Archives par mot-clé : normes

Ethique de l’Internet et pratique de recherche #2 : mauvaises conduites et « bonnes pratiques »

Ce billet est le deuxième d’une série sur “Internet, la recherche et l’éthique”. Billet précédent : « Éthique de l’Internet et pratique de recherche #1 : valeurs du web 2.0 et notion de bien commun » / En lien avec la présentation  : « Interroger le travail scientifique en ligne : ou le développement d’une approche éthique et réflexive de la place du chercheur dans la société ? »

Les valeurs de la science

Les modifications induites par le numérique dans les pratiques de recherche amènent à expliciter certaines valeurs du travail de recherche, du fait des nouvelles alternatives que ces modifications offrent et des choix induits par l’existence de ces alternatives. Le travail de Merton serait à recontextualiser et réactualiser, avec toute la dimension critique qui lui a été associée depuis, mais reste intéressant en ce qu’il dépeint un exemple situé d’idéal scientifique appuyé sur certaines valeurs. Continuer la lecture de Ethique de l’Internet et pratique de recherche #2 : mauvaises conduites et « bonnes pratiques »

Le carnet de recherche comme pratique de chercheur.se.s – Un billet prévu prenant une direction imprévue.

Ce billet est le troisième d’une série de quatre billets sur les carnets Hypotheses dans la pratique de recherche. Il fait suite au billet intitulé Le carnet de thèse.

J’emprunte l’idée de la série thématique à Marie-Anne Paveau qui les expérimente au fil des saisons.

Cette série est initiée par deux évènements au cours desquels il s’agissait de discuter des pratiques d’écriture sur un médium de type blog, qu’il soit hébergé sur Hypotheses.org ou ailleurs : l’émission radiophonique Recherche en cours, “To blog or not to blog ?” (25 novembre 2011) et la rencontre “Comment bloguent-ils ?” (1er décembre 2011) organisée par l’URFIST de Lyon, la Maison de l’Orient et l’Institut des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le Cléo.

– Prologue –

Il est de saines colères. De celles qui vous disent que quelque chose, décidément, ne vous convient pas. Qui ne s’emparent pas de vous de manière incontrôlable, qui ne vous mettent pas hors de vous, qui ne sont pas non plus rentrées, explosant à l’intérieur, qui n’ont rien à voir avec une colère de frustration face une situation que l’on aurait souhaité autre et qui nous échappe. C’est d’une autre colère que je vous parle, calme, qui (re)met en mouvement, qui n’aveugle pas mais qui au contraire ouvre les yeux.

De ces colères qui réaffirment, fermement, ce à quoi l’on tient et qui reposent les limites qui viennent d’être franchies.

*

J’avais prévu d’écrire ce billet depuis que les deux précédents ont été publiés

Le “carnet” de recherche

Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

Le temps s’est écoulé et le projet est resté. Voici que l’écriture revient et que les intentions changent un peu au risque de se mêler. Il ne s’agira pas finalement de faire un tour d’horizon des pratiques existantes pour essayer de comprendre ce que nous disent les pratiques des manières d’investir l’espace du carnet ou du blog.

Peut-être plus tard, peut-être ailleurs.

J’ai choisis pour l’instant de partager, à partir de mon expérience depuis février 2010, une certaine conception de la pratique de « carnetière »1, qui me donne l’occasion de réaffirmer ce à quoi je tiens dans cette pratique, et que je crois partager avec un certain nombre de bloggueurs et de lecteurs.

Un carnet de recherche, un blog : un lieu habité

Une visite de la plateforme Hypothèses et des carnets qu’elle héberge, et plus largement une promenade dans la « blogosphère » permet vite de s’en rendre compte : il y a autant de carnet de recherche ou de blogs scientifiques différents que de projets de recherche et de chercheur.e.s qui les investissent. Cette variété se décline selon la conception du rôle que cet espace peut jouer dans leurs pratiques de recherche, selon le temps qu’ils auront à y accorder, selon leur représentation même de ce qu’est une pratique de recherche, selon leur envie plus ou moins grande d’entrer en discussion, selon leurs enjeux : d’information, de vulgarisation, de valorisation, de mise en circulation des savoirs, de construction d’une écriture, de mise en lien, etc. J’en oublie sans aucun doute.

Ce qui importe à mon sens dans ces carnets et blogs, c’est l’habitant.e du carnet. La manière dont elle ou il investie l’espace numérique du blog ou du carnet, dont il ou elle l’organise, l’agence. La manière dont il ou elle y vient, en repart, choisit les contenus, les construit, les agence. La manière dont elle ou il se parle, se tait, cite, s’exprime, conseille, renvoie vers d’autres lieux, habités eux aussi.

« Ainsi les ordinateurs changent notre façon d’habiter les lieux de notre quotidien. Et, d’un certain point de vue, ils sont aussi des lieux d’expression de nos personnalités, goûts, intérêts. Nous habitons ces lieux quand nous les personnalisons, quand nous nous y investissons. […] Si les ordinateurs sont synonymes de domesticité, ils le sont tout autant d’hospitalité, d’ouverture aux autres. Ces notions sont d’ailleurs liées. l’hospitalité est le mécanisme social qui nous permet d’intégrer des personnes étrangères au foyer. Des cérémonials d’accueil sont en place partout, dans le monde de l’informatique comme dans le monde réel.  […] A travers ces règles, nous trions les amis, démasquons les malveillants. Pour comprendre mieux comment et pourquoi cela est possible, il faut d’abord établir que l’hospitalité ne se déroule pas dans le vide. elle présuppose, au contraire, un abri, un emplacement clos qui puisse s’opposer à l’ouvert. Finalement, c’est l’intérieur de son ordinateur que chaque utilisateur considère comme son lieu de réception. par exemple, le fait de créer une page Web personnelle ressemble un peu à l’aménagement d’un appartement. […] De simple métaphore, l’hospitalité se fait pratique tangible. »

A. Casilli, Les liaisons numériques, 2010, p.32-33

La diversité de ces manières d’habiter un lieu s’exprime par exemple de manière claire dans la succession des (co-)locataires des Espaces réflexifs (appelés aussi « Villa réflexive », et ce n’est pas anodin), qui changent chaque mois.

Ce que j’appelle ici un carnet de recherche de chercheur.e.s2, ou un blog de chercheur.e.s est donc un espace habité par une ou plusieurs personnes, alternativement ou simultanément, qui développent leurs problématiques, leurs questionnements, qui y construisent leurs analyses (voir les distinctions entre les différents types de carnet proposés par Hypotheses.org). C’est une pensée en construction que l’habitant du site livre.

Les raisons qui amènent un.e chercheur.e à partager cette construction avec des lecteurs, plutôt que de l’élaborer sur son ordinateur, dans un fichier texte « fermé », lui appartiennent et sont parfois explicitées sur l’espace qu’il ouvre.

Pour l’Infusoir voir ici et ici en particulier. Mais aussi ici, ici, et ici

Les premiers billets, ou les pages « A propos » sont souvent des pistes précieuses pour celui ou celle qui s’intéresse au projet individuel ou collectif dans lequel s’insère le carnet ou le blog où il ou elle entre en tant que lecteur.

En tant que lectrice régulière de plusieurs carnets et blogs, je ne juge pas, je m’intéresse. Je ne dresse pas de hiérarchie entre des façons d’investir l’outil blog qui « vaudraient » plus qu’une autre. Bien sûr, je me reconnais plus, en termes de proximité de projet, de conception de la recherche et du rôle de l’écriture, dans certaines manières d’habiter, que dans d’autres – ce qui m’amènera à fréquenter plutôt certains lieux que d’autres – mais je n’estime pas, qu’il y ait une seule bonne manière. Bien au contraire. La richesse des carnets Hypothèses3, de la blogosphère, mais aussi de la recherche, et plus généralement des manières de penser, réside justement dans cette diversité.

Recevoir et rencontrer des lecteurs

Dans un carnet de recherche ou un blog, un.e chercheur.e reçoit des lecteurs, qui reviennent, s’ils s’y retrouvent.

Que viennent chercher les lecteurs sur les carnets de recherche ou les blogs ?

Quelques réponses glanées sur Twitter, parmi des enseignants du secondaire, des chercheurs, des bibliothécaires, des lecteurs du numérique

Un chercheur.e s’installe dans son espace numérique de la manière qu’il juge la plus appropriée à son projet, qui peut évoluer, se transformer. Les projets peuvent même cohabiter, se diversifier à mesure que le carnet, le blog vit.

Et certains types d’écritures induisent des commentaires, quand ceux-ci ont été autorisés sur les billets, par défaut ou par choix, par conviction de l’intérêt de l’échange, par envie d’interaction, par ouverture.

En tant que lectrice, je n’entre pas dans un espace numérique habité pour y tenir mon propre discours : je viens lire, rencontrer quelqu’un, une pensée en cours d’élaboration, dans ses aboutissements, ses inflexions, ses errances parfois aussi. Lorsque je suis amenée à commenter longuement, c’est que ce que dit l’autre fait émerger chez moi des questions, ou réactive d’anciennes réflexions. Mais le risque est toujours de réduire l’écrit de l’autre aux questions qui nous occupent au moment on on le lit. C’est un risque car la rencontre est ratée alors, et celui qui propose son écrit voit un discours parallèle se développer, dont il ne sait plus trop quoi faire, auquel il est bien en mal de répondre. Et ce discours posé dans l’espace en construction peut soudain prendre de la place : car si l’on ouvre la discussion, c’est bien qu’on croit à ses bienfaits, y compris dans le désaccord et malgré ses ratés. L’échec n’est jamais anodin.

A quelles conditions un commentaire est-il une conversation ?

(lien vers l’article)

Les commentaires posent les mêmes questions que les relations interpersonnelles et nous mettent face à la nécessité de réconcilier, d’une part un idéal d’ouverture et d’une communication avec tous sans condition, présidant souvent à la mise en place d’un carnet ou d’un blog, et d’autre part les échecs cuisants éprouvés lorsque la parole est revendiqué par des visiteurs comme un droit non négociable, quelque soit le lieu où elle opère, quelque soit le projet. C’est à dire selon un argument d’autorité. Un tel préalable ne rend pas la communication possible.

*

L’expérience du carnet de recherche ou le blog me met face à ce à quoi je tiens : des espaces précieux, rares, qui valent d’être préservés, où la pensée peut se développer sans avoir à rendre des comptes ici et maintenant, ce que nous faisons déjà suffisamment dans d’autres lieux de nos pratiques de recherche. Dans ces espaces numériques, je crois que nous pouvons prendre le temps de construire, d’infuser, au rythme et de la manière qui fera sens pour l’habitant.e du carnet ou du blog. Et je sais que cette façon de faire crée des rencontres précieuses avec d’autres regards, d’autres expériences d’autres pensées. Je l’expérimente depuis plus de deux ans et j’y tiens.

Et vous, lecteurs discrets, voire silencieux de l’Infusoir, à quoi tenez-vous dans ces espaces numériques que sont les carnets de recherche ou les blogs de chercheur.e.s ?

Les commentaires vous sont ouverts avec plaisir, car je sais que la majorité d’entre vous entre ici pour boire le thé et non pour renverser la théière.

Je vous souhaite un bon été.

Photographie : Pauline Krähenbühl, tous droits réservés

–         En guise d’épilogue  –

Ce ne sont pas nécessairement les intentions de ceux qui m’ont amenée à écrire ce billet qui sont en cause, mais l’effet, et c’est bien le problème s’il n’est pas envisagé, d’une parole sur l’autre, en tant qu’individu.

Pour qu’il y ait communication, il faut qu’il y ait reconnaissance par les parties prenantes à la discussion, de l’individualité de l’autre, de son altérité, en tant qu’intéressante en elle-même et non en tant que contraignante ou comme instaurant un rapport de force ou encore comme réactivant des enjeux qui ne sont pas partagés par les deux interlocuteurs. Ce type de non-communication, je l’expérimente déjà dans suffisamment d’endroits. Déjà suffisamment d’énergie vainement dépensée.

J’ai décidé que l’Infusoir n’en serait pas le lieu. Cet espace n’a pas été conçu pour cela.

Quelques liens et références en lien (en plus des liens hypertextes)

Casilli, Antonio, 2010, Les liaisons numériques, Paris, Seuil.

Casilli, Antonio (26 juin 2012) Les trolls, ou le mythe de l’espace public OWNI [blog]. Consulté le 3 juillet 2012 http://owni.fr/2012/06/26/les-trolls-ou-le-mythe-de-espace-public/

Faury, Mélodie (18 février 2012) “Interdisciplinarité : la réflexivité par soi et par l’autre – (Durrive, Faury et Henry)”. Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 3 juillet 2012  http://reflexivites.hypotheses.org/956

Muscinesi, Frédérique (3 juillet 2012) La place dans les Humanités Digitales – Commentaire We think history [carnet de recherche] Consulté le 3 juillet 2012 http://wethink.hypotheses.org/448

Paveau, Marie-Anne (15 mars 2012), Sainte colère et rigoureux désaccord Espaces réflexifs [carnet de recherche]. Consulté le 3 juillet 2012.  http://reflexivites.hypotheses.org/?p=1433

Billets sur les carnets de recherche

1. Le “carnet” de recherche

2. Le carnet de thèse, co-écrit avec Frédérique Giraud

3. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

4. Le carnet de recherche comme pratiques de recherche, à partir d’un atelier proposé par Pierre Mounier lors du THATCamp2012

  1. C’est à dire de l’écriture régulière sur un carnet de recherche []
  2. que je différencie des carnets à visée de communication pris en charge par l’institution []
  3. J’aime l’idée développée par P. Mercklé de considérer les liens établis par les habitants des carnets, comme des « relations nouées entre des objets intellectuels par leurs auteurs, et des chemins empruntables par leurs lecteurs ». []

Le « carnet » de recherche

Ce billet est le premier d’une série de quatre billets sur les carnets Hypotheses dans la pratique de recherche.

J’emprunte l’idée de la série thématique à Marie-Anne Paveau qui les expérimente au fil des saisons.

Cette série est initiée par deux évènements au cours desquels il s’agissait de discuter des pratiques d’écriture sur un médium de type blog, qu’il soit hébergé sur Hypotheses.org ou ailleurs : l’émission radiophonique Recherche en cours, « To blog or not to blog ? » (25 novembre 2011) et la rencontre « Comment bloguent-ils ? » (1er décembre 2011) organisée par l’URFIST de Lyon, la Maison de l’Orient et l’Institut des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le Cléo.

C’était inévitable… Dans un espace d’écriture et de discussion où l’on se donne pour objet de recherche, et où l’on essaye d’interroger, les espaces de réflexivité dans les pratiques de recherche (par exemple ici), il devait nous arriver de réfléchir au carnet de recherche lui-même, l’un des moments-lieux où cet effort réflexif s’effectue, à ce qu’il rend possible, à ce qu’il induit, à ce qu’il contraint et à quelques-uns de ses enjeux.

Vendredi 25 novembre, Pierre Mounier était invité dans l’émission de radio « Recherche en cours », et j’avais le plaisir de l’accompagner. Son thème « To blog or not to blog ? », est l’occasion de ces quelques éléments de réflexion, qui se veulent comme toujours amorces à la discussion, au sujet de la pratique de blogging scientifique, telle qu’Hypotheses.org la permet en particulier. Et telle que je l’envisage depuis mes propres pratiques d’écriture et de lecture.

L’émission Recherche en cours dans son intégralité :

En ligne

Le terme de « carnet de recherche »

Ce terme n’a vraisemblablement pas été choisi au hasard par M. Dacos et P. Mounier : il évoque le carnet que l’on garde dans son sac ou dans sa poche, à portée de main et d’idées, qui surgissent au fil de la journée, des évènements scientifiques auxquels on assiste, des réunions avec nos collègues, des trajets en train ou en métro. Plutôt que de noircir des pages, l’on investit nos écrans… pour soi-même mais également pour les potentiels lecteurs, ce qui conditionne bien sûr l’écriture. A vrai dire, on ne fait pas nécessairement l’un ou l’autre, on peut tout à fait faire les deux. Car comme toute pratique numérique, pour peu que l’on considère les usages liés à des outils spécifiques non pas comme des translations d’usages préexistant sur de nouveaux supports, mais comme leur réinvention permanente, le blog scientifique, ou le « carnet de recherche » remplit des fonctions, différentes selon les façons dont on se l’approprie, mais qui ne se retrouvent pas toujours dans les pratiques d’écriture qui lui préexistent.1

Le « carnet » traduit des intentions de départ : le modèle qu’avaient en tête Marin Dacos et Pierre Mounier était celui du blog scientifique de chercheur qui leur paraissait être le modèle « idéal » du genre, qui répondait à des besoins de recherche et s’intégrait à des pratiques existantes.

« C’est bien un mode de communication qui s’apparente au blog, mais dans un contexte professionnel de recherche et qui est complétement intégré aux pratiques de communication liées à la recherche. Et donc on a essayé de trouver un terme qui essayait de rendre compte de cette double affiliation. Et du coup le mot « carnet de recherche » est apparu parce qu’il s’apparentait assez fortement aux cahiers de terrain par exemple que les sociologues ou les anthropologues peuvent avoir, ou à ces carnets de notes que les chercheurs, dans les différentes disciplines des SHS utilisent pour prendre des notes en cours de recherche. Et on s’est dit, c’est un peu cela, mais que l’on rend public d’une certaine manière ». Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

« Dans un premier temps, on s’est rendu compte en 2008 de deux choses, qu’il y avait un certain nombre d’équipes de recherche […] qui se rassemblaient autour de projets de recherche particuliers, et qui avaient des besoins de diffusion sur le web d’informations sur l’actualité de leurs recherches. », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

 « Et puis la deuxième chose est que l’on voyait […], c’est qu’il y avait de plus en plus de chercheurs en SHS qui commençaient à ouvrir des blogs personnels sur des plateformes grand public […]. Et ce que l’on a voulu faire c’est essayer de leur dire : plutôt que d’ouvrir votre blog de chercheur sur ces plateforme où l’information est complètement noyée par tous les blogs personnels, justement, et où il n’y a pas de garanties en terme de pérennisation de l’information que vous diffusez, essayer plutôt de rejoindre un plateforme, professionnelle, c’est-à-dire une plateforme qui est dédiée aux chercheurs en SHS, c’est-à-dire où vous avez un certain nombre de garanties et où votre travail est plus mis en visibilité, et peut bénéficier d’une meilleure reconnaissance. », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011.

Au-delà d’un nom qui lui conférerait une certaine légitimité chez le public qu’il vise, le terme de « carnet » induit une utilisation, des intentions dans l’écriture, qui me paraissent différentes d’un blog « classique » : il ne s’agit pas de parler de soi, mais bien de ce qui accompagne sa recherche, ce qui en fait partie, sans avoir nécessairement de place visible dans d’autres cadres, ni même de légitimité a priori. Ainsi, selon les carnets, des cours, des échanges entre pairs, des échanges interdisciplinaires, des hypothèses en construction, des idées saisies au vol trouvent toute leur place.

« L’usage de mon blog sert d’abord mes propres fins de recherche.« , commentaire d’André Gunthert, 3 décembre 2011, sur le carnet de recherche d’Eric Verdeil (Rumor).

 » […] des chercheurs et d’autres personnels de recherche qui prennent du plaisir à écrire d’une manière différente leur recherche et à communiquer de manière différente sur leurs recherches […] », Pierre Mounier, émission REC, 25 novembre 2011

La plate-forme Hypotheses.org définit aussi un ton. Pour ceux qui écrivent, elle est identifiée comme un lieu académique, le seul critère d’ouverture d’un carnet de recherche étant l’affiliation universitaire. Pour ceux qui commentent, la parole ne semble pas aussi libre que sur d’autres formats blog, et demande parfois à être « autorisée » par l’auteur du billet.2

Pour Frédérique Giraud (Socio-Voce ; intervention le 1er décembre 2011), c’est ce qui ferait à la fois l’avantage et la limite d’une plateforme comme Hypotheses.org. Présente auparavant sur une plateforme plus généraliste, elle ne retrouve plus les mêmes commentaires à ses billets sur son carnet de recherche, ce qui lui semble être le signe d’une moindre fréquentation de son site par le public qu’elle visait initialement : le grand public auprès duquel il s’agissait de partager les questionnements de la sociologie. Difficile de savoir, si ceux qui lisent s’auto-censurent dans la mesure où, justement, ils ne laissent que des traces statistiques qui ne disent pas grand chose d’eux-mêmes (voir la notion de conversation silencieuse, proposée par Marin Dacos).

L’argument d’Hypotheses.org : être lu par des pairs plutôt que par le grand public ? Question de David Dumoulin dans l’émission REC – 25 nov. 2011

Réponse de Pierre Mounier : plutôt l’importance de l’archivage des billets et de fonctionnalités spécifiques à l’écriture en sciences humaines et sociales

Le statut de la publication électronique d’un billet

Récemment, la BNF (Bibliothèque Nationale de France) a donné une forme de légitimité aux carnets de recherche en leur attribuant un ISSN lorsqu’ils remplissaient les critères d’attribution (voir ci-dessous).
Ils ne sont pas « reviewés », et donc non comparables en cela avec des publications dans des revues à comité de lecture par exemple (mais ce n’est pas non plus leur objet), ils ne peuvent pas être rigoureusement cités (à ma connaissance), selon des normes partagées, mais les billets sont maintenant accessibles en tant que ressources de la recherche en sciences humaines et sociales, dans des moteurs de recherche comme Isidore et OpenEdition.

Extrait du billet publié sur le carnet d’OpenEdition, par Frédérique Muscinesi, le 22 juin 2011 :

« Le Cléo a obtenu l’attribution d’ISSN aux carnets de recherche d’Hypotheses.org.

Les ISSN caractérisent des publications en série qui, dans le cas d’un support numérique, doivent répondre à cinq conditions nécessaires que l’ensemble des carnets qui se trouvent sur Hypotheses.org remplissent largement.

Ces conditions sont les suivantes1 :

  • avoir un contenu éditorial, c’est-à-dire des textes dont le traitement éditorial ou journalistique est évident ;
  • un responsable éditorial ;
  • un titre définitif et aisément accessible qui ne soit pas modifié au cours des mises à jour du site ;
  • une url valide qui conduit au contenu ;
  • un contenu cohérent s’adressant à un public défini. »

Le statut de l’écriture d’un billet dans la pratique de recherche

Que va-t-on publier sur un carnet de recherche ? Avec quel degré d’aboutissement ?

Parle-t-on de ses recherches et si non, si on ne les aborde pas « directement » s’autorise-t-on à parler de tout ce que l’on souhaite ?

Ma réponse serait que nous pouvons par exemple y parler de tout ce qui constitue, à mon sens, la pratique de recherche dans sa globalité, sans en constituer la partie la plus immédiatement visible :  les enseignements, les évènements scientifiques auxquels on assiste, les rencontres avec des chercheurs et leurs objets de recherche, leurs cadres de référence,  etc. On se rend dès lors compte à quel point le statut donné à l’écriture de billets de carnet de recherche peut exprimer un certain rapport à la recherche, à ce que l’on considère comme montrable ou non, légitime ou non, selon que l’on décide de prendre le temps « pour ça », au milieu de tant d’autres priorités, tellement contraints que nous sommes par les critères d’évaluation, eux-mêmes l’expression d’une certaine conception de la recherche.

Mais ce qui constitue notre pratique de recherche n’est pas toujours identifié comme tel, et nous mettons parfois un moment avant de réaliser quel rôle joue une lecture à un moment donné de notre travail de recherche, la rencontre avec un nouveau cadre de référence, l’intervention d’un chercheur, de notre domaine ou non, sur l’orientation de nos propres questions de recherche, sur la façon de considérer nos hypothèses de départ, nos éventuels postulats, etc.

Les carnets de recherche sont une occasion potentielle de partager la manière dont nous « rencontrons d’autres objets au cours de nos recherches » comme le dit Franscesca Musiani, et comment ils entrent en résonance, ils s’articulent avec les nôtres. Ainsi, dans L’Infusoir, je n’aborde que très rarement de front mon propre sujet de thèse : tout ce qui y est mis en discussion, en visibilité, constitue pourtant ma recherche, au sens où mon objet de recherche évolue et se nourrit de tout ce que je peux lire, rencontrer et écrire au contact d’autres problématiques de recherche, mais aussi de ce que je suis amener à construire dans mes enseignements, et lors d’interventions dans des évènements scientifiques ou interprofessionnels. Ces formes d’écriture prennent une autre place dans la pratique de recherche que celle de l’écriture d’articles ou d’un ouvrage : celle de la construction, petit à petit, d’objets et de questionnements de recherche.

Il est important de préciser, en guise de fin provisoire, qu’il existe presque autant de type de carnet que de carnets ouverts, même si de grandes tendances se dessinent, relatives notamment aux catégories proposées par Hypotheses.org lors de l’ouverture d’un carnet : catégories de carnet, de lecteurs attendus, de contenus. Il semble que l’on puisse qualifier les carnets de recherche d’espaces et de pratiques de recherche, que les chercheurs, les documentalistes, les doctorants, les équipes, etcetera s’approprient.

Quelques exemples concrets de la diversité des carnets :

« Ce carnet de recherche espère rendre compte d’une activité de recherche conduite autour de l’objet historique « dessin ». »

« Ce carnet de recherche est un espace de réflexion sur la théorie du discours envisagée sous des angles épistémologiques renouvelés. « 

« Le carnet « Les aspects concrets de la thèse » est un espace collaboratif ouvert à toutes les bonnes volontés. »

« Le Blog de la documentation du Laboratoire Cresson propose des actualités (annonces de colloques, d’appels à contribution, de nouvelles publications) sur les thèmes de recherche du laboratoire : les ambiances architecturales et urbaines ainsi que les approches sensibles de l’espace. Les informations rassemblées ici sont publiques et issues d’un travail de veille à partir de sites, de flux rss ou de newsletters. »

« L’Observatoire Urbain d’Istanbul est un des quatre observatoires de l’IFEA. Il s’intéresse prioritairement à l’étude des phénomènes qui accompagnent la métropolisation d’Istanbul (développement urbain, environnement, immobilier, vie politique et économique, politiques culturelles) »

Prochains billets de la série :

2. Le carnet de recherche comme pratique de chercheu.se.s

3. Le carnet de recherche comme pratique de recherche

4. Le carnet de thèse

Références

André Gunthert, « Why Blog ? », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/174

Antoine Blanchard, « Ce que le blog apporte à la recherche », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/172

Pierre Mounier, « L’édition électronique : un nouvel eldorado pour les sciences humaines ? », in Marin Dacos (dir.), Read/Write Book, Marseille, Cléo (« Coll. Edition électronique »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2010, Consulté le 01 décembre 2011. URL : http://cleo.revues.org/169

Billets de blogs ou carnets de recherche

La conversation silencieuse, Marin Dacos, 23 juillet 2009 sur blog.homo-numericus.net

Ouvrir un carnet sur Hypothèses ? Pourquoi pas vous ? , 2 décembre 2011, sur Le Cresson veille

Comment je blogue , Eric Verdeil, 4 décembre 2011 sur Rumor

  1. Paragraphe écrit avoir d’en avoir parlé avec P. Mounier, qui explique les intentions initiales dans l’émission REC []
  2. Paragraphe écrit après en avoir discuté avec P. Mounier, et après avoir assisté à la rencontre « Comment bloguent-ils ? », à laquelle participaient Eric Verdeil, Françoise Acquier, Frédérique Giraud, Pierre Mercklé et Pierre Mounier []

Pourquoi une UE « Sciences et Société » pour de futurs chercheurs ?

Le cursus suivi par les étudiants en Master recherche de biologie expérimentale, auxquels j’enseigne dans le cadre d’un cours intitulé « Sciences et Société : éthique et communication scientifiques », consiste essentiellement en l’apprentissage des savoirs, savoir-faire et savoir-être considérés comme déterminant pour devenir un « bon » chercheur.

Il vise ainsi :

– l’acquisition de connaissances de pointes en biologie, directement issues des laboratoires de recherche en interaction avec lesquels les enseignements sont construits (par l’intermédiaire des enseignants-chercheurs) ; Continuer la lecture de Pourquoi une UE « Sciences et Société » pour de futurs chercheurs ?

Entre normes et valeurs, les discours balancent-ils ?

Billet initialement publié le 17 mars 2011 sur le carnet de recherche du laboratoire Junior interdisciplinaire  « Enquête sur l’homme vivant ».

J’ai participé en novembre dernier à une séance du laboratoire Junior intitulée « Réflexions autour des  normes ». Barthélemy Durrive y présentait une discussion sur la frontière entre « normal et pathologique » et sur la relation entre « norme biologique et loi biologique », à partir d’une lecture des textes de Canguilhem. Julie Henry avait quant à elle choisi de réfléchir aux sens des dérivés « normal, normalisé, normatif, anormal, anomal ».

Partant de réflexions issues d’entretiens menés dans le cadre de mon travail de thèse, portant notamment sur les discours que des doctorants en biologie portent sur leur pratique de recherche[1], j’avais de mon côté entrepris de questionner la relation entre normes et valeurs, à partir de deux principales questions :

Est-il seulement possible de distinguer dans les discours ce qui relève des normes et ce qui relèvent des valeurs ? Est-on même en mesure, conceptuellement, de distinguer clairement les unes des autres ?

Continuer la lecture de Entre normes et valeurs, les discours balancent-ils ?