Archives par mot-clé : intégrité

Ethique de l’Internet et pratique de recherche #2 : mauvaises conduites et « bonnes pratiques »

Ce billet est le deuxième d’une série sur “Internet, la recherche et l’éthique”. Billet précédent : « Éthique de l’Internet et pratique de recherche #1 : valeurs du web 2.0 et notion de bien commun » / En lien avec la présentation  : « Interroger le travail scientifique en ligne : ou le développement d’une approche éthique et réflexive de la place du chercheur dans la société ? »

Les valeurs de la science

Les modifications induites par le numérique dans les pratiques de recherche amènent à expliciter certaines valeurs du travail de recherche, du fait des nouvelles alternatives que ces modifications offrent et des choix induits par l’existence de ces alternatives. Le travail de Merton serait à recontextualiser et réactualiser, avec toute la dimension critique qui lui a été associée depuis, mais reste intéressant en ce qu’il dépeint un exemple situé d’idéal scientifique appuyé sur certaines valeurs. Continuer la lecture de Ethique de l’Internet et pratique de recherche #2 : mauvaises conduites et « bonnes pratiques »

Quelques mots sur les sciences en société – “Communication et intégrité scientifique”

Voir aussi à ce sujet le site Retraction watch ou encore l’intiative Scientific Red Cards

Une citation issue d’un article disponible en ligne, paru dans Les Cahiers du M.U.R.S,  publiés par l’association “Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique“.

MURS n°60 – 2009, rapport de Franck Daninos, journaliste scientifique

Communication et intégrité scientifique

« Depuis une vingtaine d’années, les fraudes scientifiques sont devenues des sujets de préoccupation croissants, du point de vue de la communauté scientifique ainsi que du public. Ces fraudes ne sont plus considérées comme des épisodes anecdotiques, et isolés, imputables à une poignée de personnages peu scrupuleux, mais plutôt comme l’expression d’une tendance structurelle et pernicieuse minant, depuis l’intérieur, l’entreprise scientifique. Et les scandales suscités par le physicien allemand Henrick Schön, en 2002, ou le biologiste sud-coréen Hwang Woo-Suk, en 2006, n’en seraient que les manifestations les plus spectaculaires. Car, à côté du plagiat, de la falsification et de la fabrication pure et simple de données expérimentales, les « mauvaises conduites » dans la pratique de recherche peuvent prendre des formes multiples – telle une communication sensationnaliste et biaisée – et, bien qu’elles demeurent difficiles à mettre en évidence, seraient de plus en plus nombreuses. Au point que, en septembre 2007, a été organisée, à Lisbonne, la première Conférence mondiale sur l’intégrité scientifique, dont les principaux objectifs étaient de définir et de quantifier ces différentes formes de mauvaises conduites, et bien sûr, de chercher à les prévenir. »