Archives par mot-clé : responsabilité

« Prendre la société de la connaissance au sérieux » – Quelques mots sur les sciences en société

Une citation issue d’un article disponible en ligne, paru dans Les Cahiers du M.U.R.S,  publiés par l’association “Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique“.

MURS n°60 – 2009, intervention d’Ulrike Felt, professeur en sociologie des sciences à l’Université de Vienne

Vidéo en ligne de l’intervention

« Prendre la société de la connaissance au sérieux », intervention d’Ulrike Felt à partir de travaux d’un groupe d’expert effectués pour la direction « Science, Economie et Société » de la Commission Européenne.

Rapport de 2007 disponible en ligne (en anglais), dont U. Felt est rapporteur et B. Wynne « chairman ».

version 2009

Capture d’écran 2013-08-01 à 17.16.17« (…) le défi posé au groupe était de repenser l’engagement de la société civile démocratique dans la gouvernance de la science en Europe. L’idée était de rassembler des connaissances acquises par des chercheurs dans le domaine STS (science, technologie, société) pour évaluer les défis actuels et débattre des stratégies futures concernant la science et sa gouvernance. (…)

Cependant le rapport ne devait pas aboutir à des recommandations de « best pratice » en ce qui concerne science et gouvernance. Il s’agissait plutôt de montrer les enchevêtrements complexes entre science et société et leur profond enracinement dans nos cultures. Le rapport visait donc plutôt à offrir des options pour repenser la situation. En conséquence, nous avons abordé la question de science et gouvernance à travers les notions-clés employées dans les discours des décideurs européens.

Nous avons identifié quatre notions à approfondir : l’innovation, son orientation, sa distribution ; le risque et la science, ainsi que sa dimension normative; l’éthique, la politique normative européenne et le rôle des experts ; et enfin les publics européens, leurs formations, performances et rencontres.

Dans le processus de discussion, deux thèmes transversaux ont émergé. Premièrement, la question se posait de savoir comment nous apprenions en tant que société et que signifiait l’apprentissage dans le contexte d’une société européenne de la connaissance. Deuxièmement, nous nous sommes rendu compte qu’il fallait prêter une grande attention à ce que nous avons appelé les « imaginaires » et les narratifs dominants car ils sont le cadre de tous nos futurs potentiels : ils sont des lieux d’articulation entre les idées plus générales de progrès et les développements technoscientifiques. Ainsi, le rapport s’est fixé comme but de contribuer à une conceptualisation différente et plus large des questions en jeu dans le domaine science et gouvernance en Europe, et d’offrir un point de départ pour la construction d’une société de la connaissance plus robuste, ouverte et durable. »

Rapport à lire donc.

Quelques mots sur les sciences en société – « Sciences en société : dialogues et responsabilité scientifique »

Une citation issue d’un article disponible en ligne, paru dans Les Cahiers du M.U.R.S,  publiés par l’association « Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique« .

MURS n°60 – 2009, intervention de Danièle HERVIEU-LEGER

Deux points de vue de « Sciences en Société », HERVIEU-LEGER, Danièle, KLEIN, Etienne

Capture d’écran 2013-07-31 à 16.09.54« Cette science, qui a renoncé à l’horizon scientiste d’un réduction de toutes les grandes questions métaphysiques, cette science qui limite son propre propos, non pas dans le registre de la connaissance, mais en admettant simplement qu’il y a plusieurs entrées dans le réel humain, cette science se présente du même coup à la fois comme extraordinairement puissante, capable d’avancées extraordinaires, et en même temps comme très modeste, au sens où elle connaît et gère elle-même la limite de son propre propos. Cela ne veut pas dire du tout que les vérités que formule la science sont des vérités relatives : cela veut dire qu’elle sont situées dans un registre de savoir donné, qui n’épuise pas les possibilités humaines d’accès au réel. La science a atteint un niveau de développement extraordinaire, tel qu’elle peut se placer dans cette position de distance par rapport à elle-même, qui fait toute la différence avec certains rêves scientistes du siècle dernier. (…) Donc, elle nous établit tous dans une incertitude de fond, non réductible, quant à notre capacité d’apporter une réponse définitive et stable à tous les questionnements qui surgissent de notre expérience. Elle nous révèle l’incertitude même de notre condition.(…) Pour faire face à cette situation, il ne s’agit pas seulement de rendre la science attractive, accessible, séduisante. Le problème auquel nous sommes confrontés c’est, au fond, de nous éduquer, de nous socialiser, et de socialiser les jeunes générations, dans une condition qui est une condition d’incertitude, y compris dans les attentes que nous avons à l’égard de la science. Une condition d’incertitude qui implique de savoir par exemple, faire une place à la manière dont nos savoirs se construisent. Autrement dit, la question de l’éducation scientifique n’est pas seulement de montrer la science en train de se faire et de la rendre séduisante, c’est au moins autant d’intégrer l’histoire de nos savoirs dans la formation intellectuelle. Dans cette perspective, les musées et les fêtes de la science sont des choses importantes. Mais le vrai problème, selon moi, c’est d’arriver à intégrer le bon rapport à la science, en tant qu’elle est précisément à la fois capable de changer notre univers et nos vies, et en même temps de nous laisser devant nos incertitudes sans nous tenir par la main. »

Point de vue que je partage entièrement.

Ethique et responsabilités des chercheurs : vers des espaces de réflexivité

Lors de la journée « Sciences et Dégustation » du Labri (Bordeaux), organisée par l’association de doctorants AFODIB, à Arcachon, j’étais invitée par Thomas (alias @valerossi) pour aborder la question de la morale, de l’éthique et de la déontologie dans la recherche.

Source : www.vacanceo.com/albums_photos/voir-photo_60030.php

J’intervenais avec un doctorant en Droit, Lucas Bento, qui avait choisi d’aborder cette question sur le plan sémantique et donc de poser avant tout des définitions dont nous pourrions ensuite discuter. Les doctorants auraient par ailleurs accès à un texte questionnant le rôle des comités d’éthique, écrit par Antoine Blanchard (alias Enro ou @Enroweb).

De retour de cette journée, et grâce notamment aux discussions très intéressantes qui y sont nées, je voudrais ici partager de nouvelles réflexions sur la question des responsabilités des chercheurs. Continuer la lecture de Ethique et responsabilités des chercheurs : vers des espaces de réflexivité

Discuter l’idée « La science fait progresser l’humanité »

Ce billet est une version antérieure au chapitre finalement publié dans l’ouvrage « Les scientifiques jouent-ils aux dés ? ».

Ce livre paraîtra prochainement aux éditions du Cavalier Bleu, sous la direction de Bastien Lelu et Richard-Emmanuel Eastes, dans la collection « Idées reçues sur la science ».

Il s’agit d’un ouvrage collectif du groupe Traces, préfacé par Dominique Pestre.

Voir également : Discuter l’idée « La vulgarisation réduit le fossé entre scientifiques et non scientifiques »

Ecrit par Antoine Blanchard : Les experts sont-ils formels ?

La science fait progresser l’humanité

« Depuis trois siècles, la connaissance scientifique ne fait que prouver ses vertus de vérification et de découverte par rapport à tous autres modes de connaissance. […] Et pourtant, cette science élucidante, enrichissante, conquérante, triomphante, nous pose de plus en plus de graves problèmes qui ont trait à la connaissance qu’elle produit, à l’action qu’elle détermine, à la société qu’elle transforme. »,

Edgar Morin, Science avec conscience, 1982.

« L’aventure scientifique, c’est fascinant ! Que de progrès techniques, quelle amélioration de notre niveau de vie ! La science, en augmentant les connaissances dont l’homme dispose, accroît sans cesse sa maîtrise sur son environnement, lui permettant d’utiliser son imagination pour améliorer sa condition, pour faciliter son quotidien. »

Pourquoi ce discours n’emporte-t-il pas une adhésion unanime et ne convainc-t-il pas toujours ? Oui, la science, immédiatement ou à long terme, ouvre la porte vers de nombreuses applications intéressantes, dont nous imaginerions difficilement nous passer une fois qu’elles sont advenues et qui sont donc, en un sens, facteur de progrès. Ainsi, les conditions de travail, la santé et l’hygiène, l’alimentation, etc. sont autant de domaines où les connaissances scientifiques peuvent permettre des améliorations de nos conditions de vie. Mais l’ensemble des populations humaines n’en profitent pas nécessairement, car s’y mêlent considérations et décisions économiques et politiques. Pour le concevoir, il suffit de penser aux pays du Tiers-Monde. Les maladies qui y subsistent, tel que le paludisme par exemple, feraient-elles encore longs feux si l’économiquement rentable ne venaient pas conditionner le scientifiquement faisable ? Dans quelle mesure pourrait-on alors parler de progrès pour l’humanité dans son ensemble ? Continuer la lecture de Discuter l’idée « La science fait progresser l’humanité »