Archives par mot-clé : publication

Interroger le travail scientifique en ligne : ou le développement d’une approche éthique et réflexive de la place du chercheur dans la société ?

La présentation support de mon intervention et de la discussion avec les doctorants le 10 février 2015 au séminaire « Certificat de Compétences Numériques » (CCN) – CFDIP

Discuter l’idée « La science fait progresser l’humanité »

Ce billet est une version antérieure au chapitre finalement publié dans l’ouvrage « Les scientifiques jouent-ils aux dés ? ».

Ce livre paraîtra prochainement aux éditions du Cavalier Bleu, sous la direction de Bastien Lelu et Richard-Emmanuel Eastes, dans la collection « Idées reçues sur la science ».

Il s’agit d’un ouvrage collectif du groupe Traces, préfacé par Dominique Pestre.

Voir également : Discuter l’idée « La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques »

Ecrit par Antoine Blanchard : Les experts sont-ils formels ?

La science fait progresser l’humanité

« Depuis trois siècles, la connaissance scientifique ne fait que prouver ses vertus de vérification et de découverte par rapport à tous autres modes de connaissance. […] Et pourtant, cette science élucidante, enrichissante, conquérante, triomphante, nous pose de plus en plus de graves problèmes qui ont trait à la connaissance qu’elle produit, à l’action qu’elle détermine, à la société qu’elle transforme. »,

Edgar Morin, Science avec conscience, 1982.

« L’aventure scientifique, c’est fascinant ! Que de progrès techniques, quelle amélioration de notre niveau de vie ! La science, en augmentant les connaissances dont l’homme dispose, accroît sans cesse sa maîtrise sur son environnement, lui permettant d’utiliser son imagination pour améliorer sa condition, pour faciliter son quotidien. »

Pourquoi ce discours n’emporte-t-il pas une adhésion unanime et ne convainc-t-il pas toujours ? Oui, la science, immédiatement ou à long terme, ouvre la porte vers de nombreuses applications intéressantes, dont nous imaginerions difficilement nous passer une fois qu’elles sont advenues et qui sont donc, en un sens, facteur de progrès. Ainsi, les conditions de travail, la santé et l’hygiène, l’alimentation, etc. sont autant de domaines où les connaissances scientifiques peuvent permettre des améliorations de nos conditions de vie. Mais l’ensemble des populations humaines n’en profitent pas nécessairement, car s’y mêlent considérations et décisions économiques et politiques. Pour le concevoir, il suffit de penser aux pays du Tiers-Monde. Les maladies qui y subsistent, tel que le paludisme par exemple, feraient-elles encore longs feux si l’économiquement rentable ne venaient pas conditionner le scientifiquement faisable ? Dans quelle mesure pourrait-on alors parler de progrès pour l’humanité dans son ensemble ? Continuer la lecture de Discuter l’idée « La science fait progresser l’humanité »

Discuter l’idée « La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques »

Ce billet est une version antérieure au chapitre finalement publié dans l’ouvrage « Les scientifiques jouent-ils aux dés ? ».

Ce livre paraîtra prochainement aux éditions du Cavalier Bleu, sous la direction de Bastien Lelu et Richard-Emmanuel Eastes, dans la collection « Idées reçues sur la science ».

Il s’agit d’un ouvrage collectif du groupe Traces, préfacé par Dominique Pestre.

Voir également : Discuter l’idée « La science fait progresser l’humanité »

Écrit par Antoine Blanchard : Les experts sont-ils formels ?


La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques

« Nous, on ne parle pas le scientifique », Luna, 9 ans,

« Les cervelles fraîches » – Centre Paris Lecture

Les scientifiques, qu’ils soient issus des sciences humaines, sociales, exactes ou encore expérimentales, usent d’un langage bien à eux et manipulent des concepts si bien intégrés qu’ils ne pensent parfois même plus à les expliciter. Comme dans toute spécialisation, voire toute profession, ils développent un jargon qui rend la communication plus efficace entre eux, mais plus opaque à l’extérieur…

Pourtant, ceux qui s’intéressent à la science ne sont pas exclusivement ceux qui en maîtrisent déjà le langage et les concepts. Dès le XVIIe siècle, les thèmes scientifiques constituaient des sujets de conversation très en vogue dans les salons. Avec ses Entretiens sur la pluralité des mondes, Bernard Le Bouyer de Fontenelle écrivit en 1686 ce qui peut s’apparenter à l’un des premiers ouvrages de vulgarisation scientifique, destiné cependant à un public très restreint[1]. Dès lors, la vulgarisation, entreprise visant à rendre accessible au plus grand nombre les connaissances scientifiques, s’inscrit en premier lieu dans les livres et entre de fait dans les bibliothèques des particuliers.

Des intermédiaires entre les scientifiques et les non scientifiques

De nos jours, les vulgarisateurs prennent le visage d’écrivains, parfois chercheurs de métier ; de journalistes scientifiques, dans la presse, à la radio, à la télévision ou sur le web ; de médiateurs mettant en œuvre des animations dans les musées ou les associations, lors des fêtes de science ou dans des expositions, qui peuvent aborder la science autant comme sujet principal qu’en filigrane.

Et lorsqu’on interroge ces acteurs sur leur activité, c’est souvent l’idée d’une mission, d’une nécessité de leur rôle qui ressort, presque toujours associée à un grand plaisir de communiquer sur des thématiques qui les passionnent personnellement. Ils ont ainsi la plupart du temps la volonté de rendre la science accessible, de l’intégrer à la culture commune, et développent une démarche pédagogique dans leurs discours avec le souci de réduire le fossé qui séparerait les « savants » des « profanes ». Ce fossé si fréquemment évoqué existe-t-il vraiment et si oui, quelle est sa nature[2],[3] ? Le combler, serait-ce une ambition totalement folle, ou au contraire réalisable ?

Continuer la lecture de Discuter l’idée « La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques »