Archives par mot-clé : sciences expérimentales

Former de futurs chercheurs à la communication scientifique

Dans le cursus des futurs chercheurs en sciences expérimentales ou exactes, il y a peu de place pour la communication scientifique, et elle est même la plupart du temps complètement absente.

Pourtant, l’exigence de communication des résultats par les chercheurs est entrée officiellement dans leurs missions depuis une vingtaine d’années déjà .

Loi n° 82-610 du 15 juillet 1982 d’orientation et de programmation pour la recherche et le développement technologique de la France :

Art. 14. La recherche publique a pour objectifs :

• le développement et le progrès de la recherche dans tous les domaines de la connaissance ;

• la valorisation des résultats de la recherche ;

• la diffusion des connaissances scientifiques ;

Réflexivité et dialogue interdisciplinaire : un retour sur soi selon l’autre

Texte écrit par Barthélemy Durrive (auteur principal), Julie Henry et moi-même, faisant office de pré-acte pour le Colloque international à Limoges, qui aura lieu les 1 et 2 décembre 2010 :

Réflexivité en contextes de diversité : un carrefour des sciences humaines ?

Ce texte présente l’atelier que nous animerons à cette occasion.

Barthelémy Durrive – Master 2 de Philosophie, ENS de Lyon, agrégé de Philosophie – barthelemy.durrive@ens-lyon.fr ;

Mélodie Faury – Doctorante, laboratoire C2So, ENS de Lyon – melodie.faury@gmail.com ;

Julie Henry – Doctorante CERPHI, ENS de Lyon – julie.henry@ens-lyon.fr ;

Les auteurs sont tous les trois membres du laboratoire Junior « Enquête sur l’homme vivant – philosophie, biologie, éthologie » de l’ENS de Lyon.

Mots clés : réflexivité, interdisciplinarité, altérité, familiarité, expérience vécue, pratique de recherche

Axes thématiques : Axe 2 – Altérité et diversité / Format de la proposition de communication : atelier

Objectifs de l’atelier – Résumé

Dans cet atelier, nous nous intéressons surtout aux conditions de mise en œuvre de la réflexivité et à ses modalités en contexte interdisciplinaire.

Tous les chercheurs ont l’habitude des deux démarches suivantes :

–         la démarche interdisciplinaire : se rencontrer autour d’un objet commun, partager des savoirs spécialisés

–         la démarche réflexive : individuellement dans nos pratiques de recherches, à l’occasion de réunions d’équipe, s’interroger sur nos propres démarches, méthodes, concepts…

La possibilité de croiser les deux démarches fait notamment l’objet de ce colloque : partager nos expériences réflexives pour construire des concepts transdisciplinaires communs.

Nous pourrions par suite envisager une approche complémentaire : il s’agirait de partir des conditions du dialogue interdisciplinaire (de ses exigences, de ses conditions de possibilité), sans apriori de méthode, afin de provoquer un retour réflexif quant à nos paradigmes disciplinaires respectifs – et, éventuellement, partager ce vécu avec d’autres.

C’est ce que propose cet atelier volontiers expérimental : mettre en place collectivement un contexte favorable à l’expérimentation personnelle de l’effort et des effets de la réflexivité, notamment via un dialogue entre les participants, à partir de concepts que les disciplines se sont appropriés distinctement.

Présentation d’une expérience précédemment menée

Le laboratoire Junior « Enquête sur l’Homme vivant »

L’atelier proposé a été imaginé à partir d’une expérience précédemment menée dans le cadre du Laboratoire junior « Enquête sur l’homme vivant ». Les membres issus de la philosophie, de la biologie, des pratiques artistiques, de l’histoire, de la géographie s’y rassemblent autour de questions communes, et notamment celle des conditions de possibilité de leur dialogue interdisciplinaire.

L’expérience d’une séance autour de la réflexivité

Notre objectif était de faire vivre à chacun des participants l’expérience de distanciation réflexive où je réalise que ma manière habituelle de construire mon sujet repose sur des présupposé sous-jacents. Le sens de l’expérimentation était donc de réunir les conditions d’un retour réflexif sur leurs pratiques de recherche, de manière à ce qu’ils y reconnaissent des aprioris non questionnés.

Notre démarche a procédé en deux temps :

1)      Réflexivité directe : profitant du cadre interdisciplinaire (sciences humaines et biologie), nous avons proposé une définition du concept de « fonction » tirée du dictionnaire, et nous en avons critiqué ensemble les présupposés finalistes. La question posée à chacun étant : « défini tel quel, utiliseriez-vous ce concept dans vos pratiques de recherches ? », chacun s’est référé à sa discipline (sociologie, histoire, biologie).

2)      Vers une démarche réflexive indirecte : passant ensuite à un outil conceptuel dont les présupposés sont moins évidents, nous avons ensuite proposé un modèle biologique (schéma explicatif présenté sans sa légende) et demandé à chacun de nous dire ce qu’il y lisait. L’interprétation des non-spécialistes ne parvenait pas à retrouver la cohérence globale du schéma – seules des conventions de représentation étaient mises en valeur (ramifications, flèches, etc.).  Un membre biologiste a pu finalement expliquer au reste du groupe qu’il s’agissait de la schématisation du développement cellulaire (à partir d’une cellule indifférenciée) de différents types de cellules de la rétine (photorécepteurs ou cellules amacrines). Or, l’exercice – pour ce spécialiste – a consisté à présenter tous les concepts qu’il mobilisait à partir de leurs enjeux (du problème qu’ils venaient résoudre) de manière à ce que des débutants puissent en comprendre la portée. Ce fut ainsi l’occasion pour ce chercheur de réinscrire toute la logique explicative du schéma (le mécanisme de différenciation cellulaire) dans son cadre paradigmatique (la théorie de l’ontogenèse) qui reste une théorie, comme il a eu lui-même l’occasion de le préciser.

Déroulement proposé et objectifs de l’atelier

Dans un premier temps, nous partagerons brièvement notre précédente expérience avec les participants, afin de préciser notre démarche, les objectifs de l’atelier et le type de réflexivité qu’il s’agit d’expérimenter.

Nous proposerons ensuite un thème comme point de départ à la discussion, par exemple le concept, transversal, de norme. Partant éventuellement d’une première définition, chacun serait alors amené à présenter le sens pris par ce concept dans le cadre de ses pratiques de recherches, au sein de sa discipline, et de manière à ce que tout le monde comprenne de quoi il s’agit. Nous nous positionnerons à cette étape comme médiateurs (« catalyseurs ») de la discussion, posant éventuellement l’une ou l’autre question pour aider à mettre en évidence certaines spécificités disciplinaires, de manière à ce que la personne ayant la parole puisse les présenter plus précisément, en ses propres termes, toujours dans l’effort d’être compris.

Nous finirions par un retour collectif, afin d’essayer ensemble de dégager un concept de réflexivité et d’interdisciplinarité qui puisse rendre compte de ce qu’il s’est passé. On ne part donc pas a priori de concepts déterminés, mais on aimerait y aboutir, c’est-à-dire essayer de tirer ces concepts de notre expérience – et ce de manière réflexive et interdisciplinaire.

Quelle réflexivité vise-t-on ici ?

L’expérience que nous proposons vise à favoriser la mise en œuvre individuelle et collective d’un retour réflexif sur nos pratiques de recherches, afin de :

– se rendre compte de tout ce qu’on mobilise (concepts, méthodes, opérations) du fait de notre formation disciplinaire, de manière à révéler des aprioris faussement évidents comme autant de biais qui déterminent et limitent notre façon de construire l’objet de recherche ;

– reconnaître vis-à-vis de soi-même les concepts qu’on utilise de façon opératoire sans pour autant toujours les comprendre (parce qu’on les mobilise dans le cadre d’un discours déjà préparé), de manière à ouvrir les « boîtes noires » – ces concepts que l’activité de recherche implique de fait parce que « on voit de quoi on parle », sans pour autant savoir en quoi ils consistent (le concept de gène, par exemple) ;

– faire apparaître la légitimité propre de notre approche disciplinaire – à la lumière de ses enjeux, certes, mais hors de son contexte consensuel, c’est-à-dire sans qu’on soit « conquis d’avance » par les principes de cette légitimité.

Spécificités du dialogue ainsi créé et de la réflexivité induite

– ce dialogue n’est pas un débat : on ne cherche pas à convaincre l’autre, ni à trouver un point commun d’entente entre disciplines ; par ailleurs, on ne cherche pas à « construire »  d’objet déterminé au cours de cet échange ;

– ce n’est pas une discussion « transitive », mais plutôt réfléchie, puisque le thème de la discussion (ici, la norme) n’est pas un objet qu’on viserait, mais plutôt un exemple servant d’occasion à un retour réflexif sur les différentes manières de l’envisager ;

– ce n’est pas un cours : chaque participant est à la fois ignorant hors de sa discipline et spécialiste à l’intérieur ; dès lors que l’on reconnaît cette légitimité de l’autre, on cherche spontanément – pour se faire comprendre – à partir de son point de vue (d’où il parle) comme d’un point de départ (d’où il part) ;

– reconnaître la consistance et la légitimité des perspectives disciplinaires de l’autre est une étape préparatoire : le travail proposé ici consiste plutôt à présenter sa démarche en la projetant dans les coordonnées théoriques et pratiques de l’autre, sans pourtant en trahir l’esprit (les partis pris constitutifs) ;

– il peut certes y avoir au cours de la discussion des accords ou des désaccords ponctuels (sur certains postulats, par exemple) mais l’essentiel est surtout ce que ces points de rencontre divergente ou convergente nous disent à nous-mêmes sur notre propre perspective ;

– les difficultés à se faire comprendre par l’autre (ses mésinterprétations, incompréhensions, perplexités) nous font faire l’expérience d’un inconfort : une sorte de double contrainte où la nécessité de faire appel à des présupposés paradigmatiques (qui faisaient consensus dans le cadre des discussion disciplinaires au point de passer inaperçu) est de fait interdite (faute de partager ce champ de références avec le public) ; c’est le vécu de cette gêne que nous aimerions provoquer.

La critique réflexive nous semble alors prendre une forme spécifique : ni objectivation unilatérale, ni argumentation ad hominem depuis l’extérieur, ni opposition disciplinaire (limitée, dans la mesure où les disciplines ne se placent pas sur le même plan, relevant de critères d’évaluation qui leurs sont propres) la mise au jour des biais propres à mes pratiques est plutôt vécue comme une crise symbolique, où je me mets moi-même en difficulté.

Vers quelle interdisciplinarité ?

Le croisement des démarches réflexives directe et indirecte tel que nous souhaitons l’expérimenter engage une certaine conception de l’interdisciplinarité : elle serait un dialogue plus qu’un terrain commun, chacun restant dans le cadre de sa discipline pour mieux en voir les délimitations internes – qui sont en même temps des limites. Ce travail sur soi de la part de chacun est peut-être la condition pour trouver, par la suite, un langage et un point de vue commun, parce qu’elle fonde cette recherche sur la reconnaissance de compétences disciplinaires.

Les valeurs de la recherche ? Enquête

Ce message s’adresse aux doctorants, post-doctorants, chercheurs en activité ou ayant pratiqué la recherche scientifique (quel qu’en soit le domaine).

Les réponses sont anonymes.

Bonjour à tous,

Au cours de mon travail de thèse, je m’intéresse à la relation entre sciences et valeurs, plus particulièrement au sein de la pratique de la recherche scientifique.
Je diffuse dans ce cadre un questionnaire rapide à remplir (10 min environ) sur les valeurs de la recherche et serait très intéressée par vos réponses. Vous le trouverez en ligne ici.

Nous partons de la définition suivante de « valeur » :

« Ce qui est posé comme vrai, beau, bien, d’un point de vue personnel ou selon les critères d’une société, d’un groupe et qui est donné comme un idéal à atteindre, comme quelque chose à défendre.

Nous avions des systèmes de valeurs différents. » 1

N’hésitez pas à diffuser ce document si vous connaissez des doctorants, post-doctorants, chercheurs ou anciens chercheurs.

Un grand merci par avance pour votre aide !

1. Adapté de la définition du Larousse

De la sociologie des sciences pour les scientifiques ?

Et plus largement une ouverture aux sciences humaines et sociales (première étape avant celle du dialogue, bilatéral donc par définition, avec les sciences humaines et sociales… une chose après l’autre, la première donnant déjà du fil à retordre…) ?

La question se pose depuis longtemps et les avis divergent. Une discussion sur le blog d’Enro, La science, la cité, sur la question de la réflexivité, me donne l’occasion de donner ici quelques idées supplémentaires concernant le débat à ce sujet.

D’un côté, on peut citer un auteur comme Bruno Latour, dans Le métier de chercheur – Regard d’un anthropologue (INRA éditions, 2001) qui se positionne de la façon suivante :

« Thomas Kuhn a montré qu’on ne pouvait pas former des scientifiques intelligemment : ce qu’il faut, c’est les pénétrer du paradigme de leur discipline, aux deux sens du terme ! Alors, l’idée d’introduire une pincée, voire davantage – de sociologie des sciences dans une école doctorale, il me semble que cela n’aurait guère de sens pour de futurs chercheurs. On peut former intelligemment des non-scientifiques à l’approche des sciences, parce qu’ils ne vont pas, eux devenir des scientifiques. Mais un scientifique, il faut accepter l’idée de le former bêtement ! Pour l’excellente raison que de toute manière, l’essentiel du « training », quoi que l’on fasse, restera répétitif et ennuyeux. Il faut acquérir des savoir-faire, des automatismes, une discipline quasi-physique, qui s’obtient quasiment comme la discipline du corps, uniquement par le travail, par l’exercice répété, inévitablement tatillon, fastidieux, stupide. Un scientifique qui serait formé intelligemment, ça ne serait jamais un bon scientifique : trop de fragilité, trop d’états d’âme et pas assez de réflexes… C’est comme dans le sport de haut niveau, ce n’est pas comme cela que l’on gagne ! C’est malheureux à dire, mais si Kuhn a raison sur ce point – et je pense qu’il a raison- alors il n’y a pas moyen d’éviter le caractère profondément fastidieux du training qui va permettre d’acquérir la discipline nécessaire pour devenir chercheur. », p.94.

Autrement dit, rien ne sert de « se regarder faire » si l’on souhaite être efficace, productif, bref, un « bon scientifique ».

Là où l’on peut donc déjà ne pas être d’accord c’est sur les caractéristiques du « bon scientifique », mais ce pourra être le sujet d’un autre billet.

N’est-il dès lors pas contradictoire que B. Latour accepte pour les scientifiques ce qu’il ne souhaite à personne :

« Le problème, c’est qu’on impose cette formation ennuyeuse à tout le monde ! C’est profondément absurde et injuste pour ceux qui ne se préparent pas à devenir des scientifiques. En gros, on réussit assez bien à produire des scientifiques, mais on dégoûte de la science le reste des gens, ce qui est idiot et dangereux. » p.95

Ce qui est étonnant c’est de ne pas s’inquiéter plus que cela de dégoûter les scientifiques eux-mêmes de la science ou encore d’induire une sorte de « sélection » d’un certain rapport à la science, de ne garder que ceux qui supportent ce « training » et en tout cas de réduire la diversité des acteurs de la recherche.

Lorsqu’il continue ainsi, on peut être perplexe :

« Non seulement on dégoûte de la science des millions et des millions de gens, mais en plus on leur en donne une idée complètement fausse, et on les dissuade de s’y intéresser en tant que citoyens, parce que la science est présentée comme une activité qui doit rester à l’écart de la société, ce qui entre parenthèses arrange bien certains. Il faudrait donc former bêtement ceux qui vont devenir des scientifiques, et former les autres intelligemment, en les intéressant à la science sans essayer de leur apprendre à en faire, puisque l’on sait très bien qu’ils n’en feront jamais ! Et c’est là que l’histoire des sciences, la sociologie des sciences, seraient utiles. » p. 95

Si on ne peut qu’être d’accord avec le décalage entre l’image de la recherche donnée au cours de la formation des étudiants en sciences, et même jusqu’à un niveau avancé, il est difficile d’admettre un traitement différent entre « citoyens » et « scientifiques », puisque les seconds font partie des premiers !

Comment concevoir que les scientifiques puissent rester dans une « mystification » de la science, coupée de la société, alors que les autres comprendraient ce qu’elle est « en réalité ? Au nom de quoi et des intérêts de qui laisserait-on les étudiants en science dans leur « idée complètement fausse de la science » ? Comment peut-on dire que nous avons besoin de personnes qui font de la science sans y réfléchir, « bêtement » ?

Plus étrange encore est de pouvoir soutenir cette position deux pages seulement après les mots suivants :

« La longue épreuve initiatique imposée aux jeunes scientifiques est absurde et cruelle. Elle consiste à passer de la maîtrise au doctorat, du doctorat au post-doc, et à découvrir par soi-même la réalité de la science qui se fait, comme on découvrait autrefois le sexe, dans l’horreur de la nuit de noces non préparée ! Mais pour la science, c’est encore pire, car on met longtemps à comprendre ! Et beaucoup de scientifiques vivent cela très mal, je l’ai dit, comme une déchéance. » p93

Encore une fois, une contradiction, puisqu’il continue ainsi cinq lignes plus bas :

« Le plus étonnant, c’est que durant tout leur parcours de formation, jamais personne ne leur aura parlé de tout cela. La recherche n’est pas au programme des formations scientifiques ! Il me semble pourtant qu’il serait important, à un moment ou à un autre, de former les chercheurs à leur métier, comme on le fait pour tous les métiers. » p93

Ce qui emporte ma totale adhésion. Mais, à la suite de Michel Morange, Baudouin Jurdant ou encore Dominique Vinck1, je gage que l’ouverture aux sciences humaines et sociales (qu’il s’agisse d’histoire des sciences, de sociologie, d’épistémologie, de sciences de l’information et de la communication, etc.)  est justement un mode d’accès unique à la science en tant non pas qu’ensemble de faits scientifiques mais que pratique, métier, discours,  démarche, activité sociale, etcetera.

En bref, je pense que l’insertion de modules de formation aux sciences humaines et sociales est une façon d’accéder à une certaine réflexivité, absolument fondamentale pour faire évoluer le sens que l’on donne à sa pratique au cours de la découverte de celle-ci par les stages, puis la thèse et le reste de la carrière de chercheur.

Il semble de plus nécessaire qu’elle ait lieu suffisamment tôt pour éviter que le dégoût ne soit suivi d’une désertion au moment de la thèse ou plus tard et pour assurer que des scientifiques ayant un recul certain sur leur pratique, ses acteurs et ses enjeux soient toujours au centre de l’activité de recherche, et ce dès le début de la carrière de chercheur.

Billet publié également sur le Pri(s)me de tête et sur sur le portail Science et Société, dans Points de vue
—-

1. Leurs positions sur ce sujet feront vraisemblablement l’objet d’un futur billet, tout comme les idées de P. Bourdieu sur la réflexivité en sciences sociales.

Dr. Jekyll ou Mr. Hyde – La figure du scientifique et sa construction entre auto-représentation et perception du public

Forum jeunes chercheurs ouvert au public, Lausanne, 9 septembre 2010

Plus d’informations

Extrait des aspects qui y seront développés :

« 1.  Le terme de scientifique est relativement récent et ne s’est imposé que dans le courant du 19ème siècle. Quelle est son histoire ? Comment notre perception du scientifique change-t-elle avec les mu­tations successives que connaissent les appellations qui le désignent au fil du temps ?

2. Quelles sont les sources de la construction de la figure du scientifique ? Au-delà des documents textuels (autobiographies, préface d’ouvrages clés, correspondances, biographies, éloges, entrées de dictionnaire ou d’encyclopédie, etc.) nous aimerions aussi inclure les sources visuelles (portraits, médaillons, sculptures, films, etc.). Ces sources comportent-elles une fonction propre, une rhétorique particulière, des thèmes narratifs, des leitmotivs, des mythes de référence ou des conventions de repré­sentation picturale ?

3. Dans quelle mesure la perception des scientifiques par eux-mêmes est-elle conforme ou contraire avec celle élaborée par un public externe ?

4. Quelles relations entretiennent les diverses représentations du scientifique avec le contexte historique d’où il émerge? Peut-on discerner des moments clés dans l’évolution de l’identité scienti­fique ? […]

5. Enfin, quelles sont les rapports qu’entretiennent les représentations du scientifique et la science même ? Comment la perception du scientifique par lui-même et par les autres influence-t-elle les prati­ques de la science ? L’imagerie identitaire déployée a-t-elle quelque chose à dire sur les objectifs de la science ? […] »

Ce Forum jeunes chercheurs est organisé par la SSHMSN (Société Suisse d’Histoire de la Médecine et des Sciences Naturelles), qui a comme objectif de favoriser l’essor en Suisse de l’histoire de la médecine et des sciences naturelles. Fondée en 1921, cette société est membre de l’Académie suisse des sciences naturelles.

Pour plus de détail, vous pouvez aussi consulter l’appel à communication.

Le discours sur la pratique de recherche et sur la science chez les doctorants en biologie expérimentale

Le poster support de ma présentation aux Doctoriales de Genève le 11 juin 2010.

La version pdf plus facilement lisible est en pièce jointe de ce billet : Poster_Doctoriales3

Continuer la lecture de Le discours sur la pratique de recherche et sur la science chez les doctorants en biologie expérimentale

Les valeurs de la science

Nombreux sont les doctorants qui projettent des valeurs dans leur pratique de la recherche, et qui en arrivent parfois, lors de discussions ou des entretiens que je mène dans le cadre de mon travail de thèse, à distinguer selon celles-ci le bon du mauvais chercheur.

Lors d’une discussion informelle avec un ami thésard en biologie moléculaire et cellulaire, voici que celui-ci m’indique associer très clairement des valeurs à sa pratique. S’il envisage que certains chercheurs puissent faire de la science de façon plus neutre, « comme n’importe quel autre métier », il ne conçoit pas à titre personnel de ne pas associer la recherche à des valeurs individuelles et collectives, ayant des répercussions dans la conception que l’on se fait du fonctionnement de la communauté scientifique :

 


[…]

Quelles sont pour vous les valeurs et les qualités associées à la science ?

A la recherche ?

Les retrouvez-vous dans votre quotidien ?

La science avec les mains : et si on étudiait la peau de saucisson ?

C’est la saison des oraux blancs de TIPE (Travaux d’Intérêt Personnel Encadrés) pour les élèves en classe préparatoire Agro-Véto.  Cette année le thème de « surface » devait les inspirer pour imaginer un sujet d’étude et une problématique à traiter par la mise en œuvre de protocoles expérimentaux.

Un groupe d’élèves se penche sur la peau de saucisson, en tant qu’interface, avec en tête la question suivante : quelles sont les propriétés du boyau de porc qui justifient qu’on le choisisse ainsi pour la maturation et le conditionnement de nos chers compagnons de pique-nique ?

On amène le sujet, on pose la problématique, et on annonce le plan, puis on détaille les protocoles expérimentaux, les résultats et on discute de leur  interprétation. Pas de doute la recette « OHERIC » (Observation – Hypothèses – Expériences – Résultats – Interprétation – Conclusion) est intégrée et maîtrisée.

Mais après avoir comparé la diffusion de l’eau contenue dans le mélange de viande dont est constitué le saucisson à travers le boyau, en regard de la diffusion de l’eau de cette même viande à travers un collant (?), voici que ce groupe conclue en toute simplicité : « Le boyau est donc perméable à l’eau ».

Exit le questionnement initial, exit le potentiel de l’expérimentation.

Et me voilà projetée en sixième, je revis mon premier contact avec la biologie comme discipline…

Nous finissons notre premier chapitre de Sciences Nat’, après avoir noirci plusieurs pages de cahiers d’observations brutes, avec l’application scolaire héritée de la primaire, nous touchons au but… la conclusion !

Et quelle conclusion !

Cl chap1 : le poisson nage.

Second chapitre, seconde conclusion :

le criquet saute.

Est-il besoin de vous dire que je n’ai appris que beaucoup plus tard à aimer la biologie ?

Quand et comment apprend-on que problématiser donne toute sa dimension et son intérêt au raisonnement scientifique ? Quand et comment passe-t-on de la science comme recette descriptive à la science comme démarche efficace pour répondre à certaines de nos questions sur les phénomènes ?

La vulgarisation scientifique : une mode ? une nécessité ? une illusion ?

Qu’est-ce que la vulgarisation scientifique ? Quels en sont les objectifs, les fonctions et les enjeux ? Qui en sont les acteurs, les publics ? Comment la médiation des sciences peut-elle s’insérer dans la problématique des relations science-société ? Avec à chaque fois, tel un exercice de style, une tentative de réponse à la question initiale : la vulgarisation scientifique est-ce finalement une mode, une nécessité ou encore une illusion ?

Retrouver les enregistrements des conférences :

Les sciences à l’âge des publics, Gérard Wormser, philosophe, chargé de mission Science et société à l’ENS-Lsh
La vulgarisation : les modèles et les publics, Joëlle Le Marec, professeur en Sciences de l’information et de la communication, Directrice du laboratoire C2So
Communication scientifique et réflexivité, Baudouin Jurdant, professeur en Sciences de l’information et de la communication, université Paris Diderot

Cycle de conférence transdisciplinaire organisé à l’ENS de Lyon avec le laboratoire C2So (Culture, Communication & Société) et le groupe Traces, en 2008-2009

De sciences en sciences…

Un point de départ : questionner ma discipline d’origine, la biologie moléculaire et cellulaire.
Qui m’emmènera bien plus loin, aux croisements de l’histoire, de l’épistémologie, de la philosophie et de la sociologie des sciences… avec toujours au centre la question des relations entre sciences et société.
Pour une approche réflexive de la science, où communication scientifique, notamment via la vulgarisation, et culture scientifique auront certainement un place de choix.

Hypothèses, plateforme de carnets de recherches.