche. Enquête sur la protection des données personnelles en épidémiologie, Paris, Michalon

Morin, E. (1990). Science avec conscience, Paris : Seuil.

Weber, M. (1963). Le savant et le politique. Paris : Plon [1ère édition : 1959].

Bensaude-Vincent, B. (7 octobre 2011) « La nouvelle place du citoyen » Ouvertures [Site internet]. http://www.ouvertures.net/portail/l_id.asp?doc_id=525

Faury, M (24 mars 2011) “Entre normes et valeurs, les discours balancent-ils ?“. L’infusoir [carnet de recherche]. http://infusoir.hypotheses.org/912

Maurel, Lionel (6 juin 2010) Obtention végétale : le droit d’auteur pourrait en prendre de la graine ! S.I.Lex [blog] http://scinfolex.wordpress.com/2010/06/06/obtention-vegetale-le-droit-dauteur-pourrait-en-prendre-de-la-graine/

Monniaux, D. (15 septembre 2011) « La responsabilité du scientifique : un appel à la technocratie ? » La vie est mal configurée [blog] http://david.monniaux.free.fr/dotclear/index.php/post/2011/09/15/La-responsabilit%C3%A9-du-scientifique%C2%A0%3A-un-appel-%C3%A0-la-technocratie%C2%A0

Roud, T. (29 octobre 2010) « Faut-il boycotter Elsevier ? » Matières vivantes [blog] http://tomroud.owni.fr/2010/10/29/faut-il-boycotter-elsevier/

 

  1. Appel non déguisé à cette mise en ligne []
  2. voir à ce sujet les travaux de Canguihlem []
  3. Je suis bien consciente qu’en disant cela, on ne définit toujours pas de quelles responsabilités il pourrait s’agir : mais nous n’avons pas encore fini avec la question de la possibilité même de l’existence de ces []
  4. N’hésitez pas à me signaler si des textes à votre connaissance comportent cette notion de responsabilité []

Ethique et responsabilités des chercheurs : vers des espaces de réflexivité

Lors de la journée « Sciences et Dégustation » du Labri (Bordeaux), organisée par l’association de doctorants AFODIB, à Arcachon, j’étais invitée par Thomas (alias @valerossi) pour aborder la question de la morale, de l’éthique et de la déontologie dans la recherche.

Source : www.vacanceo.com/albums_photos/voir-photo_60030.php

J’intervenais avec un doctorant en Droit, Lucas Bento, qui avait choisi d’aborder cette question sur le plan sémantique et donc de poser avant tout des définitions dont nous pourrions ensuite discuter. Les doctorants auraient par ailleurs accès à un texte questionnant le rôle des comités d’éthique, écrit par Antoine Blanchard (alias Enro ou @Enroweb).

De retour de cette journée, et grâce notamment aux discussions très intéressantes qui y sont nées, je voudrais ici partager de nouvelles réflexions sur la question des responsabilités des chercheurs. Continuer la lecture de Ethique et responsabilités des chercheurs : vers des espaces de réflexivité

La responsabilité, une valeur pour la recherche

Billet précédent : Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ?

Photo : Maxime Faury

Aujourd’hui enseignante, lorsque je demande aux étudiants quels sont les rôles des scientifiques dans la société selon eux, la notion de responsabilité n’apparaît que très ponctuellement.

Les responsabilités des chercheurs selon certains étudiants en Master Biosciences « Le scientifique est également « responsable » de ses découvertes et des conséquences de celles-ci. Il doit donc réfléchir aux conséquences que pourront avoir ses travaux. Le scientifique n’est pas libre de faire de la recherche sur le domaine qui lui plait, il doit prendre en compte les problèmes éthiques que peuvent poser ses expériences ainsi que les conséquences de ses expériences sur la société. » 

« Je pense qu’il est aussi responsable de ce qu’il découvre et doit toujours être en alerte par rapport à toutes les applications de ses découvertes. Étant donné que de nos jours on peut être amené à faire appel à des industries pour trouver des financements à ses projets, il faut savoir aussi faire le bon choix quant à l’entreprise qui finance. » 

« Je suppose que ça dépend beaucoup des domaines. D’une manière générale, il me semble que les scientifiques sont responsables, en grande partie, de la façon dont la science est perçue dans le reste de la société. »

Un parti pris : considérer la responsabilité comme une valeur en soi pour la recherche

Je décide ici de prendre un parti, qui me paraît décisif : il consiste à considérer la responsabilité comme une valeur en soi. Continuer la lecture de La responsabilité, une valeur pour la recherche

Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ?

Quelques éléments de contexte

La question de la responsabilité sociale des chercheurs est un sujet qui me « travaille » depuis mes études en Master de biologie moléculaire et cellulaire. En avril dernier, l’invitation à aborder cette question dans le cadre des rendez-vous de l’association Cluny Chemins d’Europe (plus d’informations), organisés en 2010-2011, autour du thème de la responsabilité citoyenne, était donc une chance de faire un état de mes réflexions et d’en discuter avec les participants. Je remercie à cette occasion les membres de l’association pour le très bon accueil qui m’a été fait et pour la richesse de nos échanges.

Continuer la lecture de Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ?

Discuter l’idée « La science fait progresser l’humanité »

Ce billet est une version antérieure au chapitre finalement publié dans l’ouvrage « Les scientifiques jouent-ils aux dés ? ».

Ce livre paraîtra prochainement aux éditions du Cavalier Bleu, sous la direction de Bastien Lelu et Richard-Emmanuel Eastes, dans la collection « Idées reçues sur la science ».

Il s’agit d’un ouvrage collectif du groupe Traces, préfacé par Dominique Pestre.

Voir également : Discuter l’idée « La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques »

Ecrit par Antoine Blanchard : Les experts sont-ils formels ?

La science fait progresser l’humanité

« Depuis trois siècles, la connaissance scientifique ne fait que prouver ses vertus de vérification et de découverte par rapport à tous autres modes de connaissance. […] Et pourtant, cette science élucidante, enrichissante, conquérante, triomphante, nous pose de plus en plus de graves problèmes qui ont trait à la connaissance qu’elle produit, à l’action qu’elle détermine, à la société qu’elle transforme. »,

Edgar Morin, Science avec conscience, 1982.

« L’aventure scientifique, c’est fascinant ! Que de progrès techniques, quelle amélioration de notre niveau de vie ! La science, en augmentant les connaissances dont l’homme dispose, accroît sans cesse sa maîtrise sur son environnement, lui permettant d’utiliser son imagination pour améliorer sa condition, pour faciliter son quotidien. »

Pourquoi ce discours n’emporte-t-il pas une adhésion unanime et ne convainc-t-il pas toujours ? Oui, la science, immédiatement ou à long terme, ouvre la porte vers de nombreuses applications intéressantes, dont nous imaginerions difficilement nous passer une fois qu’elles sont advenues et qui sont donc, en un sens, facteur de progrès. Ainsi, les conditions de travail, la santé et l’hygiène, l’alimentation, etc. sont autant de domaines où les connaissances scientifiques peuvent permettre des améliorations de nos conditions de vie. Mais l’ensemble des populations humaines n’en profitent pas nécessairement, car s’y mêlent considérations et décisions économiques et politiques. Pour le concevoir, il suffit de penser aux pays du Tiers-Monde. Les maladies qui y subsistent, tel que le paludisme par exemple, feraient-elles encore longs feux si l’économiquement rentable ne venaient pas conditionner le scientifiquement faisable ? Dans quelle mesure pourrait-on alors parler de progrès pour l’humanité dans son ensemble ? Continuer la lecture de Discuter l’idée « La science fait progresser l’humanité »