Archives par mot-clé : penser

– Le 27 février 2012 –

– Le 27 février 2012 –

La thèse, c’est un itinéraire. La mienne m’a emmené beaucoup plus loin que je n’aurais pu l’imaginer.

Faire une thèse, c’est trouver son chemin et le perdre en même temps. Le perdre, tout le temps. Il s’agit de ne pas s’y perdre soi-même.

Faire une thèse, c’est rencontrer des gens, rencontrer des pensées, des façons d’être, de dire, de réfléchir. Et c’est s’arrêter sur certaines d’entre elles, parce qu’elles nous touchent, nous parlent, parce que, par rapport à nos questions, elles nous offrent une nouvelle façon de voir.

En faisant ma thèse, je n’ai jamais vraiment su où j’allais. J’ai cru à un moment le savoir, et je l’ai perdu l’instant d’après.

En faisant ma thèse, j’ai cru que je faisais de la science, et « seulement » de la science.

J’essayais de construire un discours scientifique sur les parcours de chercheurs. Et je ne suis pas sûre de n’avoir fait que de la science ni d’avoir été uniquement à la recherche de la compréhension des parcours des autres (je suis même sûre, et depuis longtemps, que ce n’est pas le cas).

Pourquoi partir des sciences expérimentales ?

Ma thèse je l’ai écrite, et réécrite.
On dit que le travail de thèse est un travail solitaire. Que l’on marche tout(e) seul(e).
Mais j’ai rencontré d’autres chercheurs, d’autres pensées. Et ce qu’ils m’ont apporté est inexprimable. Nous ne sommes pas si seuls.

On peut apprendre à s’autoriser des choses pendant la thèse. A aller au-delà des interdits et de ce que l’on apprend qu’il « faut » faire, de telle et telle manière. On peut se construire sa propre définition de ce qu’est une thèse et du rôle qu’elle joue dans notre parcours. Et ce parcours nous est propre.

Parfois l’écriture ne vient plus. Parfois je n’ai plus été sûre d’avoir moi-même écrit ce que je relisais quelques mois plus tard. Alors on prend du champ, on fait des pauses.

Et puis on repart.

Je ne suis plus tout à fait sûre des raisons pour lesquelles j’ai commencé une thèse. Ce dont je suis sûre, c’est que je veux la terminer.

Et qu’elle m’a apporté bien au-delà de la dimension « scientifique ». Elle a construit mon regard de chercheur, mais elle m’a aussi fait comprendre beaucoup de choses sur mon propre rapport à la science. Elle m’a appris à écrire, à penser.

Elle m’a appris la réflexivité.

Illustration : Clémentine Robach

Ces lieux de pensées

Les Espaces réflexifs font partie des lieux numériques où je me sens bien. Et sont l’un de mes lieux de recherches. Ils s’animent en Juin et cela me réjouit.

Les espaces numériques peuvent constituer une extension de nos bureaux, une extension de ces espaces que nous occupons en tant que chercheurs. Une extension de nos ordinateurs, qui s’ouvrent sur d’autres pensées, à un lien de distance.

Mes espaces de recherches sont finalement ceux qui permettent la rencontre avec d’autres perspectives, d’autres regards, d’autres historicités. D’autres questionnements. Numériquement ou non. Académiques ou non. Dans des proximités plus ou moins fortes. Dans un certain entre-soi ou au contraire à la recherche d’une altérité de réflexion.

Les frontières de nos institutions, de nos disciplines s’en trouveraient pour un peu estompées…

Je suis de plus en plus convaincue que le même n’induit pas la boucle, ne permet pas de se décentrer, de se décaler pour mieux comprendre ce que l’on fait, ou justement, ce que l’on cherche à comprendre. Le même permet de creuser le sillon.

Je ne crains pas le désaccord s’il est fécond. Si l’interlocuteur critique prend d’abord au sérieux la perspective de l’autre, sans la réduire à la sienne, ou la ranger sous la sienne.

Le numérique a un réel effet sur ma recherche. Les Espaces réflexifs ont eu un effet sur ma thèse. Et le numérique est tout sauf déconnecté de ces autres espaces que j’occupe avec tout autant d’envie et d’intérêt, quand la rencontre et le dialogue avec une autre perspective sont rendus possibles : livres, colloques, réunions, discussions informelles,…

Des espaces ? Des lieux de pensées, avec mais pas nécessairement comme.